Mon mariage traditionnel à paillettes : une matinée mouvementée

Il est 8 h 15, ce samedi 17 mai, et le réveil sonne après une courte nuit… Je me dépêche de l’éteindre pour ne pas réveiller ma mère, ma témoin et sa fille qui dorment juste à côté.

J’ai rendez-vous à 9 heures au salon de coiffure et j’ai décidé d’être méga zen aujourd’hui, de ne pas gérer les imprévus de dernières minutes et de juste profiter de cette journée !

Rendez-vous au salon de coiffure

La coiffeuse m’accueille avec un grand sourire. Elle a l’air d’être en pleine forme et me met rapidement à l’aise. Et il le faut car je ne sais pas vraiment à quoi va ressembler ma coiffure.

Et oui, le seul essai a été fait un peu par-dessus la jambe, en 15 minutes, quelques jours avant. Mais le courant est bien passé avec la coiffeuse et le salon est à 5 minutes de l’hôtel de mes parents, alors j’ai dit ok !

Je lui avais demandé du chignon, de la tresse, du volume sur le dessus et rien de trop rigide. Et, pour bien me faire comprendre, je lui avais montré toutes les photos d’inspiration que j’avais glanées sur mon Pinterest. Et le semblant de coiffure qu’elle m’avait fait m’avait convaincue. Malgré le fait qu’elle m’a répété tout le long qu’elle ne savait pas très bien faire les tresses. J’ai été un peu folle dingue sur ce coup-là, mais je ne le regrette pas !

coiffeurmlleirbis

Il lui aura bien fallu 2 heures pour arriver à faire rentrer toute ma tignasse dans la coiffure.

Recommençant plusieurs fois les tresses, le volume sur le dessus de la tête et essayant de trouver la solution parfaite pour cacher toutes mes pointes de cheveux (je pensais avoir les cheveux un poil court et ils se sont trouvés un poil long comme quoi !). Et, le détail final, mon super peigne commandé sur Etsy et reçu directement du canada, a pu être placé dans mes cheveux.

coiffuremlleirbis

Crédits photo : Les productions de la Fabrik

Il est 11 heures, je suis parfaitement dans mon planning, sauf que… j’ai oublié de prendre de quoi payer. La grosse loose devant la coiffeuse.

Heureusement que l’hôtel n’est pas loin ! Ma témoin vient me libérer et m’annonce en même temps qu’elle part en vadrouille dans tout Lyon, pour trouver une paire de chaussure qui va avec sa tenue. Le matin de mon mariage, à 11 heures, avec sa fille de 1 an…  J’ai mis un grand sourire sur mon visage, je lui ai rappelé l’heure à laquelle nous devions partir sans faute et je l’ai laissé se débrouiller toute seule comme une grande ! Elle est aussi bordélique et inorganisée que moi et c’est pour ça que c’est ma témoin ^^

En arrivant à l’hôtel, je trouve toute la smala réveillée et bien en forme ! Mes petits frères sont surexcités et courent un peu dans tous les sens. Au niveau timing, je suis toujours bonne, il me reste en gros 1 h 30 pour manger, faire deux panneaux qui me tiennent à cœur, ranger mes affaires et c’est tout ! Je suis large !

Petits couacs dans l’organisation !

Mais en discutant organisation avec ma mère, on se rend compte qu’il nous manque des places dans les voitures. Autant au mariage civil, il nous manquait une place sur un court trajet, autant là il nous en manque quatre, sur un trajet d’au moins une demi-heure. Et moi qui ne voulais pas gérer ce genre d’imprévus, je me retrouve à passer des coups de téléphone à tous nos amis véhiculés et connaissant bien Lyon pour trouver une solution. On arrive enfin à caser tout le monde et je peux respirer ! Premier stress, check !

Arrive alors ma super fleuriste de la mort qui tue, qui m’amène mes deux bouquets (le mien et celui que je vais laisser à la Vierge Marie) et elle m’apprend qu’elle doit faire les boutonnières pour le marié et ses témoins… alors qu’on avait prévu des pochettes avec Superman !

J’essaie de comprendre la situation quand elle me dit une phrase « magique » : apparemment, c’est ma belle-mère qui l’a appelé pour lui demander ça. Tu connais mon amour pour ma chère belle-mère… Mon énervement monte directement et je l’appelle pour essayer d’avoir une explication sur cette nouvelle lubie. Il s’avère que les pochettes ont été oubliées et qu’elle a décidé de demander à ma super fleuriste de faire des boutonnières dans ses chutes de fleurs. Sinon, son autre solution était d’aller voir la fleuriste du village d’à côté. Pour une fois, elle a pris la bonne décision ! Et la super fleuriste repart avec ma confirmation pour les boutonnières (elle est parfaite je te dis !) Deuxième stress, check !

Avec tout ça, le temps passe et je me dépêche de faire mes deux pancartes surprises. Mais alors que je m’applique pour écrire droit, j’entends mon père arriver autant furieux que penaud. Il a enfermé mon frère aveugle et autiste lourd dans une des chambres avec la clef dedans. Et toutes les affaires pour habiller mes frères…

C’est juste un gag cette histoire ! Depuis la veille, mes parents n’arrêtaient pas de répéter à mes frères de faire attention à cette histoire de clef, car les portes des chambres ne s’ouvrent qu’avec cette fameuse clef. Et c’est mon père qui fait la boulette ! Et puis, bien sûr, mon frangin enfermé n’est pas trop du genre à comprendre le principe d’ouvrir une porte dans une pièce qu’il ne connait pas (les autistes lourds c’est sympa mais ça ne brille pas par leur réactivité).

Et là je peux te dire qu’on est très haut dans l’échelle du stress, surtout quand c’est la future mariée qui commence à paniquer.

On a tout essayé : demander à mon frère d’ouvrir la porte (je crois qu’il s’est mis à chanter Frère Jacques à ce moment là !). Passer par les balcons pour voir si la fenêtre était au moins entrouverte. Tenter de défoncer la porte de la réception fermée à double tour pour trouver un double des clefs. Appeler le numéro en cas d’urgence de l’hôtel, numéro qui a sonné dans la réception. Essayer d’ouvrir la porte avec une carte bleue. Redemander à mon frère d’ouvrir la porte, une fenêtre, quelque chose (et là on a eu droit à une magnifique interprétation de « Sur le pont d’Avignon ») !

Et puis, les photographes et la maquilleuse sont arrivés et j’ai laissé ma famille gérer ce problème là sans moi. Je n’en pouvais plus ! Troisième stress (et pas des moindres) check !

Et toi ? Crains-tu de vivre une matinée de mariage aussi mouvementée ? Ou as-tu tout planifié pour n’avoir aucun souci ? Dis-moi tout !



6 commentaires sur “Mon mariage traditionnel à paillettes : une matinée mouvementée”

  • Et alors?? tu nous laisses dans le suspens avec ton frère? Finalement il a pu être libéré? ( ne nous laisse pas sans réponse, j’ai adoré lire ton article tellement il était palpitant!!!
    Je ne sais pas comment tu as fait pour gérer toutes ces péripéties mais je t’admire! Chapeau!

  • AHAHAH on veut savoir la suite…!!!!
    En tout cas je voudrai bien le nom de ta super fleuriste.. et je t’avoue que j’ai ma matinée test mairie en aout, qui va être pour moi la grande répétition avant la cérémonie… Nous avons aussi une salle à 1h de Lyon, et déja les couacs voitures pour la mairie sont annoncés, mais au moins je suis prévenue pour janvier!!!
    Superbe coiffure, je ne ferai pas d’essai avant le mariage civil, mon coiffeur est en vacances, il faut savoir vivre dangereusement :p

  • J’adore ta coiffure! C’est exactement ce que je veux (essai coiffure le 23/08) et ton pinterest rassemble les mêmes photos que ce que j’ai glané sur le net pour inspirer la coiffeuse.

    Et du coup, comment ça s’est terminé vos histoires de clés? Le père Fourras est descendu de sa vigie? Passe-Partout est arrivé en courant? Bref, on n’en peut plus, on veut savoir!!!

  • Bonjour, quelle histoire incroyable, et votre frère je suppose qu’il a pu être “libéré”. Une fois passée, stress etc… on en rigole facilement. Mais sur le moment c’est souvent difficile à gérer. En tout cas, votre coiffure est vraiment très réussie ! A bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *