Quand on prépare la cérémonie religieuse

Ma précédente chronique te parlait de notre cheminement jusqu’à la célébration religieuse. Si tu as bien tout retenu, notre préparation au mariage ne sera pas très « compliquée » : un rendez-vous pour parler des piliers du mariage chrétien au cours de l’été et un dernier rendez-vous « répétition de cérémonie » quelques semaines avant le mariage.

Promenons-nous dans les bois…

Nous retrouvons donc Mic, notre prêtre, par une belle après-midi de juillet, prêts pour une chouette petite marche dans la forêt, mais aussi à échanger sur les piliers du mariage chrétien (c’est quand même un peu pour ça qu’on est là !). Ces quelques heures de discussion ont vraiment été pour nous deux un de nos moments préférés durant ces longs mois de préparatifs : un instant de calme dans la frénésie du quotidien !

Mic nous présente donc un à un les quatre piliers… et même un cinquième ! Ses mots font vraiment sens en nous ! Nous partageons et comprenons parfaitement toutes ses explications, ce qui nous conforte encore davantage dans notre conviction d’avoir choisi la bonne personne pour célébrer notre mariage… si tant est que nous avions encore besoin d’une preuve ! C’est une vision moderne du couple et il nous donne de vrais conseils de vie (commune, évidemment, mais pas que !).

Et quelle chance et quel bonheur de partager cet enseignement au beau milieu des arbres : ça a réellement le don de nous apaiser le cœur et l’esprit !

Crédits photo (creative commons) : Tim Gouw

Les piliers du mariage

La fidélité n’a pas un sens unique. Elle n’est pas liée purement, simplement et trivialement à l’acte sexuel : je te trompe en couchant avec le voisin/le plombier/le facteur. Bien évidemment, ça en fait partie intégrante, on ne peut pas le nier. Mais il faut prendre ce terme au sens plus large et se rappeler de son étymologie. Fides en latin veut dire confiance ! Donc être fidèle, c’est dire : « Je te fais confiance. » OK, tu fais des trucs étranges parfois, que je ne comprends pas, mais je te fais quand même confiance. Confiance pour m’aimer, me soutenir, m’aider, me rendre heureuse, me faire rire, me faire pleurer de joie, m’offrir une belle vie à deux (ou à trois, quatre, cinq, six, sept…).

Les deux prochaines valeurs peuvent et doivent se comprendre ensemble : la liberté et l’indissolubilité. De prime abord, ça paraît étrange d’associer ces deux piliers, mais sans liberté, il ne peut pas y avoir indissolubilité. Chacun doit rester soi-même pour que le couple puisse être un. « Mademoiselle Biche, tu seras toujours Mademoiselle Biche, même si tu veux devenir Monsieur Cerf, tu ne pourras jamais être homme. Mais vous êtes des époux en restant chacun homme et femme. »

Pour le quatrième pilier, la fécondité, j’ai tout particulièrement apprécié la vision à nouveau plus large. Ça concerne bien sûr la joie d’accueillir des enfants dans notre foyer et de les éduquer selon nos valeurs communes. Mais en revenant au sens premier d’être fécond, donc de produire, on comprend qu’il faut l’être également dans d’autres domaines que la parentalité. Il faut continuer de produire des choses chacun de son côté en s’investissant dans son métier, dans une activité sportive, dans une association, dans un loisir, dans ses relations avec les autres, etc. J’ai envie de simplifier en disant qu’il faut avoir une vie riche d’actions et faire de chaque instant quelque chose d’important !

Si tu es déjà passée par cette préparation religieuse, tu te demandes sans doute quel est donc ce cinquième pilier dont j’ai fait mention plus haut. Classiquement, il n’y en a que quatre, mais pour Mic, il y en a un dernier : indispensable ! Sans lequel il n’y a ni mariage ni relation possibles ! Il s’agit tout simplement d’être un pilier l’un pour l’autre. Monsieur Cerf est mon pilier, je suis le sien. Si nous n’avions pas la chance de nous avoir l’un l’autre, nous n’en serions pas là. C’est le pilier le plus important de tous !

Comme après notre premier entretien, nous quittons notre prêtre dans un état « second » d’apaisement et de bien-être rarement ressentis. Et surtout, nous n’avons qu’une hâte : le retrouver quelques semaines plus tard pour préparer « enfin » la cérémonie en tant que telle !

Le choix des textes

Avant cet « ultime » rendez-vous (qui n’a pas vraiment été le dernier, en fait !), nous avons quelques devoirs à faire : choisir les textes qui seront lus, sélectionner les formules d’échange de consentements et de bénédictions que nous préférons, rédiger la prière universelle et celle des époux, se pencher sur les chants et désigner nos lecteurs !

À notre disposition pour décider de tout ça, le livret « Notre Mariage à l’Église ». Je l’ai lu très tôt (dès avril quand nous avions rencontré le premier prêtre pas très sympa, tu sais !) et j’avais déjà préparé une petite sélection à coups de petits cœurs griffonnés et de pages cornées.

Crédits photo (creative commons) : John-Mark Smith

Quelques jours avant le rendez-vous, nous nous penchons sur la construction de la cérémonie. Nous avançons assez vite dans la trame et tombons facilement d’accord (ouf !) :

  • La première lecture sera la belle première lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens (Corinthiens 12, 31-13, 8a), lue par Maman Cerf, qui (spoil) finalement confiera cette tâche à son frère, donc à l’oncle de Monsieur Cerf (trop d’émotions !).
  • Nous choisissons un passage de l’évangile de Saint Matthieu (Matthieu 7, 21.24) : bâtir sur le roc une maison, un foyer, une relation est nécessaire pour que celui-ci résiste aux épreuves de la vie !
  • La prière universelle sera lue par Maman Biche : nous lui avons donné les intentions de prière qui nous tenaient à cœur, mais c’est elle qui l’a rédigée avec ses propres mots.

Restent les chants… Et là, à part un chant et un psaume, nous séchons complètement ! Tout simplement parce que nous n’allons pas suffisamment à l’église pour en connaître vraiment. Notre prêtre nous a proposé de faire venir une chorale gospel, des amis à lui. Alors franchement, on a plutôt envie de leur faire confiance et qu’ils choisissent eux-mêmes les chants.

La répétition de la célébration

Mi-novembre, à trois semaines du mariage, nous retrouvons donc Mic pour lui faire part de nos choix de textes et répéter en conditions réelles la cérémonie.

Avant de commencer, il tient à faire un petit exercice. Chacun à une extrémité de l’église, je dois guider Monsieur Cerf qui, les yeux fermés, ne peut se fier qu’à ma voix ! Je lui fais remonter une partie de la nef, puis passer entre deux rangs – là, il se tape un peu les pieds dans les bancs – et enfin me retrouver devant l’autel. Nous échangeons, je suis précautionneusement les indications de Monsieur Cerf et après quelques minutes d’exercice, j’arrive aussi devant lui. Mic nous demande alors notre ressenti.

Monsieur Cerf : “Quand j’ai tapé dans les bancs, après j’ai fait plus attention et je me fiais un peu moins à ses indications, mais j’étais quand même obligé de l’écouter pour continuer.”

Mic : “C’est exactement ce qui arrivera dans la vie… Parfois, elle fera des choses, des choix que tu ne comprendras pas. Mais tu devras continuer à lui faire confiance pour pouvoir avancer !”

C’était vraiment un exercice parfait pour démarrer cette après-midi, et aussi pour nous recentrer sur nous en cette dernière ligne droite de préparatifs. Nous poursuivons en reprenant point par point le déroulement de la cérémonie : placements, test de notre musique d’entrée, lecture des textes choisis, répétition de chaque moment fort !

En exclu : notre musique d’entrée ! Reign of Love de Coldplay !

Quand nous passons à l’échange des consentements, je tente tant bien que mal de contenir mon émotion (mais qu’est-ce que ça va être le jour J !!!). Je ne ne lâche pas ma feuille des yeux.

À la fin, Mic me fait remarquer que je ne me marie pas à ma feuille, mais à Monsieur Cerf. Il FAUT lui dire en le regardant dans les yeux ! Mais je me connais : si je regarde Monsieur Cerf dans les yeux, je vais éclater en sanglots ! C’est foutu ! J’avoue que j’appréhende vraiment la gestion de mes émotions et j’ai peur de ne pas tenir le coup (pas genre la petite larmichette qui coule, genre la véritable fontaine ambulante !) ! Mais tant pis si je pleure, je le ferai, je ne sais pas comment mais je le ferai… and spoil : I did it, yes !!! Et sans pleurer !!

Les livrets de messe

Après cette répétition en conditions réelles, il ne nous restait plus que les livrets de messe à préparer. Je commence par reprendre en détail tout le déroulé de la messe en y ajoutant les chants choisis librement par la chorale.

Quelques échanges de mails avec notre prêtre plus tard, afin de s’assurer que tout est dans le bon ordre, je me lance dans la mise en page du livret. Tout simple, en reprenant les polices de notre faire-part et en y incluant deux photos (parce que visiblement, ça donne plus envie aux gens de l’emmener au lieu de le laisser traîner dans l’église !).

Pour l’impression, nous avons fait appel à notre bonne vieille imprimante… ce qui nous a valu quelques sueurs froides ! Mais ça, je t’en parlerai dans mes chroniques de juste avant le jour J !!

Et toi ? Comment s’est passée ta préparation au mariage religieux ? Quels textes et chants as-tu choisis ? Dis-nous tout !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



5 commentaires sur “Quand on prépare la cérémonie religieuse”

  • Merci pour cet article Mme Biche, qui nous conforte dans l’idée que votre prêtre est vraiment top ! Vous avez bien fait de le préférer à l’église 🙂
    Je ne peux qu’approuver sa vision des choses, surtout concernant la fidélité. On oublie trop souvent tout ce que ce terme englobe de signification… Et cette balade en forêt !!! je me répète certainement, mais c’est vraiment une belle manière d’amener une discussion sur des sujets profonds 🙂

  • Quelle chance vous avez eu de rencontrer ce prêtre si bienveillant et lucide.
    J’aime beaucoup le 4ème pilier qu’il a évoqué avec vous, c’est si vrai ! Sans oublier cet exercice très parlant, et plein de sens, à quelques semaines de votre mariage. J’en ai eu les larmes aux yeux à la lecture, Mademoiselle Biche.
    En grande émotive, je crains aussi les torrents de larmes lors de l’échange des consentements …et dans les yeux, s’il vous plaît ! 😉 Merci de nous rassurer !

  • Je trouve votre prête vraiment top et très ouvert d’esprit. Ce qu’il vous a dit me parle même si je ne suis pas croyante.

  • Votre prêtre me fait rêver, sincèrement Madame Biche ! J’ai vraiment très très hâte que tu nous racontes votre cérémonie, qui a dû être magnifique, je n’en doutes pas ! J’aurais sans nul doute adoré être présente à votre mariage 🙂

  • Les filles, je me rends compte que je n’avais pas répondu à vos si gentils commentaires ! La vilaine !
    Vous avez parfaitement saisi la chance et la joie que nous avons eu lors de notre préparation puis pendant la cérémonie en soi : je vous raconte ça tout vite !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *