Le sprint final : de J – 30 à J – 1 du civil entre SPA, inondation et vol

Il y a plus d’un an avant le mariage, au moment de la demande, j’avais téléchargé une application qui donnait le décompte des jours restants avant le mariage. Au moins une fois par semaine, j’aimais mettre le téléphone sous le nez de Chéri avec un « On se marie dans deux cent un/cent vingt-trois/cent quatre/soixante-dix-huit jours. Hiiiiiii ! ». Et puis un jour, le couperet est tombé : il ne restait plus que trente jours.

Le mois avant, ou comment éviter le naufrage

Moi qui avais passé près d’un an à trouver le temps long, à vouloir me marier là tout de suite maintenant, j’ai soudainement trouvé que le temps accélérait beaucoup trop vite. Puis, grosse crise de panique quand j’ai consulté notre bloc-note en ligne partagé où il y avait l’ensemble de notre to-do list : il restait une centaine de cases à cocher !

Crédits photo (creative commons) : Pexel - Stocksnap

En plus, il y avait vraiment de TOUT sur cette liste :

  • Acheter les chemises de Chéri
  • Acheter (ou se faire prêter) tous mes accessoires (boucles d’oreilles civil et religieux, bracelet, cheveux, collier, etc.)
  • Recontacter tous les prestataires
  • Renvoyer enfin le dossier de mairie finalisé
  • Faire un essai pour la décoration
  • Faire le panneau « Plan de table »
  • Découper les cartes et étiquettes pour le photobooth
  • etc.

Après une soirée entière à paniquer si fort qu’il m’était impossible de réfléchir, nous avons réalisé avec Chéri un plan d’attaque pour les derniers jours : entre une et cinq actions à faire par jour. Les dernières semaines allaient être pénibles et nous allions consacrer tout notre temps libre au mariage. Mais au moins, tout serait fait à temps.

C’est aussi trente jours avant que tu peux te permettre de virer plein d’idées que tu avais au début. À un mois du mariage, il faut savoir gérer les priorités : je préfère être sûre d’avoir du vin blanc à table que dix pompons dans le jardin.

Finalement, entre J – 30 et J – 14, nous avons surtout contacté nos prestataires pour savoir si tout était toujours bon et leur fournir éventuellement des détails logistiques (adresse et horaires pour la maquilleuse, par exemple). Tous nos prestataires ont répondu présents et nous avons pu répondre à toutes leurs questions éventuelles sur notre mariage : nous étions parés !

De J – 14 à J – 7 : construire le planning

Les parties décoration, administrative et prestataires étant enfin réglées, nous nous sommes surtout penchés sur LE planning des mariages : de jeudi (civil) à dimanche (brunch). Nous y avons noté heure par heure les grands moments de la journée (préparatifs, cérémonie chinoise, déjeuner, cérémonie religieuse, cocktail, etc.) avec les adresses des lieux associés et la liste des tâches à faire (quoi et par qui).

Si tu n’as pas de wedding planner, ce planning est absolument essentiel à ta zenitude le jour J. Il faut que tu puisses penser en amont aux moindres détails :

  • Qui vous emmène du point A au point B ?
  • Qui gère le temps avant de partir pour l’église ?
  • Qui distribue les bulles à la sortie ?
  • Qui garde le sac SOS ?
  • Qui allume les bougies des lanternes dans la salle du repas ?
  • Qui t’aide à attacher les rubans à ton bouquet pour le jeu ?
  • Qui… ?

Crédits photo : Nick Youngson

En plus de faire ce planning, j’ai également fait une présentation PowerPoint (consultante un jour, consultante toujours…) avec tous les détails pratiques comme « où est-il possible de se garer aux alentours de l’église ». Rien n’a été laissé au hasard et tous nos frères/sœurs/belles-sœurs et beaux-frères savaient exactement comment allaient se dérouler les journées et à quel moment on avait besoin d’eux.

En me lisant, tu dois sûrement te dire : « Elle est tarée ! » ou « Elle va leur gâcher le mariage ! » Oui, mais non. Car nous avons su alléger au maximum leurs tâches dans la journée. Par exemple, ma sœur a simplement dû m’envoyer un SMS à l’église (pour me dire que tout le monde était rentré – je t’expliquerai) et m’aider à « rameuter » les filles célibataires pour le jeu des rubans. C’est tout !

La semaine juste avant : de J – 7 à J – 1

Étant habituellement stressée, j’avais convaincu Chéri que ce serait mieux de prendre des congés la semaine avant le mariage pour gérer les éventuels imprévus. J’étais donc en « vacances » dès le vendredi 7 juillet !

Dimanche : SPA

J’avais glissé à ma maman à Noël que ça me ferait plaisir qu’on prenne du temps, ma sœur, elle et moi, dans un SPA la semaine avant. Qu’on profite ensemble d’une petite bulle de sérénité avant le tourbillon du mariage.

Et six mois après, ça m’était sorti complètement de la tête quand ma maman m’a annoncé que le dimanche 9 juillet, nous avions rendez-vous toutes les trois pour :

  • trente minutes de hammam
  • trente minutes de gommage
  • soixante minutes (!!) de massage

C’était vraiment vraiment pile ce dont j’avais besoin. Non pas que j’étais particulièrement stressée, mais c’était très reposant et hyper agréable d’avoir ma maman et ma sœur pour démarrer cette semaine de bonheur ! Si tu cherches d’ailleurs un SPA hors chaînes habituelles à Paris, je te conseille fortement celui que nous avons testé : L’arbre à sens.

