Mon mariage rétro mais pas trop : la robe de mariée, souhait vs réalité – Partie 1

Pour ma robe de mariée, j’avais des tonnes d’idée d’inspiration, et aussi une idée assez arrêtée sur ce que je voulais et ne voulais pas : pas de robe de princesse encombrante, pas de traîne, pas de voile, pas de couleur, pas de dentelles (ou alors très très peu).

Avec le recul, je me dis presque que je cherchais dans ma tête tout SAUF une robe de mariée.

Également, je me refusais à mettre une somme astronomique dans ma robe qui pour le coup ne servirai plus jamais et, mieux encore, j’avais le souhait d’acheter une robe d’occasion, voir de la louer.

L’avantage d’avoir des souhaits et d’un jour se confronter à la réalité, c’est qu’on découvre que l’on a toujours le droit de changer d’avis, et que l’important, c’est d’admettre qu’on a peut être eu tort sur genre… TOUTE LA LIGNE !

Les recherches de ma robe de mariée : une robe de location ?

Crédits photo (creative commons) : Thomas AE

Ma quête de robe d’occasion (et pourquoi pas, en location)

Étant de région parisienne, j’ai très vite trouvé le dépôt vente Graine de coton qui propose des robes d’occasion à l’achat ou à la location. Leur site met en ligne régulièrement leur collection actuelle avec des photos, et informations utiles comme la taille de la robe, mais aussi sa longueur. Je trouve rapidement des modèles qui me tapent dans l’œil et je décide aussitôt de prendre un rendez-vous.

Cela fait, je peux choisir en ligne des modèles pour les mettre de côté pour que, le jour J, ces dernières soient prêtes à l’essayage.

Le désenchantement

Le jour des essayages est arrivé, je me rends à la boutique accompagnée de ma mère, ma sœur et une amie, pour avoir leur avis éclairé.

Nous sommes accueillies dans une jolie petite boutique, et premier point que j’apprécie grandement : nous sommes seules. La personne qui nous accueille est donc toute dédiée à mes essayages, et personne ne vient déranger ce moment en regardant ou essayant d’autres robes juste à côté. Étant assez réservée et surtout très complexée, j’apprécie de ne pas avoir à déambuler dans ces robes devant d’autres personnes que mes proches.

Me voilà partie dans mes essayages dont je te montre quelques photos plus bas. Désolée pour la piètre qualité de ces dernières, mais entre la prise faite avec nos téléphones, et mon côté « pas sûre de soi du tout » qui se voit franchement dans mes attitudes, ça ne rend pas honneur.

Pour autant, ces essayages s’avèrent intéressants, amusants et parfois frustrants.

Je ne me trouve pas très belle dans ces robes, qui plus est les tailles sont parfois un peu trop justes, un peu trop serrées ici ou là, et c’est le premier bémol de l’occasion : ces robes, en plus d’être taillées de base dans une certaine taille précise, sont retouchées pour leur ancienne propriétaire. Alors forcément, si c’est bien ajusté pour une morphologie précise, c’est forcément moins ajusté sur une autre. Je ne me suis donc jamais sentie à l’aise dans aucun de mes essayages…

Je me suis sentie boudinée, grosse et laide, et c’est assez déstabilisant quand on manque déjà de confiance en soi, d’avoir ce sentiment qu’aucune robe n’ira jamais parce qu’on est juste pas faite pour ça. Alors qu’on se dit toujours que l’on sera « la plus belle » lors de cette journée, c’est un coup dur au moral de se sentir aussi peu mise en valeur.

Avec le recul, il faut tout de même se souvenir que bien souvent, lors de tes premiers essayages, tu ne seras ni coiffée ni maquillée comme le jour J (enfin sauf si tu sais déjà ta coiffure, et que tu es douée pour te coiffer et maquiller seule, pas comme moi !!!), donc aucune comparaison (et crois-moi qu’avec le recul, et sans fausse modestie, je peux dire que je me trouve relativement belle sur les photos de mon mariage, et ce n’était pas gagné !!!). Mais un conseil, si tu le peux, et si tu n’y a pas encore songé : pour tes essayages, essaies d’avoir une coiffure un peu moins négligée que moi, et de te maquiller un peu comme ce que tu souhaiterais le jour J, tu te rendras mieux compte du résultat !

Je continue néanmoins d’essayer des robes parce que c’est pour ça que je suis venue (pis on est jamais à l’abri d’une révélation hein !).

Les recherches de ma robe de mariée : une robe de location ?

Crédits photo : Photo personnelle

Il va s’en dire que cette robe, c’est NO WAY (même ma tête le dit)

Autre déconvenue : l’une d’elle, pourtant très belle, n’est pas repassée, et le résultat est donc hyper décevant ! Je trouve ça dommage que les robes ne soient pas plus mises en valeur, ça aurait peut-être aidé car autrement j’aimais beaucoup le genre : empire, sans fioriture, simplicité, tout ce que j’aime.

Bon en revanche mon équipe de choc invalide cette simplicité, qui ne fait pas robe de mariée selon elles. Rejetée donc !!!

Les recherches de ma robe de mariée : une robe de location ?

Crédits photo : Photo personnelle

Enfin, je réalise aussi que les robes bustiers, ce n’est juste pas du tout possible avec mes gros bras flasques et ma poitrine. Ça ne me va absolument pas, porter ce genre de robe c’est à la limite de l’acceptable. Bref, exit !

En revanche, il suffit d’apposer un boléro en dentelle pour que la magie opère. Et je trouve le résultat plutôt sympathique : en effet, le boléro cache le bustier mais masque aussi mes défauts, et habille par la même occasion un peu plus (parce que je me marie en octobre alors j’ai aussi ce dilemme, à savoir que si je ne mise pas sur les manches longues, il faudra par la suite songer à un boléro ou autre pour me couvrir).

Crédits photo : Photo personnelle

Ma préférée de tous mes essayages, mais malgré le boléro, le bustier : EXIT.

Lors de ces essayages je me rends compte que finalement, de la dentelle, c’est beau, et il serait dommage de s’en passer. J’exclus donc forcément certains modèles.

Je réalise aussi que le bustier, ce n’est vraiment pas pour moi, malgré un boléro, j’élimine donc ces modèles.

Reste un modèle, celui-ci, où le haut me paraît plutôt cohérent, mais la robe en l’état ne va pas du tout. Je suis trop serrée, je n’aime pas la matière de la robe, je n’aime pas la ceinture, et si je dois faire des retouches, tout n’est pas forcément possible. Puis je ne suis pas fan de la jupe, je préfère quelque chose de plus fluide comme la robe précédente. En fait j’aime bien ce haut et le bas d’une autre, donc aucune ne convient (sauf si je fusionne les deux, mais on me dit dans l’oreillette que ça n’est pas possible).

Crédits photo : Photo personnelle

Pour autant des modèles continuent d’arriver, alors si je ne trouve pas mon bonheur, on me conseille de continuer de regarder les arrivages pour un autre rendez-vous.

Mais ces essayages me font prendre conscience de la problématique de l’occasion :

  • Quoi qu’il arrive, les robes ne seront JAMAIS adaptées à ma morphologie. Donc ça implique des retouches (jusque là rien d’anormal). Mais toutes les retouches ne sont pas possibles forcément sur de l’occasion puisque ça a déjà été retouché auparavant, donc on est assez vite limité (par exemple on ne peut pas prendre une robe d’une taille au-dessus pour raccourcir, ce qui est possible dans le neuf tu vois ?),
  • Le stock dépend des arrivages, les tailles ne sont pas adaptables par modèle donc, alors niveau choix, on reviendra,
  • Si on opte pour la location, alors bye bye les retouches : à part reprendre un peu la taille, et la longueur éventuellement de la robe/traîne, on ne peut RIEN faire (logique ceci dit),
  • Enfin, le coût est finalement peu attractif dès l’instant qu’il s’agit de robe de renom. Et, est-ce une volonté de Graine de Coton, ou est-ce mes choix, mais je n’ai choisi que des robes à des prix assez élevés d’occasion.

En ajoutant les retouches (limitées) je me retrouvais au final avec une robe d’occasion, qui pouvait me revenir aussi chère qu’une robe neuve jamais portée.

Face à ce dernier argument, je n’avais plus forcément la même ambition d’avoir une robe d’occasion.

Du coup, j’ai réfléchi différemment, et c’est en cherchant autre chose que je suis tombée sur Ceremony Day, un tout autre concept pour le coup : des robes sur-mesure confectionnées en France.

Ça implique une robe à mon image, mais surtout : pas d’essayage en amont !!

Encore une prise de risque peut-être… mais qu’importe, je prends contact pour un premier rendez-vous afin de parler de mes souhaits de robes, de ma morphologie, et de ce que peut me proposer Laëtitia de Ceremony Day. Et autant te le dire d’avance : c’est chez elle que se fera ma robe !

Mais ça, je te le raconterai dans ma prochaine chronique !

Et toi, as-tu songé à une robe d’occasion, voir à de la location, pour ta robe de mariée ? Ou est-ce que cette idée ne t’effleure même pas l’esprit ? Pourquoi ?



4 commentaires sur “Mon mariage rétro mais pas trop : la robe de mariée, souhait vs réalité – Partie 1”

  • Je comprends tout à fait que l’on puisse songer à de l’occasion, quand on voit le montant des robes neuves. Après tous les inconvénients que tu as cité sont ceux pour lesquels je préfère me tourner vers des robes neuves. Quant a la location, j’aurai trop peur de l’abîmer et de ne pas assez profiter de la journée du mariage a cause du stress

  • Tes « gros bras flasques »… Cette remarque m’a fait sursauter car franchement, tu es loin d’avoir de gros bras !! 🤔

    J’aime beaucoup le rendu de la robe bustier avec le boléro en dentelle sur toi en tout cas.

    Toutes les raisons que tu as évoquées m’ont convaincue également de ne pas me tourner vers l’occasion ou la location pour ma robe.

    Hâte de lire la suite de tes aventures !

Commente ici !