Un blog mariage avec des conseils et des témoignages sur l'organisation et les préparatifs du jour J

Madame Gezillig

Chroniqueuse On est un peu fous : on a organisé un mariage trilingue pour l'été 2014, en 2 temps mais pas 3 mouvements (y a quand même plus de 18 mois de préparatifs !) : un mariage civil le lundi 14 juillet aux Pays-Bas avec cortège de vélos et barbecue au bord du lac, puis un mariage religieux en Normandie avec goûter d'honneur au jardin, grand banquet sans traiteur et une grosse fête entre amis. Tout cela en mode participatif ! Joie, questionnements, pleurs, rires, partage, j'essaie de tout te raconter de cette belle aventure !

Prestataires recommandés

Ses contributions

Si j’organisais mon mariage aujourd’hui…

Quand Gwenaëlle a fait un appel pour demander aux anciennes de revenir pour cette semaine spéciale, j’ai été tentée et puis, je me suis dit : « Je vais passer pour la fille qui ne peut pas fermer la parenthèse Mademoiselle Dentelle. » J’ai partagé la réflexion avec l’amoureux, qui a dit : « Mais en même temps, tu ne l’as jamais fermée ! » Et j’ai aussi demandé son avis à Gwenaëlle, qui a dit : « On s’en fiche, on veut les chroniques de Madame Gezillig, nous (oui, je parle pour les lectrices) ! »

Il n’en fallait pas plus pour me convaincre. Ben oui, je suis atteinte d’une grave maladie : je suis wedding-addict (mais je ne suis pas la seule).

Deux ans de mariage

Tu as sans doute la tête dans le guidon, là tout de suite, en train de vouloir te pendre avec ta guirlande de fanions ou de te couper les veines avec les enveloppes de tes Fucking Faire-Part (FFP pour les intimes), et j’ai envie de te dire « respire… Je te comprends bien, je suis passée par là, mais y a de fortes chances que dans quelques mois, tu ris de tout ça et tu en gardes même un souvenir doux et un peu nostalgique ». Alors deux ans après, que puis-je te dire de tout ça ?

Est-ce que tu peux faire un mariage participatif ?

Aujourd’hui, c’est un peu un article, « j’ai testé pour toi, le mariage participatif » !
C’est un mariage où, au lieu de faire appel à des professionnels, tu demandes à tes proches ce qu’ils peuvent faire pour ou/et avec toi. Les tartes de la tante Corine pour le buffet des desserts. Belle-Maman pour te coudre ta robe. Ta cousine Marion pour te coiffer. Réquisitionner toutes tes copines pour faire les ballotins de dragées…

"Les photos, c'est tout ce qui reste", non, non et trois fois non !

« Les photos, c’est tout ce qui reste », non, non et trois fois non !

J’ai l’impression qu’on met la pression aux futures mariées avec ça. Limite : si tu n’as pas les moyens de t’offrir un photographe, ben, ton mariage est foutu, tu n’en retiendras rien. J’ai l’impression que ça peut faire culpabiliser grave la pauvre future mariée (toi ?) qui n’a décidément pas les moyens de mettre 1000€ pour des images.
Pour moi, cette phrase est fausse. Non, les photos ne sont pas tout ce qui reste.

Mon mariage participatif et trilingue : un bilan ?

Bon, après t’avoir raconté en long, en large et en travers mon mariage, je me dis que ce serait bien d’avoir un article synthétique pour savoir quel bilan j’en tire. Comme je l’avais fait pour notre mariage civil.
Bien sûr, j’avais déjà un peu fait une synthèse de ce que je garde de tout ça juste après. Mais c’était à chaud. Aujourd’hui, ça fait neuf mois que je suis mariée (quoi, déjà ???), c’est donc plus facile d’avoir du recul.

Tout ça pour une journée ?

Aujourd’hui, j’ai envie de commencer mon article par un mea culpa.

Avant de me lancer dans cette grande aventure de préparation de jolies noces, j’ai du dire plusieurs fois :
« Mais comment peut-on dépenser autant pour une journée ! »

Retour d’expérience : faire soi-même sa décoration florale avec des fleurs du jardin

Pour notre mariage participatif, la décoration florale a été faite maison. Tu as pu apercevoir au fil de mes articles, notre église très fleurie, les bouquets sur les buffets du goûter d’honneur ou mon magnifique bouquet de mariée.
Et oui, tout ça a été fait par une super équipe, sous les ordres de ma Maman… et les fleurs ne nous ont rien coûté !
À la lecture de tes commentaires à ce propos, j’ai compris que tu étais peut-être aussi tentée par l’expérience…

Mon mariage participatif et trilingue : les jours d’après…

Voilà, j’ai fini de te raconter les festivités de mon mariage… Mais ce n’est pas encore l’heure de clôturer mon récit. Parce que je crois qu’il est important que je te raconte les jours d’après…
Bien-sûr, si j’étais dans un film hollywoodien, je m’arrêterais sur l’air de bulot sous cannabis, les papillons dans le cœur, les sourires jusqu’aux oreilles, tout ça, tout ça. Comme si la vie s’arrêtait sur un nuage rose…

Mon mariage participatif et trilingue : le dimanche, brunch, rangement et balade en voiture…

Les festivités ne sont pas totalement terminées ! Nous avions prévu un brunch pour le dimanche pour prolonger un peu la fête, finir les reste et aussi, je dois l’avouer, pour avoir encore du monde pour nous aider à ranger.
Il était donc prévu de commencer vers 11 heures et de présenter tous les restes en buffet pour que chacun prenne du sucré, du salé à l’envie…

Mon mariage participatif et trilingue : la fête jusqu’au bout de la nuit

Tu sais, certains se marient en partie pour les impôts, d’autres pour le nom, d’autres pour le rêve de petite fille…
Et bien, nous, on s’est (aussi) marié parce qu’on voulait trop faire une grosse fête jusqu’au bout de la nuit !
D’ailleurs, en lisant les blogs de mariage, j’étais un peu frustrée de voir qu’on passait souvent très très vite sur cette partie du récit…

Mon mariage participatif et trilingue : les animations du repas

« Est-ce que les amis vont ressortir des dossiers ? », « Est-ce qu’on va avoir droit au Power-Point de photos trop long ? », « Est-ce qu’il y aura des animations, ni trop peu, ni trop ? ».
Ces questions, j’aurais pu me les poser. Mais je crois que j’étais trop occupée par les mille trucs que j’avais à organiser ailleurs que mon cerveau a fait l’impasse sur la visualisation des animations.

Mon mariage participatif et trilingue : le repas et ses couacs

Voilà, on vient de rentrer sous une pluie de confettis, on va pouvoir passer au dîner. Notre dîner de mariage fut ponctué de pas mal de couacs et de beaucoup d’animations.
Je ne te parlerai des animations que la prochaine fois. Pour le moment, on va se concentrer sur la bouffe !

Mon mariage participatif et trilingue : notre goûter d’honneur

Nous voici donc arrivés sur notre lieu de fête. Et, malgré la météo peu clémente ce jour-là, nous avons eu de la chance car, à partir de 16 heures, il s’est arrêté de pleuvoir et nous avons pu en effet profiter des espaces extérieurs.
Pour pouvoir bien profiter de ce moment et notamment de ma famille, nous avions prévu un goûter de 3 heures, de 16 à 19 heures.

Mon mariage participatif et trilingue : la décoration des lieux

Je me permets de faire une petite pause dans le récit à proprement dit de mon mariage pour te parler de la décoration (ou plutôt t’en reparler…).
Par contre, je ne pense pas t’en mettre plein les yeux, ma décoration était simple et pas forcément parfaite dans les détails. Mais, elle n’était pas chère, faite main et pleine de sens. Et peut-être que c’est aussi ce que tu cherches…