Mes trois mariages : étape 1 – Mon mariage en toute intimité à Paris

Ça y est, c’est le moment de te raconter comment ces trois jours se sont passés après plus d’un an et demi de préparation.

Cette fois-ci, je te dis tout, mais dans l’ordre chronologique ! On est partis ?!

Alors on démarre par… Paris ! Le 10 juin dernier, on s’est dit oui devant M. le Maire avec (juste) mes parents, mon frère et sa copine, le frère de Chouchou qui habite à Paris et sa copine (les deux autres sont au Liban et à Dubaï, donc pour quinze minutes de cérémonie, on ne les a pas forcés à venir, hein – d’autant plus que celui qui vit à Dubaï est papa depuis le 6 juin, soit quatre jours avant la cérémonie civile !), et nos deux témoins parisiens C. et R. (rappelle-toi, ceux qui nous ont fait nous rencontrer et qui se marient un mois après nous).

On a prévu quoi, déjà, pour Paris ?

  • habillage soft à la maison : mais oui, rappelle-toi, je suis en tailleur pantalon !
  • départ à pied pour la mairie,
  • cérémonie,
  • et restaurant sur une péniche.

Et comment ça s’est passé, en vrai ?

Je te spoile tout de suite, c’était une journée top ! On a adoré avec Chouchou. Une journée simple, sans préparation, sans prise de tête, juste nous deux et nos proches réunis pour nous. Tout s’est bien passé, de quoi nous rassurer et nous faire plonger sereinement dans la suite.

Mes parents sont arrivés la veille, ce qui nous a permis de nous retrouver pour fêter l’anniversaire de mon frère. On décide de ne pas rentrer trop tard pour être en forme. J’ai encore un peu la tête dans le travail que j’ai quitté un peu plus tard que prévu, le temps de tout organiser. Chouchou, quant à lui, avait pris sa journée. Grrr.

Le jour J arrive. Je me réveille vers 7h-7h30, impossible pour moi de dormir davantage. Je ne sais pas pourquoi, c’est bizarre, non ? Je me lève et tombe nez à nez avec ma mère, déjà douchée, prête à prendre le petit dèj. Bizarrement, elle non plus n’arrive plus à dormir.

On se pose tranquillement toutes les deux, je vais prendre ma douche, fait mon brushing, tout ce qu’il y a de plus classique (comme si j’allais au boulot, tiens). Pendant ce temps, les hommes se réveillent. On prend notre petit déjeuner tous ensemble, encore une fois tout doucement. Je ne réalise pas que c’est aujourd’hui que je vais devenir Mme Gypsophile aux yeux de la République.

Il est 9h30, hop, c’est l’heure d’aller chez le fleuriste. Le petit en bas de chez moi, chez qui j’avais prévu de passer en douce tranquillou le matin même. Bon, je dois t’avouer que je n’y suis pas allée si en douce que ça, puisque ma mère a particulièrement insisté pour que j’aie bien un bouquet le jour J : « Bah oui, quand même, sinon ça ne fait pas mariée ! » Aaah, les parents et leurs principes.

Du coup, je suis passée dans la semaine pour échanger avec le fleuriste sur ce qu’il avait comme fleurs à cette époque, et ce qu’il aurait samedi, et si je devais réserver ou pas, et quand venir chercher mon bouquet, etc. etc. Résultat, le fleuriste m’ayant dit : « Reviens samedi vers 9h30, on verra sur le tas. », je lui ai bien volontiers obéi.

Donc 9h30, on descend avec ma maman chercher mon bouquet. Et ce sera une branche d’hortensia entourée de brins de verdure. J’ai un peu de dentelle à la maison, je vais entourer les tiges avec et y glisser ma première médaille (rappelle-toi, on n’a pas fait graver nos alliances, mais je me suis fait faire trois médailles avec chacune des dates des trois cérémonies – c’est le moment de sortir la première).

Mon mariage civil à Paris

Crédits photo : Photo personnelle

Mon mariage civil à Paris

Crédits photo : Photo personnelle

On rentre donc, on fignole le bouquet. Les hommes sont douchés et commencent à s’habiller. Ma maman repasse les chemises des garçons. Ils se passe quelque chose, mais j’ai encore du mal à vraiment réaliser.

10h. Je vais dans ma chambre, j’enfile mon pantalon, je sors mon chemisier (tu sais, celui en plumetis). « Tiens, c’est bizarre, je l’imaginais plus blanc… Et je ne serais pas un peu serrée dedans dis donc ? Quoi, j’aurais grossi ?!? Mais ce n’est pas possible, je fais gaffe depuis trois semaines… enfin quinze jours, OK, mais quand même ?!! »  Oui, tu lis bien, mon chemisier a rétréci et grisaillé. J’ai fait l’énoooooorme c******* de le laver avant le mariage !!

J’enfile ma veste par-dessus. « Non, ça ne va pas du tout ! » C’est horrible, c’est plus qu’horrible, et surtout, je suis serrée ! Au premier mouvement, le chemisier s’ouvre et la vision, c’est cadeau !! No way !!!

J’appelle ma mère, qui est bien embêtée aussi. Que vais-je faire ? Je cours chez Zara sur le boulevard, au risque de ne rien trouver ? Mais ils n’ouvrent qu’à 11h ? La cérémonie est à 11h10 : impossible.

Je me résous à essayer de trouver un haut blanc/ivoire dans ma garde-robe de tous les jours. Je farfouille dans mon dressing, dans mes placards, dans mes tiroirs. Et là, ô miracle, je trouve un petit haut ivoire et blanc, avec une petite dentelle rose pâle, acheté au Liban il y a un an ou deux. Il est un peu sportswear, mais ça ira très bien… de toute façon, je n’ai pas dix mille choix !

J’enfile, parfait avec le pantalon. La veste par-dessus, ma mère me dit que c’est parfait. C’est parti. J’enfile mes escarpins nude (craquage de dernière minute).

Il est 10h15. Mon frère arrive chez nous.

10h30, on décolle à pied vers la mairie avec notre mini cortège.

Sur le parvis de la mairie, nous sommes rejoints par R., le frère de Chouchou et sa copine. Tout le monde est beau. Puis vient notre tour. Mais il manque nos deux témoins, C. et R. Ah non, ils arrivent en courant.

Petite montée d’émotion quand je vois arriver mon amie. Je vais me marier grâce à elle. Je n’aurais pas pu entrer dans la mairie sans elle. Tout se bouscule un peu. Ça dure une seconde. Cette fois, elle entre dans la mairie pour moi, dans quelques mois, ce sera elle. Je me reprends. Juste le temps de lui donner mon appareil photo pour immortaliser cette journée, et on monte les marches qui nous mènent à la salle des mariages.

On patiente dans le hall, tout le monde rit, fait des blagues. L’ambiance est détendue. J’adore. Puis on nous fait entrer dans cette majestueuse salle. Oh non, je ne regrette pas de me marier civilement à Paris, la salle est tellement belle. Et on se marie chez nous, à deux pas. C’est joli, je trouve.

Nous sommes dix, autant dire que le maire nous propose de tous nous installer au premier rang. S’ensuit son discours. Je ne m’étendrai pas sur le laïus pro-élections législatives (eh oui, le premier tour était le 11) dans lequel il compare Chouchou à un réfugié et parle des solutions d’hébergement d’urgence mises en place par l’arrondissement. Soit. Ça nous fait rire.

Je pense que c’est la cérémonie la moins émotive qui soit. Mais on rigole bien. Et finalement, je préfère. Je te l’ai dit, je ne suis pas très romantique et je n’aime pas trop étaler mes sentiments, au risque de (trop) craquer.

On s’échange les alliances, mais avec la chaleur caniculaire du début du mois de juin, nos doigts ont gonflé. Re-fou rire. On y arrive quand même. On signe. On nous félicite. On oublie même le bisou. Je me rattrape en lui en faisant un quand nous nous rasseyons. On se prend en photo.

Mon mariage civil à Paris

Crédits photo : Photo personnelle

Mon mariage civil à Paris

Crédits photo : Photo personnelle

Pas trop le temps de traîner, on a rendez-vous sur la péniche pour manger !

Et ce déjeuner, alors ?

Eh bien, sincèrement, mieux que ce à quoi je m’attendais. Bien sûr, c’est à la chaîne, mais on mange et rigole bien. La vue est magnifique. Tout le monde semble ravi de cette parenthèse un peu kitchounette.

On se sépare juste après, C. et R. ayant quelques trucs à finir pour leur mariage à eux, nos frères ayant des trucs à faire dans l’après-midi, et nous quatre ayant envie de dormir un peu !!

On aurait pu la faire, cette sieste, mais non ! En fait, ce que je ne t’ai pas dit, c’est que nous avions appris que les tantes de Chouchou arrivaient le 10 juin à Paris à… 11h (pour notre mariage le 17 à Nantes – elles avaient prévu un peu de tourisme avant). Le temps qu’elles atterrissent, etc., on avait prévu de dîner avec elles le soir, histoire de fêter ça quand même !!! Et hop, dîner tous ensemble dans notre cantine, rue Daguerre.

Tout le monde est content. Fatigué, mais content. On peut aller se coucher tranquillement et se préparer pour la suite : mes parents partent le 11 et nous le 12 pour Nantes.

Mon mariage civil à Paris

Crédits photo : Photo personnelle

Et toi, tu as aussi fait un mariage en petit comité ? Tu l’as fait à Paris ? Quelle option as-tu choisie ? Dis-moi tout !


Tu es sur Instagram ? Ouiiii, nous aussi ! Rejoins-nous !

Abonne-toi au compte Instagram de Mademoiselle Dentelle



8 commentaires sur “Mes trois mariages : étape 1 – Mon mariage en toute intimité à Paris”

  • Il y avait l’air d’avoir une super ambiance en tout cas au vu des photos! C’est chouette au moins tu avais juste les très proches à vos côtés. Cela t’a permis de commencer tout doucement avant tes gros mariages. 😉

    • Il y avait effectivement une super ambiance de franche rigolade. Et j’avoue que ça nous a effectivement mis dans le bain tout de suite, en nous enlevant tous les tracas liés au travail, quitté qq heures avant 😉

  • Ho le stress pour ton haut ! Heureusement la solution de secours que tu as trouvé est parfaite 🙂
    Et la photo de ton bouquet avec la médaille est magnifique !

    • Merci Mme Sirtaki :-)) c’était vraiment un bon moment et je peux comprendre ceux qui te souhaitent un moment aussi intime. ça a son charme également ! la suite … dans 1 mois ahaha

  • Je te découvre aujourd’hui seulement, Mme Gypsophile 🙂 Cette première journée dans ton mariage, avait ma foi l’air bien sympathique !

    Ton Chouchou et toi formez un bien joli couple en tout cas 😉

    Nantaise de Coeur oblige, je m’en vais de ce pas découvrir tes chroniques précédentes… 🙂

    • Merci Nala !!! ahaha alors j’espère que ça te donnera envie de me lire par la suite aussi, et que tu me donneras ton avis lors du prochain article 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *