La “robe” de la situation – Round 2

Après ma première session d’essayages en compagnie de ma maman, il m’a fallu poursuivre mes recherches seule après son départ, car d’une part, je n’ai pas beaucoup d’amis proches pour m’accompagner dans les boutiques ici à Stockholm, et d’autre part, comme je travaillais à mi-temps à cette période, j’avais choisi de faire mes essayages en pleine semaine et en pleine journée, histoire de pouvoir avoir des rendez-vous très rapidement, voire de venir sans rendez-vous, ce qui n’est pas possible les samedis.

Essayages robes de mariée sirène

Crédits photo (creative commons) : madbax

J’ai l’habitude du shopping en solo, car généralement, je n’aime pas être influencée dans mes décisions. Mais concernant LA robe, j’aurais aimé avoir avec moi une personne de confiance pour me guider ou m’aider à faire face aux mauvaises expériences potentielles. Genre ma maman ou ma sœur. Ou Cristina Cordula, mais elle n’a pas pu se libérer !

Avant de tout te raconter, petit rappel express de mes critères : pas de dos ouvert, ni de bustier, ni de volume, ni trop de fioritures, mais au contraire de la fluidité, de la sobriété, éventuellement de la dentelle, mais surtout pas partout, une traîne et si possible des boutons dans le dos et des manches longues ou trois quarts. Voici un petit aperçu de mon tableau d’inspiration de l’époque sur Pinterest pour te faire une idée :

Essayages robes de mariée sirène

Crédits photo : Copie d'écran de Pinterest

Vendeuse acariâtre et autres déconvenues

J’avais depuis un moment repéré une boutique près de chez moi qui semblait proposer des robes assez prometteuses. En me rendant sur leur site, j’ai découvert qu’il ne s’agissait pas d’un revendeur multi-marques comme la plupart des autres boutiques, mais d’un atelier géré par une mère et sa fille, ce qui me plaisait beaucoup. J’ai donc décidé d’y faire un tour un après-midi.

À peine entrée dans la boutique, je regrette déjà d’avoir poussé la porte. Une dame d’un certain âge, accompagnée d’une cliente, me toise froidement sans même répondre à mon bonjour, avec l’air de se demander ce que je viens faire là. Je lui demande (en anglais) s’il est possible de jeter un œil pour cerner le style de la boutique. Elle me répond (en suédois, mais avec un accent d’Europe de l’Est) que ce n’est pas possible sans rendez-vous. Soit.

Je lui demande alors si nous pouvons fixer un rendez-vous. Là encore, c’est non, et toujours en suédois, ce qui fait que je ne comprends pas ce qu’elle ajoute ensuite. Tout ce que je vois, c’est qu’elle a l’air de me prendre pour une débile profonde. Le suédois, ce n’est déjà pas forcément facile tous les jours, même si je commence à comprendre ce qu’il se passe autour de moi, mais le suédois avec un accent étranger, c’est juste impossible pour moi.

Heureusement, la cliente présente dans le magasin a probablement pitié de moi, et finit par s’improviser interprète. Elle m’explique, en anglais cette fois, que les rendez-vous ne se prennent que par téléphone et que la séance d’essayage coûte 300 couronnes (soit 30€). Ha ha ha. Ha. Ha. Certes, cette somme est déduite du prix de la robe si on en commande une, mais dans le cas contraire, c’est juste 30€ jetés par la fenêtre. Non seulement la gérante me fait me sentir comme un insecte nuisible, mais en plus, je trouve cette pratique plus que limite. Je m’en vais donc sans la moindre intention d’appeler pour prendre rendez-vous.

J’ai dû laisser un peu de temps s’écouler pour digérer cette expérience désagréable, mais heureusement, j’avais d’autres boutiques sur ma liste !

L’une d’entre elles se trouvant dans un quartier branché de Stockholm, mes chances de trouver quelque chose de joli et moderne à la fois me semblaient plutôt bonnes. Mais une fois sur place, c’est la déception. En moins de quinze minutes, j’ai déjà fait le tour de toutes les robes et absolument rien ne me plaît. Je trouve que ces robes manquent de raffinement, et aucune ne correspond, même vaguement, à ce que je recherche. Je suis légèrement mal à l’aise vis-à-vis de la vendeuse, qui s’étonne que je n’essaye pas, mais comme je ne suis pas du genre à essayer pour faire plaisir, je quitte la boutique, avec une petite boule au ventre.

Et si j’étais juste trop difficile et que je me retrouvais à devoir choisir une robe par dépit ?

Ma fixette sur les manches

Je prends ensuite rendez-vous dans une boutique d’un quartier plus chic, en espérant que les robes soient à l’image du quartier. Et effectivement, c’est bien mieux.

Je flashe (enfin !) sur un modèle. Oui, un seul, mais tu commences à me cerner : je suis une relou, une vraie. Mais dois-je te rappeler qu’à la base, mon fantasme absolu était de me marier en smoking blanc ou en combinaison ? C’est probablement la raison pour laquelle 90% des robes me semblent trop kitsch, trop stéréotypées, trop gnangnan. Ajoute à ça tous mes critères, et tu comprends mieux pourquoi je ne trouve rien à essayer !

Mais revenons à nos moutons. La robe que j’ai sélectionnée est le modèle Orquidea de la marque Pronovias, à manches longues et dentelle et boutons dans le dos. Elle est épurée et élégante, avec un très beau tissu sobre, et une touche de dentelle qui vient la rehausser juste ce qu’il faut. Exactement comme j’aime ! Du moins sur le mannequin :

Essayages robes de mariée sirène

Crédits photo : Pronovias

Sauf que sur moi, ça ne ressemble à rien ! Je ne me rappelle pas quelle taille la vendeuse m’a donnée, mais impossible de me projeter avec cette robe dans ces conditions, même si elle m’assure qu’elle est disponible sur commande à ma taille.

Essayages robes de mariée sirène

Crédits photo : Photo personnelle

Je t’épargne ma tête trop blasée…

Je suis très déçue car j’aime vraiment beaucoup ce modèle, mais je ne me vois pas prendre le risque de commander une robe pour laquelle je n’ai pas d’idée du rendu réel sur moi.

Totalement dépitée, je décide d’essayer une autre robe, “juste comme ça”, tout en sachant qu’elle ne peut pas être la bonne. En effet, elle est complètement hors critères, du fait de son dos ouvert (qui plus est orné de perles qui se prennent dans les cheveux) et de son absence de manches.

Essayages robes de mariée sirène

Crédits photo : Photos personnelles

Encore des pinces dans le dos !

Il manque définitivement quelque chose à cette robe sur le devant. En fait, elle serait bien mieux avec des manches ! Et le dos, bien que joli, ne me convainc pas de déroger à mes critères. Je ressors de la boutique bredouille, et un peu découragée. Cependant, ces essayages me confortent encore davantage dans certains de mes critères : pas de strass, et je VEUX des manches !

Cela dit, je commence vraiment à m’inquiéter, car j’ai l’impression d’avoir fait la plupart des boutiques du centre et j’aimerais éviter la galère d’avoir à me déplacer dans une banlieue lointaine ou une autre ville. Il me reste une boutique sur ma liste, autant te dire que je mise beaucoup dessus !

Mais là encore, sur place, pas grand-chose ne trouve grâce à mes yeux (mais qu’est-ce qui ne va pas chez moi ?!), à l’exception d’une robe de la marque Cosmobella :

Crédits photo : Cosmobella

Tu vas me dire que je ne respecte encore une fois pas du tout mes critères : il n’y a toujours pas de manches ! Oui, mais figure-toi que des robes à manches, je n’en ai pas croisé beaucoup, et à ce moment-là, le désespoir commence vraiment à me gagner. Et cette robe est super jolie avec son haut un peu blousant, même sur moi, bien qu’un peu grande à l’essayage.

Malheureusement, je n’ai pas de photos de moi à te montrer pour celle-ci, car la vendeuse de la boutique était désagréable au possible, ce qui ne donnait pas vraiment envie de lui demander de prendre des photos. On ne sait jamais, des fois qu’elle déciderait soudainement de me jeter mon téléphone à la figure !

Mais finalement, j’ai réalisé que d’une part, je n’avais pas envie de commander dans une boutique où j’avais été mal reçue, et que d’autre part, la robe était certes jolie, mais j’avais un gros doute sur ces broderies en forme de feuille. Et puis zut, je n’avais pas envie de renoncer à mes manches !

Au final, hésiter, ça ne me ressemble tout simplement pas. Si ce n’est pas un grand OUI, alors c’est un non. Moi, ce que je voulais, c’était de la transcendance, de l’enthousiasme débordant, du sourire béat, voire des petits cris aigus. De l’évidence, quoi ! Bref, cette robe, ce n’était toujours pas moi.

Et là, l’impensable s’est produit : désespérée pour de bon, j’ai décroché mon téléphone et j’ai pris rendez-vous à la boutique du début. Tu sais, celle où l’essayage est payant et où la gérante m’a accueillie comme on accueille un furoncle sur son nez le jour de son mariage.

Le prochaine fois, je te raconterai à quelle sauce j’ai été mangée lors de ce rendez-vous…

Et toi, as-tu été confrontée à des vendeuses désagréables ? As-tu comme moi été d’une intransigeance implacable concernant tes critères de départ ou t’es-tu finalement laissée convaincre par un modèle totalement différent ? Dis-moi !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



15 commentaires sur “La “robe” de la situation – Round 2”

  • Tu as eu raison de ne pas déroger à tes critères car si la robe te plait sans plus c’est dommage et tu l’aurais regretté. Hâte de savoir ce qu’a donné ton rendez-vous avec cette charmante vendeuse, en même temps si ces robes sont belles ça vaut le coup de prendre sur soit!

    • J’ai vraiment mis ma fierté de côté pour retourner là-bas vu comme j’avais été traitée. C’est fou qu’on puisse se comporter comme ça dans des boutiques supposées vendre du rêve à l’état pur!

  • Je n’en reviens pas la première boutique de comment ça s’est passée. Il me tarde de savoir comment s’est soldé le rendez-vous car parfois les apparences sont trompeuses…! En tout cas, je pense que tu te connais parfaitement pour savoir que ce n’est pas encore LA robe qui te convient.

    • C’est dans ce genre de situations que ça craint vraiment de ne pas être accompagnée, car je suis sûre que cette mauvaise expérience m’aurait moins atteinte si je n’avais pas été seule. Mais effectivement les premières impressions peuvent être trompeuses parfois et ça peut valoir le coup de fermer les yeux sur certaines choses

    • Merci Madame Belle Mère! J’aurais adoré pouvoir essuyer la première dans la bonne taille, je l’aimais vraiment beaucoup! Là j’ai quand-même l’air assez ridicule 😉

  • C’était ma plus grosse crainte, de ne pas trouver ma robe avec des dizaines d’essayages dans plusieurs boutiques!
    Mais j’ai eu de la chance, je l’ai trouvée du premier coup, dans un atelier mère et filles près de chez moi au Québec (et où heureusement j’ai été mieux reçue que toi lors de ta première visite!)

    J’ai aussi appris que je me faisais trop d’attentes par rapport à mes critères d’origine, et que ce qui fait à un mannequin dans les catalogues ne fait pas forcément à quelqu’un qui, malgré son 1m73, approchait le 100 kg, même si j’en ai perdu 12 depuis, youpi!
    Ma robe est donc complètement à l’opposé de ce que je recherchais mais je suis tombée sous son charme dès que je l’ai enfilée alors j’ai su que j’avais tout faux! :p

    Et j’ai bien hâte de voir des photos de ton mariage, j’ai assisté à un mariage luthérien à Lund en 2006 et c’était magnifique (même pour la catho que je suis!)

    • C’est vrai que ce n’est pas forcément judicieux de se cantonner au type de robes dans lequel on se projette avant de commencer les essayages, car on ne sait pas vraiment ce qui nous va avant d’avoir testé! Au final peut-être que les robes volumineuses que j’ai systématiquement écartées m’auraient mise en valeur. Mais je suis tellement têtue!
      Et sinon je ne connais pas bien Lund, mais j’y suis passée brièvement une fois et j’ai trouvé que c’était une adorable petite ville, j’adore l’architecture!!

  • C’est vrai que c’est compliqué de se faire une idée quand on ne fait pas une taille “normale” ( au sens strict de “dans la norme”). Il existe des marques qui font du spécial grandes tailles, ça existe aussi pour le XS? Et le magasin de la robe qui te plaisait n’avait pas la possibilité d’en faire venir une d’une autre boutique qui l’aurait eu en ta taille?
    Bref, je compatis. Et hâte de voir ce que ce rdv a donné !

    • Je n’ai pas cherché de boutiques spécialisées car je n’y ai tout simplement pas pensé (je n’en ai jamais vu à vrai dire et j’ai l’impression que ça pourrait être perçu comme une provocation dans notre société). Et je n’ai pas l’impression d’être hors norme en fait. Je porte habituellement du 34 et je n’ai pas de difficultés à m’habiller au quotidien, donc je ne pensais pas que ça poserait problème pour mes essayages de robes.

      Mais là, non seulement il y avait peu voire pas de 34 en boutique, mais en plus dans certaines marques de robes de mariée, le 34 était trop grand et il m’aurait fallu du 32. Et j’avoue que je n’ai pas osé demander à faire envoyer ma taille par une autre boutique car j’avais peur qu’on me mette la pression pour que j’achète la robe ensuite.

      Il est aussi possible qu’il y ait plus de petites tailles en boutique en France qu’en Suède car la morphologie ici est différente, les femmes sont en moyenne plus grandes et aussi plus carrées j’ai l’impression, du coup le 34 se vend peut-être moins!

      • J’espère que je ne t’ai pas blessée en disant cela.
        La taille 34 est quand même un peu inhabituelle (c’est mieux que “norme”), même si heureusement tu peux trouver à t’habiller facilement!
        Pour la France : “En 1970, la moyenne des femmes était de 160,4 cm pour 60,6 kg et pour un petit 38. Aujourd’hui, elles mesurent 162,5 cm, pour 62,4 kg et s’habillent en 40.”
        Je comprends que faire cette demande puisse être compliqué.
        En tout cas tu as trouvé ton bonheur et c’est bien l’essentiel.

        • Non Banane (c’est bizarre d’appeler quelqu’un comme ça 😀 ), tu ne m’as pas vexée, j’ai bien compris ce que tu voulais dire, c’est sûr que le 34 n’est pas la taille la plus courante chez les femmes adultes, mais y en a quand-même assez qui en portent pour que tous les magasins le proposent. J’ai vérifié et en Suède la taille moyenne d’une femme est de 1.66m pour une taille 40 en vêtements, donc elles sont plus grandes mais pas plus carrées on dirait, j’ai dû me focaliser sur celles qui sortent de ce que j’ai l’habitude de voir.

  • Bon, j’arrive comme un cheveu dans la soupe, vu que je commence seulement à commenter, mais j’espère vraiment que tu auras su trouver la robe qui te plait! Tu as raison de garder tes critères, comme ça tu auras vraiment la robe de tes rêves. En tout cas, je te trouve magnifique dans tout 😉

    • Merci Mademoiselle Red! Et oui, évidemment j’ai fini par trouver mon bonheur, un bonheur d’autant plus grand quand on a galéré un peu 😃

  • Bonjour Mademoiselle Viking!!!
    Je viens de me fiancer avec mon Suèdois et on va se marier en 2018 soit à Stockholm soit en France! Est-il possible de te contacter en perso? J’aimerais beaucoup partager sur le sujet!!!
    Merci beaucoup!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *