Trouver sa robe de mariée : chronique de la fiancée complexée

Tu dois tout doucement commencer à t’impatienter, déjà 5 mois que l’on se fréquente, beaucoup de choses partagées mais à peine quelques allusions concernant ma précieuse. Je sais qu’il est plus que temps d’aborder le sujet. Mais tout est dans le titre : je suis une fille complexée par ses kilos en trop. Du coup, je me confesse, te parler de mon apparence le jour où je suis sensée être la plus belle n’est pas un exercice facile.

Prologue

Donc avant de te parler de ma robe et de son processus de création, je voulais que tu saches que j’ai longtemps cherché (et je vais être honnête avec toi, que je cherche malgré tout toujours encore un peu) à effacer ces maudits kilos superflus. Mais rien n’y fait, ceux-ci sont bien accrochés (je crois que de toute façon j’aime bien trop manger). Et puis il y a un peu plus d’un an, alors que je cherchais des idées pour mon mariage, j’ai aperçu un monde appelé la bloggosphère. Il y avait de la lumière alors je suis entrée, et j’ai découvert de nombreuses blogueuses, chroniqueuses, mamans, féministes, voyageuses, etc. toutes passionnées et passionnantes. Lire leurs récits quotidiennement depuis l’été m’a ouvert les yeux et a (enfin) déclenché en moi un processus d’acception de soi. J’ai pris conscience que mes quelques kilos en trop n’étaient pas une fatalité, d’ailleurs j’ai découvert que certaines filles complexent d’être trop minces (étrange concept quand on intègre pendant toute son enfance qu’il faut faire un taille 38, voire 36 pour être jolie) et que, contrairement au dictat de la mode, les rondeurs c’est joli.

Mais on s’égare, je suis là pour te parler de mon mariage et non en détails de mes combats contre mes complexes. Si j’en ai le cran, j’irai peut-être témoigner, un jour, dans « Sous Notre Toit » et en attendant recentrons-nous sur ma robe.

Mes critères initiaux

L’été dernier, alors que j’harcelais le Grognon pour savoir quand est-ce que j’aurai enfin ma jolie bague j’attendais sagement que le Grognon me demande de l’épouser, j’ai commencé à penser au type de mariage qui me plairait : décontracté, convivial, champêtre… J’ai très vite imaginé ma déco, j’étais d’ailleurs dans les starting blocks et je n’attendais que la fameuse demande pour commencer mes nombreux DIY. Quant à ma robe, je t’avoue que je n’y réfléchissais pas particulièrement. Bien que ma garde-robe contienne quelques éléments féminins (jupes, robes, chaussures à talons), je ne suis au quotidien ni trop coquette, ni trop attentive à ce que je porte (pratiques-tu aussi la technique dite du « haut de la pile » ?).  En fait je voyais ma tenue de mariée plutôt comme un détail.

Je m’imaginais donc vaguement dans une robe blanche, courte ou longue, simple et discrète qui n’aurait PAS (non-négociable) de froufrous, de plumes, de paillettes, de strass, de volume, pas forcément de bustier et surtout pas de jupon.

Décrite comme ça, la robe « de mes rêves »  pourrait s’apparenter à un drap dans lequel on aurait tout de même fait un trou pour passer la tête. En vrai, je pensais plutôt à choisir ma robe dans une enseigne de prêt-à-porter. Il existe aujourd’hui de très belles robes (simples) dans le milieu du prêt-à-porter et à des prix défiant toute concurrence. Ce dernier point m’avait d’ailleurs particulièrement séduit car je ne souhaitais justement pas avoir à vendre un rein au marché noir (même si ça n’aurait pas forcément été le mien) pour me payer une robe que je ne porterai, en plus, qu’une seule petite journée.

N’étant tout de même pas novice en matière d’habillement et ayant aussi conscience de l’un ou l’autre de mes atouts (à savoir une taille marquée et une poitrine généreuse) je savais vers quel genre de robe me tourner pour flatter ma morphologie.

Robe Tatiana de chez Tati

Crédits photo : Robe Tatiana de chez Tati

Lorafolk pour Monoprix

Crédits photo : Lorafolk pour Monoprix

Mademoiselle R - La Redoute

Crédits photo : Mademoiselle R - La Redoute

La Collection Nuptiale de Net à Porter

Crédits photo : La Collection Nuptiale de Net à Porter

Robe Ballerine de Harpe

Crédits photo : Robe Ballerine de Harpe

Delphine Manivet pour La Redoute

Crédits photo : Delphine Manivet pour La Redoute

Ces quelques robes plutôt simples suffisaient à me faire rêver (dans un premier temps), avec pour regret de ne pouvoir me diriger vers des dos-nus hyper plongeant (et hyper sexy) pour cause de poitrine qui nécessite un bon maintien.

Les complexes et la peur du regard d’autrui

En y réfléchissant bien, je me dis que ce résonnement faisait bien écho à mes complexes et à la peur des jugements extérieurs.

Tu vois, en commandant sa robe via Internet, celle-ci est livrée directement et discrètement à la maison, permettant un essayage dans l’intimité de son salon. Le prix très abordable permet d’en commander plusieurs à la fois, pour un essayage comme en boutique, mais sans le regard sévère et dégradant d’une vendeuse. J’avais lu assez de témoignages pour m’imaginer essuyant les commentaires désagréables d’une telle mégère.

Le même raisonnement pouvait s’appliquer aux robes sur-mesure. D’ailleurs quelle créatrice/créateur voudrait faire une robe pour une fille « enrobée » ? Je ne serais même pas capable de mettre leur création en valeur. Bref, comme tu peux le constater il y avait vraiment beaucoup de boulot (il y en a d’ailleurs encore).

Donc en résumé, j’avais largement le temps de voir venir, lorsque le Grognon se déciderait à me passer la bague au doigt, je commanderai quelques modèles et ferai mon choix. Intuitivement, je me disais que pour mon Grognon, nous procéderions de même, en lui achetant simplement un costume dans une grande enseigne.

Quand c’est Monsieur qui décide autrement

Mais je n’étais pas la seule à avoir déjà réfléchi à ma tenue. Alors que nous parlions mariage, juste avant de se fiancer (fut une période où nous ne parlions quasiment que de ça), mon Grognon me lança : « De toute façon,  je veux que ce soit Silvène qui fasse mon costume » (pas de panique, je t’explique). Silvène est une très bonne amie d’enfance du Grognon. Elle a la couture dans le sang et est parti à Paris, puis à Berlin pour vivre sa passion : créer des vêtements de haute couture et plus particulièrement des robes de mariée. À cheval entre une formation et un travail à temps partiel, elle entreprend aussi aujourd’hui de lancer sa marque de tenues de mariés (costumes et robes) sur mesure.

Bien que je n’avais pas pensé à notre amie en premier lieu, je n’étais pas surprise par cette requête et je n’ai pas cherché à discuter avec mon Grognon car j’ai tout de suite compris que ça lui tenait énormément à cœur.

Mais voilà qui change la donne. Si le Grognon se ramène avec un costume sur mesure, je ne vais pas faire un peu tâche dans ma robe de prêt-à-porter ? Et puis, comment demander à Silvène de créer le costume, mais pas la robe, alors que les robes c’est justement sa spécialité ? Et puis c’est une amie, elle ne me jugera pas, et ce n’est pas donné à tout le monde de pouvoir faire faire sa robe par une amie ?

Comme tu peux le constater, il ne m’a pas fallu longtemps pour finalement me laisser séduire par cette idée…

Ma robe sur mesure par Silvène Hédon Couture

Crédits photo : Silvène Hédon Couture

Et toi ? Quelle importance apportais-tu à vos tenues ? As-tu aussi des complexes qui font obstacle à tes recherches de robe ? As-tu peu du regard des vendeuses pendant tes essayages ? Raconte-moi tout !

Enregistrer

Enregistrer


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



12 commentaires sur “Trouver sa robe de mariée : chronique de la fiancée complexée”

  • Pour te rassurer, lors de mes essayages dans 2 boutiques différentes, les vendeuses ont grimacé. Non je n’ai pas de kilos en trop… justement ! C’est à cette occasion que j’ai appris que la robe de mariée est plus flatteuse sur une femme bien en chair que sur des gabarits taille 36 comme moi, sans poitrine et tout en longueur !!

    • Arf jamais contente ces vendeuses. Je pense qu’il existe des robes qui peuvent plus ou moins flatter chaque silhouette.
      J’espère que tu as réussi à trouve la robe de tes rêve

  • Je ne rentre jamais dans les discussions de poids généralement parce que comme je fais partie des filles très minces les gens pensent que je n’ai pas à me plaindre …

    Hors, je ne fais rien pour et comme tu l’écris si bien on a aussi des soucis 🙂 Concernant la robe de mariée moi aussi ma crainte était les essayages : je n’avais pas envie de porter une tenue qui certes irait à ma morpho mais qui ne me plaise pas du tout … C’est pourquoi j’ai opté pour du sur mesure afin de pouvoir personnaliser au maximum. Les inspirations robes courtes sont vraiment belles si je me serai mariée l’été j’aurai sans doute opter pour ce style 🙂

    C’est toujours un long processus la robe de mariée peu importe la place qu’on lui donne : on se prend toujours un peu la tête 🙂 je ne doute pas que l’issue a été heureuse pour toi et j’ai hâte de voir cela 🙂

    • C’est exactement sur ces points-là que j’ai beaucoup murri. A cause de mon éducation, je faisais parti de ces gens qui pensent que les minces n’ont pas le droit de se plaindre.
      Mais à force de lecture je me suis vraiment rendu compte que chacun (chacune) a ses propre complexes et finalement, pourquoi mes complexes lié au surpoids devraient avoir plus de crédit que ceux d’une autre ?
      Comme tu le verras dans la suite de l’histoire, j’ai du faire des essayages en boutique et (ouf) les vendeuses étaient gentilles, mais essayaient à tout prix de me faire croire qu’une robe avec du volume m’allait mieux (entends m’affinait plus) que des robes sans volumes…
      Sauf que je ne me reconnaissais pas le moins du monde dans ce robes de princesse et que je n’avais pas envie de me sentir déguisée le jour J

  • Tu as raison ! Quand on est mince on complexe aussi 😉 Surtout, on fait comme toi, on élimine des robes sous prétexte que ça ne nous ira pas, on veut pas trop se montrer etc. Mais c’est trop cool que tu tentes la création sur mesure ! Hâte de savoir la suite !!!

    • Les complexes nous fond la vie dure ! Dans mon cas j’ai beaucoup entendu que je devais prendre une robe avec beaucoup de volume pour avoir l’air plus mince… Sauf que… pour moi simple et volume n’allaient pas ensemble !

  • Ayant une nature très mince et n’etant pas un grand gabarit, j’ai longtemps rêvé d’avoir plus de formes pour qu’on arrête de me traiter de demie portion, alors je confirme, les complexes existent aussi chez les minces ! Mais tu es belle comme un coeur, alors vraiment je suis heureuse que tu aies appris à t’accepter telle que tu es 🙂 enfin, je constate qu’on a toutes nos lots de complexes et notre regard si dur sur nous mêmes :/

    Le fait de passer par une créatrice est déjà top en soi, mais lorsqu’en plus c’est une amie c’est une aventure extra ! 😀 hâte que tu nous en dises plus !

  • Oui on a toutes nos complexes malheureusement… et comme tu dis c’est souvent avec nous-même qu’on est le plus dur.
    Créer cette robe ce fut en effet une aventure extraordinaire… Je vais tâcher de me dépêcher de la raconter 😉

  • Oh les complexes tu ne dois pas les avoir ma belle, avec les formes que tu as, tu es juste canon et hyper féminine! je ne connaissais pas toute l’histoire, et c’est super interessant de lire comment toi tu as vécu les choses, moi j’ai en tout cas adoré cette expérience avec vous deux! …j’ai aussi vraiment hâte de lire la suite! 😉

  • Aah les complexes… ils nous font la vie dure et même quand nos proches nous disent qu’il n’y a pas de quoi complexer, on a toujours du mal à le croire…
    Je te le dis quand-même, tu n’as pas de quoi complexer !!! 🙂
    (P.S: ta photo de profil est magnifique)

  • Ca dépend comment c’est dit par les « proches ».
    Durant ma jeunesse j’ai beaucoup entendu je cite « c’est pas grave (sous-entendu que tu sois grosse) parce que tu as un jolie visage » (en gros ton corps c’est pas top mais ouf, ta tronche sauve les meubles)
    Je trouve qu’il n’y a pas pire… Et encore aujourd’hui j’ai du mal a entendre ce compliment. Mes amis actuels le savent et parfois ils m’embêtent avec ça du coup ça va de mieux en mieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *