On ne se marie jamais en pensant au divorce, mais…

A l’heure des préparatifs du mariage, s’il y a bien une chose à laquelle on ne pense surtout pas, c’est le divorce ! La simple évocation d’un couple ami en pleine séparation est presque perçue comme une agression venant perturber le fragile équilibre d’une vie trépidante, entre excitation, angoisse et manque de sommeil permanent. Le divorce ! Voilà bien un mot banni. Comme s’il fallait ne surtout pas l’évoquer afin d’éloigner le mauvais œil. Pourtant, nous le savons toutes ; un mariage sur deux se termine par un divorce et, même si la statistique paraît paradoxale, plus un couple dure dans le temps et plus il approche du moment fatidique de sa séparation…

En parler avant pour exorciser

Il n’est jamais bon de rester avec un non-dit qui pèse sur l’estomac et ajoute de l’angoisse au stress. Dans l’idéal, les questions relatives à la séparation éventuelle du couple, le plus tard possible et le plus loin possible dans le futur (voire jamais !) doivent être abordées en amont. Dès lors que vous aurez posé les choses simplement et sereinement sur la table, vous vous sentirez soulagés, comme si vous vous étiez ôtés une belle épine du pied.

Le divorce aujourd’hui est devenu bien plus simple que le mariage. Grâce à la procédure de divorce par consentement mutuel (autrement appelé divorce sans juge), une séparation de corps et de biens peut-être actée en quelques semaines à peine. Dans les faits, il suffit que les époux soient en accord sur les conséquences de leur séparation (patrimoniales, financières, familiales…) pour que leurs avocats rédigent une convention de divorce. Celle-ci est signée des deux parties, avocats respectifs compris et adressée au notaire qui lui donne son titre exécutoire en le classant au rang de ses minutes.

A lire également  Finalement, chacun gardera son nom après le mariage. Enfin, je crois.

Si vous n’avez pas d’enfant souhaitant rencontrer un juge au sujet de votre divorce et si aucun de vous deux ne fait l’objet d’une mesure de protection (curatelle ou tutelle), les choses peuvent effectivement aller très vite.

A rencontre en ligne, séparation en ligne

Et d’autant plus vite qu’il est même possible d’engager la procédure via internet. Ici toutefois, deux autres conditions s’ajoutent à celles énumérées plus haut. Pour entamer une procédure de divorce en ligne, le couple ne doit pas avoir d’enfant et ne doit en aucun cas se trouver en situation de surendettement. Pour le reste, vous pouvez transmettre tous les documents en ligne à vos avocats et limiter vos interactions avec votre ex cher et tendre au strict rendez-vous physique obligatoire de signature de la convention de divorce.

Au final, cette procédure simplifie la séparation, exactement comme certains sites ont pu simplifier les rencontres. Puisque de nombreux mariages sont aujourd’hui issus de rencontres en ligne, pourquoi finalement ne pas rester cohérent et amorcer sa procédure de divorce de la même façon ?

Voilà. C’était juste un petit mot pour évoquer avec vous le pire des scénarii. Maintenant que c’est fait, on peut à nouveau se focaliser sur le meilleur ; votre grand jour !