Raconter son mariage sur un blog… en vrai, ça donne quoi ?

Aujourd’hui, je vais te parler d’un sujet qui te turlupine peut-être : raconter son mariage en ligne, ça fait quoi ?

Les blogs de mariage et moi, ça fait presque trois ans. Oui, trois ans, dont un an de fiançailles. Bien avant la demande,  j’écumais déjà les blogs alternatifs américains au quotidien : même sans projet de mariage concret, voir tant de bonheur me donnait le sourire. Et j’en profitais pour effectuer une sorte de veille technologique, gardant des idées ça et là. C’est là où j’ai pêché l’idée du bar à chocolat chaud, du coin photo, de l’utilisation de musiques décalées…

Après la demande, je me suis mise à chercher des informations en français. Je n’ai pas mis longtemps à tomber sur Mademoiselle Dentelle, où Anne distillait des bons conseils après son mariage.

Et un jour, elle a lancé un appel à chroniqueuses. Bien trop tôt pour mon propre mariage, mais l’idée a fait son chemin.

mariée ordinateur portable

Quand est arrivée l’heure de l’appel à chroniqueuses d’hiver, pourquoi me suis-je lancée ?

  • Je savais qu’avec notre raclette, notre date de fin du monde et ma robe, mon mariage sortirait du carcan des traditions… mais aussi des fanions, du liberty et toute l’ambiance champêtre-chic qui règne en maître sur la wedosphère.
  • J’avais l’impression d’avoir des choses à dire (et j’espère que tu les auras trouvées intéressantes !) : qu’on peut se marier sans renier ses goûts, sans (trop) céder à la tradition si celle-ci ne nous correspond pas, sans (trop) céder aux pressions d’une industrie du mariage souvent excessive.
  • Je n’avais pas vraiment de problème à l’idée de montrer ma trombine en ligne, en me disant que montrer un mariage différent ferait peut-être avancer le schmilblick chez les mariées qui subissent des pressions familiales ou hésitent à assumer leurs goûts pour leur mariage. Détail important : IronMan se moquait aussi d’exhiber son minois, du moment qu’on ne faisait pas référence à son identité.
  • Et enfin, écrire un article par semaine pendant cinq mois ne me faisait pas peur ! Avant de postuler, j’ai dressé une liste des articles que je pouvais écrire, et j’en avais largement assez. Tous n’ont pas vus le jour, mais l’inspiration a presque toujours été au rendez-vous.
mariés d'hiver, neige et décorations lumineuses

Crédits photo : Becca Dilley Photography

Concrètement, dévoiler son mariage sur Internet, ça donne quoi ?

  • Parler des préparatifs permet de prendre du recul : lors des quelques couacs de l’organisation, les chroniques m’ont permis de faire la part des choses et de rire des accrochages. Tu n’es pas là pour essuyer mes humeurs, et il m’a semblé avoir le devoir d’être constructive dans mes articles.
  • Parler de l’organisation m’a aussi permis d’y être plus attentive ! Sans chercher absolument le sujet de chronique, j’ai prêté plus d’attention aux préparatifs et les ai sûrement d’autant plus appréciés ! Un peu comme quand on tient un journal de voyage : on fait davantage attention à ce qu’on vit dans le but de mieux retranscrire cela avec des mots.
  • On reste libre de dévoiler ce qu’on veut. Je n’ai pas parlé de certains éléments… pour te ménager une surprise (tu verras !) ou parce que je n’étais pas à l’aise sur certains sujets. Heureusement, si tu préfères parler déco que relations familiales, c’est ton droit.
  • Parler de certains éléments m’a parfois donné l’impression de m’engager à faire apparaître certaines choses dans mon mariage. Par exemple le noeud pap du chien ou la tarte aux myrtilles géante qui ont suscité l’enthousiasme… ont finalement été zappés en cours de route (snif). Mais les contretemps, il y en a dans tous les mariages, et personne ne fera de procès à une chroniqueuse parce que son mariage était différent de ce qu’elle avait prévu. (Hein que tu ne vas pas me faire de procès ? Hein ?)
  • Le gros morceau n’est pas encore passé puisque je n’ai pas encore parlé du jour J (ça arrive ! On commence le compte à rebours la prochaine fois !). À moi de trouver le juste milieu entre relater des beaux moments et préserver l’intimité de ce moment important pour notre famille et notre couple. Au moment de postuler, c’est le fait de raconter le jour J qui m’a fait le plus hésiter : cela n’allait-il pas influencer la façon dont j’allais vivre le jour du mariage ? N’allais-je pas avoir le blog en tête au lieu de savourer la journée ? Sois rassurée : je n’ai pas pensé un seul instant à mes chroniques… j’étais bien trop occupée à me marier !
  •  A priori, personne ne m’a démasquée. Ouf ! Mais si tu as des amies qui se marient autour de toi, il se peut que ton identité secrète ne le soit pas tant que ça… Un paramètre à bien prendre en compte, surtout si tu parles d’argent, de relations avec tes invités ou autre sujet épineux.
  • Et accessoirement, j’ai adoré les échanges avec les lectrices par le biais des commentaires (et je ne parle même pas des soirées Dentelle !). Mon travail me laisse la liberté et le temps de répondre à toutes, et les échanges ont souvent été enrichissants (ou réconfortants, suivant l’article !).
Et toi, qu’est-ce que tu penses du fait de raconter ton mariage en ligne ? Tu aimerais bien ? Jamais de la vie ? Viens me raconter ton point de vue !


22 commentaires sur “Raconter son mariage sur un blog… en vrai, ça donne quoi ?”

  • Je suis d’accord, ton mariage original fait du bien à la wedosphère… et à moi aussi! ça décomplexe! Parfois même je te cite en exemple quand Monsieur me dit “ah mais ça se fait pas ça”… “et bien figure toi qu’une fille du blog (oui, le blog pour moi c’est celui là!) s’est mariée le jour de la fin du monde en faisant une raclette party alors on peut bien faire ce qu’on veut”!
    Alors merci Madame Nya et… vite raconte nous THE day

    • Merci beaucoup, ton commentaire me va droit au coeur ! Moi aussi, pendant les préparatifs, je citais des instances supérieures (Kate ou d’autres chroniqueuses :p ) pour dire que si, “ça se fait” !

  • Article intéressant. Pour ma part, cela ne me dérangerait pas de parler de mon mariage sur un blog tel que Mademoiselle Dentelle car je pense avoir des sujets d’articles qui pourraient intéresser les lectrices car l’organisation d’un mariage soulève pas mal d’interrogations, d’idées pour les futures brides qui peuvent se retrouver dans certains articles. J’ai une amie qui c’est mariée en juin 2012 et qui grâce à la rédaction de son blog c’est vu offrir un poste par une société de wedding planner car ils ont été très intéresser par sa façon dont ses articles étaient écries et surtout par ses idées de décorations car elle a eu un mariage très réussie sur pas mal de points.Donc je pense que la rédaction d’un blog de mariage peut ouvrir des portes à certaines futures mariées notamment celle qui souhaitent travailler dans le milieu du mariage et qui actuellement est une grosse machine.

    • C’est super pour ton amie ! Je n’avais pas envisagé le fait de devenir chroniqueuse sous cet angle-là mais mon ambition n’est de toute façon pas d’intégrer l’industrie du mariage… Devenir chroniqueuse, que ce soit ici ou ailleurs, peut certainement ouvrir de nouvelles portes ou déclencher des vocations.

      Cela dit, je ne pense pas qu’il faille vouloir devenir chroniqueuse en pensant que ce sera un tremplin : je le vois comme une aventure non pas professionnelle, mais tout ce qu’il y a de plus personnel (d’autres chroniqueuses ont peut-être un avis différent !).

      Sinon, mon truc à moi, c’est d’écrire, alors si des éditeurs passent par là… LOL ! 😀

      • Je suis tout à fait d’accord sur ce que tu dit, moi non plus je n’y verrai pas une opportunité professionnelle en écrivant un blog car mon métier et l’entreprise dans laquelle je suis me plaît mais c’est clair que pour celles qui aiment tout ce qui tourne autour du mariage et si elles ont une opportunité comme ma copine, c’est génial.

  • Tiens très bonne idée d’article!
    Alors en aprticulier, je me reconnais là:
    “Au moment de postuler, c’est le fait de raconter le jour J qui m’a fait le plus hésiter : cela n’allait-il pas influencer la façon dont j’allais vivre le jour du mariage ? N’allais-je pas avoir le blog en tête au lieu de savourer la journée ?”
    Et bien tu m’as rassurée! C’était ma plus grosse crainte également, la peur de penser “tiens comment je raconterai ceci ou cela” mais plus on approche du D-Day moins j’en ai peur!

    Et je ne te ferai pas de procès…. Certaines de mes idées sont aussi passées à la trappe, ce sont les aléas!

    Il ne faut pas trop tout raconter non plus et ménager des surprises! Moi j’ai quelques amies qui me lisent mais assez peu, et ce sont les très proches, mais je ne dis pas tout non plus. Pareil pour le jour J, je ne montrerai pas tout!

    Alors, on attend tonr écit du jour J, mais dans les détails que TOI tu souhaiteras donner et pas plus 😉

    • Le jour J, a priori, tu seras tellement nerveuse ou heureuse (j’ai été les deux !) que les chroniques seront loin, loin de tes pensées… et tant mieux ! Pour ma part j’ai recommencé à penser au blog quelques jours après, quand on redescendait en douceur de notre petit nuage… Du coup, penser à comment raconter le mariage a été un moyen parfait de prévenir le wedding blues pour l’instant.

  • Tres bon article Madame Nya.
    Effectivement tu racontes ce que TU veux raconter. Et je suis bien d’accord sur le fait que tu ne prepares pas ton mariage en fonction de ce que tu aimerai raconter ou montrer. Nous aussi plein de truc sont passé a la trappe, ils vous manquent pleins de détails, de ressentis et d’images mais qui me sont personnelles et le resteront.
    Pour ma part, je suis devenue chroniqueuse lors d’un appel au secours à Anne. Et oui j’étais catastrophée et toute perdue par tout ce que je voyais sur le Net. Au final a ma grande surprise et a ma plus grande joie, je suis devenue chroniqueuse 😀

    • La façon dont tu es devenue chroniqueuse est rigolote, je ne connaissais pas l’histoire !

      Même si on s’expose au regard (parfois critique) d’Internet, heureusement que nous pouvons garder des instants privés… Pour ma part, cela me gênerait de montrer des photos où on s’embrasse, par exemple. Ou de raconter les moments trop chargés en émotion. Mais tout le reste, la fête, la joie, les rires, ça, je veux le partager avec vous toutes (je vous dois bien ça !) 🙂

  • Super cet article! Je suis tout à fait d’accord qu’il faut essayer de ne pas se laisser influencer par ses articles. On ne réaliser pas son mariage en fonction de ses articles mais bien l’inverse. Même si c’est vrai qu’on est amenée à parfois (ou même souvent pour ma part!) aborder des sujets qui ne nous touche pas forcément! Par exemple, j’aime bien présenter certains style sur mon blog, mais cela ne veut pas dire que je les suivrai tous pour mon JJ (et heureusement !!). Par contre c’est vrai que sur Mademoiselle Dentelle vous profitez d’un certain anonymat qui sur mon blog est moins évident et je pense que cela n’est pas plus mal car vous pouvez aborder plus de sujets ouvertement. Pour ma part j’ai annulé la publication de certains articles car j’avais peur de la réaction de mon entourage. En tout cas, hâte de voir ton JJ :))

    • “On ne réaliser pas son mariage en fonction de ses articles mais bien l’inverse. ” Absolument, et j’ai eu quelques moments de flottement où ce principe n’était pas si absolu… Heureusement, en prenant un peu de recul, on peut parfaitement raconter son mariage et en ligne sans pour autant faire un “mariage de blog” juste pour les belles photos…

  • je profite de ton article pour féliciter toutes les chroniqueuses de mademoiselle dentelle ! J’aime beaucoup la façon dont vous arborez les sujets, même les plus courants (quête de la robe etc…) sont toujours bien avec la petite touche personnelle qui vous correspond. Moi qui détestais les “forums” (trop de “ouin ouin”) et començais à m’ennuyer des blogs mariage certes trèèèès beaux mais parfois trop perso, mademoiselle dentelle et ses acolytes sont devenues de vrais compagnes de préparatifs dans cette jungle et parfois même des exemples ! et j’ajoute (c’est ma fan touche) mes félicitations à ta patte, madame Nya, car tu écris très très bien, et c’est toujours un plaisir de te lire.

    • Des copines de préparatifs, c’est aussi comme ça que je voyais les chroniqueuses avant de le devenir, je comprends ce que tu ressens !
      (et merci ! ♥)

      • Au printemps 2014… mais Monsieur Obrigado (ouais, j’ai déjà un pseudo !) ne se sens pas encore près à commencer à chercher une salle et un traiteur. Nous avons déjà imaginé et rêvé de pas mal de choses, mais il rechigne à rentrer dans le concret.

  • Alors moi, je trouve que ce n’est pas du toooout une bonne idée, de partager son mariage et ses prépas sur un blog. Je suis crédible là ? 😛

    Je pourrais dire les mêmes choses que toi pour les raisons qui m’ont poussées à devenir chroniqueuse !
    J’ai été tentée lors du premier appel.
    J’avais en vue un mariage décalé, à thème médiéval-fantastique mais vraiment à notre sauce, sans tomber dans les clichés, avec une note moderne (dans les mises en pages etc.)… Et j’étais très anti-traditionnaliste (robe blanche : j’aime pas ; rentrer au bras de papa : no way ; grand repas festif : oui mais moi je suis végétarienne, alors il faudra aussi du festif “meat/fish/seafood-free” ; bal : ah oui mais on n’aime pas danser ; soirée qui dure jusqu’au bout de la nuit : euh, si on peut être au lit avant 1 h, ça serait chouette ; etc.). J’ai donc pensé qu’avec cette façon d’aller très à contre-courant, je pourrais un peu décomplexer des lectrices, et les encourager à assumer leurs envies originales. (Quitte à devenir prétexte au “ah ben si tu trouve MON ENVIE trop originale, je te signale que Mme Lutine, elle fait ça-ça-ça-ça-ça, alors, tu vois un peu à quoi tu échappes ?!”. Même pas peur ! 😆 )
    J’avais l’impression d’avoir des choses intéressantes à dire.
    J’aime écrire, et donc la perspective de pondre un article par semaine ne m’effrayait pas du tout.
    J’étais certaine d’avoir laaaargement de quoi raconter. (Et effectivement, j’ai encore des idées de chroniques pré-mariage que je n’ai même pas eu l’occasion de développer !)
    Et cela ne nous dérange pas, mon Lutin et moi, de montrer nos trombines.

    J’ai aimé partager avec les lectrices et les autres chroniqueuses, tisser un lien en racontant mon aventure, échanger.
    J’ai pensé aux choses annoncées et abandonnées (vin chauds et pléthore de boissons chaudes, buffet de midi fait maison…).
    J’ai pensé, pendant que je vivais certains moments des prépas “oh, il faudra que je parle de ça”, et me suis montrée plus attentive.
    Avant et après le mariage, j’a réfléchis à ce que je raconterais, mais c’était très positif : une façon de “faire un bilan”. Et le jour J, je n’y ai pas vraiment pensé.
    Et tout ceci fut une grande fierté. De participer à ce blog, d’être encouragée, parfois d’inspirer ou d’émerveiller… Les préparatifs sont plein de moments de doutes. Alors, voir les réactions, les discussions que cela engendre, c’est vraiment très réconfortant et cela aide à avancer et à relativiser. 🙂

    • … et ainsi que les commentaires le laissent voir, en général, quand un sujet m’intéresse, j’ai beaucoup de choses à dire.
      Trop, en fait. 😛
      Bref, ça défoule un peu aussi, mine de rien… (Pas dans le sens “haaaaan Machine elle est super relou, et pis truc il comprend rien, et j’en ai marre, et personne ne m’aime, et personne ne comprend rien”, hein ! 😆 Plutôt au sens “blablabla, et je fais ça, et ça, mais ça en fait je veux pas le faire parce que…”.) Et en même temps, cela contraint à ne pas partir dans tous les sens : il faut que cela reste lisible et compréhensible : ce sont des articles, pas des discussions croisées. 🙂

    • Tu me rassures sur le fait d’avoir plein de choses à raconter : moi aussi j’ai encore des tas d’idées de chroniques, et je devrai poursuivre l’aventure un peu après le récit du mariage 😉

  • Excellente chronique, une fois de plus 😉

    Devenir chroniqueuse sur Mlle Dentelle est une magnifique aventure. Des lors qu’Anne me l’a proposé (suite à mes commentaires expliquant mon futur mariage et à une première chronique en tant qu’invitée), je me suis prise au jeu.

    Apparemment, nous l’a nos toutes vécu différemment: je fais lire à mon fiancé,? J’en parle aux amis, à la famille ? Pour moi, mes chroniques étaient un jardin secret que je préservais avec hargne de tout regard extérieur des invités et surtout de mon futur mari. Lui seul, ainsi à que mon témoin souffre douleur étaient au courant de ma présence ici mais n’ont jamais lu mes chroniques. Et a refaire, je referais pareil: cela m’a permis de livrer mes états d’âme et inquiétudes sans aucune censure et de vous montrer ma robe sans crainte qu’elle soit connue de mon homme.

    Toujours est-il que oui, se livrer, partager, aider fait un bien fou et lire vos commentaires a toujours été un véritable plaisir!
    Donc merci à Anne pour cette magnifique opportunité qu’elle m’a offerte et merci à vous toutes ! Et n’oubliez pas, je sévis encore sur Madame Dentelle 🙂

  • Personnellement je ne vais pas postuler pour être chroniqueuses, pourquoi ? Plusieurs raisons à cela, car je ne serait consacré du temps et je suis déjà pas débordé, et quand je m’engage à quelque chose c’est pour le faire,puis mon orthographe c ‘est la cata et pour couronner le tout je tient à mon identité anonyme, je n’aime pas mettre des photo sur le net même sur facebook je ne les met pas.

    Pour venir sur le sujet de décomplexé dans ce qui se fait et ce qui se fait pas, c’est vrai que cela aide, même de nature je me fou du quand dira t’on et même si je cède un peu à certaine tradition pour ma mère (attention elle ne ma pas forcer), mon avis sur le mariage n’est pas seulement faire ce que le couple aime mais aussi faire plaisir (je dit bien plaisir et non tout cédez) par ex ma belle mère a eu une idée de mettre des photos de nous petit au vin d’honneur j’ai dit oui, j’ai trouver que c’était une bonne idée et ça lui a fait plaisir aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *