Étiquette : couacs et imprévus

Mon mariage d’hiver à la lueur des bougies : le bilan émotionnel

Mon mariage d’hiver à la lueur des bougies : le bilan émotionnel

Il m’a fallu un peu de temps pour vraiment VRAIMENT kiffer mon mariage. Au début, je n’ai pas vraiment compris pourquoi. J’étais contente de la manière dont tout s’était passé, je n’aurais rien refait différemment, et je ne ressentais pas vraiment de « nostalgie » ou d’envie de remonter le temps comme j’avais pu le lire de-ci de-là.

Alors pourquoi m’a-t-il fallu presque trois mois pour porter un regard bienveillant sur cette journée ?

Résister à la tentation d’étrangler son fiancé

Résister à la tentation d’étrangler son fiancé

Si tu te lances tout juste dans la préparation de ton mariage, je vais malheureusement devoir te faire partiellement déchanter. Tu t’apprêtes certes à préparer l’un des jours les plus mémorables de ton existence avec, à la clé, un grand oui pour la vie à l’homme que tu as choisi. Mais ne t’attends pas pour autant à ce que la préparation de ce fameux moment ne soit que paillettes et volupté.

Tu vas crier, tu vas t’énerver, tu vas peut-être même détester ton futur, voire te demander s’il en a quelque chose à cirer de ce foutu mariage.

Notre mariage d’hiver tendre et magique : le vin d’honneur entre couacs et rubans

Notre mariage d’hiver tendre et magique : le vin d’honneur entre couacs et rubans

C’est difficile pour moi de te décrire ce moment. Comme d’autres mariées, je suis un peu passée à côté de notre vin d’honneur ! J’ai passé mon temps à voguer de groupe en groupe pour prendre des nouvelles des gens, j’ai mangé et bu ce qu’on m’a présenté, mais sans vraiment en profiter.

J’étais encore sous le coup de notre cérémonie laïque, et pour la première fois, je me retrouvais à parler directement avec nos invités.

Mon mariage classique revisité : la fin de notre belle journée

Mon mariage classique revisité : la fin de notre belle journée

Attention, moment pas glamour : ça doit être le seul moment sur une année complète où je suis passée en mode bridezilla. Si je t’ai dit dans mes dernières chroniques qu’à chaque problème rencontré, j’avais réussi à garder mon calme, ça n’a pas du tout été le cas quand je suis arrivée devant mon buffet de desserts.

Plusieurs choses ne me conviennent pas, à commencer par la taille de notre wedding cake.

Le sprint final : de J – 30 à J – 1 du civil entre SPA, inondation et vol

Le sprint final : de J – 30 à J – 1 du civil entre SPA, inondation et vol

Il y a plus d’un an avant le mariage, au moment de la demande, j’avais téléchargé une application qui donnait le décompte des jours restants avant le mariage. Au moins une fois par semaine, j’aimais mettre le téléphone sous le nez de Chéri avec un « On se marie dans deux cent un/cent vingt-trois/cent quatre/soixante-dix-huit jours. Hiiiiiii ! ». Et puis un jour, le couperet est tombé : il ne restait plus que trente jours.

Moi qui avais passé près d’un an à trouver le temps long, à vouloir me marier là tout de suite maintenant, j’ai soudainement trouvé que le temps accélérait beaucoup trop vite.

Est-ce que notre mariage aurait été mieux si…

Est-ce que notre mariage aurait été mieux si…

Un mariage où TOUT se passe comme sur des roulettes avant, pendant et après, ça n’existe pas ! (On est bien d’accord ?)

Allez, voici une « petite » liste des choses qui n’ont pas tourné comme nous l’aurions voulu. Enfin, elle n’est pas exhaustive, il s’agit de ce dont mon cerveau veut bien se souvenir.

Mon mariage dino-chic : la dernière ligne droite – Partie 1

Mon mariage dino-chic : la dernière ligne droite – Partie 1

Nous sommes le lundi 8 mai. C’est ce lundi où, tout à coup, je me rends compte qu’il ne reste qu’une semaine avant le jour J. Quoi, déjà !? Mais comment en est-on arrivés là ? Ces derniers moments sont passés à la vitesse de la lumière !

Et encore, quand je dis « une semaine », je suis gentille, car en réalité, il me reste quatre jours avant le BIG day. Oui, seulement quatre tout petits jours ! Autant te dire que ça m’a donné une grosse bouffée de stress et que ces derniers jours ont été teintés d’angoisse. Pourtant, il ne nous restait pas tant de choses que ça à finir, mais c’était plutôt un gros flip général.

Le sac SOS ou guide de survie pour mariée stressée

Le sac SOS ou guide de survie pour mariée stressée

Si tu es, comme moi, un tantinet angoissée, imagine… Tu prends des poses improbables sur un muret en pierre et tu détruis un de tes ongles. Tu te maries en plein mois d’août et il fait une chaleur caniculaire. Ton neveu de 3 ans n’a rien trouvé de mieux à faire que de tomber sur les graviers. Ton chéri a bien mangé… et son bouton de chemise explose ! Autant de petites contrariétés qui peuvent mettre à rude épreuve les nerfs d’une mariée car lors d’un jour pareil, il n’y a aucune place pour l’imprévu !

J’avais donc un sac – renommé sac S.O.S. pour la journée – pour pallier tous les cas possibles et imaginables…

Objectif n°3 : trouver la robe de mes rêves – Et si c’était une arnaque ?

Objectif n°3 : trouver la robe de mes rêves – Et si c’était une arnaque ?

Donc ça y est, mon choix est arrêté sur le modèle Odalisca. Génial, nous sommes fin octobre et je suis dans les temps pour ma robe. Le vendeur me propose de revenir pour prendre mes mesures et passer la commande en versant un acompte. Très bien, rendez-vous est pris pour mi-novembre.

Nous nous rendons dans la boutique avec ma mère pour officialiser tout ça à la date arrêtée et enfin faire les démarches pour que cette robe soit mienne. Tout excitée à l’idée de la remettre, je déchante très vite.

Ma robe, cet ascenseur émotionnel

Ma robe, cet ascenseur émotionnel

On avançait dans l’année, les préparatifs allaient bon train, on était en mars 2017, et il nous restait encore quelques mois devant nous. J’ai donc commencé tout doucement à me dire que j’allais pouvoir réceptionner ma robe, la faire retoucher et la mettre dans un coin jusqu’à la big fiesta. Tout ça se concrétisait, et surtout se rapprochait. On nageait dans le bonheur…

Jusqu’à ce fameux soir de mars, où un coup de téléphone est venu faire éclater la belle bulle fragile dans laquelle j’évoluais depuis plusieurs mois : la boutique où j’avais commandé et payé ma robe de mariée avait fait faillite.