Voyage dans le temps : un mariage en 1942

13 mai 1942, Saint-Viaud, Loire-Inférieure : la famille est venue aider la jeune fiancée, âgée de 17 ans, à finaliser les derniers préparatifs de son mariage. Les cousines aident à piquer des roses en papier crépon dans un drap blanc qui sera tendu au mur. Malgré cette sombre période de guerre, l’ambiance est au beau fixe. Les roses en papier crépon forment un cœur, où seront dessinées les initiales des mariés à l’intérieur, en papier crépon aussi. Les fins de journée comme celle-ci se finissent souvent en veillées, où le père de la mariée prend son accordéon et fait danser tout le monde.

Les préparatifs ont déjà commencé depuis environ trois semaines. C’est aussi l’occasion pour ceux qui ne se connaissent pas de faire connaissance puis de se retrouver le jour du mariage, pour une ambiance encore plus joyeuse. D’ailleurs, un jeune homme invité y fera la connaissance de sa future femme…

La toute jeune et belle fiancée se marie le même jour que son frère aîné, ce sera donc un double mariage. Un deuxième cœur avec les initiales des deux autres mariés est aussi en cours de préparation. Son grand frère se mariera en tenue d’honneur, il fait partie de la Garde Républicaine et aura fière allure, du haut de sa grande taille.

Le mariage aura lieu dans un grand hangar, à la Verrière, avec à peu près 200 invités. Pour l’occasion, le hangar a été décoré, les murs ont été tendus de draps blancs. Chose rare, la future mariée a réussi à trouver du satin dans un village voisin, et pourra ainsi faire confectionner sa robe.

Les faire-parts sont simples, mais assez grands. Ils ont été conçus et commandés par les parents de la jeune fiancée. Cette dernière se rend à l’imprimerie locale pour y retirer sa commande. La femme de l’imprimeur, d’origine allemande, est en train de bavarder avec des soldats allemands. Les faire-parts sont prêts. La jeune fiancée n’a plus qu’à les distribuer.

C’est un mariage qui durera trois jours.

 Voyage dans le temps : un mariage en 1942

Crédits photo : Archive personnelle

27 mai 1942 : Le grand jour est enfin arrivé.

Beaucoup de belle-famille encore inconnue de la jeune mariée est déjà présente. Le matin, les mariés se rendent à la mairie, puis à l’église à 11 heures où une messe est célébrée avec les invités. Les jeunes mariés, pour s’y rendre, ont utilisé la seule voiture du village, celle du boulanger, une voiture à gazogène.

mariage pepere mamie095

Crédits photo : Photo personnelle

Il pleuvait un peu à l’aller, la jeune mariée est nerveuse et impressionnée. Puis, à la sortie de l’église, le soleil est de retour. Il y a 3 kilomètres à faire à pied pour rejoindre la salle, qui seront parcourus en cortège. Des musiciens ouvrent la marche, les invités chantent tout le long du trajet “Nous irons en chantant / chez Eugène boire du vin blanc !”.

Le cortège s’arrête au passage dans les bars qui jalonnent la route pour faire marcher les commerces locaux. Et ils marchent bien, ce jour-là, les commerces. Mais les jeunes mariés sont trop nerveux pour boire cette boisson que tout le monde appelle la “Santa Laura”, une sorte de vin cuit.

Arrivés au hangar transformé pour l’occasion, les invités découvrent les murs tendus de draps blancs, et les roses en papier crépon. Des tréteaux ont été installés, recouverts eux aussi de draps en guise de nappes. Ce repas de midi sera suivi d’un bal l’après-midi, puis à nouveau d’un repas le soir, avec encore plus d’invités. En campagne, tout le monde se connaît, aide et met la main à la pâte, ce qui permet d’avoir des repas copieux et de faire la fête plusieurs jours durant, contrairement à la ville où les gens ne se connaissent pas tous.

Les tantes de la jeune mariée sont venues en avance plumer et préparer les poulets qui seront farcis avec du far du Pays de Retz, une variante du far breton. Le boucher et sa femme sont là pour préparer tout le reste du repas et, chose rare en période de guerre, du blé a été trouvé pour faire du pain blanc au lieu de l’habituel pain noir. Des tonneaux de vin sont aussi à disposition, mis de côté à la cave avant le début de la guerre. Il y aura également de la charcuterie et du poisson sauce mousseline. Le dessert sera un Savoie, avec de la crème anglaise. Le repas du soir sera composé de potage, de rôti de veau aux petits pois puis d’une salade de fruits. On consommera les restes de ces mets sur les deux jours suivant la noce.

Le menu exact ne restera cependant pas totalement intact dans les souvenirs de la jeune mariée qui ignore encore que, l’année d’après, des Allemands réquisitionneront leur maison et partiront en emmenant avec eux leurs plus belles photos de mariage et leurs menus.

Puis, on finit la soirée avec un bal, à nouveau. On aime danser, tard.

Et, tôt le matin, les jeunes mariés seront réveillés aux aurores par les invités venus leur apporter la traditionnelle soupe à l’oignon, servie dans un pot de chambre, avec un œil peint au fond.

Ce 27 mai 1942 fut un beau mariage, pour les deux couples.

download

Crédits photo : Photo personnelle

Épilogue

Le frère de la mariée, dans son bel uniforme, et tout amoureux de sa jeune épouse, sera malheureusement déporté en 1943, moins d’un an après son mariage. Personne ne sut jamais ce qu’il advint de lui jusqu’à ces dernières années. En effet, des recherches ont appris à sa famille que, résistant, il sera déporté le 8 avril 1943 de la Gare de l’Est, et arrivera à Hinzert le lendemain dans le cadre du programme d’Hitler, Nacht und Nebel (Nuit et Brouillard), qui visait à tenir les familles de déportés dans l’ignorance la plus totale quant au sort de leurs proches. Il sera ensuite déporté à Wilhelmshaven, puis à Breslau. Il y décédera le 3 juillet 1944.

Pour l’épilogue un peu plus heureux, sa sœur, la jeune mariée, eut 5 enfants de son merveilleux mari, avec qui elle resta mariée jusqu’en 2004, après 62 années de mariage auxquelles seule la mort put mettre fin avec le décès de son époux.

Cette jeune mariée de 1942, c’est ma grand-mère.

Elle est le seul grand-parent qui me reste. D’une vie pas toujours facile, de dur travail, du deuil brutal et douloureux d’un de ses fils en 1984, elle a transmis à ses enfants, ses 13 petits-enfants et ses 17 arrières petits-enfants des valeurs inestimables et précieuses.

Aujourd’hui âgée de 90 ans, toujours belle et alerte, elle sera présente le jour de mon mariage malgré les 500 kilomètres qui nous séparent. Il y a peu de choses ce jour-là qui puissent me faire plus plaisir que sa présence à mes côtés.

Et toi, as-tu des anecdotes, des récits ou des photos du mariage de tes grands-parents ? Seront-ils à tes côtés le jour J ? Raconte-moi…


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



55 commentaires sur “Voyage dans le temps : un mariage en 1942”

  • J’ai retrouve les lettres échangées entre mes grands parents pendant la guerre de 40 lorsque mon grand père était prisonnier. Une ou deux seront présentes dans notre malle aux trésors.
    Nous récupérons aussi les photos de mariage des familles (et de nos témoins déjà maries) pour les épingler (enfin leur copie) sur un grand tableau.
    Très joli récit 🙂

  • Merci pour cet article si touchant … Je compte moi aussi ressortir quelques photos de ma grand mère dans sa si jolie robe de mariée pour mon mariage . Je n’ai malheureusement pas u la chance de connaitre mes grands parents maternels partis beaucoup trop tôt mais par les photos je veux leur donner une place le jour de notre mariage

  • Très jolie histoire que voilà. C’est beau d’avoir le récit du mariage de ses grands-parents surtout dans la période dans laquelle ils se sont mariés.

  • tu m’as fait pleurer avec ton histoire, merci de le partager… 🙂
    (et ça me fait sourire de voir qu’en fait, c’est un mariage participatif, alors que les gens ne se demandent pas “d’où me vient cette drôle d’idées de préparer ensemble au lieu de faire appel à un pro”)

    • Et oui, mariage participatif, DIY, double mariage, des thèmes qu’on voit encore revenir (bon, sans les voitures à gazogène, quand même…!)

  • C’est magnifique comme histoire (même si très triste en même temps). Merci de nous faire partager ce moment de la vie de ta grand-mère. J’adore connaître les traditions d’antan et les différencier à celles d’aujourd’hui. Je souhaite de tout coeur qu’elle ait encore des années et des années devant elle.
    Ps: j’adore te lire, chaque article de ta part me parle énormément. Merci Mlle Lilas 🙂

  • merci pour ce merveilleux article, le plus émouvant que j’ai jamais lu!!!

    j’adore l Histoire en plus et j’ai toujours des frissons de lire des histoires vraies!

  • Très bel article, j’en suis toute émue 🙂
    Je me dis maintenant que je ne connais rien du mariage de mes grands parents… Malheureusement, il ne me reste plus qu’une grand-mère, peut-être un jour oserai-je lui demander 🙂

  • Quel joli article qui m’a mit la larme à l’oeil. .. Nous avons prévu de mettre des photos de mariages des familles le jour J dans la salle (parents, grd parents…)

  • Quel joli récit… Quand je pense que mes seuls grands-parents qui me restent ont choisi de partir en vacances au lieu d’assister à mon mariage, ça me sert encore le coeur 2 ans plus tard…

  • Quelle jolie histoire !!
    En tant qu’historienne, j’adore les petites histoires qui racontent la grande Histoire. Les mariages sont souvent des occasions merveilleuses d’oublier le quotidien de la guerre et nous donnent ainsi de belles histoires comme la tienne…
    Vraiment merci pour ce témoignage !!

  • J’ai récemment eu l’occasion de lire des lettre écrites par mes arrières grands parents et ton histoire me fait un peu le même effet. Beaucoup d’émotions !!! Merci.

  • Chapeau moi qui suis assez sang froid la larmichette est apparue!
    Mes grand-parents s’étaient mariés dans la même période, ma tante est née pendant la libération de notre région en août 44, forcément tout ce que tu as écrit brasse tous ces souvenirs, mes grands-parents sont décédés il y a quelques années et jusqu’au bout ont été un couple magnifique plein d’amour.
    Magnifique article!

  • L’idée était très belle , la lecture du texte très émouvante ! mais je pensais que l’émotion venait bien
    sur du récit , écrit avec tellement de talent , mais aussi du fait que cette mariée soit ma mère !!
    Mais tu as rendu cet évènement si vivant qu’il à touché beaucoup de lectrices !
    Bravo et surtout un grand merci ma chérie ! Une Maman émue et heureuse !!

  • Tellement émouvant…comme quoi les mariages d’avant étaient bien plus simples, sans chichis, sans thème absurde, sans des milliers de Francs dépensés, mais tout autant émouvants et romantiques.

    J’ai perdu récemment ma grand-mère, le seul grand-parent qu’il me restait et je suis bien triste de ne rien savoir de leurs jeunesses…

  • Merci pour cet article j’en avais la gorge serrée ! C’est vraiment émouvant et intéressant de voir que les choses ont changé. Cela me fait penser à une de mes grands-mères qui s’est mariée à 18 ans. Mon grand-père a appris qu’il allait être envoyé en Algérie (et elle avec donc) juste avant le mariage. Et elle m’a raconté qu’elle rongeait ses beaux gants blancs toute stressée en se disant “papa ne va pas être content”… Les choses ont bien changé en quelques générations !

  • Merci pour ce très joli et prenant récit. C’est très émouvant, l’histoire de cette famille, si semblable à beaucoup d’autres et qui pourtant est si particulières pour toi. Y aura t-il une référence à ce passé pour ton mariage? En tout cas, les photos me font penser à celles que je mettrais en décoration près de mon livre d’or, celles des mariages passés de la famille et des amis 🙂

  • Article tres emouvant. C’est beau de nous parler de tes grands-parents.
    Pour ma part, j’ai encore 3 grands-parents sur 4 (Monsieur Sapparot n’a plus les siens) et le mariage s’est deroule dans le Nord Pas de Calais justement pour qu’ils puissent tous les 3 venir (alors que nou habitons dans les Caraibes).
    J’ai meme demande a une de mes grand-meres de nous ecrire un texte de sa composition pour la ceremonie laique. Elle a ete tres contente de pouvoir participer.

  • Ton article m’a beaucoup touché ! ma grand -mère est décédé d’un AVC un mois après lui avoir annoncé mon mariage ! (pendant ce mois elle a participé à sa manière distribué les save the date à la famille ! trouvé des nappe rétro et puis ce matin de juillet 2013 le drame pour moi!) alors le jour J j ‘avais mis des photos de mariage de la famille ! nous avons fait le lancé de ballon à l ‘hellium dans la cour de sa maison et bien sur le bouquet de la mariée lui fut déposé le lendemain de mon mariage! profites bien d ‘elle le jour J parce que moi elle m’a énormément manqué le jour j comme je dis il manque une photo à mon album (celle avec mamie) mais elle était dan mon cœur et dans le cœur de mon papy ! pour la petite anecdote, la dernière fois que j ai vu ma mamie vivante ce fut dans la salle des mariage ou je me suis mariée ! ( mon papy ma accompagné à la mairie, car mon papa est devenu le maire de cette commune, un très joli moment et chargé d ‘émotion !)

  • Je vais moi aussi afficher des photos de mariage lors du vin d’honneur: mariage des grands-parents, parents et oncles et tantes.
    Ma grand-mère paternelle qui est pourtant divorcée a retrouvé une photo de son mariage avec mon grand-père. Elle est encore toute émue lorsqu’elle me parle de ce mariage, et ils sont si beaux sur cette photo…

  • Très jolie histoire. Les temps ont bien changé, malgré la période difficile, ça avait quand même l’air plus simple et pourtant tout aussi émouvant.

    Monsieur Marin et moi nous sommes mariés dans la même église que mes grand-parents, celle-là même qui avait vu mes arrière-grand-parents se dire oui et peut-être même les générations précédentes.

  • Très très beau témoignage qui m’a beaucoup émue.
    J’ai perdue ma grand mère maternelle pendant les fiançailles, elle m’a donné sa bénédiction et pour moi c’était très important. Pour mon mariage, mon gd père maternel (le dernier gd parents qu’il me reste) a fait 350km pour être présent. Je suis entrée à la mairie aux bras de mon papa et de mon papi qui était très très ému. Mon grand père a profité de toute la journée et a capitulé vers 1h30.
    Nous avions également mis les photos de mariage de nos parents et grands parents en décoration du vin d’honneur. Beaucoup d’émotions 🙂

  • Magnifique article, très émouvant et bien écrit ! J’aurais aimé avoir mes grands-mères avec moi le jour de mon mariage, mais je n’ai malheureusement plus mes grands-parents.
    Je te souhaite une merveilleuse journée en compagnie de tes invités et de ta grand-mère bien-aimée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *