Mon mariage hivernal : la semaine avant le mariage, épisode 3 – le mardi après-midi

Après une matinée bien remplie, je pars de chez mes amis une fois le déjeuner fini.

Mardi 18 décembre, l’après-midi

Finalement, je n’ai pas le courage de tenter ma chance sur les routes de VilleoùjeBosse : j’ai peur de me perdre, et j’ai un rendez-vous à 14h avec la maman d’une élève. Je renonce à mon escapade.

De retour au collège après le repas, j’embrigade SuperCollègue pour faire des pompons en tulle : il faut bien décorer la voiture un minimum ! Je pars en rendez-vous, puis me souviens, 45 minutes avant mon cours, que je dois faire un goûter en classse : oups ! J’ai oublié d’aller acheter ce qu’il faut.

Je laisse pompons, rubans et ciseaux avec SuperCollègue, le temps d’aller au MagasinduCoin à pieds. Quand je reviens, SuperCollègue a terminé tous mes pompons !!! La voilà promue au rang de CollègueQuiDéchireTout ! Je suis très contente, je vais pouvoir passer ma soirée à autre chose.

Les parents d’élèves, présents pour préparer le tirage au sort de la tombola du soir, pouffent de rire en me voyant débordante d’énergie et maladroite (il a fallu que je laisse tomber tout ce que j’avais dans les mains en rendant un trousseau de clés à SuperCollègue), et me félicitent en avance pour le mariage.

Dans l’après-midi, Sir Givré m’envoie un message pour me dire que son père a trouvé des nappes rondes aux bonnes dimensions. Je suis rassurée et contente de ne pas être obligée de faire un détour par le centre commercial. D’autant plus que la dépense non prévue n’aurait vraiment pas été la bienvenue.

Le goûter en classe se passe très bien : nous jouons à Secret Santa (chaque élève tire au sort le nom d’une personne de la classe et lui écrit une carte de Noël), puis nous mangeons. Ils sont contents et semblent aimer les scones. À 15h45, tout le monde débarrasse, range et fait la vaisselle. À 16h, c’est l’heure du départ !

Nous serrons la main aux élèves, puis je me précipite vers la voiture, et hop ! Direction VilledebordeMer. J’ai hâte d’avoir enfin ma robe, même si je me demande comment je vais la transporter…

Le trajet est moins long que SuperCollègue m’avait dit : en quarante minutes, je suis arrivée et soulagée de trouver une place pour me garer tout près de la boutique. Quand je rentre dans la boutique, la dame me reconnaît tout de suite : j’ai l’impression qu’elle m’attendait. Il faut dire qu’il n’y a pas beaucoup de mariées d’hiver… Je suis leur dernière mariée de 2012, me dit-elle.

détailler la robe de mariée

Crédits photo : Lin & Jirsa Photography

Elle va chercher ma robe dans l’arrière-salle, et l’émotion me saisit quand elle m’apporte la robe tant attendue, toute jolie dans sa housse opaque. La vendeuse me dit qu’elle sent bon, mais j’ai encore le nez bouché après ma récente grippe. J’ai les larmes aux yeux quand elle referme la housse et me tend le sachet avec les accessoires : jarretière que je ne porterai pas, jupon et diadème.

Elle me demande si je veux de l’aide pour apporter tout ça à ma voiture, et ce n’est pas de refus : c’est lourd ! Sur la route, je donne quelques nouvelles à la vendeuse qui me demande comment s’organisent les derniers jours : je suis pipelette et contente, j’ai enfin ma robe !

Une fois tout accroché avec soin dans la voiture, j’appelle Sir Givré pour lui dire que je rentrerai bientôt. Il y a de la circulation sur la route, mais ça lui donne une idée de quand je devrais rentrer, histoire qu’il ne s’inquiète pas.

Puis j’appelle ma mère pour lui dire que j’ai réceptionné ma robe ! Je suis contente, mais je ne reste pas trop longtemps au téléphone avec elle parce qu’elle est au travail et je ne veux pas la déranger. Je ris avec elle parce que je l’appelle tous les jours en ce moment, et elle n’a pas l’habitude… Je me dis qu’il faudrait que je l’appelle plus souvent.

Dans la voiture, pendant la demi-heure qui sépare VilleduBordeMer de ma maison, je mets le CD de Noël qui nous a été prêté par le couple pastoral, et je chante à tue-tête. Une pointe de stress quand même : nous n’avons toujours pas choisi les chants pour la cérémonie religieuse qui a lieu dans 4 jours, il va falloir se décider… Je fais une note à moi-même pour obliger Sir Givré à prendre une décision. On ne peux plus repousser le choix !

Arrivée à la maison, j’envoie un message à maman pour lui dire que ma robe et moi sommes bien arrivés à la maison. Puis j’ordonne à Sir Givré de rester le dos tourné à la porte, le temps que je monte tout mon attirail dans le bureau.

Je suis contente de voir qu’il a déplacé toutes les bouteilles qui étaient dans le bureau pour que je puisse y mettre ma robe jusqu’au grand jour. Je pends ma robe au crochet à côté du plafonnier, prévu pour accrocher les abat-jours, j’enlève ma housse, et la voilà prête pour samedi.

Le tissu un peu brillant se met en place, la robe tombe gracieusement jusqu’au sol. Comme j’ai hâte… Je ne peux pas m’empêcher de l’étudier sous toutes les coutures, comme elle est belle ma robe. J’ai hâte que Sir Givré me découvre, j’espère qu’il va aimer. Je touche du bout du doigt le tissu et quitte la pièce avec un dernier regard pour ma robe.

Je verrouille la porte pour être sûre que Sir Givré ne fasse pas de gaffe. Le grand compte à rebours est enclenché. J’ai un sourire jusqu’aux oreilles à l’idée que dans quelques jours, nous y serons.

first look

Crédits photo : J. Kelley Photography

Et toi ? Es-tu du genre à déborder d’énergie à l’approche d’un bel évènement ? Comment te sens-tu quand tu revois ta robe ? Tu penses que tu seras très émue en la récupérant, à quelques jours du mariage ? Dis-moi !



4 commentaires sur “Mon mariage hivernal : la semaine avant le mariage, épisode 3 – le mardi après-midi”

  • Je crois que j’avais aussi verrouillé la porte… Mais plus pour empêcher mon chat d’aller jouer dans le tulle que par peur qu’IronMan aille fouiner.

    Le moment où je suis allée chercher ma robe a été un des rares moments vraiment agréables de la dernière droite : où l’on réalise que la boutique a fait du joli travail, qu’on est belle et qu’on va se marier !
    (Par contre, ramener la robe à pied sur un kilomètre, ça m’a fait les biceps !)

  • comme j’ai hâte de découvrir ma robe finie… mais il va falloir prendre mon mal en patience. Il y en a pour 14 mois de fabrication :s

  • Hoo la récupération de la robe, c’est un sacré moment!
    J’atais allée chercher la mienne et celle de ma soeur la témoin un soir d’été!
    Une fois rentrée à la maison j’ai brodé un de mes jûpon. J’y ai inscrit en bleu le prénom de mon cher et tendre…. Moment feutré de concentration et d’émotion 🙂 Et puis quelle regard tendre quand je lui ai montré son prénom le grand jour!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *