Étiquette : émotions

Des dragées en tube à essai ! Facilité ou grosse galère ?

Des dragées en tube à essai ! Facilité ou grosse galère ?

Je t’avais déjà évoqué mon stress lié à mes bonbonnières. Et puis je m’étais calmée en décidant que ce serait un tube à essai rempli de dragées bleues et blanches. On était en janvier, soit six mois avant le mariage.

J’avais opté pour cette idée notamment pour sa simplicité, moi qui ne suis pas hyper douée de mes mains, et aussi parce que je ne voulais pas avoir le traditionnel petit sachet de tulle que l’on voit si souvent dans les mariages grecs. Simplicité ? Ça me fait bien rire aujourd’hui car finalement, ça aura été tout sauf simple à réaliser !

Mon mariage franco-chinois coloré : le capharnaüm des préparatifs en famille

Mon mariage franco-chinois coloré : le capharnaüm des préparatifs en famille

Nous sommes le matin du jour J dans la grande maison que ma maman a louée pour l’occasion. Je suis encore dans les bras de Morphée car après tirage au sort, c’est ma maman qui devra être prête à 6h pour accueillir la maquilleuse/coiffeuse, Claire Blet, puis moi à 6h30 et ma sœur vers 8h30.

Grâce au sirop, j’ai dormi comme un bébé loir toute la nuit. J’ouvre un semblant d’œil vers 5h45 sans raison apparente. C’est aujourd’hui le grand jour et pourtant, je ne réalise pas. Je ne suis ni excitée ni stressée… je suis heureuse, simplement heureuse.

Mon mariage d’hiver tendre et magique : les petites choses imparfaites qui ont fait partie de notre journée

Mon mariage d’hiver tendre et magique : les petites choses imparfaites qui ont fait partie de notre journée

Attention, cet article comporte plusieurs réactions excessives de jeune mariée. 

Comme tu t’en doutes, lors d’un événement aussi compliqué qu’un mariage, il y a des couacs, c’est plutôt inévitable. Même si je les ai plutôt bien vécus, j’ai décidé de leur dédier une chronique…

Mon mariage franco-chinois coloré : la veille du grand jour

Mon mariage franco-chinois coloré : la veille du grand jour

Nous nous levons aux aurores pour terminer les valises et être sûrs de ne rien oublier (comme les alliances !). Chéri finit de repasser les deux chemises tout juste récupérées de la veille pendant que je tourne en rond. Nous nous sommes tellement préparés pour ce mariage que je suis stressée… de ne pas être stressée. J’ai la désagréable sensation qu’on oublie quelque chose d’essentiel et pourtant, je checke et re-checke ma liste : nous avons tout pris.

Nous finissons par décoller pour le 77 afin de récupérer les clés de l’immense maison Airbnb que ma maman a louée pour l’occasion et s’éviter ainsi plus d’une heure de route le matin. Dans cette maison, il y aura mes parents, ma grand-mère, ma sœur et sa famille et une de mes tantes et sa famille.

Mon mariage dino-chic : le matin du grand jour

Mon mariage dino-chic : le matin du grand jour

Ça y est, c’est le grand jour, celui dont j’ai rêvé et que je prépare depuis plus d’un an. Je me réveille assez tôt, et je me lève en faisant attention de ne pas réveiller Monsieur Vegas. Toute bonne journée commençant par un petit café, j’ai carrément emmené ma cafetière Nespresso : je ne peux pas m’en passer ! Je sors le boire dans la cour du château. Je suis seule, il n’y a pas un bruit dehors, le soleil brille. C’est un moment très doux et agréable.

J’ai donné rendez-vous à mon équipe pour faire les dernières installations à 9h30, j’ai donc deux heures avant leur arrivée. J’en profite pour répéter mon entrée pour la cérémonie, en mettant la musique sur mon téléphone : m’imaginer faire ce même trajet tout à l’heure au bras de mon papa me met déjà les larmes au yeux !

Mon mariage classique revisité : la journée du dimanche entre rires, larmes et rangement

Mon mariage classique revisité : la journée du dimanche entre rires, larmes et rangement

Le lendemain, M. Patate à Raclette et moi sommes les premiers à nous réveiller. Il est environ 9h, et nous sommes étrangement bien reposés, même si la nuit n’a pas été très longue.

Je ne réalise pas vraiment que notre weekend de mariage touche déjà à sa fin, mais je ne perds pas de temps à m’apitoyer. Nous avons encore du boulot, puisque nous avons opté pour faire notre retour de noces à la bonne franquette, en nous occupant nous-mêmes de l’installation, du service et de la vaisselle.

Le choix de la date : hésitations et révélation

Le choix de la date : hésitations et révélation

Nous nous étions d’abord arrêtés sur le mois de juillet 2018. Deux ans pour préparer le mariage, pas de stress… Bien que ce soit quand même loin… Mais qu’à cela ne tienne, ça ne nous posait pas de problème au départ.

Mais ensuite, les problèmes avec la belle-famille ont commencé : problèmes pour l’organisation, problèmes avec la salle, problèmes avec les invités… problèmes avec nous. Critiques incessantes sur notre mariage (l’âge n’étant pas mis en cause, je précise), sur ma famille, sur nos invités, sur nos amis… enfin, je ne vais pas te faire la liste complète : critiques sur tout, absolument TOUT.

Mon mariage d’hiver à la lueur des bougies : le bilan émotionnel

Mon mariage d’hiver à la lueur des bougies : le bilan émotionnel

Il m’a fallu un peu de temps pour vraiment VRAIMENT kiffer mon mariage. Au début, je n’ai pas vraiment compris pourquoi. J’étais contente de la manière dont tout s’était passé, je n’aurais rien refait différemment, et je ne ressentais pas vraiment de « nostalgie » ou d’envie de remonter le temps comme j’avais pu le lire de-ci de-là.

Alors pourquoi m’a-t-il fallu presque trois mois pour porter un regard bienveillant sur cette journée ?

Le sprint final : de J – 30 à J – 1 du civil entre SPA, inondation et vol

Le sprint final : de J – 30 à J – 1 du civil entre SPA, inondation et vol

Il y a plus d’un an avant le mariage, au moment de la demande, j’avais téléchargé une application qui donnait le décompte des jours restants avant le mariage. Au moins une fois par semaine, j’aimais mettre le téléphone sous le nez de Chéri avec un « On se marie dans deux cent un/cent vingt-trois/cent quatre/soixante-dix-huit jours. Hiiiiiii ! ». Et puis un jour, le couperet est tombé : il ne restait plus que trente jours.

Moi qui avais passé près d’un an à trouver le temps long, à vouloir me marier là tout de suite maintenant, j’ai soudainement trouvé que le temps accélérait beaucoup trop vite.

Les mois sans rien…

Les mois sans rien…

Je te rassure, ce ne sera pas une chronique sans rien… mais je souhaitais te parler d’un immense moment de creux que j’ai eu pendant mes préparatifs : tout l’urgent était fait (enfin presque, comment te dire que je n’ai toujours pas cherché de traiteur pour notre vin d’honneur…) et j’avais lu partout qu’il ne fallait pas commencer à imaginer/acheter la déco trop tôt (mais pas trop tard non plus, hein, j’ai failli me faire avoir…).

Nous sommes donc entre octobre 2015 et août 2016, et nous avons réservé la photographe, le vidéaste (le talentueux Benjamin de Entre Amy’Studio) et le DJ en plus du traiteur et de la salle. La date est arrêtée à la mairie, mais il est trop tôt pour la robe, le costume, la fleuriste, etc.