Mon mariage hivernal en Provence : quand la chenille devient papillon – Partie 2

La dernière fois, je t’ai laissé juste avant d’enfiler ma robe. Voici donc la suite de ma transformation.

L’habillage, seule pour ne pas éveiller les soupçons…

Je m’enferme seule dans une chambre afin de revêtir mes accessoires : bustier, culotte, collant et chaussures. Sauf que je n’ai pas de culotte ! La vendeuse du magasin de robes a oublié de la mettre dans mon paquet et moi je n’ai absolument pas vérifié ! Je vais devoir me marier avec les sous-vêtements prévus pour le lendemain !

Bon positivons, personne ne le verra sauf mon futur mari lorsque nous irons nous coucher ! Mais le mythe de la nuit de noces incroyable, je n’y crois pas de trop. De toute façon, je n’ai pas le choix. J’enfile le tout et rentre tant bien que mal dans ma robe et mon jupon posés à même le sol (pour ne pas te décoiffer ça peut être une solution).

Je suis seule dans la chambre à ce moment-là car, si tu as suivi mes chroniques, je suis enceinte et nous souhaitons l’annoncer à la famille après notre cérémonie d’engagement. Je ne voulais pas que ma belle-maman et ma future belle-mère, qui vont m’aider à m’habiller, se doutent de quelque chose en voyant mon ventre !

Guimauves Photographies

Crédits photo : Guimauve Photographies

Je fais enfin entrer mes assistantes, ma photographe et mon vidéaste pour immortaliser ce moment.

… mais un petit imprévu me fait paniquer !

Mes belles-mamans commencent à fermer la robe mais il y a un petit souci. Ma robe a de petites pressions transparentes en dessous du laçage et elles veulent les fermer. Seulement ces pressions ne sont pas sensées se fermer. Me voilà donc pincée, griffée, étouffée. Je pense à mon bébé dans mon ventre compressé. Je ne comprends pas ce qu’elles font. Elles me disent que j’ai dû prendre du poids depuis la veille puisque ça ne ferme pas et que si on met juste le lacet, on voit mon dos.

À ce moment-là, la panique me gagne. Je ne peux rien dire mais il faut que nous trouvions une solution.

Calmement, je leur demande de faire le lacet et de voir le résultat sans les pressions. Et tout s’est très bien passé. Le laçage est parfait, le V est respecté et nous sommes toutes rassurées. J’enfile ensuite le boléro et je mets mes bijoux. Je peux enfin me découvrir totalement transformée.

La petite chenille que j’étais jusque-là s’est enfin transformée en joli papillon. Je me sens sûre de moi et il ne me tarde plus qu’une chose, retrouver mon futur mari et lui dire un grand OUI !

Guimauve Photographies

Crédits photo : Guimauve Photographies

Guimauve Photographies

Crédits photo : Guimauve Photographies

Je donne les alliances à ma belle-maman et, surprise, il manque l’alliance de mon futur mari sur le coussin d’alliances. Nous nous mettons donc à la recherche de cette fameuse bague. Elle ne peut pas être très loin, les photos ayant été prises dans cette même pièce où je me suis transformée. Petit coup de stress qui monte.

Nous tournons et retournons le lit, les couettes, la robe, les accessoires, les boites et bingo ! L’alliance était dans la boite de mes chaussures !

Guimauve Photographies

Crédits photo : Guimauve Photographies

Rassurée, je peux enfin penser à mon futur mari qui va bientôt m’attendre.

Et toi, sais-tu déjà comment tu vas gérer ton habillage ? As-tu prévu d’être seule pour ce moment ou, au contraire, souhaites-tu être entourée ? Y aura t-il un photographe pour immortaliser ce moment ? Raconte-moi…


Tu es sur Instagram ? Ouiiii, nous aussi ! Rejoins-nous !

Abonne-toi au compte Instagram de Mademoiselle Dentelle



22 commentaires sur “Mon mariage hivernal en Provence : quand la chenille devient papillon – Partie 2”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *