A la recherche de LA robe : les autres essayages… et le choix !

La dernière fois, je t’ai raconté à quel point mes premiers essayages m’ont dépitée.

Pendant plusieurs jours, je ne cessais de me rappeler ce que mes amies récemment mariées m’avaient dit : « Quand c’est La Robe, tu le sais tout de suite, c’est comme une évidence » ou encore « J’ai pleuré quand je me suis vue dedans, c’est comme ça que j’ai su ».

Avec mon attitude neurasthénique mélancolique lors de mes essayages, je déprimais à l’idée que ça ne m’arrive jamais. Et si je n’arrivais pas à me projeter suffisamment dans une robe trop grande ? Et si j’étais à ce point perfectionniste que je ne ressentirais jamais ça pour aucune robe ?

J’ai alors décidé de tout reprendre à zéro ou presque. Maintenant que je sais comment se passe une journée d’essayage, je vais donc essayer de m’adapter au maximum.

Plan d’action :

  1. Insister pour essayer la robe sur laquelle j’avais flashée.
  2. Organiser une nouvelle journée d’essayage un samedi.

J’ai tout d’abord rappelé la boutique en expliquant que je n’arrivais pas à m’enlever cette robe de la tête et que c’était peut-être la bonne si je faisais une obsession dessus. La vendeuse a donc cherché dans tous les recoins et a trouvé le modèle bien planqué car réservé par quelqu’un.

Elle m’a autorisé à l’essayer un soir dans la semaine. Je ne voulais pas y aller seule. J’ai donc contacté mon amie (malade pour mes premiers essayages) afin qu’elle m’accompagne.

robe de mariée Nalejo

Crédits photo : Nalejo

La vendeuse tient la robe (qui n’est pas à ma taille) pendant que je l’essaie, car elle ne peut pas mettre de pinces. Je ressens enfin quelque chose, une légère émotion certes, mais une émotion. Cette robe est vraiment très belle, et le dos est vraiment magnifique.

robe de mariée Nalejo

Crédits photo : Nalejo

Mais il y a un détail qui me gêne vraiment beaucoup.

Voyons si tu as deviné… Je te donne un indice : c’est un col bateau et les bretelles tombent sur les bras.

Je ne pouvais quasiment pas lever les bras. Je me suis imaginée sur la piste de danse… « Tout le monde lève les bras ! » Ah bah non, moi je ne peux pas les lever plus que jusqu’à ma bouche. Alors pour jeter le bouquet, tu imagines… Paf, dans la tête ! Fin de l’obsession pour cette robe, pourtant très jolie.

Retour à la case départ. Je devais de nouveau prendre rendez-vous pour une journée d’essayages. Je téléphone à une boutique qui est légèrement au-dessus de mon budget : leur premier prix représente mon plafond.

Je tombe sur un homme (surprise !) très gentil qui m’explique qu’ils feront tout pour s’adapter à mon budget, que je serai chouchoutée, et qu’il est sûr que je trouverai Ma Robe chez eux. Je ne sais pas toi, mais les gens trop gentils, je trouve ça louche. Et encore plus lorsqu’ils ont de l’aplomb. Mais je prends quand même le rendez-vous qu’il me propose, on ne sait jamais.

À force de surfer sur des sites de robe de mariée, je reçois plein de publicités dans ma boite mail. Ce qui me permet de découvrir une boutique toute récente. J’y prends également rendez-vous.

Entre temps, j’avais répondu à un mail d’une célèbre marque de robe de mariée qui proposait de découvrir la nouvelle collection. Une dame m’appelle pour me proposer un rendez-vous le samedi en question que j’accepte volontiers.

Je suis prête pour cette nouvelle journée marathon d’essayages. Je suis accompagnée de l’amie qui était malade lors des premiers essayages et d’une amie alsacienne, de passage à Paris.

Ma devise ce jour-là : il faut laisser sa chance au produit. Traduction : je vais essayer absolument tout ce qu’on me propose.

Et c’est ce que je fais dès la première boutique ! J’essaye même une robe très originale, avec des sortes de plumes. Ça ne me va pas du tout, mais ça fait beaucoup rire mes amies.

robe à plumes

Crédits photo : Allure Bridal

L’ambiance est bonne. Je me fais de plus en plus aux pinces dans mon dos à chaque essai de robe. La vendeuse me passe un modèle à 400 euros au dessus de mon budget. Je me surprends à dire en me voyant dans le miroir de la cabine : « Je crois qu’elle va leur plaire celle-là ».

En tout cas, c’est ce que j’espère à ce moment là, car à moi elle me plait bien. Je sors de la cabine et je constate leur émerveillement. Puis je me vois dans le miroir et je souris… Enfin ! Je n’ai pas l’extrême certitude que c’est celle-là, mais je ne me sens pas comme dans les autres robes. C’est un sentiment très bizarre.

La vendeuse voyant que la robe me plait m’explique qu’elle est aussi gérante du magasin et qu’elle peut me faire un prix. Elle me propose donc une réduction (toujours au-dessus de mon budget) valable 7 jours.

Nous nous rendons ensuite dans la deuxième boutique, celle qui a ouvert quelques semaines auparavant. J’essaie quelques modèles dont un qui ressemble un peu à celui de la boutique précédente (qui pour l’instant fait l’unanimité). Mais le décolleté est différent et il faudrait ajouter ci et ça. La vendeuse est très gentille, mais je n’arrive pas à me projeter avec toutes ces modifications à faire.

Nous passons à la dernière boutique, celle de la fameuse marque. Je fais mon choix d’essayage difficilement, car il y a énormément de robes avec beaucoup de dentelle, et je préfère quand la dentelle reste discrète. La vendeuse me propose des modèles divers et variés. Je passe donc d’une robe très chargée à une autre vraiment toute simple. On dirait qu’il n’y a pas de juste milieu.

Ma journée se finit sur une note bien plus positive que celle de mes premiers essayages.

S’en suivent plusieurs jours d’entorse du cerveau, en pleine réflexion pour savoir si oui ou non, la robe essayée dans la première boutique le samedi est bien Ma Robe.

Je regarde les photos prises vite fait par mes amies quand la gérante avait le dos tourné. Je me rends compte que je fais toute minuscule dans cette robe en 42, même avec les pinces. Je me sens comme Alice (aux Pays des Merveilles) quand elle a bu la potion pour devenir plus petite.

Alice au Pays des Merveilles

Crédits photo : Walt Disney Pictures

Puis je regarde la photo sur le site, celle avec le mannequin qui doit faire une taille 34.

Mon esprit fait la fusion des deux et je me dis qu’à ma taille, cette robe sera parfaite. Tu vois, finalement, on n’a pas toujours la révélation lors de l’essayage. Pour ma part, j’avais besoin de bien poser les choses pour trouver LA robe, alors qu’habituellement je fonctionne au coup de cœur.

Il reste toutefois la question du budget. Le prix proposé par la gérante est certes 200 euros de moins que celui de la robe, mais il faut ajouter le prix du jupon (elle m’offre le voile).

Je décide de retourner à la boutique avant la fin des 7 jours de validité de l’offre et de négocier encore un peu. Le but étant que je rentre dans le budget que m’ont donné mes parents.

Accompagnée de mon amie alsacienne, je réessaie la robe pour être sûre à 200% que c’est bien Elle. Pas de doute possible, mais surtout ne pas le montrer à la gérante. Je me regarde dans le miroir, l’air abattu, et demande à la gérante si le jupon est compris dans le prix qu’elle m’a proposé. Ce à quoi elle répond : « pas de souci, je vous l’offre ». Yes !

Puis, je lui explique que même avec le jupon offert, la robe est trop chère et dépasse le budget de mes parents. Je lui avoue qu’ils peuvent sans doute faire effort de 100 euros. Je lui fais alors comprendre que si elle baisse le prix de 100 euros supplémentaires, je signe tout de suite. Elle retourne à son bureau pendant que je me rhabille. Elle tape frénétiquement sur sa calculatrice et accepte enfin.

Ce n’est pas dans mes habitudes de négocier autant, mais ça m’a fait plaisir d’en être capable et de respecter à 100 euros près le budget de mes parents !

Et finalement, l’homme que j’avais eu au téléphone avait raison d’être sûr que je trouverai Ma Robe dans cette boutique. Eh oui, parfois les hommes aussi ont de l’intuition !

Et toi, combien d’essayages as-tu fait avant de trouver Ta robe ? As-tu essayé des modèles vraiment différents ? As-tu négocié le prix pour rentrer dans ton budget ?


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



6 commentaires sur “A la recherche de LA robe : les autres essayages… et le choix !”

  • MAMAMIA, le dos de la première est à tombé.

    Tes essayages ressemble un peu au miens, j’ai aussi du poser les choses et négocier la robe hihihi! mais une fois choisie c’est la notre de notre!!!

  • j’ai réussi à négocier le même prix qu’une autre boutique avec le jupon, pas grand chose mais bon c’était déjà ca! (et à la croire elle mettait la clé sous la porte à cause de moi :-p)

    sinon j’ai essayé entre 40 et 50 robes avant de me décider et c’était celle que j’avais en tete sur catalogue mais que je trouvais nulle part qui a fait déclic!

  • Pour la photo de la robe, je voudrais garder la surprise à mes invités et à mon futur mari. Donc dans l’hypothèse qu’ils visitent cette page, je ne la divulguerai qu’après le jour J. Le suspense, c’est sympa aussi, non ?! 😉

  • Je n’ai pas essayé beaucoup de robes car ma situation est ‘particulière’. Je vais me marier avec un bidon rond de 7 mois, donc les possibilités sont limitées. Par contre, quand je L’AI essayé j’ai de suite su que c’était celle là, et à travers les yeux de mes témoins aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *