Mon voyage de noces en train : une idée commune, des péripéties et un départ

À mon arrivée sur ce génialissime blog, dans la longue liste des choses nous avions déjà, je mentionnais « notre voyage de noces (là, on attend plus que le devis qui reprend bien toutes nos envies, gniiiiiiiiiiiiiii) ». Nous étions en août 2015. Comment te dire… tout ne s’est pas tout à fait déroulé comme prévu.

Le choix de la destination

Mais commençons par le commencement. Nous savions que nous voulions partir. Très vite, nous décidons de le faire dans la foulée du mariage. Nous avons envie de faire un voyage qui marquerait le coup, mais nous ne sommes pas trop tentés par les concepts lune de miel farniente sur plage de sable clair au soleil ou les destinations à la mode d’Asie comme Bali ou la Thaïlande. Par contre, pour la première fois de notre vie, nous voulons un voyage organisé (mais personnalisé malgré tout, pas difficile la fille !). Moi, ce qui m’attire ce sont les pays nordiques et de l’est. (Je te rassure, Monsieur Plumechon également.) Et nous partirons en hiver… alors pourquoi pas avec de la neige ? (Vu que je me doutais que n’en aurais pas pour le mariage… pourquoi s’en priver ensuite ?)

Je laisse vite tomber l’idée séduisante de la Laponie… La plupart des offres courent sur 7 à 10 jours, pour un budget déjà conséquent, et je veux absolument partir 2 à 3 semaines pour nous reposer et déconnecter. Lors de nos réflexions, nous nous rendons compte qu’un voyage itinérant nous tente bien, surtout s’il est axé mobilité douce. Je rêve un moment de découvrir les fjords norvégiens à bord de l’Express côtier. En combinaison avec quelques jours à Oslo et à Bergen, ça nous ferait le compte. Mais là, c’est la saison qui s’y prête moins. Les paysages enneigés sont certes beaux, mais ceux du printemps ou de l’été sont carrément époustouflants.

Au fil de nos discussions, il apparaît que nous rêvons tous les deux de faire un long voyage en train. L’un en particulier nous traverse l’esprit : le transsibérien. Soyons fous : le transsibérien combiné au transmongolien ! Relier Moscou à Pékin par le rail, en suivant des voies mythiques.

Crédit photo : photo personnelle

Sur la ligne du transmongolien, quelque part dans le désert de Gobi.

Les rebondissements des préparatifs

Après quelques recherches sur le net, je trouve une agence basée en Suisse qui propose des modèles de voyage qui nous tentent : organisés à la demande et non en petit groupe, en partie guidés, en partie libres, et adaptables à nos envies. Ils travaillent avec des agences locales dans les trois pays situés sur le parcours. Ah oui, et en prenant les trains des gens de là-bas, pas le train de luxe. (Qui doit être une expérience magique, mais d’un autre style… et d’un autre budget !). Donc en changeant de train à chaque escale.

Nous les contactons pour la première fois fin juin 2015, pour voir ce qu’il est exactement possible de prévoir. Sur base d’une combinaison de deux de leurs offres standards, et après plusieurs mois d’échanges par courriel et téléphone, nous avons notre voyage idéal. Sauf que…

Début octobre 2015, c’est la douche froide ! Notre agence de voyage « disparaît » du jour au lendemain ! Plus de page générale de l’agence sur le net, plus de numéro de contact en Belgique, des mails qui reviennent avec un message d’erreur. Nous laissons un message vocal sur le numéro en Suisse et un message via Facebook. Seule reste la « sous-page » spécifique Espace transsibérien, via laquelle je tente aussi un contact. À ce moment-là, il ne nous restait qu’un détail concernant les assurances assistance et annulation à régler avant de payer l’acompte qui aurait lancé les réservations de leur part.

Quelques jours plus tard, nous recevons une réponse via Facebook. Seconde douche froide : depuis le premier octobre 2015, notre agence a été revendue et le repreneur ne souhaite plus organiser les voyages individuels… Notre contact n’a aucune solution pour tous ceux qui n’avaient pas confirmé par un payement avant la reprise. Nos passeports nous attendent à la commune. Il faut des visas pour entrer en Russie et Chine. Plus une lettre d’introduction très spécifique pour la Russie. L’agence devait se charger de tout. Elle nous avait trouvé des vols à des prix imbattables. Des mois de préparatifs qui tombent à l’eau. Je suis dégoûtée et stressée. Surtout que s’ils avaient répondu plus rapidement à notre dernier mail envoyé mi-septembre, nous aurions pu conclure et faire partie des gens pour lesquels ils auraient dû tenir leurs engagements.

C’est donc armé de notre carnet de voyage « annulé » que nous contactons d’autres agences. Nous allons malheureusement de déceptions en déceptions. Plan B : « nous ne travaillons pas encore avec des agences capables de proposer un voyage transsibérien / transmongolien. Mais peut-être bientôt… » Eeeeuh, c’est quand ça bientôt ? Plans C et D et… : « uniquement des voyages accompagnés tout du long, en groupe minimum de 6, 8, 10… » Eeeeuh, oui mais non en fait.

Quant à l’option de tout organiser nous-mêmes, c’est juste impossible (en plus du fait que c’est exactement ce que nous ne voulions pas…). Nous ne parlons ni russe, ni mongol, ni chinois (et l’anglais n’est pas spécialement connu et utilisé, sauf en Mongolie). Il faut des visas, des lettres d’invitations, des billets d’avion, plusieurs billets de train, des réservations précises pour les logements (pour recevoir la lettre d’invitation en Russie), logements qu’il faut trouver et réserver (sans parler la langue donc), trouver les guides pour les visites guidées, penser aux endroits pour manger là où c’était prévu car dans des bleds loin de tout… Et tout ça en préparant nos deux jours de mariage et en quatre mois ! Impossible je te dis.

Crédit photo : photo personnelle

Pékin – Oulan-Bator – Moscou.
Trois pays, trois capitales, trois langues… un train !

Alors que nous désespérons, Gwénaëlle en personne me conseille plusieurs agences qui pourraient convenir. Nous les contactons toujours avec notre premier projet en main. Et l’une d’elles sort du lot : La Route des Voyages ! C’est la seule qui n’a pas plaqué son « voyage transsibérien standard » sur la proposition de la première agence (et ce, quelle que soit la gamme de prix…) et qui a pris la peine de nous proposer des choses un peu différentes de notre première proposition, en nous expliquant pourquoi. À nouveau, après quelques échanges avec notre contact basé dans l’agence d’Annecy, nous tenons notre voyage idéal amélioré. Cette fois, nous payons l’acompte. Nous sommes alors début décembre 2015. Sauf que…

Fin janvier 2016, alors que nos faire-part ont été envoyés avec l’illustration de notre trajet (point qui peut sembler futile mais ô combien important quand tu l’as voulu et imaginé) et le lien vers la liste de mariage reprenant tout notre voyage découpé en une multitude de contributions possibles (un fameux boulot, mais pour un résultat qui en vaut la peine), c’est une nouvelle déconvenue. Notre contact s’est trompé dans les jours où les trains circulent entre Oulan-Bator et Pékin. Nous devons à nouveau adapter notre voyage. Impensable pour nous de remplacer un trajet en train par de l’avion comme proposé, nous finissons par trouver une solution sans changer nos vols.

Courant février 2016, en plein stress des visas dont je te parle juste après, il faut encore adapter une partie de notre voyage suite à un changement des horaires de train russe (bon ça, personne n’y peut rien) et à une erreur de l’un des prestataires sur place. Mais cette fois, c’est la bonne : notre programme ne sera plus modifié !

Crédit photo : illustration de Lise Francotte

Le trajet de notre voyage, illustré par notre talentueuse créatrice de faire-part. (La seconde version, adaptée par rapport à celle du faire-part, refaite à notre demande pour l’afficher le jour du mariage religieux, au-dessus de l’urne.)

L’épisode de l’obtention des visas

Début février, nous recevons enfin les documents nécessaires à la demande du visa chinois… parmi lesquels notre certificat de séjour daté du 21 au 27 février. Super, mais nous partons en mars… Nous recevons l’attestation corrigée le mercredi 3 février 2016 en fin d’après-midi. Notre mariage civil a lieu le vendredi 5 février. Le dimanche soir, lorsque nous prenons enfin le temps de regarder tout ça, nous nous rendons compte qu’il nous reste 17 jours ouvrables avant de partir. Or il faut 4 jours ouvrables pour le visa chinois et maximum 10 jours ouvrables pour le visa russe. Je mute ! Si on passe par une agence, c’est pour éviter toutes ces prises de tête. Surtout que nous l’avions contacté début janvier pour lancer toutes les procédures et que nous n’avons pas du tout nos deux jours de mariage à préparer. Heureusement que je peux facilement prendre congé.

Le 8 février au matin, je me rends donc au centre d’octroi des visas chinois de Bruxelles… où je me retrouve, détrempée après m’être ramassée une averse de grêlons, devant une petite affiche qui dit que le centre est fermé toute la semaine pour cause de fête du printemps en Chine. (C’était prévisible, mais impossible de trouver l’information à jour pour 2016 donc j’avais tenté.) Je craque : un mélange de rage/stress/colère/fatigue. Je charge Monsieur Plumechon de gérer avec notre contact. Sur le moment, je ne peux plus. S’il y a le moindre problème pour obtenir nos visas et que nous devons annuler notre voyage, si l’agence ne prend pas en charge les frais de demande express qui nous semble la seule solution raisonnable pour ne pas stresser jusqu’au départ ou s’il y a le moindre nouveau couac, je ne sais pas ce que je serais capable de faire…

Finalement, nous recevons tous les documents nécessaires pour le visa russe par mail ou courrier express et je peux déposer la demande le 9 février. Je récupère nos visas russes le 16 février. Le lendemain, je retraverse Bruxelles pour introduire la demande pour ceux chinois. Je les récupère le lundi 22 février. C’est en ordre. Ouf ! Enfin pensons-nous…

Crédit photo : photo personnelle

Les graals, enfin deux sur les trois, cachetés après avoir passé les frontières en train.

Le jeudi 25 février 2016 dans la matinée, alors que je suis en congé et que ma sœur est venue m’aider pour les derniers préparatifs, je reçois un coup de fil de Monsieur Plumechon, qui a lui-même reçu un coup de fil de notre contact. Depuis cette année, il faut un visa pour entrer en Mongolie pour les belges et les français. Ces dernières années, ce n’était pas le cas. Il vient de s’en rendre compte. Nous nous marions dans deux jours. Nous partons dans moins d’une semaine. Heureusement que mon homme m’a dit de m’asseoir avant de m’en parler.

L’agence a une solution d’urgence, qui nous assurera de récupérer le visa dans les temps, mais qui demande de se déplacer à Bruxelles. Le vendredi matin, nous renvoyons donc Miss LittleSister d’où elle est venue la veille. Elle remet nos papiers signés pour la demande et nos passeports au contact de notre contact avant de venir nous rejoindre pour préparer la salle. Je ne sais pas comment nous aurions fait sans elle. Surtout que c’est également elle qui ira récupérer nos passeports avec tous les précieux visas le mardi après-midi suivant le mariage. Nous les récupérerons à notre tour chez ma maman le mardi soir, après notre soirée théâtre, juste avant notre départ.

C’est parti !

2 mars 2016, 4 heures 50 : après 3 jours intensifs entre rangement de la salle, passage à droite et à gauche pour déposer les restes périssables ou rendre du matériel, courses, préparation de sacs, passage chez le coiffeur (hyper important, je n’avais jamais eu les cheveux aussi longs et il fallait que je m’allège et que je me simplifie tout ce qui est lavage et coiffage), soirée théâtre (la seule date où nous pouvions déplacer la pièce de notre abonnement qui tombait pendant notre voyage), récupération de nos passeports, et après une nuit blanche, nos sacs sont bouclés et notre taxi arrive. Direction l’aéroport.

Crédit photo : photo personnelle

À l’aéroport, fatigués mais prêt pour le grand départ.

Nous décollons à 7 heures 40 pour Londres, d’où nous avons ensuite un autre vol pour rejoindre Moscou. (Où comment perdre 1 heure pour ensuite en rattraper 3…) Après un trajet sans encombre, nous y atterrissons à 17 heures 15, heure locale. L’aventure commence…

Et toi ? As-tu prévu un voyage de noces ? Quand aura-t-il lieu ? Quelle destination vous a fait rêver et/ craquer ? L’avez-vous organisé vous-mêmes ou êtes-vous passés par une agence ? Comment se sont passés vos préparatifs ?



12 commentaires sur “Mon voyage de noces en train : une idée commune, des péripéties et un départ”

  • Super votre destination de voyage de Noce ! Il y a tres longtemps on avair aussi pensé au transsibérien ! Mais celui de luxe et comment dire… on avait clairement pas le budget ! Comme vous les vdn farniente à la plage ne nous intéressaient pas, nous sommes finalement parti en Ecosse.

  • Whaouuuu mais quelle galère l’organisation de ce voyage !! Mes pauvres !! on peut dire que vous l’aurez bien mérité ce voyage de noces. ça à l’air fou, bravo de n’avoir rien lâché pour arriver au bout !! J’ai hâte de voir votre périple maintenant !!

    • J’aurais été tellement dégoûtée de devoir changer alors qu’on avait tout et qu’on s’y était déjà tellement projeté.

  • Ohlala mais quel stress !!! Chapeau à vous d’avoir tenu bon, je crois que j’aurais eu envie de tout plaquer à un moment donné pour 3 semaines sur une île ahah ! En tout cas c’est un super projet, et j’ai hâte de lire votre récit de voyage 🙂

    • Je crois que j’ai été désespérée à un moment quand même ! Mais je ne regrette pas un instant d’avoir tenu bon. 😉

  • Wah ça c’est du VDN, très original, ce doit être une sacrée expérience … Quand j’ai vu la toute première photo dans le désert de Gobie, ça m’a fait rêver (et j’étais rassurée de savoir que vous étiez visiblement bien partis pour ramener de telles photos !). Mais j’ai bien senti le stress généré par toutes ces péripéties !

    • Pour te dire, j’en avais oublié une partie, et mon mari aussi. On en a rit en se remémorant mes écrit désespérés aux copines chroniqueuses. Mais sur le coup, on ne riait pas beaucoup !!

  • Wooow mais quelle aventure !!! Les préparatifs ont été de vraies montagnes-russes, j’ai hâte de savoir comment ça s’est passé !!

Commente ici !