La petite histoire de nos save the date

Une fois le mariage annoncé à nos proches, la première question qui est revenue souvent était : “Du coup, ce sera quand ?” Eh oui, bonne question, n’est-ce pas ? Comme tu pouvais le lire dans une précédente chronique, c’est la disponibilité de notre lieu de réception qui a défini la date de notre mariage, le 14 octobre 2017.

Save the date or not save the date ?

La question du save the date s’est posée une première fois, mais on n’en voyait pas l’utilité dans un premier temps. On se disait, naïvement, qu’un faire-part se suffirait à lui-même. Mais ça, c’était avant…

Avant les “Tu te maries quand, déjà ?”, “Rappelle-moi, c’est bien en juillet, votre mariage ?”, “Ah oui, en avril, c’est top, mais tu vas pas avoir un peu froid ?”, “Ouais, septembre pour un mariage, c’est bien !”, “En août ? ”,  “Tu m’avais dit en septembre, c’est ça ? Ah non pardon, en juin ?”. STOOOOOP ! J’ai dit en octobre, OCTOBRE ! (insère ici le mot que tu souhaites pour parfaire l’exclamation) !

via GIPHY

À la lumière de toutes ces questions, ainsi que de tous les beaux save the date qu’on peut voir sur la wedding-sphère, la question a été reconsidérée. Ce sera également l’occasion de définir le style graphique que nous voulons donner à notre mariage. Après réflexion, nous ferons donc un STD (de son petit nom).

So save the date, que fait-on ?

Dans un premier temps, nous définissons le format. Par courrier ou par mail ? Par mail c’est sympa, mais il n’y a pas de trace physique et les “anciennes générations” ne sont pas forcément à jour sur ce point. Vendu pour le format courrier !

Ensuite, qu’est-ce qu’on fait ? Une photo ? Une illustration ? J’aime beaucoup les STD photo et j’en ai vu des très jolis, mais ça nous correspond moins, et puis on n’a pas envie de se prendre la tête à faire une séance photo et tutti quanti (oui, j’épouse un italien, il faut que je m’y mette). On préfère donc se prendre la tête avec un design.

Poupou et moi sommes infographistes, nous sommes donc censés maîtriser Photoshop & cie. Oui, on est censés, mais l’école remonte un peu maintenant, et ne m’en servant plus au quotidien, j’ai pas mal oublié (comme pour le dessin, d’ailleurs)…

Mais heureusement, ma témoin chérie, Mademoiselle M, elle n’a pas oublié l’école et a un super coup de crayon. Ni une ni deux, je lui demande et elle accepte avec grand plaisir. On est toutes les deux super contentes de l’investir de cette tâche. C’est donc parti pour l’aventure du save the date !

Après un premier brainstorming, nous définissons cinq images de référence pour notre STD :

save the date personnalisé

Crédits photo : Capture d'écran de mon tableau Pinterest

Nous souhaitons donc partir sur quelque chose de fleuri, on ne se refait pas. Un format rectangulaire, avec un fond ardoise pour rappeler le lieu de réception (critère très important pour Poupou), une couronne de fleurs au design simple et épuré, dans des couleurs plutôt douces – mais pas pastel – et avec le texte centré au milieu. Nous souhaitons également intégrer l’élément graphique des flèches, qui reviendra très souvent dans notre déco. Poupou s’est fait tatouer deux flèches nous représentant l’été dernier et c’est désormais tout un symbole pour nous.

La conception est plutôt rapide et après deux, trois retouches, nous sommes satisfaits du résultat. Merci Mademoiselle M ! Allez, sans plus attendre, je te montre notre fameux save the date ! (Oui, on a repris la même typographie qu’une de nos images de référence, on adore ce style…)

Crédits photo : Photo personnelle

Il est beau, non ?

Et l’impression, dans tout ça ?

Reste la question de l’impression. Je fais le tour des imprimeurs en ligne, comme Popcarte ou PhotoBox, qui proposent des prix plutôt raisonnables, et je demande des impressions tests. Nous sommes assez déçus des échantillons que nous recevons : le papier n’est pas à la hauteur de nos attentes et les finitions non plus. On est un peu dans l’impasse : je n’ai pas non plus envie de devoir vendre un de mes reins pour payer l’impression de nos STD.

Et puis un matin, illumination devant ma porte d’entrée recouverte de photos, pourquoi pas un format polaroid ? Ça nous correspond parfaitement, on en a partout à la maison et au bureau, et puis c’est original.

Ni une ni deux, je vais sur le site de Cheerz, chez qui je commande très souvent, et je vois qu’ils proposent un service de faire-part au format polaroid. Je n’ai jamais été déçue par mes commandes chez eux, la livraison est rapide et le service top, je recommande les yeux fermés. Vendu ! Trois jours plus tard, nos STD sont dans la boîte aux lettres.

Ils sont fournis avec des enveloppes bleues qui nous plaisent un peu moins, mais tout problème a sa solution. Un petit tour sur Amazon, cent enveloppes carrées couleur crème commandées pour 12€, et c’est réglé !

Le save the date, c’est fait, les enveloppes, c’est fait, reste plus que les timbres. Depuis quelque temps, La Poste propose un service de timbres personnalisables. Mais cette option étant un peu onéreuse, je me rabats sur les modèles qu’ils proposent. La somme de 35€ et un aller-retour à l’imprimante du boulot plus tard, j’ai mes jolis timbres de mariage !

Crédits photo : Photo personnelle

En exclu, la version italienne !

S’en suit une soirée calligraphie, puis une soirée découpage/collage de timbres poste, et les STD sont envoyés ! Nous sommes alors en janvier, soit J – 9 mois, parfait !

Les réactions ont été positives, nous avons eu beaucoup de compliments, et pas mal de personnes ont noté la référence au tatouage de Poupou ! Bon, je dois t’avouer que je n’ai pas eu non plus des masses de retours, et sur le coup, ça m’a un peu déçue, mais bon tant pis, au moins depuis, je n’ai plus eu droit à : “Le mariage, c’est cet été, c’est ça ?”.

Et toi, t’es-tu embarquée dans l’aventure des save the date ? Les as-tu réalisés toi-même ? Dis-moi tout…



10 commentaires sur “La petite histoire de nos save the date”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *