Réflexions sur la cérémonie laïque

Ah, la cérémonie laïque ! Cette cérémonie qui sert soit à compléter, soit à remplacer une autre cérémonie, et qui en devient une à part entière avec sa valeur propre.

Dis-moi si je me trompe, mais je crois que toute future mariée y accorde une pensée à un moment de ses préparatifs. Que ce soit pour se demander : “Cérémonie religieuse ou cérémonie laïque ?”, pour se dire très franchement : “Pas de cérémonie laïque !” parce que “Nan, nous on fait une cérémonie religieuse !” ou au contraire parce que “La cérémonie civile, ça nous suffit bien !”, ou pour régler directement la question de “Bon, on demande à qui de l’animer, cette cérémonie laïque ?”.

Ces questions, je me les suis posées. Toutes les trois. Dans cet ordre-là.

Et, oui, j’ai bien fait une cérémonie laïque le jour du mariage. Attends, laisse-moi t’expliquer…

Religieuse ou laïque ?

Cette question-là a été un peu une question boomerang. Alors que je pensais qu’elle était définitivement close, elle est revenue, plusieurs fois.

Ce qu’il faut savoir déjà, c’est que M. Chat et moi ne sommes pas de même confession. Oui, je t’entends hurler, là-bas, derrière ton écran : “Ça va quoi, un orthodoxe et une catholique, faut pas déconner, y’a plus compliqué comme différence de confession !” C’est vrai et, oui, ça aurait été surmontable, d’autant que ce n’était pas un point problématique dans nos familles respectives comme ça peut vraiment l’être dans d’autres situations. Mais il n’empêche que dans notre cas, ça a été l’un des points décisifs pour la réponse à cette question.

Il faut donc savoir que M. Chat et moi sommes de confessions différentes, et que nos Églises, si elles sont compatibles, n’en sont pas moins un peu chiantes (rien que ça). Je me suis beaucoup renseignée sur la question, et il s’avère qu’autant un orthodoxe peut se marier dans n’importe quelle église catholique sans que ça pose de problème, autant moi, la catholique, il m’aurait fallu une autorisation spéciale, ou alors être accompagnée d’un représentant de l’Église catholique pour que mon mariage célébré dans une église orthodoxe soit reconnu. Tu vois, c’est chiant. Et assez vite, j’ai décidé que je n’avais pas vraiment envie de me prendre la tête sur ce point-là !

Bon, il est également vrai que si M. Chat et moi sommes tous les deux croyants, nous ne sommes pas très branchés “culte”. Entendre par là que nous ne nous reconnaissons pas dans l’Église, dans ses rites et ses traditions. Nous adhérons à ses valeurs et partageons sa foi, mais pas sa manière de les mettre en scène, en gros. Du coup, on ne se sentait pas très à l’aise à l’idée de placer notre mariage dans un cadre qui ne nous correspondait pas.

Et c’est là que ma cousine intervient, encore une fois. Elle s’est mariée (dans sa robe fluide, donc) à l’église, et sa cérémonie ne m’a pas plu du tout. Attention, c’était joli et émouvant et solennel, je ne remets pas ça en question. Ce qui m’a globalement déplu, c’est que j’avais l’impression que la cérémonie mettait plus en valeur l’Église que le couple, la nouvelle famille qui se créait ce jour-là sous nos yeux et sous son toit. J’ai trouvé dommage de célébrer moins l’amour du couple que leur entrée dans l’Église.

Ajoute à ça le fait qu’en Russie, ça ne se fait pas de se marier à l’église, ce n’est en fait pas vraiment dans leurs mœurs. Pourtant, les Russes sont globalement beaucoup plus croyants que les Français, surtout les jeunes, mais ils ne pratiquent pas de la même manière que les catholiques. Ils vont à l’église pour les grands événements ou lorsqu’ils en ressentent le besoin, mais ce n’est pas du tout quelque chose de fixe ou de récurrent comme la messe tous les dimanches de quand j’étais petite. Du coup, pour M. Chat, c’était un peu bizarre de se marier à l’église, et il n’était vraiment pas très chaud pour ça.

Mais n’empêche (ben oui, je t’ai dit, boomerang). L’église de Saint-Cloud, celle qui est attenante à la mairie, est hyper canon. Je suis tombée raide dingue de cette église. Le lieu, la solennité et la pompe que j’imaginais dans un mariage à l’église m’ont quand même interpellée, et m’ont fait douter.

Pourquoi opter pour une cérémonie laïque ?

Crédits photo : Samonov Brothers

Vue sur l’église de Saint-Cloud depuis la mairie

Et puis, je me suis renseignée sur la préparation au mariage, proposée pour les mariages à l’église catholique, et je trouve que c’est vraiment une très bonne idée : quand elle est bien faite, je crois qu’elle peut vraiment être très enrichissante. Mais bon, on ne va pas se marier à l’église juste pour ça, si ? Je n’ai pas trouvé d’équivalent en dehors de l’Église, et je trouve ça vraiment dommage.

Et puis, alors que je pensais que la décision était prise, M. Chat est revenu à la charge : il m’a redemandé si j’étais sûre de ne pas vouloir me marier à l’église. Ce sont en fait ses collègues qui l’ont un peu influencé, et il voulait s’assurer que j’étais bien sûre de moi et que je ne faisais pas un compromis sur un truc qui serait important pour moi à cause de lui, en quelque sorte. J’ai été touchée de sa démarche.

Et du coup, je suis repartie dans toute la réflexion que j’avais déjà faite… Tu vois, plus j’écris de chroniques, plus je me dis que j’aurais pu m’appeler Mme Girouette ! Mais cette fois-ci, la réflexion a été beaucoup plus courte, et en moins de vingt-quatre heures, j’ai confirmé à M. Chat que non, je ne souhaitais pas me marier à l’église, et que ma décision était ferme. Je peux te dire qu’il avait l’air quand même soulagé !

Bon, donc si pas de cérémonie religieuse, on fait une cérémonie laïque, alors ?

Sauf qu’en fait, je n’avais pas envie de faire une cérémonie laïque.

Ma sœur, Mme Héden ma témoin, puis M. Punk mon frère-témoin ont fait des cérémonies laïques pour leurs mariages. Dans les trois cas, c’était vraiment bien ficelé, avec des interventions de proches, lectures de textes et/ou discours personnalisés, et différents rituels, majoritairement à base de bougies et de sable. Dans les trois cas, j’ai apprécié le travail qui avait été effectué sur ces cérémonies, parce que vraiment, jusque dans les détails, tout était nickel, tout s’enchaînait bien, c’était vraiment top.

Mais par contre… Je n’ai pas été touchée par ces cérémonies. En tout cas, pas dans leur ensemble. J’ai été touchée par des interventions, des moments précis, des discours, des regards…

Prenons l’exemple que je préfère, quand ma petite nièce, qui devait avoir 2 ans au moment du mariage de ma sœur, est venue la rejoindre sur l’estrade avec une biscotte (ah, ma nièce et les biscottes…), lui a fait un gros câlin, et puis nous a fait des mines absolument trop mignonnes et des sourires pleins de miettes… Là, j’ai cru que jamais je ne me remettrais d’une scène aussi mignonne, et j’ai versé une larme.

Mais si on les prend dans leur intégralité, ces cérémonies ne m’ont pas fait l’effet bœuf auquel je m’attendais. C’était peut-être naïf ? Je crois que c’était un peu symptomatique, ou en tout cas en quelque sorte prémonitoire, de la manière dont j’allais vivre mon mariage… Mais c’est une autre histoire.

Bref, je n’ai pas accroché aux cérémonies laïques auxquelles j’ai assisté, elles m’ont semblé un peu creuses, finalement. Les bougies c’est bien, mais voilà quoi, ce sont des bougies. La signification, le symbolisme derrière ces bougies, je n’ai pas réussi à les ressentir lorsque j’étais invitée à ces mariages.

Du coup, quand j’en ai parlé à ma mère, elle m’a dit que peut-être ça ne m’avait pas touchée, mais que ça avait du sens pour les mariés. Que c’était juste que de l’extérieur, je ne l’avais pas ressenti comme eux l’avaient ressenti, et que quand je serais la mariée, ce serait différent.

Bon… mais il n’empêche que moi, je n’avais pas envie de faire de cérémonie laïque.

Pourquoi faire une cérémonie laïque

Crédits photo (creative commons) : natalia_nail

Je dis bougies, mais c’est vrai aussi pour le sable, hein…

Sauf que bah, en fait, j’ai fait une cérémonie laïque

J’ai eu une discussion assez houleuse avec ma maman à ce moment-là de mes préparatifs.

Quand je lui ai dit que je ne voulais pas faire de cérémonie, elle m’a un peu prise pour une folle, et m’a martelé que sans cérémonie, ni laïque ni religieuse, en gros, le mariage ne serait pas célébré correctement, qu’elle craignait qu’il ne me manque un truc, que je reste avec une sensation de quelque chose de pas fini, en quelque sorte. Que la cérémonie civile soit expéditive et qu’elle ne suffise pas à nous faire nous sentir vraiment mariés. Elle pensait en fait que la cérémonie civile serait impersonnelle car célébrée en région parisienne, et s’inquiétait vraiment que ça ne nous suffise pas.

J’ai entendu son argument, mais ce n’est vraiment pas ça qui m’a fait changer d’avis sur la cérémonie laïque.

Je parle beaucoup à la première personne dans cette partie de la réflexion sur l’organisation du mariage, parce que finalement, M. Chat, il n’avait pas d’avis sur la question – en dehors du fait qu’il n’aurait pas été à l’aise dans une célébration religieuse. Cérémonie laïque ou pas, ça lui importait assez peu, finalement, tant qu’on était mariés au bout du compte !

J’ai changé d’avis quand j’ai commencé à faire le planning de la journée du mariage. On nous avait dit, à la mairie, que les mariages ne pouvaient se faire que le matin, sauf si l’on obtenait une dérogation. Nous avons écrit un joli courrier à M. le Maire, qui nous a accordé la dérogation, et on nous a proposé plusieurs créneaux, entre 14h et 17h si je me souviens bien. Du coup, si on se mariait en milieu d’après-midi, genre vers 16h par exemple, c’était nickel, ça nous laissait le temps de faire une séance photo avant le cocktail (fixé à 18h avec notre lieu de réception, sachant que nous avions une fin de soirée imposée à 2h du matin)…

Et là, je me suis dit que ce serait dommage. Dommage de ne commencer la journée qu’à 16h pour une fin à 2h du matin. Dommage d’avoir une journée si “courte” alors que nous aurions passé plus d’un an à la préparer, d’avoir dépensé tant de temps, d’énergie et d’argent dans une journée qui passe toujours trop vite, et qui passerait d’autant plus vite si elle ne durait que quelques heures !

Tu me diras, on aurait pu avancer la mairie à 14h, sans pour autant avoir besoin de faire une cérémonie laïque, surtout si je n’en avais pas envie ! On aurait pu faire un goûter et proposer des jeux, comme beaucoup de copines Dentelle l’ont fait, ou comme ça se fait en Belgique ou en Bretagne… Sauf que nous, on a choisi de fêter notre mariage dans un restaurant et donc nous n’avions pas autant de liberté que si nous avions eu une salle rien qu’à nous, bloquée depuis la veille et jusqu’au lendemain…

On peut donc dire que, d’une certaine façon et à la lumière de ce que je t’ai raconté plus haut, nous avons décidé de faire une cérémonie laïque “pour tuer le temps”. Mais pour le coup, une fois que la décision a été prise fermement et définitivement, nous nous sommes vraiment impliqués dans sa création et son organisation ! La décision a été prise sur la base de raisons pratiques plus que solennelles/émotionnelles/de conviction, mais pas question pour autant de bâcler la chose !

Bon, on demande à qui de l’animer, cette cérémonie laïque ?

Voilà, nous avons fait le tour de ma réflexion sur l’organisation de notre journée et sur notre choix de cérémonie. Il ne reste plus qu’à la construire et à l’organiser, cette cérémonie ! Mais ça, je l’aborderai dans ma prochaine chronique, si tu le veux bien. D’autant que si tu te souviens bien, ma cérémonie va devoir être bilingue… C’est toute une histoire (et toute une organisation !) qui mérite sa propre chronique.

Juste pour conclure, j’aimerais répondre à cette dernière question. Le choix de notre officiant a été assez évident, en fait. Nous nous sommes posé la question un long moment, mais une fois qu’on a pensé à la bonne personne, ça a été clair et net, ce serait lui et personne d’autre (enfin, sauf s’il venait à refuser… mais j’ai fait l’autruche sur cette éventualité !).

C’est le mari de ma témoin, M. Héden, qui nous a fait l’honneur d’être notre officiant principal. C’était très important pour nous que ce soit lui qui nous accompagne dans cette cérémonie, parce que nous l’aimons beaucoup et que nous savions aussi qu’il serait vraiment top dans ce rôle. Il a ce charisme et cette prestance, cette aisance de parole et cette pointe d’humour qui vont bien !

Et je vais te dire (attention spoiler), le jour J, il a tout déchiré, et c’est vraiment un superbe cadeau qu’il nous a fait là !

La suite au prochain épisode.

PS : je suis insupportable. Le soir de l’écriture de cette chronique, nous sommes allés visiter la nouvelle cathédrale orthodoxe de Paris, quai Branly, et j’ai demandé au pope de bénir notre mariage. Il est allé chercher son livre de prières et un petit pot d’huile sainte (qui sent la rose !), il a posé son écharpe sur nos deux têtes et nous a lu la bénédiction complète aux jeunes mariés (en russe), avant de nous dessiner une croix au pinceau avec l’huile sainte sur nos fronts. J’ai absolument adoré ce moment, c’était très fort en émotions et j’ai eu du mal à retenir mes larmes sous l’écharpe. Du coup, je ne voulais pas me marier à l’église, mais j’ai adoré cette bénédiction… C’est trop tard pour changer de nom de scène ?

Et toi ? As-tu hésité sur le type de cérémonie que tu souhaitais faire ? As-tu l’impression d’avoir fait un choix par défaut ? Quels arguments ont été déterminants ? Raconte-moi !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !


Pssst ! Tu as besoin d’aide pour créer ta cérémonie laïque ? Pas de panique, Mademoiselle Dentelle est là pour toi ! Découvre le guide “Cérémonies laïques : Guide pratique pour une cérémonie qui vous ressemble” pour glaner toutes nos bonnes idées. Si tu fais appel à un proche pour officier celle-ci, je t’invite à faire un tour du côté de notre coaching de l’officiant afin de lui donner toutes les clés pour préparer et célébrer votre union ! ❤ 



17 commentaires sur “Réflexions sur la cérémonie laïque”

  • Merci pour ce très joli article Madame Kiska ! C’est super de connaître ta réflexion sur votre cérémonie 🙂

    Personnellement je n’ai assisté qu’à une seule cérémonie laïque et j’avais les larmes aux yeux (Mais pour ma défense je suis une vraie madeleine^^).

    En tous cas j’ai hâte de lire l’article sur les préparatifs, car ça a dû être un casse tête à préparer cette cérémonie bilingue 😉

    • oh oui, ça a été un peu complexe, mais surtout prise de tête à mettre en place… mais le résultat valait le coup, et ça c’est passé comme des sur des roulettes, c’était très fluide! Mais je vais au devant de mes propos 😉

  • Tu m’as fait rire avec tous tes changements de direction mais c’est normal en tant que future mariée on n’est jamais totalement sûre de ces choix! L’avantage je trouve d’une cérémonie laïque tu fais ce que tu veux et tu peux vraiment la personnaliser comme tu le souhaites pour qu’elle vous ressemble. Et votre cérémonie dans les 2 langues a du être un sacré boulot mais je suis sûre qu’elle était merveilleuse!

    • Tu as raison, la liberté a aussi été un argument – même si je l’ai plutôt utilisé contre la cérémonie religieuse en fait. Mais au final, j’ai (encore!) changé d’avis récemment : il y a 2 semaines nous avons assisté au mariage religieux du Fiancé, le témoin de Mr Chat (qui théoriquement devrait changer de pseudo pour Le Marié maintenant, mais je vous embrouille déjà bien assez :p), et franchement, sa cérémonie était juste top. Son prêtre a fait une homélie incroyable, vraiment axée sur le couple, la famille et l’amour – l’amour qui fonde cette famille, mais aussi l’amour de Dieu. Et franchement, ça m’a beaucoup plus touché que la cérémonie de ma cousine ! Donc bon… Disons qu’une cérémonie religieuse peut aussi être un peut orientée si on a la chance de tomber sur le bon prêtre, je suppose…

    • C’est drôle, je n’avais pas vraiment percuté les choses de cette manière ! Mais tu as entièrement raison en fait, j’ai eu la chance d’avoir les 2 !! 🙂

  • Hehe, j’ai bien rigolé Madame Kiska et me suis un peu retrouvée dans l’effet girouette… j’ai hâte de lire le détail de la cérémonie laïque du jour J

  • Très sympa cette chronique Mme Kiska, j’ai bien ri moi aussi 😉
    C’est rigolo de lire tout le cheminement qui t’a finalement amené à organiser une cérémonie d’engagement. Après tout ça, hâte de lire comment elle s’est déroulée !

  • J’ai adoré lire ta chronique : ça m’a tenu en haleine tout du long 😉 Le petit “retournement de situation” de ton PS avec la bénédiction inattendue est touchant : ça a vraiment du être un beau moment, tout en intimité juste entre vous deux !

    • C’était juste incroyable en fait… J’ai vraiment adoré. Peut être que ça tient aussi un peu au “mystère” que je ressens un peu autour des rites orthodoxes, notamment parce que je comprends que 3 mots sur 4 de ce qu’ils disent (ils parlent une version liturgique du russe, et avec des paroles chantées, c’est plutôt compliqué). En tout cas c’était magique (et ça sentait bon en plus), je suis hyper heureuse qu’on ai pu faire ça ! ça ne m’avait pas manqué, mais ça a été une émotion surprise incroyable au final 🙂

  • C’est super intéressant ton point de vue. Ca montre bien qu’il faut garder l’esprit ouvert! J’aime beaucoup ce cheminement que vous avez fait pour discerner ce qui correspondait le mieux à votre couple!
    C’est marrant ce que tu dis sur la foi plus présente chez les jeunes Russes, tu m’apprends un truc, je pensais que le passé soviétique avait très durablement déchristianisé la culture russe.
    On s’est jamais posé concrètement la question de la cérémonie, puisqu’on s’est mariés en deux fois. La première fois, c’était vraiment la dimension légale et officialisante du mariage civil qui nous intéressait, donc la dimension “belle cérémonie” nous laissait indifférents. Et bien des années après, c’est l’envie du sacrement qui a fait son chemin! On a fait une sorte de retour à la foi, après le baptême de nos enfants, puis à ma demande un parcours spirituel de couple, et enfin la confirmation de mon mari. A ce moment là évidemment, la question n’était pas “on va se marier, on fait quoi comme cérémonie?” mais plutôt “on va se marier à l’église, est-ce qu’on organise une noce ou on fait juste un apéro avec nos témoins?”
    J’avais quand même envisagé la possibilité de “faire autre chose” après notre mariage civil, qui était assez… raté. J’avais suggéré entre autres à mon mari de faire une CL, bien que je sois pas fan du concept à titre personnel, mais en me disant “si ça lui convient mieux, alors pourquoi pas!”
    C’est marrant, je te rejoins complètement sur ce que tu dis sur le mariage religieux, centré sur Dieu et non pas sur les mariés. Précisément, moi c’est ce qui me plait dans le mariage religieux: c’est pas un évènement privé, ni un acte centré sur les mariés, mais c’est vraiment une dimension sacrementelle, tournée vers Dieu. Après tout dans le mariage religieux, c’est pas seulement les mariés qui s’engagent l’un envers l’autre, mais le couple qui s’engage avec Dieu. Ca implique de se sentir en accord avec ce type d’engagement! La CL a (pour moi) une dimension trop ego-centrée, on ne parle que du couple, que de l’amour de l’un pour l’autre. Alors évidemment, c’est important, mais si on se limite à cet aspect du couple, ça suffit pas je trouve. Et la dimension strictement privée ne nous convenait pas: à nos yeux, le mariage est avant tout une reconnaissance du couple par la communauté républicaine/ la communauté chrétienne. L’aspect symbolique, “preuve d’amour” et émotion, pour nous c’est pas notre truc 🙂

    • Oui, c’est vrai que ça peut surprendre le rapport des russes à la foi ! Mais je crois sincèrement que c’est justement parce qu’ils en ont été privés pendant si longtemps (c’était réprimé) qu’ils y sont autant revenus. Peut être aussi parce que les russes ont un peu une âme mystique quand même… Surement un mélange de tout ça 🙂

      Ton point de vu est très intéressant aussi, parce que effectivement je n’avais pas vu ça comme ça non plus. Surtout ce que tu dis sur la dimension sacramentielle et l’engagement envers Dieu. On sens ici que tu l’as fait avec de réelles convictions, et j’ai beaucoup de respect pour ça : tu as vraiment fait les choses “dans les règles de l’art”, tu es allée au bout des choses, de manière pleine et honnête. Et je préfère 100 fois ça à des couples qui se marient à l’église parce que c’est la tradition. Je crois pour le coup que ma cousine était dans une démarche comme la tienne – d’ailleurs merci, tu m’aides à mieux comprendre sa cérémonie ! – et ça me renforce dans l’idée que venant de moi ça n’aurait pas été franc et honnête. Cette petite bénédiction presque “volée” entre mon mari, le pope et moi, nous ressemble beaucoup plus : le culte y est moins présent, et je trouve la communion avec Dieu plus simple, et ça, ça me convient bien 🙂

      Au final, je crois que ce qui a pour nous été le plus important, c’était bien la cérémonie civile, parce que c’est celle qui a fait de nous une famille au yeux de la loi et de la communauté républicaine, et que c’était réellement le plus important pour nous (c’est pour ça que Mr Chat n’avait pas de préférence pour la cérémonie d’ailleurs, la seule qui comptait pour lui, c’était celle de Mr le Maire !). Je crois sincèrement, avec le recul, que celle-ci aurait pu nous suffire et que tout le reste n’était finalement que du “bonus” et un acte centré sur nous comme tu le dis si bien, une espèce d’ornement de la journée au même titre que la déco sur mes tables. En tout cas, c’est comme ça que je l’ai vécu le jour J…

      Bref, mon commentaire est aussi long que la chronique, mais en tout cas, merci beaucoup de ton message, il me fait réfléchir encore à tout cela et je le trouve très constructif 🙂

      • Ah nce que j’aime ce site, c’est génial de partager nos points de vue, c’est une vraie richesse!
        Oui voilà c’est vraiment duex démarches très différentes la CL et le mariage religieux. Comme toi je trouve très dommage les couples qui passent à l’église, quand aucun des deux n’est croyant, mais que “c’est joli”, “j’en rêve depuis mon enfance”, “ça fait plaisir à ma mamie”, etc. Je trouve ça dommage, ces couples s’imposent une démarche souvent contraignante, sans en comprendre la beauté. Et la CL répond vraiment bien je trouve à un désir de beau, d’émotion, de célébration du couple. C’est pas “mon truc” mais je comprends très bien que ça corresponde à la vision du mariage d’autres couples. C’est une belle preuve de maturité de remettre en question la vision du mariage qu’on a pu avoir en tête depuis longtemps, et de faire un choix vraiment en adéquation avec notre histoire et notre couple 🙂
        et je suis totalement d’accord sur l’importance du mariage civil, c’est vraiment LE mariage, celui qui fait qu’on est reconnu comme un couple devant la société. Quand je me suis mariée à la mairie malheureusement on s’est rendu compte que nos proches étaient très indifférents: on nous a quand même dit que c’était pas “le vrai mariage” 🙁 j’ai beaucoup regretté à postériori de ne pas avoir mis les formes pour cette étape, une vraie robe, une réception un peu sympa… ça aura sans doute permis de montrer que oui, la mairie c’est un vrai mariage, pas de la paperasse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *