Mon rêve de petite fille : la robe de mariée – Partie 2

Quand je t’ai laissée la dernière fois, j’avais fait des essayages dans deux boutiques de ma ville. Ce coup-ci, nous nous éloignons un peu pour aller à Nantes. Ma deuxième témoin vient passer un weekend à la maison et nous en profitons donc pour aller faire des essayages de robes.

Plusieurs semaines à l’avance, j’appelle pour prendre des rendez-vous (enfin pas tout à fait mais je vais t’expliquer) dans 2 boutiques.

Mes essayages de robes de mariées à Nantes

Crédits photo (creative commons) : Emma Matthews

Boutique 3

J’appelle, on m’explique qu’il n’y a pas de prise de rendez-vous possible le samedi, que c’est « première arrivée, première servie ». Bizarre mais soit.

Le samedi en question, on se lève tôt pour faire le trajet de 45 minutes en voiture qui nous sépare de cette boutique. On arrive, deux autres futures mariées sont déjà là, à attendre. Les portes s’ouvrent, tout le monde rentre et là, une vendeuse dit : 

« – Qui avait rendez-vous ? 

Hein ???? Ah bah non, il doit y avoir maldonne parce qu’on m’a dit qu’il n’y avait pas de rendez-vous le samedi.

Ah oui mais nous avons changé ! Attendez-là une vendeuse arrive plus tard et va s’occuper de vous. »

Nous attendons donc 15 minutes environ qu’une vendeuse arrive en ronchonnant. Déjà, je sens le truc mal barré. Ma témoin, optimiste, me dit que non et qu’il faut que je reste ouverte…

Mon choix s’est affiné depuis la précédente boutique, j’explique donc que je veux une robe qui ne touche pas le sol et que j’en ai vu sur leur site. « Ah mais nous n’avons pas ça en boutique » Fin de non-recevoir. Ma témoin, elle aussi dans le commerce, explique qu’on peut peut-être essayer quand même quitte à prévoir des retouches ? La vendeuse en convient… et je m’installe donc dans une cabine, non sans avoir fait le tour, de mauvaise grâce, de cette boutique dont j’ai déjà envie de fuir.

Arrive les essayages, première robe, deuxième robe, à la troisième elle m’enfile des gants, pour ne pas salir les robes… ah bon, j’ai l’air d’avoir les mains crasseuses ?!? et les deux premières robes ça se passe comment ? Elles ont mes traces de doigts dessus ?! J’ai envie de la bouffer, mais en même temps je me dis que, peut-être, ma robe est là, alors, je maugrée dans ma tête en souriant à cette brave dame. Petit point de détail, je mesure 1,76m, suis donc plutôt grande, la dame en question devait faire à peine 1,60 donc l’enfilage des robes était plutôt comique dans la cabine… C’est le moment détails pour bien te planter le tableau !

Les robes s’enchaînent, je n’aime rien. L’une est plus atypique que les autres mais je reste sur la réserve. Les photos sont autorisées alors ma témoin se lâche. Elle en prend des caisses. La vendeuse me fait éliminer à chaque robe, « alors celle-là, plus ou moins que la précédente ? » In fine je me retrouve avec une robe en shortlist et c’est là que cette brave dame va se saborder toute seule…

Elle commence à devenir insistante et m’expliquant que c’est MA robe, que c’est tout à fait MOI. Rappelle-toi, je maugrée dans ma tête, je n’ai donc pas ou peu ouvert la bouche de peur de lui dire le fond de ma pensée. Elle ne me connaît absolument pas et je ne vois pas comment en 1 heure d’essayage (à peine) elle aurait pu cerner ma personnalité… On rentre en cabine elle va pour m’enlever la robe et me dit « Alors qu’est-ce qu’on fait, on signe un contrat pour cette robe ? » Réponse tranchante de ma part : « Ah non ! »

Point final, je n’ai rien d’autre à dire, et là, elle ajoute… attention pépite : « vous voulez revenir avec votre mère pour avoir son avis ? » Je la voyais venir…

Vois-tu ma mère est morte quand j’avais 23 ans. J’en ai 36… j’ai eu le temps de digérer et de faire une thérapie sur le sujet, mais les gens sont souvent mal à l’aise quand ils découvrent que j’ai perdu ma mère jeune. Autant je peux être très diplomate, autant là, je n’ai pas du tout envie… je lui assène donc le coup de grâce : « Impossible ma mère est morte il y a plus de 10 ans ! » Elle ouvre la bouche comme un poisson et la referme dans la foulée.

Mlle Couture 1, Mireille 0.

Enfin elle se tait ! Ma témoin est horrifiée de l’autre coté du rideau. Dans le commerce aussi, elle me dira après que nous soyons sorties qu’elle fait toujours très attention à cette formulation, « Vous voulez revenir avec » au choix votre femme votre mari votre mère votre père… à choisir parmi cette liste non exhaustive. Elle me raconte qu’elle préfère dire « avec un proche ». Ça permet au client de mettre qui il/elle veut dans la catégorie « proche ».

Je sors de la cabine, je rends ces gants à la dame, je prends la référence de la robe la moins pire et on se casse de cette boutique… Pour le plaisir des yeux, je te mets en vrac les robes essayées !

Mes essayages de robes de mariées à Nantes

Crédits photo : Photo personnelle

Mes essayages de robes de mariées à Nantes

Crédits photo : Photo personnelle

L’air enthousiaste, c’est cadeau !

Mes essayages de robes de mariées à Nantes

Crédits photo : Photo personnelle

Mes essayages de robes de mariées à Nantes

Crédits photo : Photo personnelle

Mes essayages de robes de mariées à Nantes

Crédits photo : Photo personnelle

Boutique 4 & 5

Nous traversons la rue pour aller dans l’autre boutique. Il doit être 11 heures environ, on tombe sur une jeune femme charmante à qui on explique vite fait et qui nous propose plein de robes. C’est une boutique où on peut se servir soi-même, plutôt type prêt à porter du mariage si tu veux. On explique ce que j’ai en tête. Pas de coup de cœur pour les robes dans cette boutique mais coup de cœur pour la vendeuse qui s’est mise en 4 pour répondre à mes demandes.

Mes essayages de robes de mariées à Nantes

Crédits photo : Photo personnelle

Mes essayages de robes de mariées à Nantes

Crédits photo : Photo personnelle

Mes essayages de robes de mariées à Nantes

Crédits photo : Photo personnelle

Mes essayages de robes de mariées à Nantes

Crédits photo : Photo personnelle

Mes essayages de robes de mariées à Nantes

Crédits photo : Photo personnelle

Nous sommes sur le point de repartir quand on découvre, juste la porte à coté (vraiment la boutique juste à côté), une autre boutique de robes. Il s’agit du même groupe mais pas la même marque.

Pareil, une dame charmante, la boutique est vide, en même temps il ne doit pas être loin de midi. On explique et la dame comprend parfaitement. Elle me passe des robes magnifiques et définitivement en dehors du budget que je me suis fixée. Juste pour le plaisir, ci-dessous la robe essayée.

Mes essayages de robes de mariées à Nantes

Crédits photo : Photo personnelle

Justement quel budget ?

Hé bien le budget, parlons-en ! Nous sommes entre nous, on peut tout se dire. Je gagne confortablement ma vie, j’aurai pu mettre 3000€ dans une robe mais mettre ce prix-là, dans la robe d’un jour, même si elle est magnifique, même si c’est LA robe de ma vie… hé bien ça me chagrine. À ce prix-là, je préfère me payer un billet d’avion pour l’autre bout du monde ou bien des vacances en famille… Du coup, dans ma tête, je souhaite rester en dessous de 1000€. Je suis prête à gonfler un peu si coup de cœur mais je refuse de mettre 2 smic dans une robe de mariée ! Et puis je suis un brin têtue donc je n’en démords pas… Attention, aucun jugement dans mes paroles, juste mon avis très personnel.

Fin de matinée et 45 minutes de route plus tard, je reste avec en tête une robe essayée dans la boutique 1. Elle me plait bien sans que ça soit le gros coup de cœur. J’essaye de passer un coup de fil et la boutique a une disponibilité l’après-midi même. Donc direction la boutique 1 pour réessayer la robe qui me trotte dans la tête.

Boutique 1, round 2

Retour dans la boutique 1, nous sommes reçues par une autre vendeuse que la première fois. Sympathique aussi mais pas couturière. Elle peine donc à répondre à mes questions. J’essaye la robe que j’ai en tête et une autre dont j’avais aimé l’originalité. Je les repasse toutes les deux, deux fois… Je suis prise de doutes terribles…. J’ai l’impression que je n’arriverai jamais à choisir ! Limite, j’en pleurerais tellement je suis perdue…

Nous partons de cette boutique avec en tête les deux robes qui me plaisent, toujours sans coup de cœur.

Alors alors, et la décision ?

Et bien le voilà le problème… Je suis incapable de prendre une décision. Je cogite beaucoup et je m’aperçois que j’ai besoin de mon père pour prendre cette décision. Par chance, Noël approche et mes beaux parents et mon père ne vont pas tarder à arriver pour fêter Noël tous ensemble. J’en profite pour reprendre rendez-vous et demander à la mère de M. Red et à mon père de m’accompagner pour leur montrer mes deux robes préférées.

Et toi, as-tu réussi a choisir ta robe seule, étais-tu accompagnée ? L’avis de tes proches a t-il été nécessaire pour trancher ?



3 commentaires sur “Mon rêve de petite fille : la robe de mariée – Partie 2”

  • Coucou mademoiselle Couture…. Des gants !!!! nan mais quand j’ai lu qu’elle t’avait fait mettre des gants je me suis dit mais « quel manque de délicatesse de la part de cette vendeuse ! ». Tu as essayé beaucoup de modèles mais malheureusement je trouve que la plupart ne te rende pas justice et ne vont pas particulièrement à ta morphologie. Je trouve que la dernière que tu as essayée est celle qui te va le mieux car elle montre bien la finesse du haut de ton corps…

  • Ah ben tu es tombée sur une véritable Mireille, la vraie de vraie avec la totale: remarques mesquines, pression pour signer la vente…
    Tu as essayé des styles vraiment vraiment différents, difficile de savoir ce qui te plait le plus. La première de la boutique 3 (avec Mireille) te va super bien et la dernière photo dans la dernière boutique hors budget.

Commente ici !