Récit de quête n°4 : trouver une salle adéquate – Partie 1

Dans ma tête, il y a deux sortes de mariés : ceux qui ont une date précise en tête (anniversaire, rencontre ou autre symbole) et qui recherchent un lieu disponible à cette date précise, et ceux qui ont juste une préférence pour une certaine période et qui déterminent la date du jour J en fonction de la disponibilité de la salle choisie (oui, cette intro a un air de déjà vu !).

D’abord la date

En ce qui nous concerne, nous appartenons à la première catégorie. La question de la date s’est assez vite posée, du moins pour moi. Chéri, lui, estimait qu’il avait fait le plus gros en me demandant en mariage, histoire de me rassurer de me rendre heureuse, et pour lui, on pouvait bien attendre un ou deux ans sans souci. Comme à peu près 90% des hommes après leur demande, Chéri s’attendait probablement à ce que je sois sur un petit nuage, comblée rien qu’à l’idée d’être fiancée, béate d’admiration devant son courage et son engagement, et à ce que je ne redescende sur terre pour les préparatifs que plusieurs mois plus tard.

Alors OK pour la première partie (petit nuage, tout ça), mais la machine « Mademoiselle Ophrys en mode mariage » s’est activée dès le lendemain de la demande ! Chéri, je te rappelle que j’y pense non-stop depuis plusieurs mois en attendant patiemment que tu te décides, tu crois vraiment que maintenant que ça y est, je vais me « rendormir » pendant six mois avant de démarrer quoi que ce soit ? Tu rêves mon chéri !

Et bien sûr, pour moi, il était impensable d’attendre encore deux ans (DEUX ANS !!!) avant de me marier. J’ai donc réfléchi assez vite à la question de la date (fallait bien trouver une excuse un argument valable pour ne pas attendre trop longtemps).

Crédits photo : Allan Ajifo

Une date en particulier a retenu mon attention : le 7 juillet. Pourquoi le 7 ? Eh bien, parce que nous nous sommes mis en couple un 7 juillet, et que le 7/7/2017, ça fera exactement sept ans que nous serons ensemble… Avec tous ces 7 à fort potentiel mnémotechnique, aucune excuse pour oublier la date : c’est simple à retenir et ça se superpose à la date de notre « mise en couple » (oui, je pense pratique : une date, un cadeau, point barre).

Sauf que le 7/7/17, c’est un vendredi… Nous l’avons envisagé, et puis non, nous voulions que ce soit un samedi, plus pratique pour nos proches (et pour nous). Ce serait donc le 8/7/17.

Ensuite la salle

Ayant entendu dire qu’il ne fallait pas traîner pour réserver une salle, surtout dans la « haute saison », je me suis rendue sur plusieurs sites comparatifs (mariage.be, 1001salles.be, ceremonyguide.com, salles.be, etc. : je te les donne en vrac, car je trouve qu’il y a peu de renseignements sur « où chercher des prestataires » pour nous les Belges) et je me suis mise à compiler les salles correspondant à nos critères.

D’ailleurs, je ne t’en ai pas encore parlé, de nos critères ? Les voici :

  • à maximum trente minutes de Mons : pourquoi Mons ? Dans notre présentation, je t’expliquais que nous avions déménagé près de Wavre, mais que nos familles et tous nos proches étaient issus de la région de Mons. Il était donc plus simple que ce soit nous qui nous déplacions plutôt qu’eux. En prime, pas besoin de chercher des hébergements pour les invités, seuls Chéri et moi devrons loger à l’hôtel pour notre nuit de noces (pas envie de me taper une heure et demi de route pour rentrer chez nous, à 5h du mat’ et bien éméchés).
  • du charme : pas vraiment style château, mais plutôt beau domaine, ferme ou moulin à vent, bref un lieu qui ait du cachet et qui se suffise à lui-même.
  • qui puisse contenir environ cent personnes en tables rondes durant le repas, et qui ait encore de l’espace pour danser.
  • un espace extérieur : cour, jardin, terrasse, peu importe. En se mariant au mois de juillet, même en Belgique, on peut espérer qu’il fasse beau ! On veut donc pouvoir être à l’extérieur durant le vin d’honneur, sachant que l’on va de toute façon « s’enfermer » durant notre repas.
  • un espace qui nous serve de « repli » s’il drache (= s’il pleut beaucoup) : ben oui, nous sommes tout de même en Belgique, et on ne peut pas écarter la possibilité qu’il pleuve. Et on aimerait bien un endroit où nos invités du vin d’honneur puissent s’abriter, autre que la salle du repas (pour ne pas abîmer découvrir la décoration trop tôt, entre autres).

Au cours de mes recherches, je suis tombée sur certaines salles en commun avec Madame Peps et Madame Plumetis, car nous recherchions une salle dans le même rayon (à peu près). Mais comme la vie est bien faite (enfin, pour toi, surtout), nous n’avons pas visité les mêmes lieux, donc en combinant nos articles, tu pourras déjà te faire un avis assez complet sur les salles de nos régions, à savoir Hainaut/Brabant Wallon. Si tu veux connaître le nom précis des salles citées ci-dessous, n’hésite pas à m’envoyer un mail à mlleophrys@mademoiselle-dentelle.fr.

Chéri étant à cette période-là entre deux boulots et donc plus flexible, et moi travaillant jusqu’à minimum 17h (auquel il fallait ajouter une heure et demi pour parvenir aux salles), c’est Chéri qui irait visiter les salles retenues (oui oui, tout seul !). Il avait pour mission de me faire un débriefing pour chacune et de sélectionner deux gagnantes, que nous irions ensuite visiter ensemble pour les départager.

Première salle : un joli domaine de verdure

Il s’agit ici d’un traiteur qui a ses propres lieux de réception (oui, moi aussi j’étais plutôt habituée à l’inverse). Bien que j’aie expliqué plusieurs fois à la dame au téléphone que le choix du menu n’était pas notre priorité à ce moment-là, mais bel et bien la salle, le jour de la visite, elle a posé plein de questions à Chéri concernant les plats… Soit.

Le domaine est joli, avec un très grand jardin et une terrasse en pierre (pour éviter que les dames ne salissent leur robe et/ou leurs chaussures) avec une table en fer forgé scellée dedans et des parasols afin de s’abriter du soleil. Il y a neuf chambres sur place (pratique pour notre nuit de noces), et le DJ est imposé.

Il y a cependant deux soucis principaux : tout d’abord, les escaliers. Il y a des marches assez hautes pour rentrer dans le bâtiment (donc pas pratique pour les enfants/personnes âgées/alcoolisées), encore quelques marches (de la même couleur que le sol, les vicieux !) pour passer du hall d’entrée à la salle de réception (donc pas pratique pour les enfants/personnes âgées/alcoolisées) et un grand escalier pour accéder à l’étage où se trouvent la pièce réservée aux enfants, les chambres et les toilettes (donc pas pratique pour bref, tu m’as comprise, quoi).

Autant les extérieurs sont magnifiques, autant Chéri a trouvé que l’intérieur du bâtiment avait un aspect « vieillot ». Les lustres, la couleur des murs, les lustres, la couleur des tentures et leurs tringles, les lustres, les chaises (avec le dos en lattes de bois, pas super confortables !), les lustres… Je t’ai dit que Chéri faisait une fixation sur les lustres ?

Ensuite, le service traiteur (car, je te l’ai dit, le lieu est géré par le traiteur, et non l’inverse). Il n’y a pas de forfait à volonté, tout est compté soit en temps (bar ouvert au maximum quatre heures après le repas), soit en quantité (boissons au litre/à la bouteille).

Et via leur page Facebook, j’ai lu quelques avis négatifs (et plein de positifs aussi, hein, n’exagérons rien), évoquant certains abus : ouverture de nombreuses bouteilles alors que les anciennes n’étaient pas vides, comptabilisation d’heures supplémentaires alors qu’il y avait eu du retard de leur côté dans le service, disparition de certaines marchandises (notamment au candy bar), et service pas toujours correct (service du dessert à table PENDANT l’ouverture de bal des mariés…).

Bref, nous n’étions pas très chauds. Suivante, donc.

Deuxième salle : une ancienne ferme en carré

La salle a son propre traiteur (dans ce sens, cette fois-ci), mais j’avais entendu beaucoup de compliments sur la qualité de la nourriture.

Il s‘agit d’une ferme en carré, entourant une cour intérieure. Elle paraissait assez grande sur les photos, mais d’après Chéri, il aurait été difficile de caser les cent personnes prévues au vin d’honneur dans cet espace.

Et comme la ferme est en carré, les couloirs latéraux où nous aurions pu installer nos invités du vin d’honneur (en partie s’il faisait beau temps, ou totalement en cas de pluie) sont relativement étroits et longilignes, alors que nous aurions préféré une seule grande pièce pour faciliter le mélange des personnes. En revanche, la salle principale, où aurait lieu le repas, est assez grande et majestueuse (c’est une ancienne grange avec charpente apparente, j’aime beaucoup), donc pas de souci de ce côté-là.

En outre, bien que le rendez-vous ait été fixé par téléphone, Chéri a poireauté trente minutes avant que la dame ne daigne le recevoir, tout en rouspétant bien fort auprès de son collègue (Chéri l’entendait très bien à travers la porte). Et quand elle l’a finalement reçu, ils ont commencé par le devis, avant même de visiter les lieux… Ça ne donnait pas très envie de traiter avec eux. Nous avons tout de même gardé cette ferme sous le coude au cas où, mais nous n’avions pas de coup de cœur.

Alors, Chéri va-t-il trouver une salle qui nous convienne ? La suite au prochain épisode.

Et toi ? Est-ce la salle qui a déterminé la date de votre mariage ou l’inverse ? As-tu aussi fait confiance à ton chéri pour visiter les salles ? As-tu été déçue par tes premières recherches ? Raconte !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



8 commentaires sur “Récit de quête n°4 : trouver une salle adéquate – Partie 1”

  • Je trouve ça génial que ton fiancé se soit bien impliqué pour la recherche de salles ! Après, évidemment vu tes contraintes, il n’a peut-être pas eu trop le choix … Pour nous, c’est plutôt la salle qui a déterminé la date du mariage, mais c’est allé assez vite, nous n’avions pas trop de critères (mis à part le budget) …

    • Non malheureusement je n’aurais pas pu l’accompagner pour tout, mais il s’est très bien débrouillé ^^.
      Au début il était stressé pcq c’était très peu après la demande, on n’avait pas beaucoup réfléchi aux détails et il avait peur de pas pouvoir répondre à certaines questions pratiques.
      Après quelques visites, il a pris de l’assurance et je crois qu’au final il a bien aimé son rôle d’éclaireur (il a pris de jolies photos, dessiné les plans de la salle et je lui avais fait une fiche à remplir pour chaque lieu ^^).
      Par contre pour nous la date c’était primordial, j’ai d’ailleurs fait mon 1er tri en ne gardant que les salles dispos le 8 juillet.
      D’ailleurs certains organisateurs ont été étonnés que l’on choisisse d’abord la date avant la salle, ils nous disaient de venir visiter quand même…
      Non, moi je veux le 8 juillet et pis c’est tout, na !

  • Ton article m’a fait beaucoup rire.. tellement que j’ai mis mon téléphone sous le nez de Chéri « Dis, ça te rappelle pas quelqu’un au début ? » 😉 😉

    Par contre, je suis comme Mlle Laine : c’est la salle qui a déterminé la date car aucune date « symbolique » ne tombait un samedi (sauf en avril, mais faire un mariage en 8 mois, c’est sport !)

    • Haha, je suis contente de voir que je suis pas la seule à avoir démarré au quart de tour… Ou plutôt à avoir forcé Chéri à démarrer au quart de tour 😛

      Et oui souvent les gens déterminent une saison ou un mois, mais rarement un date précise dès le début.

  • Il assure ton homme pour quelqu’un qui n’était pas pressé d’entamer les préparatifs! J’ai hâte de voir ce qu’il vous a déniché! Pour nous, c’est la disponibilité de l’église qui a déterminé notre date (le 8 juillet aussi!), car nous voulons vraiment nous marier dans celle-ci et pas ailleurs. Du coup la salle a été choisie en fonction de cette date (il y a quelques semaines seulement, on est en retard, comme d’habitude)! Le week-end suivant (celui du 15 juillet) aurait théoriquement été plus symbolique puisque nous nous sommes rencontrés un 14 juillet et que la demande en mariage a eu lieu un 15 juillet, mais c’est le Suédois qui a choisi et réservé la date à l’église et la mémoire des dates ce n’est pas exactement son point fort 😀 ! Ou peut-être que je suis mauvaise langue et qu’il n’y avait pas de disponibilités ce week-end là 😉

    • Oui effectivement c’est courageux de sa part d’avoir mordu sur sa chique et d’être allé visiter plusieurs lieux tout seul.
      Et ne t’inquiète pas, mon Chéri non plus n’a pas la mémoire des dates, c’est pour ça que j’ai tout fait pour lui faciliter la tâche : une seule date (rencontre et mariage, avec une seule cérémonie) et avec plein de 7 pour être facile à retenir 🙂

    • Désolée pour l’absence de photos mais Chéri a éliminé toutes les photos des salles non sélectionnées…
      Et disons que comme je n’en dis pas QUE du bien des salles ci-dessus, j’ai préféré éviter de mettre des photos officielles provenant de leur site ;-).

      Mais promis il y aura des photos pour la partie 2 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *