Mon mariage mixte en 2 temps – Mon syndrome bridezilla à une semaine du jour J !

Me voilà passée de l’autre côté du miroir : je suis aujourd’hui Madame Dorée !

Mon mariage en deux parties a été à la fois parfait et plein d’imprévus, de magnifiques surprises et de petits couacs. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, je vais te raconter comment se sont passés les tous derniers  jours avant le mariage…

Peut-être que ces derniers jours, tu les vis en ce moment même. Ou que tu es sur le point de les vivre. Peut-être que tu es incroyablement zen, que tes derniers préparatifs se déroulent sans aucun nuage, voire que tout est déjà bouclé et que tu es déjà dans ta bulle. Et là, vraiment, je t’envie.

Moi ? J’étais une vraie boule de nerfs. 

angry bride

Crédits photo (creative commons) : Rocksee

Je n’en suis pas vraiment fière, mais c’est peut-être la seule fois de ma vie où j’ai crié sur ma mère sans me faire reprendre, ou que j’ai pu me comporter en vraie peste : « Désolée, je ferais bien la vaisselle, mais je ne veux pas abîmer ma manucure ». J’en ai bien profité !

Ça a commencé dès le samedi. On a rendez-vous avec le propriétaire de la péniche pour gérer les derniers détails.

On apprend que la tomate provençale qui doit accompagner la cuisse de canard est remplacée par un fagot de haricots verts. Catastrophe ! Je viens de finaliser l’impression des menus… On ne tergiverse pas trop : on ne va pas faire un esclandre pour une poignée de haricots ! On garde les menus tels quels, et honnêtement, personne n’a remarqué l’absence de la tomate provençale.

Dans le même chapitre, on apprend aussi qu’on ne pourra pas faire l’apéritif sur le quai, comme on l’avait espéré. Adieu, apéritif version Paris Plage ! Tant pis, de toute façon, la météo du mois de juin était très incertaine. Le problème, c’est que je comptais faire des photos sur le quai avec les invités, et que la salle prévue dans le bas du bateau n’est pas du tout idéale pour ça.

Plus tard dans la journée, on va voir le spectacle de théâtre de ma sœur.

Après, on va tous boire un verre avec elle. Mais à une semaine du mariage, tout le monde ne parle que de ça. Je suis gênée d’être encore au centre de l’attention, et puis on ne parle que logistique, organisation, emploi du temps… On dirait qu’on prépare une opération militaire, où chaque détail compte. Pourtant, le jour J, ça n’a pas empêché les cafouillages !

Bref, je suis sur les nerfs, je réponds sèchement des phrases du style « Je ne sais pas » ou « On verra bien ». Tout le monde me demande à quelle heure est la cérémonie, ou quand il faut être à la péniche. On a bien dû nous le demander des dizaines de fois, au cours de ces derniers jours… Et là, j’avais juste envie de répondre « Le faire-part, c’était pas juste pour faire joli, hein ! »

Ma mère reçoit  tous nos invités le midi, il faut donc aller faire les courses et cuisiner. Mais elle ne veut pas que je vienne l’aider, pour ne pas me surcharger… Je m’énerve : « Mais c’est mon mariage, à la fin ! ». La bridezilla monte en moi !

Dimanche et lundi, on passe du temps en famille avec des proches qui arrivent de loin. Et je commence à penser à tous les DIY qu’il me reste à réaliser… Pourtant, je croyais avoir pris beaucoup d’avance, mais d’un coup, j’ai l’impression que rien n’est prêt ! On est mardi, il reste 4 jours, on a prévu d’aller faire les courses le mercredi et de faire la cuisine le jeudi. Le vendredi, c’est la mise en place de la salle et les derniers détails…

nervous bride

Crédits photo (creative commons) : Tammy McGary

J’appelle donc ma sœur pour qu’elle vienne m’aider à tout finir.

Il reste le plan de table, les guirlandes de pompons pour la voiture et les paniers de confettis à faire, avant de tout ranger. Ça paraît rien, mais j’en pleurerais presque de stress, à ce moment-là. Je me souviens que 48h plus tôt, j’ai engueulé ma mère, parce qu’on ne me laissait rien faire et que j’allais me tourner les pouces en attendant le jour J…

Je me détends pendant 30 minutes chez la manucure – même si, à cette occasion, j’ai droit à mon tout 1er « mariage pluvieux, mariage heureux ! » Je sais qu’il y a de grandes chances pour qu’il pleuve samedi, mais j’essaie de ne pas regarder la météo trop souvent. Soit une fois par jour, grand maximum ! Avec ma sœur, on boucle tous les DIY, il ne restera qu’à ranger. Je souffle un peu…

Le mercredi, je passe la matinée chez l’esthéticienne, qui essaie de me dénouer les muscles des épaules, mais finit par renoncer. Puis, on file faire les courses. Ma mère veut absolument louer une tente pour son jardin afin de protéger les invités de la pluie, car une de ses amies le lui a conseillé. Non mais, de quoi je me mêle, franchement ! Je pique une colère noire, et puis je la laisse se fatiguer à trouver une tente à 48h du jour J.

Le jeudi, grand ménage à la maison. Tout est propre et rangé, pour que les préparatifs se déroulent dans un bel endroit – finalement, le jour J, c’était le souk… L’après-midi, on enchaîne tartes, salades et poulets rôtis.

Enfin, le dernier jour est arrivé.

L’heure est venue de tout apporter à la péniche. Nouvelle désillusion quand le propriétaire me dit qu’on ne peut pas mettre de bougies. Adieu mes beaux photophores, mes lanternes amoureusement bombées pour tamiser l’ambiance… Heureusement, il ressort un vieux stock de bougies à LED. Je ne sais d’ailleurs même pas si elles ont bien été allumées le jour J, je n’en ai aucun souvenir… Comme quoi !

Le plan de table est un arbre. Autant, dans mon salon, il prenait toute la place. Autant ici, il semble riquiqui ! On le place un peu en hauteur, mais du coup, le propriétaire a peur qu’il bascule. Pas grave. On court chez Truffaut, acheter du sable pour remplir le vase et le stabiliser. Enfin, tout est prêt. Alors que ma sœur part aider ma mère à tout finaliser pour le repas du lendemain, on me force à rentrer me relaxer. Facile à dire… Demain est tout proche, il n’y a plus rien à faire, sauf à se reposer. On y est presque !

Pour conclure, avant de te retrouver pour passer aux choses sérieuses, je vais te rassurer tout de suite.

Si jamais, à quelques jours du jour J, tu es sur les nerfs. Si tu as envie de sauter à la gorge de la 1ère personne qui vient te dire « Alors, pas trop stressée ? »… Dis-toi que c’est normal. Je me suis souvent énervée sur des détails. Mais le jour J, je te le promets, malgré les couacs et les contrariétés qui pourraient se produire, rien ne pourra venir gâcher ton bonheur !

Et toi ? Est-ce que tu connais ou as connu le stress des derniers jours ? Quand est-ce que la bridezilla a fait son apparition ? Raconte-moi !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



4 commentaires sur “Mon mariage mixte en 2 temps – Mon syndrome bridezilla à une semaine du jour J !”

  • Merci Madame Dorée !

    Je suis pour ma part une future mariée du 7 septembre, et je pense que le syndrome Bridezilla n’est pas loin… d’après mes proches il a déjà commencé ! Nous organisons notre mariage à distance et j’ai toujours le sentiment de ne rien maîtriser, qu’il manque quelque chose, que j’ai oublié un détail.
    Tu as raison, on dirait qu’on organise une opération militaire 🙂

    En tout cas, vivement que tu nous racontes ta journée !
    Mlle Toulouse

  • « Alors, pas trop stressée ? »… Le prochain qui me pose cette question, je l’emplâtre !!
    Non parce que moi, je vais très bien, ce sont les autres qui me font…hum, contrarient légèrement… A J-10, c’est la course dans tous les sens pour finaliser les derniers détails, payer les prestataires, gérer les remarques dont on s’est passé pendant UN AN mais qui ressortent maintenant (à croire que c’est fait exprès pour tester notre zenitude…), sans compter mon cerveau qui ne connaît pas le mode « pause » et repasse en boucle la liste des listes.
    Mais à part ces détails, je suis heureuse, impatiente et oui, un peu à fleur de peau…
    Merci pour ce témoignage si vrai, toute mariée sort grandie de cet évènement si beau et enrichissant (avec une ligne de « général en chef » en plus à son CV) !

  • Bonsoir, ton article m’a fait sourire car comme toi la pression est montée ! Je dirai que tout comme toi j’ai envoyé « balader » les gens que j’aime mais justement comme ils m’aiment et me connaissent, ils ne m’ont pas tenu rigueur 🙂
    Je confirme que malgré les couacs du jour J, le bonheur d’être marié à la personne que tu aime te fait tout oublier et j’ai envie de dire que c’est cela le principal !!

  • C’est tout à fait ça!! Incroyable!! A croire que ce sont les futurs beaux parents qui se marient!! Pour les 2 côtés d’ailleurs!! Ma belle sœur à planteé mes amies pour l’enterrement de vie de jeune fille…et c’est elle qui était la plus motivée soit disant…pareil pour l’essayage de la robe…grrrrr!!! Et mon beau frère à suivi le même chemin pour l’enterrement de vie de garçon de son propre frère!! La j’ai vu rouge!! Et qui se pointe la bouche en cœur pour les conseils…non mais lâche moi toi!!! Tu sais si bien le faire…(et vlan!!!)
    Mais bon je suis contente de me marier avec le père de mes enfants et si fière!!
    Et c’est cela le principal non??
    En tout cas j’attends les couacs pour en rire et les surprises que nos superbes amis nous feront…
    Et je te comprends un Max!!!
    Heureusement ce n’est qu’1fois dans sa vie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *