5 conseils pour éviter le clash familial d’avant mariage

Après tes fiançailles so romantiques, yeux dans les yeux avec ton amoureux, arrive fatalement le moment de l’organisation du grand événement. Une étape obligatoire qui risque fort de te faire passer du mode « Chabadabada » au mode « Koh Lanta » (pas-badabada). Exit les tableaux Pinterest et bienvenue dans le monde réel !

Cet angoissant monde réel où Tonton Patrick ne supporte plus Tata Georgette depuis qu’elle a obtenu la garde de leur fox terrier lors de leur divorce explosif six ans plus tôt, où ton futur refuse de porter une cravate fuchsia assortie à tes escarpins (qui t’ont coûté un rein : pas question de perdre le deuxième en en rachetant !), où ta belle-mère te fournit une liste d’invités non prévus longue comme le bras (« Mais tu comprends, je serais hyyyyper gênée vis-à-vis du petit-fils de la sœur de ma voisine par alliance si je tu ne l’invitais pas au moins au vin d’honneur !! »). Mais raaaaaah, quoi !

Wedding Cake Film d'horreur

Crédits photo : Steve Mays

Alors pour éviter de perdre trois ans d’espérance de vie rien que dans la gestion de tes proches, voici en exclusivité mes petits conseils…

Évasive, tu resteras

Tu rêves d’un bar à sirops, d’un espace pétanque et d’un stand de hamburgers à la bonne franquette ? Plutôt que d’aller discuter de ce genre de détails avec ta maman, qui ne manquera pas de te faire remarquer en pinçant les lèvres que « c’est un mariage, pas une kermesse », garde tes idées pour ton fiancé et toi… ou viens t’épancher sur un blog mariage (nous, chez Mademoiselle Dentelle, on trouve ça trop cool !).

Avec tes invités, choisis plutôt de rester évasive. Deux intérêts en un : tu ne leur gâcheras pas la surprise, et tu t’éviteras des prises de tête inutiles. Crois-moi, quand ta maman s’amusera comme une petite folle au babyfoot vintage que tu auras chiné, elle ne songera pas à te faire des remarques désagréables sur ton ambiance guinguette.

Diplomate, tu seras

Tu as très envie d’envoyer valser la playlist envoyée par ta sœur où figurent en bonne place « La danse des canards » et « Tourner les serviettes » ? Comme je te comprends ! Mais à moins que tu n’aies envie de te fâcher à vie avec elle avant même que les questions d’héritage n’arrivent sur la table, mieux vaut faire preuve de pédagogie.

Remercie-la chaleureusement, puis explique-lui tout simplement que tu as déjà réfléchi à l’ambiance que tu souhaitais pour ton mariage (sur laquelle tu resteras évasive, cf. conseil n°1) et prévu d’embaucher un professionnel sur cette tâche.

Par contre, pourquoi ne t’aiderait-elle pas à confectionner les vingt-cinq guirlandes de fanions qui décoreront ta salle ? Si tes invités ont envie de s’investir, ne décourage pas leur bonne volonté. Mais trouve-leur des tâches précises, qui n’empiéteront pas sur tes prérogatives.

Des concessions, tu feras

C’est vrai, idéalement, tu as tout contrôle sur la liste des invités. Mais tu ne te maries pas toute seule, et que tu le veuilles ou non, le mariage est bien souvent perçu comme un événement familial.

Si ta belle-famille semble vouloir s’impliquer (et surtout si elle participe aux frais !), ne rejette pas en bloc ses propositions. Tu peux par exemple limiter le nombre d’invités qu’elle a le droit de convier au vin d’honneur, ou définir une proximité minimum (oui à la voisine que tu connais un peu, non à la coiffeuse que tu n’as jamais vue de ta vie – et la choucroute sur la tête de Belle-Maman ne t’en dit pas du bien…).

L’idéal, c’est qu’à ton mariage, tout le monde prenne du plaisir. Si tu sens que quelque chose est important pour un de tes proches, essaie de voir s’il n’y a pas un moyen de le satisfaire sans avoir l’impression de te trahir. Le plus important, c’est de garder TES priorités en tête. Pour le reste, refrène tes accès de bridezilla.

En retrait, parfois, tu te mettras

La cousine de ton fiancé a la ferme intention de se ramener avec ses six enfants alors qu’il était explicitement indiqué sur le faire-part que les petits n’étaient pas conviés à la fête ? Bien sûr, il est hors de question de céder sur ce point si tu ne veux pas qu’au final, c’est une colonie de vacances entière qui s’invite à ta réception chic.

Mais si tu envoies un mail incendiaire à cette personne en lui demandant s’il fallait écrire « les gnomes ne sont pas invités » en chinois pour que ce soit compris, et en ne manquant pas de lui glisser un mot sur les vertus du stérilet, il y a à peu près 99,99% de chances pour que ce soit mal reçu. Laisse donc ton futur, qui a grandi avec elle et qui la connaît bien, lui expliquer avec son flegme légendaire les raisons qui vous ont poussés à faire ce choix.

Et ça vaut pour n’importe qui à partir du moment où tu sens qu’un élément de la fête est créateur de tensions entre vous : il y aura toujours une personne (plus) proche et (très certainement) un peu moins à cran pour désamorcer le conflit. Ce serait dommage de laisser des questions pratiques vous gâcher une si belle journée…

L’amour, tu entretiendras

Ton amoureux peu impliqué, obstinément contestataire ou les deux à la fois te donne des envies de meurtre ? Tu en viens à rêver de le rayer tout à fait du tableau, de tout choisir toute seule et de te passer la bague au doigt toi-même ? Euh, attends, on ne nagerait pas en plein délire, là ?

N’oublie pas que l’objectif du mariage, ce n’est pas d’organiser la fête la plus cool de l’univers dont on chantera encore les louanges trois générations plus tard, mais bien de t’unir pour la vie à l’homme que tu aimes. Donc essaie d’éviter que votre quotidien ne devienne qu’un interminable débat sur la couleur des centres de table et la forme du cake topper.

Réservez-vous des petits moments rien que tous les deux avec pour seule règle : « interdiction de parler de mariage ». (Tu connais Tabou, le jeu des mots interdits ? Ben pareil avec « prestataires », « cérémonie laïque », « photobooth », « wedding cake », « voyage de noces », etc. Motus !) Même si ce sera sans doute un peu dur au début, tu verras qu’au final, ça vous fera du bien de vous recentrer sur vous deux, votre amour, votre projet de vie à deux.

L’essentiel, en somme.



2 commentaires sur “5 conseils pour éviter le clash familial d’avant mariage”

  • Coucou,
    Merci pour cet article, je suis actuellement dans un conflit presque irréparable avec ma belle-mère, que mon compagnon et moi envisageons d’annuler le mariage. Je n’ai personne à qui parler du coup j’en caisse tout et c’est vraiment très dur. De nature sensible je vis cette situation très mal.

  • Merci ! C’était exactement l’article que j’avais besoin de lire !
    De mon côté, aucun problème avec ma belle-mère (adorable et qui me laisse gérer). Par contre, ma mère c’est une autre histoire. Entre l’ajout de 25 invités non-désirés (la moitié de la famille que je n’ai pas vue depuis 15ans, et les amis de mes parents, parce que tu comprends, on marie notre fille, c’est notre fête à nous aussi !) et la critique acerbes de nos idées (oui, on veut un mariage geek, c’est non-conventionnel, on sait. De là à entendre à chaque fois qu’on discute de mariage que « normalement on fait pas comme ça » « traditionnellement c’est comme ci » et « il FAUT faire ça comme ça et pas comme ci » « et puis de toute façon, on fera comme ça et ce sera très bien ! » ça devient lourd…)
    Alors merci, ça me permet de relativiser 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *