Carnet d’aventure 5 : Ma robe – première fois, appréhension et désillusion

La dernière fois, je te parlais de ma réflexion concernant ma robe, et je terminais en te disant que Mademoiselle Émeraude, ma témoin, insistait pour que je fasse des essayages.

Dans la gueule du loup

Boutique robe de mariée

Crédits photo (creative commons) : Pixabay

Je ne suis pas adepte des essayages de manière générale. En réalité, quand je dois faire du shopping, j’essaie de le faire seule. Attention, ne te méprends pas, j’adore les sorties shopping entre filles, mais plus pour les bavardages que pour les achats. L’idée de devoir me dévêtir, puis d’enfiler d’autres vêtements à la chaîne me décourage. Sans parler des éclairages qui ont la fâcheuse tendance à être peu flatteurs… Cependant, je savais que de toute évidence, ce shopping-là ne se ferait pas seule, et pour être honnête, j’avais envie de partager ce moment. Aussi ai-je décidé de réaliser les essayages en plusieurs fois, un an avant la date magique. Je sais ce que tu vas me dire, un an, c’est beaucoup. Mais je te rappelle que la robe de mes rêves sera confectionnée par Maman Mounette et Maman Flow et que pour cette raison, il faut s’y prendre relativement tôt.

Je prépare donc ce premier essayage aussi bien que possible et je m’appuie sur les super conseils de Mme Pitchounette, ma belle-sœur. Étant déjà passée par là, elle me conseille de me rendre à Barbès, célèbre quartier de Paris où tu peux trouver ce qu’il te faut question mariage, pour un budget raisonnable. Me voilà donc en route, accompagnée de ma cousine Mademoiselle E et de son fils de 4 ans, Maman Mounette, Mr Pitchou et Mme Pitchounette. Oui, tu lis bien, Mr Pitchou, mon frère, nous a accompagnés. Non pas pour la robe, mais pour un magasin de musique qui se trouvait à proximité. Mademoiselle Emeraude ne pouvait pas être là, et j’avoue ne pas avoir proposé à Mr Frantz, mon second témoin (froufrou et compagnie… Je le sentais moyennement à l’aise dans le domaine.)

Nous commençons par vagabonder de boutique en boutique et examinons les différentes robes. Le constat est singulièrement le même que pendant mes recherches internet : rien ne me plaît. Peu de volume et nombre de défauts qui me défrisent : trop de brillants, trop de dentelle… Bref, je commence à me renfrogner. Aucun modèle ne me convient ou ne ressemble à ce que je souhaite. Je déchante. À ce moment-là, je fais bonne figure, mais j’ai les larmes aux bords des yeux. Suis-je si difficile, si hors norme ?

Ma belle-sœur me propose finalement le magasin où elle a acheté sa propre robe. Une vendeuse très sympathique se présente et tente de cerner mes envies. Elle confirme ce que j’avais déjà bien compris : la mode n’est pas aux robes volumineuses. Elle me propose tout de même d’essayer le modèle qui se rapproche le plus de ce que je veux. C’est mon tout premier essayage.

Premier essayage robe Mlle Solène

Crédits photo : Photo personnelle

Et j’ai même eu le droit, au grand dam de Maman Mounette qui en a horreur, au voile pour « m’imaginer le jour J ». Me voyant parée de tout cela, mon frère en a eu les yeux humides… Je suis, par contre, désolée, je n’ai pas du tout noté la référence de la robe…

Parce que oui, mais… Non. Définitivement non.

Alors, quel bilan, Mademoiselle Solène ?

Ce premier essayage a eu l ‘avantage de cerner mes attentes et de renforcer ma liste d’exigences.

Ce qu’il me faut

  • Un bustier en forme de cœur : Maman Mounette a toujours raison décidément, c’est ce qui me met le plus en valeur. Exit donc les décolletés droits qui me tassent la poitrine.
  • Le bustier long : je ne suis pas petite, je ne suis pas grande, mais j’ai un long buste. Sur ce modèle, le « bas » du bustier m’arrivait… au nombril ! Et j’ai l’impression d’être tassée, comme un pantin dans sa boîte. De plus, la ceinture de perles ajoute une cassure supplémentaire.
  • Des bretelles, mancherons, ou autres : cachez-moi ces épaules que je ne saurai voir ! Je pense avoir une certaine carrure, et même si j’adore les bustiers, il est clair qu’il faut quelque chose qui « coupe » mes épaules, ou du moins, qui les habille.

Ce qu’il ne me faut pas

  •  Des strass et de fausses pierres : exit le bling bling. Côté décoration de robe, je suis plus nœud et laçage, perles discrètes et broderie fine. Impossible pour moi d’avoir un bustier trop chargé.
  • Le tulle : NOOOOON ! Non, non, non, non et re-non ! PAS de tulle. Nop. Je ne sais pas si je traîne un traumatisme depuis l’enfance, mais j’associe le tulle aux déguisements. Et je ne veux pas être déguisée pour mon mariage. Le tulle, pour moi, c’est de la tromperie… On veut te faire croire de loin au volume, mais que neni ! C’est comme le gruyère : des trous. Moi, je ne veux pas de trous, je veux du volume. Pas de l’air. Donc pas de tulle apparent. Et puis, question sensation, le tulle est très désagréable : ça gratte, c’est rêche, bref, le tulle est rédhibitoire. Et pas de satin. Parce que… Juste parce que.

Ce dernier point est majeur, car ce sera l’une de mes plus grosses difficultés. En effet, il faut que tu saches, Ma petite bride, que l’essentiel des robes volumineuses des grandes enseignes sont faites en tulle, ce qui ne va pas me faciliter les choses… Comme je te l’ai dit, il y a déjà peu de robes « de bal », et elles sont quasiment toutes en tulle…

Nous ressortons de cette boutique et je me sens perdue. Bien qu’ayant une vague idée de ce que j’aime et souhaite, l’image de ma robe de rêve reste assez floue dans mon esprit et j’ai comme l’impression que les modèles proposés en boutiques ne vont pas m’aider à préciser cette idée. Je suis un peu confuse.

J’ai bien conscience que je n’ai fait qu’un seul essayage, et qu’il faut poursuivre les investigations. Alors, je me relève les manches et me lance à nouveau à la recherche de la merveilleuse, ou du moins, d’un modèle qui s’en rapproche, pour savoir enfin, si oui ou non, ma robe de princesse me correspond.

Et toi ? Comment s’est passé ton premier essayage ? As-tu été déçue ou as-tu eu un vrai coup de cœur ? Dis-moi tout !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



4 commentaires sur “Carnet d’aventure 5 : Ma robe – première fois, appréhension et désillusion”

  • C’est vrai que la forme du décolleté est jolie et te va bien, j’ai toujours adoré les décolletés en coeur (mais comme je suis une planche à pain, ça ne me va pas).
    Et je te comprends pour les essayages, moi non plus j’aime pas essayer 15 vêtements à la suie sous la lumière qui te donne l’air malade, mais c’est vrai que pour une robe de mariée c’est une expérience différente. Après pour être honnête j’ai fait 3 séances d’essayage et à la 3e j’étais déjà soulée donc c’est bien aussi que ça s’arrête !

    (Ah, et dans le gruyère, ben y a pas de trous 😉 )

    • Ha! Ca me rassure un peu je pensais être la seule à ne pas aimé cela! Pour les essayages, pas mieux! Trois aussi mais le pire a été le deuxième où je mourrai de chaud dans la boutique… difficile de réfléchir dans ces conditions!

  • Le décolleté en coeur te va effectivement très bien ! Par contre, si je peux me permettre, je ne trouve pas du tout ta carrure imposante… Tes épaules sont très bien proportionnées par rapport à ta poitrine. A ta place je laisserais les épaules dénudées, ça te va super bien 🙂 bon courage pour la suite !

    • Merci beaucoup! J’ai finalement opté pour une alternative à mis chemin entre les deux… j’en parlerai très prochainement avec le choix final… merci pour tes compliments et tes conseils!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *