Étiquette : repas de mariage

Pour nous marier, il fallait des prestataires – Partie 1

Pour nous marier, il fallait des prestataires – Partie 1

Très rapidement dans nos discussions avec M. Grincheux, nous avons pris la décision de passer par notre boulanger attitré pour la partie sucré de notre repas. Nous avons déjà eu l’occasion de passer par lui pour les gâteaux des baptêmes de nos deux enfants et lors d’autres d’occasions festives comme des anniversaires, par exemple. À chaque fois, nous en étions ravis et voulions donc pouvoir bénéficier de ses services lors de notre mariage.

Dans la série “Challenges d’un petit mariage” : Mademoiselle Fantail et le restaurant fantôme

Dans la série “Challenges d’un petit mariage” : Mademoiselle Fantail et le restaurant fantôme

Souvent après avoir découvert l’histoire de la demande, tu t’attends à lire certaines étapes incontournables de l’organisation d’un mariage, à commencer par la recherche d’un lieu idyllique ! Tant il est vrai que quels que soient le thème et l’ambiance du jour J, rassembler un nombre souvent important d’invités pour teufer (mot à rendre urgemment aux années 2000) ne s’improvise pas.

Le choix de nos prestataires

Le choix de nos prestataires

La dernière fois, je t’ai laissée avec le choix de notre prestataire principal, le château. Maintenant, il est temps de se décider pour les autres prestataires dont nous allons avoir besoin. Et c’est là que tout se complique ! Parce que nos envies ne sont pas très habituelles… Déjà, je sais que ce n’est pas une opinion très populaire, mais je n’aime pas manger. Autant te dire que les repas à rallonge dans les mariages sont un peu ma hantise…

Adapter ses papilles à la culture locale (côté sucré)

Adapter ses papilles à la culture locale (côté sucré)

La dernière fois, je te laissais sur ta faim (le mot est bien choisi ?) avec mon récit sur notre traiteur Rabanal : tu n’avais en effet pas pu savoir ce qu’il en était du dessert. Comme je te le disais, ce point est assez important car je suis très bec sucré, même si je me suis vite résignée à ne pas être entièrement satisfaite car, on a beau dire, rien ne vaut les desserts français (#chauvine) !

Un mariage aux tendances médiévales ? Le challenge !

Un mariage aux tendances médiévales ? Le challenge !

Me voici de retour (promis, je ne te jouerai pas de mauvais tour !) pour te raconter un peu l’organisation de notre mariage sur le thème « Game of Thrones ». Lorsqu’on organise un mariage avec un thème un peu original, il y a plus ou moins deux clans. Ceux qui la jouent à fond avec dress code pour tous les invités, location d’un lieu spectaculaire pour recréer une ambiance complète… et ceux qui, comme nous, la jouent avec un peu plus de parcimonie.

Adapter ses papilles à la culture locale (côté salé)

Adapter ses papilles à la culture locale (côté salé)

Me voilà de retour pour te parler d’un sujet assez épineux pour nous. Comme je te l’ai annoncé dans ma chronique sur le choix du pays, la nourriture était un des sujets qui auraient pu nous faire basculer du côté France. Je sais ce que tu vas me dire, toi qui adores l’Espagne pour ses tapas, ses croquetas et ses patatas bravas… QUEWA ? LA NOURRITURE EN ESPAGNE N’EST PAS BONNE ?

Le mariage multi-culturel : l’art du parfait compromis

Le mariage multi-culturel : l’art du parfait compromis

« Alors, c’est l’histoire d’une athée et d’une juive qui se rencontrent dans un café à Vichy. » On est d’accord, sur le papier, cette première phrase a tout d’une blague racontée au détour d’une soirée entre amis. Et pourtant, c’est bien comme ça que cette histoire a commencé. Quelques regards et quelques verres : il y avait déjà de l’amour dans l’air. Mais pas simple, dans ces conditions, de pouvoir quelques années plus tard se dire oui.

Parenthèse 12 : choisir l’alcool pour son mariage… quand on n’aime pas ça !

Parenthèse 12 : choisir l’alcool pour son mariage… quand on n’aime pas ça !

Peut-être que je ne suis pas la seule ! Pas la seule à ne pas aimer l’alcool (voire même détester ça). Pas la seule à se demander si la boisson plaira à tout le monde. Pas la seule à savoir pertinemment que le jour de son mariage, je ne boirais que de l’eau et du jus de fruits (non, même pas une petite coupe). Voici donc mon retour d’expérience : j’espère que tu y trouveras des pistes ou des idées à mettre en pratique pour ton propre mariage (ou pour une grosse fiesta) !

Organiser son mariage sans traiteur : la logistique

Organiser son mariage sans traiteur : la logistique

Comme tu le sais nous ne souhaitions pas quelque chose de conventionnel avec Poupou et avons donc décidé de faire appel à un food-truck pour notre repas de mariage. Qui dit food-truck dit donc zéro traiteur et qui dit zéro traiteur dit logistique à la charge des futurs mariés.

Mon mariage bilingue en cuivre et succulentes : les animations de la soirée – Partie 1

Mon mariage bilingue en cuivre et succulentes : les animations de la soirée – Partie 1

Nous nous installons donc à table, les invités qui ne sont pas encore assis s’installent également, et on lance assez rapidement le repas. Pendant l’entrée, nous faisons tourner sur le rétro-pro les photos de la séance day before avec nos photographes, elles sont si belles ! Mais il y a aussi des couacs dans le service : les asperges sont d’abord envoyées à une assiette pour deux, avant que ce ne soit rectifié.