Trouver la robe – Partie 1 : celle que je souhaitais incarner

Après t’avoir raconté ce qui a guidé nos choix de lieu de réception, photographe/vidéaste, vins et avoir même évoqué la place accordée aux gourmandises sucrées à notre mariage, il est temps de te parler de… la robe de mariée !

Pourtant bien démarrée, cette quête que j’imaginais être LE moment magique des préparatifs s’est transformée en un cocktail d’émotions pas toujours très agréable. Si j’avais déjà un tableau Pinterest spécial « Robes » avant même la demande en mariage de M. Golf (rassure-moi, suis-je la seule à avoir enfoui un certain temps ce petit secret ?!), j’avais surtout une idée sur… la mariée que je souhaitais incarner.

Une princesse des temps modernes ?

Aussi loin que je m’en souvienne, je n’ai jamais vraiment rêvé de me marier. Je ne voyais pas cet engagement comme un prérequis à mon avenir. Bien sûr, je m’étais déjà imaginée en mariée (la robe, le décor, l’avancée au bras de mon père dans l’église au son de l’orgue…), mais jamais en « femme mariée ». Trop has been, « on peut faire sans », pensais-je.

Et puis un jour, l’horloge mariagesque (si tant est qu’elle existe !) a dû me rattraper, la faute à une pauvre affiche du Salon du Mariage, placardée partout dans les transports en commun et qui m’a soudain fait réaliser : « Hey, à quand la prochaine étape avec M. Golf ? On n’entrevoit le futur qu’ensemble, alors pourquoi ne pas se marier ? »

Influencée par une réclame ? Pff… tu as le droit d’en rigoler ! J’en ris (jaune) moi-même aujourd’hui.

À l’heure où de plus en plus de couples choisissent de vivre sans être mariés, cet engagement d’amour impliquait mine de rien le respect d’une norme sociétale, ce à quoi j’avais bien du mal à me résoudre. Alors, bye bye princesse des temps modernes qui me faisait tant rêver ? Non, et heureusement !

Si je devenais une « femme mariée », alors je tenais beaucoup à incarner une « mariée femme », bien loin des princesses Disney de mon enfance.

Ma recherche de robe minimaliste

Crédits photo : Marie Laporte

Cette robe à la découpe originale et intemporelle m’a fait rêver pendant des semaines… J’ai soulevé ciel et terre pour trouver un moyen de l’essayer. Trop tard : elle venait d’une collection antérieure et n’existait plus – même d’occasion.

Ce qu’une copine m’a dit…

Faisons un bond dans le temps. Je prends l’apéritif avec mes copines de fac, lorsque l’une d’elles me questionne : « Alors, tu as trouvé ta robe ? Elle ressemble à qwaaaa ? » *regard malicieux*

Je me mets à décrire ma robe idéale, « simple et épurée, plus proche de la femme moderne que de la princesse brillant de mille feux ».

Elle sourit et répond : « Ce jour-là, tu souhaites incarner la femme que tu es devenue. À l’inverse, certaines tiendront à faire un adieu à l’enfance, à la princesse qu’elles ont toujours rêvé d’être et qu’elles ne seront jamais plus (publiquement, en tout cas !) »

Pour tout te dire, j’ai trouvé ça très juste. Je n’avais jamais vu les choses ainsi !

On a toutes une idée (plus ou moins précise) de la mariée que l’on souhaite incarner, le temps d’une journée : cool et libre comme l’air, sexy et glamour, ou encore douce et romantique. Finalement, peu importe, tant que l’on ne se sent pas déguisée (ce qui n’est pas toujours gagné en robe de mariée….) et qu’on reste celle que l’on est !

Des inspirations minimalistes

Tu l’auras compris, j’imagine ma robe d’un jour dans un style sobre, épuré, presque minimaliste, plus proche de celle de Meghan Markle que de celle de Kate Middleton, pour t’en donner une première idée.

Mes critères sont d’ailleurs très proches de ceux de Madame Croisé.

Je ne souhaite pas :

  • Une robe volumineuse (mon côté pratique a vite pris le dessus : je suis loin d’envier les rares mariées que j’ai connues, dont les invités n’osaient pas s’approcher de peur de marcher sur leur robe et qui étaient souvent obligées d’en changer pour ouvrir le bal – non, vraiment, très peu pour moi)
  • Une robe bohème (ce style ne correspond pas à ma personnalité)
  • Une matière brillante, des strass, des paillettes
  • Du tulle (je n’ai jamais aimé ça)
  • Un laçage au dos de la robe
  • De la couleur

En revanche, j’aimerais :

  • Une coupe plus ou moins près du corps qui, surtout, marque la taille
  • De la fluidité en bas
  • Une belle matière, douce et confortable à porter
  • Des manches, idéalement trois-quarts (j’adooooorre les manches et ce serait parfait pour me protéger du vent automnal et masquer des bras légèrement trop potelés à mon goût)
  • Un peu de dentelle, de style « géométrique » ou « rétro », surtout pas un motif trop classique ou traditionnel
  • Une petite traîne (ma bride touch à moi !)
  • Du maintien pour ma poitrine assez généreuse (adieu, jolis dos-nu… ? Sans regrets, je pourrai m’en passer !)

Voilà ce qui trônait dans mon tableau “Robe de mariée” :

Ma recherche de robe minimaliste

Crédits photo : Montage personnel

1. Robe Dylan Gown – BHLDN, Rosa Clara ; 2. Robe Anguerran – Delphine Manivet ; 3. Robe Sullivan – Sarah Seven ; 4. Robe Olsen – Rime Arodaky ; 5. Robe Charlotte – Mademoiselle de Guise ; 6. Robe The Lounge – Lela Rose ; 7. Robe sur mesure, Helena Harfst ; 8. Robe Alana – Pronovias ; 9. Robe sur mesure – Laeticia Drouet

Quel modèle préfères-tu ? Moi, je n’arrive (toujours) pas à choisir !!

J’avais aussi un gros faible pour les modèles couture aux accents rétro de la créatrice britannique Jenny Packham… qui frôlent les £4 000-5 000. Aoutch…

Ma recherche de robe minimaliste

Crédits photo : Jenny Packham

De gauche à droite : modèles Cora, Betsy et Tailor

Bien sûr, j’étais obligée de me répéter sans cesse : “Mlle Saphir, ces images sur ton écran de smartphone ne sont que pour inspiration, hein, pour INS-PI-RA-TION.” C’est bien connu : on essaie assez rarement en boutique les modèles repérés sur Internet.

Sans trop savoir combien coûterait ce doux rêve, je me suis arbitrairement fixé un budget équivalent au SMIC mensuel, soit 1100 € environ. Ça me paraissait déjà une belle somme pour une robe que je ne porterais qu’une seule journée ! Psychologiquement, j’avais dû mal à imaginer y consacrer davantage.

Autant te le dire tout de suite, ahem… j’ai vite déchanté. Les robes de mariée minimalistes ne tiennent leur nom que du style, pas du montant figurant sur l’étiquette… (Moins de dentelle, moins de découpe… il faudra m’expliquer pourquoi ces robes-là affichent des prix délirants, je n’ai toujours pas saisi…)

Pour autant, ça ne m’a pas coupée dans mon élan, bien au contraire ! J’avais tellement envie d’aller essayer des robes de mariée… que je n’ai pas attendu bien longtemps.

Mais ça, je t’en parlerai la prochaine fois !

Et toi, es-tu plutôt du genre à dire adieu à ton enfance en robe princesse ou à accueillir ta vie de femme en robe contemporaine ? Ton budget robe est-il proportionné à tes désirs les plus fous ? Dis-moi tout !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



6 commentaires sur “Trouver la robe – Partie 1 : celle que je souhaitais incarner”

  • J’aime bien Jenny Packham moi aussi. Et Celestina Agostino. Mais c’est pour rêver tout ça… 🙂
    D’ailleurs, j’en ai vu une récemment (oui je suis mariée depuis 5 ans, dans une robe de prêt à porter et à 20 dans notre jardin, et alors?!) qui pourrait être ton style : https://www.magnoliarouge.com/inspiration/elegant-summer-wedding-at-a-chateau-in-dordogne-france/
    (on a le droit de mettre un lien vers un autre blog de mariage?)

    • Ah, ça fait du bien de rêver (parfois…) 😀

      Comment était ta robe à toi, Banane ? Le prêt à porter recèle de petites pépites (spoil : j’y ai trouvé ma robe de mariage civil !)

      J’aime bien l’esprit intemporel de cette robe, même s’il lui manque ce petit twist d’originalité que j’ai cherché, cherché… longtemps 😉 En tout cas, ce reportage est sublime, en particulier la décoration de l’église pwouaaaah ! Merci pour la découverte (c’est autorisé, tant que tu cites la source complète)

  • J’adore tes inspirations Mlle Saphir !!! Tout à fait mon style 🙂
    Dans ton tableau, mes principaux coups de cœur vont plutôt pour les robes sur mesure… ahem ^^

    Hâte de découvrir tes premiers essayages en tout cas 😉

    • Merci pour ton petit mot Nala !
      Je peux d’ors et déjà te dire que l’élue se rapproche, par certains aspects, des modèles 7 et 9… 😉

  • Je trouve la citation de ton amie très inspirante. Je ne l’avais jamais considéré sous cet angle, mais effectivement, on peut aborder le rite de passage qu’est le mariage comme un au-revoir à celle que l’on était, ou bien une reconnaissance de celle que l’on est devenue… Mais quelle que soit l’interprétation, la fête sera aussi un peu tournée vers l’avenir, et matérialisera sans doute un souhait de bâtir un futur à deux. 😉

    En tout cas tes inspirations donnent très envie. Je comprends bien ton dilemme – moi aussi, les choses que je trouve jolies ont tendance à avoir un coût prohibitif… 😉

    • Tu as raison de souligner que quelque soit le style de robe choisi, le mariage reste orienter vers un futur à construire #antithèse 😉

      Il était important pour moi de mettre des mots sur celle que je voulais incarner (même si sur le papier, ça peut paraître pompeux pour une robe de mariée), pour “me sentir moi” en mariée, ce qui est loin d’être évident lorsque l’on franchit la porte d’une boutique de robes, où les vendeuses comme tes accompagnatrices sont souvent leurs propres schémas de “La Mariée”.

      Je réalise que je n’en parle pas dans ma chronique, mais je crois aussi avoir été influencée par mon histoire. Mes parents ont dû dire plusieurs fois, en regardant des films “ah… sacrée meringue”, d’où un rejet catégorique de la robe de princesse, sans doute… 😀
      Cela ne m’a pas empêché d’essayer des modèles très divers, parfois aux antipodes de mes critères initiaux. Affaire à suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *