Étiquette : émotions

Mon mariage bilingue en cuivre et succulentes : la dernière journée de célibataire

Mon mariage bilingue en cuivre et succulentes : la dernière journée de célibataire

Je t’avais dit la dernière fois que ma dernière journée avant le mariage, le vendredi 28, donc, avait été chargée. Je reviens à présent te la raconter…

Je commence par ma manucure-pédicure à 10h. Là encore, j’ai énormément de mal à lâcher prise. Je dois gérer mon frère et la maman de Mme Héden qui arrivent par le train (je les aide sur les questions de logistique pour arriver jusqu’à chez moi) et confirmer la réception des boutures.

C’est alors que je reçois un texto glaçant de M. Chat : il vient de se disputer avec sa mère, qui lui a dit des horreurs plus grosses que notre immeuble.

Mon mariage bilingue en cuivre et succulentes : la dernière ligne droite

Mon mariage bilingue en cuivre et succulentes : la dernière ligne droite

Et voilà, je t’ai dit/montré/raconté tout ce que j’avais à te dire/montrer/raconter sur la préparation de mon mariage. Je suis prête à entamer le récit du jour J, et ce récit commence par la dernière semaine avant le mariage.

M. Chat et moi avons posé une semaine avant le mariage, et deux après. Cette dernière semaine de préparatifs a été difficile. Vraiment. Ce n’était pas une partie de plaisir du tout, et je crois sincèrement qu’elle a conditionné la manière dont j’ai vécu mon mariage. Je vais donc te donner un conseil qui, je l’espère, te sera précieux : entoure-toi bien dans la dernière ligne droite.

Mon bilan mariage à J-72

Mon bilan mariage à J-72

À l’heure où je t’écris cette chronique, nous sommes à soixante-douze jours du mariage. Un peu plus de dix semaines. Depuis environ quinze jours, je suis en mode “bridezilla”, et gare à qui se met sur mon chemin !

Alors, où en sommes-nous ?

Mon mariage franco-chinois coloré : le déroulé de la cérémonie

Mon mariage franco-chinois coloré : le déroulé de la cérémonie

Ma belle-sœur monte près du pupitre pour lire le premier texte, celui de Charles Péguy, et notre diacre précise à l’assemblée pourquoi ce texte me tenait tant à cœur. Parce que nous venons de “souches étrangères” l’un et l’autre. Parce que je ne veux pas me laisser gagner par l’habitude. Parce que je veux être mariée chaque jour que Dieu fait.

D’entendre ce texte – pourtant pour la centième fois – j’en ai des frissons. Je ne regrette en rien cette petite entorse.

Mes préparatifs : de la joie… au coup de fatigue !

Mes préparatifs : de la joie… au coup de fatigue !

Après plusieurs chroniques à te raconter mes histoires de préparatifs – bonbonnières, chaussures, maquillage, coiffure, déco, etc. – j’ai envie de faire une pause avant de passer au récit de mon mariage et de te raconter ce que j’ai ressenti pendant toute cette période, mais aussi ce que je ressens aujourd’hui, un mois après le mariage.

A posteriori, il y a surtout deux choses que je retiens : un fort moment de créativité et la satisfaction de voir ce « projet » s’organiser peu à peu, mais également, d’un autre côté, beaucoup de stress et de fatigue, avec parfois cette petite voix au fond de moi qui me disait : « Hâte d’en terminer ! »

Mon mariage civil au bord de l’océan : le matin

Mon mariage civil au bord de l’océan : le matin

Aujourd’hui, c’est le grand jour : je vais épouser civilement Poupou ! Après un an et demi de préparation et pratiquement onze ans de relation, nous allons devenir mari et femme aux yeux de la loi. C’est fou comme le temps est passé vite : je me revois encore la première fois que je l’ai vu, des étoiles dans les yeux à mon bureau de lycéenne…

On ne change pas les bonnes habitudes : le matin du mariage, je me réveille hyper tôt, aux alentours de 7h, comme c’est le cas depuis plus d’une semaine déjà.

L’annonce aux proches : “Tu te maries ?? En hiver ?? T’es sérieuse ??”

L’annonce aux proches : “Tu te maries ?? En hiver ?? T’es sérieuse ??”

Ma jolie bague de fiançailles vissée à l’annulaire gauche et mes larmes de joie séchées, nous pouvons désormais crier au monde entier que nous allons nous marier !!!! Nous voulons tous les deux faire de jolies annonces à nos proches, donc nous excluons les annonces par téléphone le soir même, mais c’est vraiment très, très, très difficile de résister…

Je ne tiens d’ailleurs pas bien longtemps et, à peine une heure après la demande, je prends mon téléphone pour appeler Mademoiselle Bichette, qui sera une de mes deux témoins (mais elle ne le sait pas encore à ce moment-là), et lui annoncer la nouvelle.

Mon mariage franco-chinois coloré : la cérémonie chinoise

Mon mariage franco-chinois coloré : la cérémonie chinoise

Normalement, Chéri aurait dû arriver chez mes parents pour me “kidnapper”, sauf que mes parents habitant trop loin, nous avons changé le “déroulé”. C’est donc après concertation avec Belle-Maman, ultra compréhensive, qu’il a été décidé que nous arriverions ensemble.

Pour garder quand même quelques traditions de la cérémonie chinoise, nous avons demandé à mes deux “petits” (ils font 1m90…) cousins de nous ouvrir les portières de la voiture. En échange de ça, ils gagneraient une enveloppe rouge contenant de l’argent. Je m’entends hyper bien avec mes cousins et je les avais prévenus de cette tradition. Ça les avait fait rire, et il me tardait de les voir à l’oeuvre.

Ma robe de mariée – Partie 1 : moi stressée ? Jamais !

Ma robe de mariée – Partie 1 : moi stressée ? Jamais !

Mademoiselle Red ne serait pas Mademoiselle Red sans son stress légendaire. C’est d’ailleurs ma marque de fabriqu, et depuis l’annonce de notre mariage, tout le monde me pose cette question quinze fois par semaine : “Pas trop stressée ?” Je rigole de ça : cette question est normale vu que je stresse vingt-deux heures sur vingt-quatre. Et je réponds : “Bah écoute, étonnamment, non !”

Menteuse…

Je n’ai pas eu de wedding blues

Je n’ai pas eu de wedding blues

Si j’écris cet article aujourd’hui, c’est pour toi qui, peut-être comme moi quand je n’étais encore qu’une future mariée, redoutes beaucoup le wedding blues.

Je ne prétends pas avoir de recette miracle, ni avoir compris mieux que d’autres. Ma démarche ici est plutôt de t’expliquer comment ça s’est passé pour moi, et que tu puisses peut-être aborder ainsi l’après-mariage plus sereinement.