La robe de mes rêves

Peu de temps après avoir discuté avec Monsieur Relax de notre projet de nous marier, discrètement, au boulot, j’ai fait une recherche sur Internet afin de trouver la robe de mes rêves. Étrangement, moi qui n’avais jamais rêvé de me marier, je savais exactement quels mots-clés entrer dans le moteur de recherche : “robe mariée bustier plumes”.

Je ne sais toujours pas d’où m’est venu le côté “plumes”. Et en deux secondes, je suis touchée en plein cœur par un modèle du créateur Ava Sposa. Je suis au début de mes préparatifs, je n’y connais rien en robes de mariée, c’est donc naïvement que je me dis : “OK, c’est bon, la robe c’est trouvé, c’est celle-là que je veux et que j’aurai.”

Trouver une robe de mariée à froufrous // Photo Ava Sposa

Crédits photo : Ava Sposa - Modèle Delphine

Je me renseigne sur les points de vente, la plupart se trouvent dans le Sud de la France. Pas de souci, je me vois déjà en mode aventurière quitter ma petite Belgique natale à la recherche de ma précieuse. Mais mes rêves d’aventure sont de courte durée : je suis désespérée en découvrant que c’est un modèle de 2014 et qu’il n’est plus disponible dans les points de vente renseignés. Dégoûtée, j’enregistre quand même la photo dans ma galerie et je me concentre sur le reste des préparatifs.

Quelques mois plus tard, une de mes témoins me demande si j’ai une idée de robe. Je lui montre la robe de mes rêves mais qui n’est plus disponible et je reste bloquée en découvrant un détail qui m’avait échappé lors de la recherche précédente : le nom du modèle. Il s’agit de mon prénom. J’en ai les larmes aux yeux, je hurle que c’est un signe de l’univers. La future mariée n’est jamais excessive, c’est bien connu.

Je refais quelques recherches, mais la réponse est toujours la même : “Ce modèle n’est plus disponible.” Je râle un peu, mais je sais maintenant que ma robe ressemblera à cette robe. Enfin, si le modèle convient à ma morphologie. Vu mes soucis de poids, j’ai reporté au plus tard possible mes premiers essayages. Et c’est un peu effrayée que je me décide enfin à contacter les boutiques exactement huit mois avant mon grand jour.

Persuadée que la mission va être compliquée, je planifie un rendez-vous dans les quatre boutiques que j’ai repérées. Je suis un peu torturée et terrifiée par ces essayages, j’ai peur de ne rentrer dans aucune robe, que la robe de mes rêves ne me convienne pas, que la méchante vendeuse ne se moque de moi. Je décide de prévoir le premier rendez-vous en semaine pour m’y rendre toute seule. Je préfère qu’il n’y ait aucun spectateur. Mes copines et témoins râlent car elles bossent ce jour-là. Moi ça m’arrange.

Le grand jour est arrivé, je n’oublie pas de mettre mon soutien-gorge sans bretelles et j’essaie de me persuader que tout va bien se passer. J’encode l’adresse dans le GPS quand je reçois un message de la filleule de mon chéri, qui est aussi sa témoin : elle n’a finalement pas cours et elle me supplie de la laisser m’accompagner. Finalement, je suis soulagée de ne pas y aller seule : c’est quand même mieux d’avoir un avis extérieur.

Le premier rendez-vous est dans un tout petit magasin, la vendeuse est un peu froide au début, mais elle est vraiment disponible et à l’écoute.

Elle me tend trois gros catalogues et me demande si j’ai déjà une idée de ce que je souhaite. Je lui montre sur mon GSM la photo de la robe de mes rêves en lui disant que je ne sais pas si ce genre de modèle pourrait me convenir. Elle me rassure en me disant qu’il n’y aura aucun souci de ce côté-là. J’essaie d’arrêter de sourire bêtement mais c’est plus fort que moi : toute la pression retombe et je suis impatiente de passer en cabine d’essayage.

Nous allons dans le joli salon, je me déshabille, la vendeuse me donne le jupon à mettre et elle revient avec trois robes proches de ma photo. J’ai chaud, je suis impatiente ! Elle entre dans la cabine avec la première, m’explique comment nous allons procéder pour l’enfiler, et c’est parti.

J’ai les larmes qui me montent aux yeux : elle est agréable à porter et ressemble assez fort à la robe qui hante mes pensées depuis quelques mois. Je sors de la cabine et je vois le regard de la témoin de Chéri briller et se remplir de larmes, nous pleurons toutes les deux. Ce qui est très inhabituel, c’est que je trouve qu’elle me va très bien, qu’elle avantage ma silhouette. Je bouge, je tourne sur moi, je la touche.

Trouver une robe de mariée à froufrous

Crédits photo : Photo personnelle

Ce sont les pieds lourds que je retourne en cabine pour la retirer et essayer la deuxième. Elle est très jolie également : un peu moins confortable à porter, mais le décolleté est super beau. Je ne voulais pas de décolleté en cœur, mais finalement, j’adore. La filleule de Chéri l’aime beaucoup aussi.

Trouver une robe de mariée à froufrous

Crédits photo : Photo personnelle

Je retourne en cabine pour essayer la troisième. Elle est très jolie aussi, mais je trouve qu’elle me grossit un peu, ce qui est confirmé par la vendeuse.

Trouver une robe de mariée à froufrous

Crédits photo : Photo personnelle

Je propose à la vendeuse de me faire essayer un tout autre modèle de son choix, mais je n’aime pas du tout : c’est beaucoup trop simple comparé aux modèles que j’apprécie.

Trouver une robe de mariée

Crédits photo : Photo personnelle

Retour en cabine, la filleule de Chéri souhaite que j’essaie une robe qui est exposée en vitrine. Elle est également très belle, mais je trouve aussi qu’elle me grossit.

Trouver une robe de mariée

Crédits photo : Photo personnelle

Yeah yeah yeah, nous avons donc deux gagnantes. Ooooh, le choix va être difficile.

Je demande à repasser la première afin de tester comment m’asseoir avec et c’est assez facile : il ne faut pas réfléchir, en fait. La vendeuse me donne un petit carton avec les prix et les références des deux robes. Une des deux robes est en déstockage, l’autre est beaucoup plus chère.

C’est le sourire aux lèvres que je retourne chez ma maman pour lui montrer les différentes photos. Elle craque aussi sur les deux premières… Merci Maman, tu ne vas pas beaucoup m’aider, sur ce coup-là !

Je passe l’après-midi à regarder les photos. J’hésite, mais je sais que mon choix est déjà fait. Ma fille rentre de l’école dans trente minutes, je contacte la boutique pour demander si je peux venir réessayer mes deux coups de cœur. J’embarque ma maman et ma fille et nous retournons au magasin.

Alors, as-tu une idée de la robe que je vais choisir ?

Le choix final

La vendeuse a déjà préparé les deux robes. Je repasse en cabine et j’enfile la première que j’avais essayée. Je suis émue de voir ma fille me regarder comme si j’étais une princesse. Ma maman la trouve très jolie. Je refais quelques pas, je vais avoir beaucoup de mal à me déplacer, je ne vois rien ni devant, ni derrière. J’imagine déjà les invités crier : “Attention, convoi exceptionnel !”

Après plusieurs déplacements, je retourne en cabine pour essayer la deuxième. Ma maman adore aussi le décolleté en cœur de cette deuxième robe. Je la garde un peu plus longtemps car je veux vérifier si je m’habitue aux baleines plus serrées du bustier.

Je retourne en cabine et je valide mon choix. Depuis le début de nos préparatifs, nous fonctionnons au coup de cœur : tous nos prestataires sont les premiers que nous avons rencontrés. Mon choix suit la même logique : ma robe sera donc la toute première robe de mariée que j’ai essayée !

Trouver une robe de mariée à froufrous

Crédits photo : Photo personnelle

Petite photo lors de mon test “position assise”

Je me sens beaucoup plus à l’aise dedans et c’est en plus la robe qui était en déstockage : ce n’était pas le critère principal, mais ça permet d’alléger le budget. Surtout qu’il faut encore ajouter au prix de la robe les retouches, le jupon et les chaussures.

Comme c’est une robe en déstockage, je demande à ce qu’elle soit passée au pressing. Le bas de la robe a besoin d’être un peu nettoyé à force de traîner par terre. Je demande aussi qu’on enlève les petites décorations du bustier. La vendeuse me propose de faire un essai avant de tout enlever, pour s’assurer que des traces ne sont pas visibles.

Et voici le dos de ma précieuse. Ma fille s’est tout de suite portée volontaire pour effectuer le laçage le jour J.

Trouver une robe de mariée à froufrous

Crédits photo : Photo personnelle

Et en exclusivité, parce que je ne résiste pas à l’envie de te montrer la photo, voici ma robe prête à être enfilée le jour du mariage.

Trouver une robe de mariée à froufrous

Crédits photo : Photo personnelle

Le rendez-vous est fixé pour les retouches deux mois avant le mariage, je dois entre-temps trouver mes chaussures.

Le plus difficile pour moi a été de garder le secret et de ne pas montrer à Monsieur Relax les photos de ma robe. Il n’aime pas les robes avec du volume et j’ai eu très peur qu’elle ne lui plaise pas, parce que question volume, il serait servi avec celle-ci ! Mais je ne me voyais pas dans un autre style de robe, j’ai suivi mon instinct et je peux déjà te dire que finalement, il m’a félicitée pour mon choix !

Si toi aussi, tu paniques à l’idée de trouver la robe de tes rêves, j’ai juste un conseil à te donner : trouve une petite boutique dans laquelle tu te sentiras à l’aise et ne stresse pas à l’avance comme je l’ai fait. C’est un moment unique et génial dans les préparatifs du mariage, il faut en profiter.

Et toi, as-tu eu un coup de cœur pour ta robe ? Était-ce la toute première ? Quels critères ont été déterminants ? Raconte-moi tout !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



10 commentaires sur “La robe de mes rêves”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *