Étiquette : pourquoi se marier

Une demande en mariage à notre image

Une demande en mariage à notre image

Décembre 2016. Je m’étonne de ne pas recevoir en cadeau de Noël l’album photo 2016. Eh oui : M. Golf prend plaisir chaque année à rassembler nos meilleurs souvenirs de weekends et de fêtes en famille. Pourtant, nous avons bien reçu un colis Pixum dernièrement, qu’il s’est empressé de planquer. Mouais, bizarre… Et puis j’oublie. Je zappe littéralement. Il faut préparer nos valises.

Comment en est-on arrivés à organiser un mariage ?

Comment en est-on arrivés à organiser un mariage ?

Commençons par le commencement. Avec M. Lorrain, nous avons commencé à sortir ensemble à 19 ans, au début de notre deuxième année d’école. Autant dire qu’entre le cursus européen de notre école (nos envies d’aller dans des pays différents, nos capacités linguistiques différentes) et nos âges encore bien jeunes, le mariage a mis un bout de temps avant de faire ne serait-ce qu’une apparition dans nos discussions.

Mon mariage champêtre saupoudré de touches geek : le mariage vu par un homme (et pas n’importe lequel : le marié)

Mon mariage champêtre saupoudré de touches geek : le mariage vu par un homme (et pas n’importe lequel : le marié)

C’est de nouveau M. Ophrys qui te parle. J’ai pu lire pas mal de témoignages de (futures) mariées se plaignant de la différence de point de vue entre un homme et une femme à propos du mariage. Aaaah, le Mariage avec un grand M, le fait de s’unir l’un à l’autre, de s’offrir en cadeau à l’élu de son cœur pour certains… ou de se faire enchaîner à vie et priver de liberté pour d’autres. Je viens donc te proposer mon humble point de vue d’homme à ce sujet…

Bienvenue à Mademoiselle Popinée, future mariée de juillet 2018 !

Bienvenue à Mademoiselle Popinée, future mariée de juillet 2018 !

Avec Monsieur Sou, nous sommes ensemble depuis le lycée, déjà quatorze ans d’aventures vécues tous les deux. Et cette année, on a décidé de se marier, pour le plus grand bonheur de nos familles et amis, mais surtout de nous. Je ne fais pas partie de ces filles qui ont toujours rêvé de se marier. Pas vraiment non… Moi, j’étais plutôt du genre anticonformiste, tu sais, la fille qui peut t’énerver en te disant : « Mais de nos jours, ça ne sert plus à rien, le mariage ! »

Quand on prépare la cérémonie religieuse

Quand on prépare la cérémonie religieuse

Nous retrouvons Mic, notre prêtre, par une belle après-midi de juillet, prêts pour une chouette petite marche dans la forêt, mais aussi à échanger sur les piliers du mariage chrétien (c’est quand même un peu pour ça qu’on est là !). Ces quelques heures de discussion ont vraiment été pour nous deux un de nos moments préférés durant ces longs mois de préparatifs : un instant de calme dans la frénésie du quotidien !

M-14 (juillet), la naissance du projet M – Partie 2

M-14 (juillet), la naissance du projet M – Partie 2

J’ai commencé à flâner sur le web à la recherche de trucs et astuces sur l’organisation et les codes d’un mariage à la française/suisse/belge (bref, pas à l’américaine) en ce beau vingt-et-unième siècle, sur les modes et les symboles. En plus, j’avais le vague prétexte de m’intéresser en avance à l’organisation de mon propre mariage, qui aurait probablement lieu en parallèle de mes études et sans beaucoup de soutien de mon amoureux…

Quand on choisit son prêtre

Quand on choisit son prêtre

Pour Monsieur Cerf et moi, la question « cérémonie religieuse ou non » est fortement liée à celle de l’officiant. Il nous est impensable qu’un prêtre qui ne nous comprenne pas nous marie.

Notre éducation catholique (nous avons tous les deux fait le parcours complet d’éducation de la foi : de la première communion à la profession de foi) fait du mariage religieux une évidence pour nous. Mais depuis l’adolescence, nous nous sommes un peu éloignés de la religion et nous avons surtout évolué dans notre foi.

M – 15 (juin) : la naissance du projet M – Partie 1

M – 15 (juin) : la naissance du projet M – Partie 1

Je le disais dans ma chronique précédente, quand Monsieur Pragmatique et moi avons emménagé ensemble, c’était la première fois que nous vivions sous le même toit de façon durable. C’était une grand étape, mais uniquement la première d’un plan d’avenir déjà assez bien défini.

Lors de notre rencontre, je n’envisageais pas de me marier un jour (surtout pour toute la partie engagement légal que ça implique), même si j’avais envie de faire une grande fête avec mes proches pour « annoncer » avoir décidé de faire un bout de route avec une personne en particulier, qui serait idéalement aussi le père de mes enfants. C’était une vision très égocentrique et défensive, où je pensais qu’on pouvait fonder un foyer sans s’engager et prendre le risque d’être blessé par l’autre…

Parenthèse 2 : c’est quoi pour nous, le mariage ?

Parenthèse 2 : c’est quoi pour nous, le mariage ?

Vaste sujet… Pourquoi ai-je voulu m’y attaquer déjà ? Parce que ce n’est pas anodin pour moi ? Parce que j’ai beaucoup souffert de voir que Monsieur Fernand (il n’était pas le seul, d’ailleurs) ne comprenait pas mon point de vue pendant longtemps ? Peut-être. Il est fort possible que ça m’aide également à clore le sujet dans mon esprit. Et que ça te permette aussi d’y réfléchir, voire de trouver les mots pour décrire ton ressenti.

Avant toute chose, je rappelle qu’il s’agit ici de ma vision des choses, de mon sentiment personnel sur le sujet. Je n’ai pas la prétention de considérer que ce que je vais décrire ici doit être appliqué ainsi pour tous les couples. Tu as peut-être une vision totalement différente du mariage, ce que je peux comprendre ! Nous avons la chance d’être sur un blog où le dialogue est roi : n’hésite pas à nous livrer ta vision dans les commentaires !

Pourquoi le jour de mon mariage est bien le plus beau jour de ma vie

Pourquoi le jour de mon mariage est bien le plus beau jour de ma vie

Avant de me marier, je ne comprenais pas comment certaines femmes arrivaient à qualifier leur mariage de plus beau jour de leur vie. À mes yeux, le plus beau jour de la vie de quelqu’un ne pouvait être que la naissance de son enfant, la chair de sa chair, ce petit être innocent suave mélange de deux êtres qui s’aiment. Un jour où on ne fait qu’une fête géante ne pouvait en aucun cas supplanter ce moment irréel où une vie se crée.

De plus, la vie est quand même sacrément longue : pour notre génération, l’espérance de vie dépasse largement les 75 ans et on se marie généralement vers la trentaine. Il nous reste à ce moment-là au moins quatre décennies à vivre si tout va bien. Comment peut-on alors dire avec certitude que cette journée sera indéfiniment la plus belle ?