Étiquette : émotions

Objectif n°3 : trouver la robe de mes rêves – Trois petites fées à ma rescousse

Objectif n°3 : trouver la robe de mes rêves – Trois petites fées à ma rescousse

Au moment même où je traverse la rue face à la boutique, Grand Chef Chat m’envoie un message – il a un radar, vraiment – pour me demander comment s’est passé mon essayage. Je réponds simplement : “Je n’ai plus de robe, je viens d’annuler mon achat.” Il me rappelle aussitôt et je lui explique toute la scène surréaliste que je viens de vivre.

Dans un premier temps, il veut aller voir le gars, lui demander des explications… bref, il est bien remonté. Mais très vite, il se rend compte que mon souci n’est pas cet individu peu scrupuleux, mais plutôt mon désarroi d’être à quatre mois du mariage sans robe.

Quand le wedding blues te guette…

Quand le wedding blues te guette…

“Wedding blues : période de déprime, plus ou moins longue, qui suit le mariage.”

Pas de doute, j’en étais atteinte… Alors avant de te raconter mon mariage, je vais te parler de cette période un peu difficile que j’ai vécue. Je pense vraiment que ce wedding blues n’a aucun rapport avec le degré de réussite de ton mariage, le fait qu’il y ait eu des couacs ou que tout se soit parfaitement déroulé.

Mon mariage classique revisité : notre premier oui

Mon mariage classique revisité : notre premier oui

Monsieur Patate à Raclette ouvre la marche au bras de sa mère. Il monte les marches, je le vois partir et rapidement, il n’est plus à portée de vue.

Je suis tétanisée encore une fois, je n’ose pas avancer. Je vois de loin la vidéaste me faire signe d’avancer, mais je n’y arrive pas… C’est mon père qui m’entraînera avec lui en me prenant la main. Je sens mon cœur battre un peu plus fort à chaque pas que je fais, à chaque marche que je monte, même si mon sourire ne me quitte pas.

Les invités sur l’échelle de l’agacitude

Les invités sur l’échelle de l’agacitude

Après les faire-part, les réponses aux faire-part. Ah, quel grand moment !

Je ne sais pas si tu es en train de ou vas passer par cette étape, mais la gestion des réponses des invités a été pour moi l’étape la plus complexe à gérer. Du coup, plutôt que de ressasser ça comme une vieille mamie aigrie, j’ai décidé de partager avec toi ma vision de mes invités sur l’échelle de l’agacitude, histoire d’en rire ensemble… C’est parti !

Deux faire-part différents pour mon mariage ? (Hélas) ce n’était pas un caprice de future mariée !

Deux faire-part différents pour mon mariage ? (Hélas) ce n’était pas un caprice de future mariée !

À un mois de mon mariage, et après t’avoir parlé de ma robe, aujourd’hui, j’ai envie de te parler d’un sujet un peu différent : mes collègues. « Tes collègues ? » me diras-tu. « Mais ton titre parle de faire-part ! » Oui, mais je ne pouvais pas te parler de mon histoire de faire-part sans te parler de mes collègues d’abord ! Et plus généralement de toutes ces personnes autour de moi, de toi, de nous toutes, futures mariées que nous sommes !

Alors voilà, aujourd’hui ma chronique parle de faire-part, de collègues, de déception, et aussi de soulagement quand toute cette histoire de faire-part a été enfin terminée !

Mon mariage classique revisité : le retour à Lyon et l’arrivée à la mairie

Mon mariage classique revisité : le retour à Lyon et l’arrivée à la mairie

Nous avions convenu d’une organisation particulière pour l’arrivée à la mairie. M. Patate à Raclette devait partir avant moi pour m’ouvrir la route et être le premier à saluer nos invités à la mairie, ce qui me permettrait de passer chez la fleuriste pour déposer la composition florale sur le capot de la voiture des mariés. Seulement, on a tellement pris du retard sur le planning que nous sommes tous partis en même temps, mais dans des voitures différentes.

Je vais t’avouer un secret : si je voulais être en voiture avec Mme India et non avec M. Patate à Raclette, c’est aussi parce que j’avais peur d’être invivable pour lui sur ce court trajet, et je savais que pour ce moment, j’avais surtout besoin de ma meilleure amie.

Mon mariage classique revisité : notre découverte toute douce

Mon mariage classique revisité : notre découverte toute douce

J’arbore un grand sourire qui ne me quittera plus pendant une bonne demi-heure, je pense. Après toutes nos péripéties, et malgré cette très courte nuit, je me sens bien et impatiente, prête à vraiment débuter ma journée de mariée.

Guidée par Mlle Paillette, je traverse le couloir et descends l’escalier jusqu’à l’entrée de la salle de réception. Là, on me bande les yeux, pour que je garde jusqu’au bout la surprise du costume de M. Patate à Raclette, en improvisation totale car nous n’avions absolument pas scénarisé notre rencontre. Lui, il m’attendait pendant ce temps dehors dans le jardin (et dans le froid aussi), dos à la porte.

Ma robe, cet ascenseur émotionnel

Ma robe, cet ascenseur émotionnel

On avançait dans l’année, les préparatifs allaient bon train, on était en mars 2017, et il nous restait encore quelques mois devant nous. J’ai donc commencé tout doucement à me dire que j’allais pouvoir réceptionner ma robe, la faire retoucher et la mettre dans un coin jusqu’à la big fiesta. Tout ça se concrétisait, et surtout se rapprochait. On nageait dans le bonheur…

Jusqu’à ce fameux soir de mars, où un coup de téléphone est venu faire éclater la belle bulle fragile dans laquelle j’évoluais depuis plusieurs mois : la boutique où j’avais commandé et payé ma robe de mariée avait fait faillite.

Un mariage de Noël, chapitre XI : notre cérémonie ou un trop plein d’émotions – Partie 1

Un mariage de Noël, chapitre XI : notre cérémonie ou un trop plein d’émotions – Partie 1

Nous arrivons donc à la mairie à l’heure prévue sur mon rétro-planning de folie. Le chemin entre notre lieu de résidence et celui où nous nous marions est court. Du coup, à peine le temps d’angoisser. Mlle Pokeyo et moi tenions à faire ce trajet ensemble, c’était important.

Papa O’Hara se gare et je n’ai d’autre choix que de rester dans la voiture. À ce moment, j’ai l’impression d’être complètement abandonnée…

Mon mariage d’hiver tendre et magique : la découverte

Mon mariage d’hiver tendre et magique : la découverte

À l’origine, je ne souhaitais découvrir Monsieur Loup qu’au tout dernier moment. Autrement dit, pendant notre cérémonie. Je rêvais de m’avancer dans l’allée et qu’on se découvre ainsi pour la première fois. Mais me mariant en hiver, j’avais oublié qu’il ferait nuit pour les photos de couple si nous attendions après la cérémonie. Avec le recul, je ne regrette pas, c’était parfait comme ça, et ça nous a permis d’avoir de très jolies photos dans la douce lumière hivernale.

Je m’élance accompagnée de ma demoiselle d’honneur, Mademoiselle Ariel, qui m’assiste pour braver la gadoue faite par la pluie ce matin.