Lundi : inondation

Nous avions prévu une journée de repos : prendre du temps pour nous et finir quelques mini détails de décoration.

Mais le lundi matin, ma sœur a contacté mes parents et nous en panique pour nous avertir qu’à cause des fortes pluies de la veille, la crèche était inondée et fermée pour la journée. Que ni elle, ni son chéri ne pouvaient garder mes neveux (énorme contrainte au boulot). Elle voulait donc savoir si mes parents (en congé pour ma maman et à la retraite pour mon papa) pouvaient les garder. Sauf que pile ce lundi, mes parents recevaient leurs nouveaux canapés et avaient absolument besoin d’être à deux chez eux.

Et c’est comme ça que nous avons proposé notre aide et que nous avons gardé nos neveux d’amour le lundi ! Malgré cet imprévu dans le planning, nous n’étions toujours pas stressés !

Mardi : la tournée des grands ducs

Nous avions rendez-vous avec notre traiteur pour obtenir le devis final (avec le nombre d’invités définitif communiqué le samedi d’avant). Et quitte à se déplacer aussi loin (150km entre chez nous et la salle), nous avions décidé de récupérer nous-mêmes le champagne (à vingt minutes de la salle) et d’aller voir la propriétaire de la salle pour parler décoration.

La salle étant relativement proche de mes beaux-parents, nous avons fait un arrêt par chez eux pour y déposer la déco (la salle ne pouvant pas les stocker en sécurité avant le vendredi) et nous avons fini par faire du jardinage pour soulager mon beau-père et son dos fatigué.

Puis nous avons conduit une heure pour récupérer les caisses de champagne…. que nous avons déposées à la salle avant d’aller au rendez-vous traiteur. (Pour rappel, le traiteur et la salle sont le même prestataire.)

Crédits photo (creative commons) : Simon Law - La grande réserve

Une fois la tournée terminée, nous avons dû foncer chez nous pour assister en temps et en heure à l’assemblée générale des co-propriétaires de l’immeuble ! Fiou. Fatigués, mais pas stressés !

Mercredi : vol des chemises

Nous sommes restés tranquillement chez nous à préparer les valises. Puis, en fin de journée, j’ai accompagné Chéri en voiture récupérer ses chemises repassées au pressing.

Sauf que… en revenant dans notre garage, on se rend compte qu’il faut vider le coffre (le lendemain, Chéri doit récupérer le photobooth et notre voiture est minuscule). Nous faisons des aller-retour entre le garage de l’immeuble et l’ascenseur pour y déposer les quelques bêtises accumulées dans le coffre.

Chéri finit par être gêné par les chemises qu’il ne faut surtout pas plier et les accroche sur la porte des caves de l’immeuble… Bien mal lui en a pris. Nous chargeons l’ascenseur avec les petits paquets… en oubliant les chemises restées accrochées sur la porte – dans les espaces communs. Le temps que nous percutions (plus d’une heure après !) que nous avons oublié les chemises en bas… elles ont disparu.

Elles ont disparu et il n’y a aucun mot d’un voisin dans l’ascenseur pour avertir qu’il a trouvé des chemises. Rien de rien.

Je fonds en larmes. On se marie le lendemain – dans moins de vingt-quatre heures – et Chéri a perdu ses trois chemises (une pour le civil, une pour le religieux et une de secours). Je n’arrive pas à m’arrêter de pleurer. Ce ne sont que des vêtements, les chemises blanches, ça court les rues et ce n’est pas ce problème qui va nous empêcher de nous marier et pourtant, sur le coup, c’est le ciel qui me tombe dessus. Je n’arrive plus à me calmer.

C’est finalement Chéri qui décide d’écrire un petit mot dans l’ascenseur en expliquant la situation pour tenter de culpabiliser le voleur et qu’il rende les chemises du mariage… Entre deux sanglots, je finis par lui proposer d’aller essayer de lui retrouver exactement les mêmes chemises au stand des Galeries Lafayette le lendemain matin (soit sept heures avant le mariage…).

Mais ce soir-là, impossible de dormir, pas une seconde, à cause de l’énervement et du stress : quel con***d ce voleur ! Et s’il n’y avait plus la taille de Chéri en magasin ? Et si, et si ?

Et toi ? Étais-tu stressée durant ton dernier mois de préparatifs ? As-tu dû faire face à de nombreux imprévus ? Comment as-tu réagi ? Raconte !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



3 commentaires sur “Le sprint final : de J – 30 à J – 1 du civil entre SPA, inondation et vol”

  • Vous avez bien géré l’organisation du dernier mois mais cette dernière semaine quelle horreur ma pauvre elle était bien intense et le vol des chemises quelle angoisse je comprend que tu te dois effondrée. Cool on arrive bientôt aux chroniques sur le jour J 🙂

  • Olalala le stress de dernière minute !!! Mais quelle idée de voler des chemises… Et puis la dernière semaine était bien intense ! Moi qui hésite à éventuellement quand même travailler 2 jours… je crois que je vais laisser tomber connaissant mon stress légendaire !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *