Celle qui redoutait les essayages de robes de mariée – Partie 1

La salle, les prestataires, les faire-part, la déco home-made, le planning du jour J… Je t’en ai raconté des choses, mais toujours pas un mot sur ma robe, que dis-je, LA robe ! Tu dois te dire que je suis bien mignonne, mais qu’après t’avoir montré ma robe pour le mariage civil, il serait temps d’aborder les choses sérieuses et de parler de la quête du Graal la recherche de ma robe de mariée !

Quand tu ne sais pas par où commencer

Imagine un peu une petite fille baroudeuse, légèrement garçon manqué sur les bords, qui préfère se rouler dans l’herbe et courir après un ballon plutôt que de jouer à l’épicière ou avec ses poupées, au grand désespoir de sa tendre maman. Imagine que cette petite fille a une chambre rose, alors que « le rose, maman, c’est pour les fillettes ! Elle est moche cette chambre ! » (phrase véritablement sortie de ma bouche d’enfant de 6 ans… c’est ingrat un gosse, quand même). Imagine ensuite que cette petite fille est devenue une ado, et qu’elle ne se met jamais en jupe. Enfin, imagine qu’elle finit par se féminiser, s’intéresse au maquillage (et même au rose !) et porte enfin des robes (ouf, on l’a sortie d’affaire !). Ça y est, tu me cernes un peu là ?

Ce décor posé, tu comprendras peut-être mieux que je ne fais pas partie de celles qui ont commencé à rêver de leur mariage bien avant de rencontrer l’homme des bois le prince charmant, et que je ne suis pas vraiment dans le trip de la robe de princesse à paillettes et à jupon, bien que je trouve ce type de robe absolument divin… sur les autres ! Plutôt petite et menue, j’ai trop peur de disparaître derrière une montagne de tulle façon dessins animés où on ne verrait ressortir que le haut de mon petit crâne. Et, quelque peu timide, je crois tout bonnement que j’ai besoin que ma robe n’en jette pas des tonnes, et qu’elle reste plutôt simple parce qu’en vrai… ben je ne suis pas bien vaillante à l’idée d’être l’objet de tous les regards !

Mais, est-ce que ça existe vraiment, des robes simples ? Parce que dans ma tête, je n’ai absolument aucune idée de ce à quoi peut bien ressembler une robe de mariée des années 2010. Mes lacunes en tendances mariagesques sont immenses, tu n’imagines même pas à quel point je suis partie de loin !

Quand tu trouves ce que tu veux

Bien entendu, Google a rapidement mis fin à mon ignorance et m’a subtilement glissé sous les yeux les doux noms des créatrices les plus en vogue du moment : Marie Laporte, Lorafolk, Elise Hameau, Aurelia Hoang, Atelier Anonyme et consœurs !

Me voilà donc fraîchement débarquée dans le monde merveilleux de la robe de mariée fluide et légère. Alors c’est ça, la tendance ? Je me délecte, c’est tout ce que j’aime ! Oh ces petites manches en dentelle ! Oh, ces somptueux dos nus ! Oh, ces jolies coupes romantiques ! Et ces crop top… je veux, je veux !

Typiquement, voilà ce qui me fait fondre comme un bout de chocolat laissé devant un feu de cheminée d’envie :

Marie Laporte

Crédits photo : Marie Laporte

Elise Hameau

Crédits photo : Elise Hameau

Vanda Outh

Crédits photo : Vanda Outh

Les détails plein de charme me laissent également béate :

Carnet de Mariage

Crédits photo : Carnet de Mariage

Laurence Revol pour Lorafolk

Crédits photo : Lorafolk

Robe Edith Lorafolk

Crédits photo : Lorafolk

Ça a le mérite de me permettre de mettre des mots sur mes envies : ok, j’ai un énorme faible pour les dos nus en forme de V, les manches et les jupes vaporeuses et légères. Je préférerais éviter d’avoir une traîne (je suis très pragmatique comme fille, et j’ai peur de m’emmêler les pinceaux avec) pour rester au plus simple, j’aimerais bien un peu de dentelle en haut avec des manches courtes ou trois quart (pour cacher mes épaules… je fais une fixette sur mes épaules !). Et surtout, pas de paillettes (la petite fille baroudeuse que j’étais sommeille toujours en moi et n’assume pas encore totalement sa pleine féminité !).

Et puis un soir, c’est l’alerte gros coup de cœur, et mon cœur fait boum !

Wanda Borges

Crédits photo : Wanda Borges

C’est élégant, c’est raffiné, c’est une robe de danseuse, non, une robe de fée ! Et c’est hyper féminin, pour une fille qui ne l’était pas spécialement ! Je m’épate ! Bon, certes, je n’ai pas exactement le même ventre plat que le mannequin, mais je m’enfonce dans le crâne l’idée qu’il faut absolument que je trouve une robe de ce style. Allez hop, au travail, maintenant, il faut essayer !

Quand tu mises tout sur la première boutique

Le rendez-vous est donc pris dans une charmante boutique au cœur des vieux quartiers de Toulouse, au début du mois d’octobre, la seule à ma connaissance qui soit spécialisée dans le type de robes de mariées que je recherche. Je n’ai pas fermé l’œil de la nuit, partagée entre l’excitation et la légère pointe de stress à l’idée de m’imaginer en mariée. Je suis accompagnée par mes témouines, l’une des deux ayant spécialement traversé l’Europe pour être là. Après un petit resto entre filles et un verre de blanc (pour se donner du courage !), hiiiiiii, c’est l’heure d’y aller ! Je vais essayer des robes de mariée pour de vrai ! Hiiiii – bis.

La boutique est un vrai cocon, avec un immeeeeeeeeense miroir pour se contempler. Nous sommes accueillies par une vendeuse qui est aussi créatrice, c’est une fille pétillante et enjouée qui me met rapidement à l’aise et qui prend les choses en main (tout ce dont mon indécision et moi avons besoin). Elle me pose tout un tas de questions pour me cerner un peu, sort des robes de leur portant et les fait virevolter devant elle pour guetter ma réaction et en met plusieurs de côté « parce qu’il faut vraiment que vous essayez ce modèle, ça va être top ! ».

Me voilà dans l’arrière-boutique qui ressemble à un vrai petit boudoir, prête à enfiler la première robe longue de ma vie. Je peux te dire que se retrouver nue comme un ver (ah non, j’ai des chaussures, une culotte et deux coques en silicone en guise de cache-titis, pardon) face à une inconnue ne dope pas forcément la confiance en soi. Hop, les bras tendus en l’air et la tête rentrée entre les épaules, je plonge dans ma première robe de mariée avant de filer découvrir mon reflet. Oh, ça me fait tout drôle de me dire que c’est bien moi, là, dans le miroir ! Des passants s’arrêtent devant la devanture entièrement vitrée et restent assister discrètement au spectacle. Je rougis comme une tomate mais apprécie leurs regards bienveillants, je peux lire sur leurs lèvres des « que c’est joli ! » et autres « à croquer ! ». Une autre jeune femme s’arrêtera plus tard et lèvera le pouce à mon attention en me faisant un clin d’œil. C’est fou comme le monde de la mariée rend tous les gens chamallows !

Nous passerons pas moins d’1h30 dans la boutique pour environ 16 modèles. Oui, SEIZE ! Ça me permet de mieux cerner mes envies encore vagues, de comprendre ce qui me va le mieux (clairement : une taille plutôt haute que basse), et notamment d’écarter les robes avec des jupes tout en satin qui ne pardonnent pas le moindre excès de graisse sur les hanches. Deux créatrices me tapent particulièrement dans l’œil après essais : Stéphanie Wolff et Lorafolk. Voici donc le top 3 des robes que j’ai essayées version catalogue (puisque je n’ai malheureusement pas eu le droit de prendre des photos lors de ce premier rendez-vous).

Le modèle Flore de Lorafolk d’abord, pour ses dentelles magnifiques et originales et son inspiration bohème à souhait. Je bloque quand même sur l’idée que la jupe n’est pas aussi légère et vaporeuse que celle de mon coup de cœur…

Lorafolk, modèle Flore

Crédits photo : Lorafolk, modèle Flore

Le modèle Vivi de Stéphanie Wolff ensuite, lequel, il faut bien l’avouer, me fait une silhouette plutôt sympa, on dirait que j’ai des jambes de 2 mètres de long avec cette robe ! Et je fonds pour la traîne (alors que je n’en voulais pas) et le dos en dentelle fine…

Stéphanie Wolff, modèle Vivi

Crédits photo : Stéphanie Wolff, modèle Vivi

Et le modèle Blue, de Stéphanie Wolff encore, qui remporte l’unanimité des voix présentes ! Le travail de la dentelle est sublime et délicat, la traîne est ouffissime (encore une traîne !) et le dos est à tomber. Je me laisse envoûter, alors que sur cintre, ce n’est pas forcément celle que j’aurais retenue.

Stéphanie Wolff, modèle Blue

Crédits photo : Stéphanie Wolff, modèle Blue

Quand tu es un peu perdue

Je ressors de là un peu sonnée d’avoir enfilé autant de modèles, et je me sens partagée, presque un tout petit peu déçue. J’ai eu des étoiles dans les yeux sans qu’aucune robe n’ait provoqué en moi une véritable émotion.

La vendeuse me propose de revenir quelques semaines plus tard pour réessayer les 3 robes de mon top 3 et quelques autres qui doivent encore compléter la nouvelle collection. Je reviens donc pour un second essayage, accompagnée de ma maman. Je repasse les 3 robes, j’en essaie 4 autres et, non, rien ne se passe. La vendeuse se veut franche avec moi : peut-être que sa boutique n’est pas ce qu’il me faut, que le style qu’elle présente est trop bohème et manque de romantisme pour moi. Il faut se rendre à l’évidence, elle a sûrement raison, mais la désillusion est là, je me trouve jolie sans pour autant me sentir moi-même dans ces robes. Où vais-je trouver ma robe fluide tant espérée maintenant que j’ai passé en revue tous les modèles de la seule boutique toulousaine qui propose ce style ? Serai-je capable de savoir quelle robe sera la mienne, sans hésitation, comme le racontent les autres mariées ?

On continue les recherches dans le prochain épisode !

Et toi, est-ce que tu appréhendais les recherches de robe de mariée ? Tu l’as dénichée du premier coup ou les essayages t’ont un peu perdue dans tes choix ? Dis-moi tout, j’adore lire les histoires de robes !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



37 commentaires sur “Celle qui redoutait les essayages de robes de mariée – Partie 1”

  • Je me reconnais totalement dans ce que tu ressentais en sortant de la boutique… Je n’en dis pas plus pour ne pas *spoiler* mes prochaines chroniques, mais tu viens de m’offrir un petit flashback de mes essayages!
    La suite, la suite!!

  • Eh ben, ça me fait vraiment bizarre de lire ta chronique car à quelques détails près j’aurai pu l’écrire.
    Et c’est vrai que le modèle blue de Stephanie Wolf est particulièrement joli.
    Et maintenant, il faut nous raconter la suite ! 🙂

    • C’est rigolo qu’on se retrouve autant dans nos récits respectifs ! Oui, la suite est programmée, elle ne va pas tarder 🙂

  • Que ça fait plaisir de te lire à quelques jours de ton D-Day !!!!!! Et oui, nous n’avions pas encore eu le plaisir de lire tes péripéties robanesques !! (oui j’invente des mots!!).
    Je ne connaissais pas Stephanie Wolf … ton travail est juste sublime, la vache !!!!!!!! C’est magnifique !!! Mais il est absolument certain qu’il faut se sentir soi dans une robe de mariée, et tu as bien fait de ne pas insister sur cette boutique. Hâte de lire la suite ^^

  • Un peu comme toi, j’ai commencé mes recherches avec une idée très précise de la forme que je souhaitais: une robe de princesse, tissu lourd (pas de tulle), pas de bustier, pas de dos nu, du volume sur la jupe.
    … au final j’ai choisi une robe sirène avec un dos nu! Mais dans un tissu lourd, alors on dira que mes critères sont respectés 😉

    Un conseil : essaye TOUS les styles/types/formes/modèles que tu peux essayer, même ce que tu penses ne pas t’aller ! C’est comme ça que j’ai trouvé ma robe.
    Je suis allée faire mes essayages avec ma maman et ma belle mère, et je les ai laissée choisir un modèle chacune qu’elles avaient envie de me voir essayer. C’était clairement pas ça, mais ça leur a fait très plaisir, et moi ça m’a fait essayer des choses très différentes, et c’était pas plus mal ! 🙂

    • Oui c’est sûr il ne faut pas se priver dans les essayages et en profiter pour essayer des styles différents car ce qui nous plaira n’est pas forcément ce qu’on aurait pensé de prime abord ! C’est d’ailleurs comme ça que je me suis retrouvée à essayer 16 modèles dans la première boutique, c’est énorme mais c’était quand même bien plaisant 🙂

  • J’aime beaucoup la direction que ça prend tout ça ! 🙂 Le style qui te tape dans l’oeil est vraiment superbe… j’attends avec impatience de lire la suite !!! La suite, la suite, la suite !
    (et comme je te comprends pour le complexe des épaules… j’ai réellement fait une fixation pendant mes essayages là-dessus…)

  • Ah je ne suis pas la seule à redouter les essayages de robes de mariée mais moi me soucis est plutôt : qu’est ce qui va m’aller ? Comment faire pour essayer des robes avec ma taille 52 ? Bref beaucoup d’angoisses du coup je repousse je repousse le moment fatidique !! Heureusement j’ai le temps jusqu’à début septembre 2017… Enfin de moins en moins quand même…. ?
    En tout cas le style de ta robe est mon style rêvé !!! Est ce que cela m’ira là est la question !!!!

    • Si cela peut te rassurer, je porte moi aussi une grande taille (50-52) et j’ai eu la chance de pouvoir essayer des modèles à ma taille ou presque, mais je te conseille de passer un coup de fil à la boutique pour échanger avec eux et savoir s’ils ont en stock des modèles à ta taille, ça t’évitera une déconvenue. J’espère que tu trouveras ta précieuse prochainement, moi je me marie en aout 2017 et j’ai trouvé ma robe depuis septembre dernier (je m’y étais prise très tôt pour les essayages, car je craignais de ne rien trouver et d’être très déçue).

    • Millytuba, j’ai moi aussi repoussé la date fatidique du premier essayage mais.. le tout, c’est de se lancer, ça ira bien tu erras, en tout cas je te souhaite d’agréables essayages ! 🙂

    • Merci les filles ! Vous m’avez boostée ! J’ai rdv le 8 octobre ! Je suis passée dans une boutique pas loin de chez moi et surprise ils ont une collection grande taille ! La vendeuse y tient puisqu’elle fait elle même du 48/50 !!!! ? Maintenant il me tarde mais avec un peu d’appréhension quand même !
      mais le compte à rebours à commencer : J-365 aujourd’hui ! Dans 1 an à cette heure ci je serai madame ! Gniiiii !

  • Bonjour Mlle Peach !
    (han tu n’es pas déjà officiellement une madame en fait ???)

    Que j’avais hâte de relire tes chroniques et surtout celle de la robe de mariée !
    Et bien tu sais quoi, j’ai l’impression que tu parles de moi (encore !), idem, adorais jouer dans la boue, dans la terre, faire des légos, et puis passé le primaire impossible de me faire passer une jupe (sauf s’il y avait un pantalon en dessous, oui la mode des années 2000 était pourrie). Me suis reprise depuis mais là c’est clair qu’être une mariée implique d’assumer sa féminité, et j’ai stressé pour les essayages.

    J’étais aussi tombée sous le charme de Marie Laporte et des robes fluides avec de beaux dos et style champêtre. Bon par contre je me suis rendue à l’évidence avant les essayages, ma poitrine ne me permettait pas de porter des dos nus …
    Et puis pendant les essayages, c’est le drame, le style fluide ne me va pas du tout, mais alors pas du tout !
    Je suis tout à fait d’accord avec toi, il faut absolument se sentir soi dans sa robe de mariée, c’est dingue de se mettre autant de pression pour une robe d’un jour, mais c’est vrai que ça change tout lorsqu’une mariée porte la robe qui va à sa morphologie ET à sa personnalité.

    Bref tout ça pour dire que j’ai hâte de voir ta robe !!!

    • Ha Mlle Broderie, c’est pas possible tous ces points communs ! 🙂 et non je ne suis pas encore une Madame, ça ne saurait plus tarder 😉

      C’est ça, l’important c’est de trouver la robe qui saura nous convaincre, nous faire sentir belle et à l’aise, et ce n’est pas toujours celle qu’on croyait au départ !

  • Tout comme toi, je fondais pour les robes bohème, légères, vaporeuses. Je voulais une robe simple, facile à porter. Au final je me retrouve avec une “meringue” (une belle meringue hein 🙂 ). Tout simplement car avec ma morphologie, il me fallait de l’ampleur en bas, sinon je faisais “communiante” comme disait la vendeuse. Mais je m’en doutais, il y avait le style de robe que je voulais et le style de robe que je savais être pour moi. Je n’ai donc pas hésité d’autant que la robe que j’ai choisie plaira à 2000% à mon homme !

    • C’est génial que tu aies trouvé LA robe, celle qui te va, et c’est sûr que rien que d’imaginer qu’elle plaira à ton homme, ça doit te mettre les frissons ! En tout cas moi j’ai maintenant très hâte qu’on se découvre en tenue !

  • Aaaaah ! J’en suis au même point que toi ! Devenue aussi plus féminine sur le tard, je suis un peu désorientée et stressée par ce fameux essayage de robes !! 😀 Pour l’instant Internet est mon ami mais je n’ai pas encore eu le courage de prendre un RDV (mais il va falloir que je m’y mette vite maintenant pour mai 2017! hihi) ne sachant absolument pas ce qui pourrait m’aller ou ce que je veux. Et puis y a le budget de la robe aussi …
    Pfiouu hâte de lire la suite !! 🙂

    • Allez, ça va bien se passer tu vas voir, le plus dur quand on redoute, c’est de se lancer, mais au pire il faut persévérer un peu et je suis certaine que tu trouveras ! Mai c’est un très joli mois pour se marier, si on avait pu c’est sûrement celui qu’on aurait choisi à la place du mois d’août !

  • Je vais prendre un peu le contre-pieds des autres commentaires : moi je ne trouves ça pas grave de ne pas “se sentir soi” dans une robe de mariée. A moins d’avoir une personalité à fonds dans le trip princesse et paillettes et d’être habituée aux robes longues et au style très habillé (et au blanc!), peu de gens se retrouveront dans leur apparence habituelle en se voyant dans une robe de mariée. Et vous savez quoi les filles? C’est pas grave! Hate à la dictature de la robe “qui est tout toi” ! parce que pour pas mal d’entre nous ça voudrait dire se marier en jeans et top coloré 🙂 (et on a le droit de vouloir une belle robe blanche quand meme non mais oh). Par contre une robe dans la quelle on se sent bien et belle, ça oui et re-oui! on vise ça?

    • Je pense que c’est ce que les filles ont justement voulu dire, quand elles parlaient de “se sentir soi” : c’est d’être à l’aise et se sentir belle dans sa robe 😉 tant qu’on ne se sent pas à l’aise dans une robe, on a tendance à se trouver déguisée. On a beau s’habiller en jean -basket tous les jours, on se sentira peut être “soi” dans une robe de mariée à paillette si on adore ça par ailleurs ; alors qu’une autre future future mariée se sentira elle même dans une robe pleine de dentelle parce que ça lui ressemble davantage dans sa représentation personnelle de la mariée, c’est surtout ça “être soi” je pense 😉

    • Ah ça c’est certain, c’est une boutique tenue par 2 personnes qui ont l’air réellement passionnées et ça change beaucoup de choses !

  • AAaaaah Mlle Peach! Encore une chronique qui me parle! Je suis absolument fan des plumetis dentelle, dos…Bref, je me reconnais bien dans le style que tu aimes (des plumetis! de la dentelle! un joli dos ouiiiii)! Et je vois que nous avons la même zone géographique de recherche !!!! Donc je suis d’autant plus IMPATIENTE de connaître la suite de tes aventures….:-)

    • Hé super Mlle Sapotille tu es aussi une future mariée du sud-ouest alors ! Tu as déjà trouvé ta robe ou tu t’apprêtes à te lancer dans les recherches ? 🙂 promis, la suite arrive vite, elle est déjà programmée dans le calendrier Dentelle 😉

      • Mais ouiiiiii! Vive le Sud-Ouest 🙂 Je m’apprête justement à débuter mes recherches, et j’avoue que je suis bien stressée et un peu déboussolée …
        Du coup, je vais suivre ton parcours avec passion 😉 …. 16 robes je suis impressionnée!

  • Woooooaaaa 16 robes en un seul essayage ?! Y a de quoi etre perdu a la sortie en effet.

    C’est super l’honneteté de cette vendeuse, ça change un peu des Mireille Habituelle.

    J’ai hâte de voir ton choix.

  • ah les robes fluides, délicates, et avec de la dentelle… ce que je préfère! j’ai hâte de voir ce que tu as choisi!
    petite pensée pour toi à J- pas beaucoup!!

    • Oh Angela, je suis vraiment désolée de ne découvrir ton commentaire que des mois plus tard… C’est donc sans doute inutile pour ta copine que je te réponde, mais au cas où, il s’agit de la boutique “Ma Robe” rue Bouquières à Toulouse ! D’ailleurs, avec le recul, si je devais choisir à nouveau une robe, je retournerais encore dans cette boutique que j’avais beaucoup aimée ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *