Un mariage de princesse à la ferme : le choix de la robe (partie 2)

Salut toi. La dernière fois, je te racontais comment j’avais organisé mes journées essayages et comment s’était passée la première journée boutique au Mans (Si tu l’as loupé, c’est ici.).

 

Direction les essayages à Caen. Cette fois-ci, notre premier rendez-vous est le matin. Nous avions été en repérage de la boutique avec Monsieur Ô quelques jours avant pour être sûrs de l’adresse. C’est donc plus sereines que nous allons à la boutique. Nous espérons un coup de cœur cette fois-ci.

 

Nous entrons dans la boutique Juste une promesse, on nous prend en charge et nous accompagne au salon. La vendeuse Marine est super sympa. Le courant passe hyper bien. Elle aime ce qu’elle fait et ça se voit. Elle nous fait passer une superbe matinée. La vendeuse me cerne bien. Malheureusement, elle n’a pas beaucoup de robes à me proposer qui correspondent à ce que je recherche. Malgré tout, elle finit par me passer une robe qui me met le doute. Je demande à revoir plusieurs robes que j’ai déjà essayées. Cela la fait beaucoup rire. On termine ces ressayages par la fameuse robe. On passe dans une pièce dressing pour que je puisse marcher avec. Je vois mes témouines, ma maman et l’émotion me prend tout à coup. Je me mets à pleurer. Pffiou, je crois que je viens de réaliser que je vais me marier ! Ça se concrétise. Oui, il m’en faut du temps pour réaliser une chose qui paraît basique à la plupart.

 

 

Malgré tout, je doute toujours que ce soit LA robe. Le col ne me plaît pas outre mesure. Je me dis que je suis décidément trop pointilleuse.

Nous ressortons de la boutique avec de bons souvenirs en tête. Nous avons toutes adopté la vendeuse. Cela restera un de nos meilleurs moments.

Nous décidons de manger assez rapidement dans un fast-food mondialement connu pour ses burgers. Puis nous nous dirigeons vers notre deuxième boutique.

Nous sommes dans une grande boutique sur Carpiquet et j’ai un peu d’à priori au vu des commentaires que j’ai pu lire. Mais c’est la seule qui fait les couturiers que je cherche. J’apprécie la décoration et nous nous dirigeons vers notre salon. Mes témouine ronchonnent contre la vendeuse qui nous fait attendre quand celle-ci arrive. Nous partons sur de bonnes bases. Le ton de la vendeuse restera poli et professionnel, mais le courant ne passera pas avec mes accompagnatrices. Avec moi, elle est sympa. Elle me fait mettre des chaussures à petit talon, arrange ma coiffure pour me mettre en mode mariée.

J’essaie une première robe et je suis aux anges. C’est ça ! C’est celle-là. J’adore le motif de la dentelle, elle a le volume que je recherche. Je l’adore. Nous sortons de la cabine pour que les filles me voient et c’est le coup de cœur. Tout le monde est unanime. Nous l’avons enfin trouvée. Ma robe. Elle a tout ce que je recherchais ; la dentelle, l’effet nude, le volume, les manches…

A lire également  Tuto DIY : crée un pic à chignon facile avec une fleur pompon !

 

 

Nous retournons en cabine et la vendeuse me demande si je souhaite poursuivre les essayages ou m’arrêter là. Je veux poursuivre malgré tout. Cela ne fera que confirmer mon coup de cœur, n’est-ce pas ?

 

Nous essayons donc une seconde robe. Ce n’est pas du tout le style que je recherchais et pourtant. Elle fait basculer toutes mes convictions. Elle est magnifique. C’est celle-ci que je veux porter le jour de mon mariage. La vendeuse ne dit rien, mais elle est plus sur la réserve. Mes témouines et ma maman valident, mais leur coup de cœur reste sur la précédente. Celle-ci, pourtant, m’appelle.

 

 

Nous en essayons plusieurs autres, mais aucune ne trouve grâce à mes yeux. La vendeuse est rassurée, elle pensait que j’étais partie pour toutes les aimer. Si elle m’avait vu faire la difficile dans les autres boutiques, elle n’aurait jamais pensé ça !

Nous repartons de la boutique avec un petit carton où est noté le nom des deux robes. Je vais devoir faire mon choix. Mais la seconde robe me trotte dans la tête.

 

Dans la soirée, je me remets régulièrement les photos (en mode grosse droguée qui a besoin de sa dose ! ). J’admire cette magnifique robe. J’en parle à ma témouine et maman qui sont restées pour la soirée. Elles me rassurent en le disant que cette seconde robe m’allait très bien aussi. Qu’elles ont été surprises, car ce n’était pas du tout le style auquel je les avais habituées pendant les essayages.  Je suis de plus en plus sûre que c’est la robe que je vais choisir.

 

Petite anecdote, qui aura son importance pour la suite, ma témouine (très proche de sa sœur) lui envoie la photo de ma robe coup de cœur. La réponse de celle-ci : « Elle est jolie, mais elle n’est pas un peu transparente ? ». Non ! Pourquoi cette question ?

 

Le soir, la robe continue de me trotter dans la tête. Je n’arrive pas à fermer les yeux. Je me repasse cette riche journée en tête (bonjour insomnie) et m’arrête sur le moment du message. Cela m’interpelle à présent. Pourquoi sa sœur pensait-elle que la robe était transparente ? Je vais pour la millième fois sur mes photos. Ce n’est pas comme si je les connaissais par cœur maintenant… Pourtant, je suis choquée de voir qu’on devine mes tétons à travers le tissu ! Je ne l’avais pas du tout remarqué avant, c’est dingue ! Pourtant, cela se voit sur toutes les photos ! C’est léger, mais on voit l’ombre ou devine la forme.

A lire également  Le mariage traditionnel, tout en émotions, de Mademoiselle M.

 

J’en parle, le lendemain, avec ma maman et mes témouines qui m’assurent qu’elles auraient vu si la robe était transparente et que ce n’était pas le cas. Pourtant, ça ne me rassure pas. Dans ce cas, c’est quoi cette ombre ?

 

Je laisse passer les jours. Finalement, je décide de revoir toutes les photos des robes que j’ai pu essayer (et pas seulement celles de ma robe coup de cœur) dans les différentes boutiques. Je redécouvre certaines robes sur lesquelles j’étais passée. Notamment une que j’avais essayée juste après ma robe coup de cœur. J’étais tellement sous le charme de la précédente que je n’y ai pas prêté attention sur le moment. Je me souviens même d’avoir été catégorique quand je l’ai découverte. Non, je n’aime pas. Mais maintenant que je la vois à nouveau, je ne sais plus pourquoi.

 

Je reprends contact avec la boutique et demande a réessayer la robe coup de cœur sur laquelle je veux vérifier si, oui ou non, on voit mes tétons à travers. Super la mariée topless. Je m’en passerai ! Ainsi, que la robe qui était passée juste derrière et que j’avais squeezé.

 

Cette fois, j’irai seule car le rendez-vous est en semaine et que c’était difficile de pouvoir se rendre disponible. Je retombe sur la même vendeuse.

 

Nous réessayons ma robe coup de cœur. Je l’adore, décidément. Le point positif est que ce ne sont pas mes tétons que l’on voit à travers le tissu. C’est le dessin de la dentelle qui en donne l’impression. Cela me gêne, car sur les photos, il y aura cette même impression de transparence. Hors de question pour moi. Je suis très déçue.

 

Je passe à la seconde robe. Elle est très jolie. Je l’aime beaucoup. J’attendais un petit effet Waouh qui ne viendra pas. Mon coup de cœur étant déjà pour la précédente.

 

 

À la fin de cette journée essayage, je me suis décidée. Je sais quelle robe je choisis. Et pour éviter que je ne change encore une énième fois d’avis (c’est une seconde nature chez moi), je passe commande. Je dois être trop cérébrale. À chercher sans cesse des raisons, là où il n’y a que le cœur qui parle.

 

Je ne sais pas si j’ai choisi la bonne robe. Mais ce sera la mienne. Elle est belle. Elle a une sacrée histoire et revient de loin. Et mon chéri m’a dit, quand je lui ai fait part de mes doutes, « Tu seras la plus belle des mariées quelle que soit la robe». Alors, cela m’a conforté dans mon choix.

 

Alors, quelle robe penses-tu que j’ai finalement choisi ? As-tu trouvé facilement la tienne ou as-tu eu de multiples rebondissements toi aussi ?

Mademoiselle Blandice

Mademoiselle Blandice

Future mariée pour juin 2023, nous souhaitons un mariage qui nous ressemble. Chic, champêtre et fleuri dans le partage et la bonne humeur. Une magnifique ferme pour célébrer notre belle journée. Il ne reste plus qu'à tout organiser. Et pour ça, j'ai la chance d'avoir un futur-mari très investi (je vous en reparlerai...).

Poster une réponse