Retour vers le futur… de ta robe de mariée

L’écologie, le minimalisme et le zéro déchet, ça te parle ou pas du tout ? Je te propose une série d’articles sur le sujet en parallèle de nos préparatifs. M. Ecologeek et moi, nous sommes dans cette démarche depuis des années et nous en oublions presque que ce n’est pas (du tout) la norme pour le reste du monde (malheureusement).

Pour en savoir plus, nous te conseillons d’aller à la bibliothèque emprunter le livre de Béa Johnson (et son bocal annuel de 500g de déchet pour une famille de 4) ou celui de La Famille Zéro Déchet (et son lot de solutions en BD drôles et justes).

Une robe de mariée eco responsable, c'est possible ?

Crédits photo (creative commons) : avec l'autorisation express de Bénédicte Moret

Sans avoir à te déplacer, tu as déjà des chroniques zéro déchet ici-même et sur le blog de La Mariée en Vert qui nous encourage à suivre ces préceptes dès à présent. Vas-y, je te laisse le temps de tout lire…

Tu as tout lu ? Tu as pris des notes et déjà commencé à vider ta maison de son superflux ? Parfait ! Maintenant revenons à notre décryptage spécial mariage zéro déchet…

Quitte à se marier, autant se marier dans une robe qui ait de la gueule !

La clef de voûte du mariage c’est, souvent, la robe de la mariée et avec elle une multitude de détails polluants en plus d’être coûteux (oui, tu verras qu’en général être écolo permet aussi de faire des économies).

Les vêtements c’est polluant ? Oui ! Parce que l’industrie du textile est la deuxième plus polluante au monde après celle du pétrole ! Pourquoi ? Entre autre parce que dans une garde-robe typique produite et transportée avec des carburants, pesticides, des teintures et pleins d’autres produits nocifs aux humains, il y a 70% de vêtements achetés neufs qui ne seront jamais (oui, j’ai bien dit JAMAIS) portés !

Une robe de mariée eco responsable, c'est possible ?

Crédits photo (creative commons) : Dennis Jarvos

La tenue de la mariée (quand la mariée n’en prévoit bien qu’une seule) est portée environ 8 heures dans toute sa vie avant de finir au fond d’un placard ou d’un grenier… Et cette tenue ne se contente pas d’être juste une robe, non non, il peut y avoir jusqu’à une vingtaine d’articles en tout pour une seule personne avec :

  • la robe
  • le jupon
  • le soutien-gorge ou la guêpière
  • la culotte
  • les bas
  • les gants
  • la (les) paire(s) de chaussures
  • la pochette
  • le chapeau et/ ou le voile
  • l’étole et/ ou la traîne amovible pour la soirée
  • le gilet
  • les différents bijoux
  • les différents accessoires de coiffure
  • le(s) bouquet(s) de fleurs (nourris aux pesticides et aux engrais de synthèse et livrés dans du plastique issu du pétrole)

L’industrie du mariage a l’habitude de vouloir faire passer la mariée pour une “reine d’un jour” afin de justifier le coût exorbitant d’objets jetables “parce qu’on ne se marie qu’une fois”. Le caractère “unique et luxueux” d’une robe de mariée (ou d’une bague de fiançailles, etc.) dont le modèle est vendue dans une chaîne de magasin à travers toute l’Europe me laisse, personnellement, dubitative.

Je le suis encore plus quand je vois que ma propre robe de mariée de seconde main était elle-même disponible en plusieurs exemplaires autour de chez moi sur les sites de revente d’occasion et qu’une copine, en la voyant en photo, m’a dit spontanément “oh ! j’adore ma cousine s’est mariée avec cette robe aussi il y a 2 ans”. Bref, en tant que “reine d’un jour” dans une robe pas du tout unique, je suis fière d’abolir l’ère des robes de mariée – déchet !

Vous voulez dire qu’il y a des déchets dans ma robe de mariée ? C’est pas le pied…

J’ai évoqué le minimalisme plus haut et ce concept n’est pas compatible avec la multitude ! Sans forcément se rendre en jeans – Tshirt de tous les jours à la mairie (quoique), la mariée a la possibilité (l’éco-responsabilité) de faire un choix drastique (et de s’y tenir… c’est comme pour le fiancé, pas de retour possible !).

Quand tous ces articles sont, en plus, achetés neufs pour n’être portés que 8 heures et qu’éventuellement ils viennent de Chine (transport en avion de l’autre bout de la planète = émission de CO2 sans parler des conditions de travail des ouvrières et couturières), ils explosent le score en terme de pollution (et d’éthique).

Pour ma part, il m’est impossible d’ignorer ces faits étant écolo jusqu’au bout des ongles depuis plus de 20 ans alors ma solution a été de choisir une tenue de mariée 100% d’occasion dans ma région grâce à Vinted, Leboncoin et Marketplace. D’ailleurs, je te laisse découvrir ici les aventures liées à ma recherche de LA robe . En plus d’avoir déjà vécu 8 heures de gloire, elle s’apprête à en vivre environ 16 autres car j’ai décidé de la mettre le samedi ET le dimanche pour être la reine de 2 jours et en profiter à fond (on multiplie par 3 son temps d’utilisation, wahoo !). De plus, elle sera de nouveau vendue ou transformée en costume donc je lui promets encore de belles heures à vivre devant elle !

Crédits photo (creative commons) : evondue

Le bilan de mes propres choix drastiques ; ma tenue de mariée contient une dizaine d’articles minimum (si tu es fortiches en maths, tu vois que ça fait 50% de moins que dans le premier paragraphe) dont j’estime avoir besoin :

  • la robe
  • le jupon
  • la guêpière
  • la culotte
  • l’étole
  • la paire de chaussures (des ballerines bleues personnalisées et réutilisables)
  • le gilet (en laine blanche que j’ai déjà en stock et d’occasion lui aussi)
  • ma bague de fiançailles et les boucles d’oreilles assorties (que je porte depuis 2012)
  • un bracelet et une barrette DIY assortis pour la coiffure (réutilisables donc)
  • deux bouquets de fleurs DIY en papier (un pour moi et l’autre cadeau pour le lancer)

Nous sommes d’accord que certaines mariées (je pense notamment au style bohème) auront beaucoup moins d’articles que moi et… tant mieux ! Pour ma part, je suis potelée et j’ai souhaité mettre en valeur mes atouts en jouant sur la légèreté et le maintien apportés par la guêpière, le jupon et l’étole qui ne serviraient à rien du tout chez une future mariée aux goûts et à la morphologie différentes.

Dans le futur, tous les invités portent des tenues qu’ils ont déjà

Au fait, pourquoi est-ce que je cite « Retour vers le futur » dans cette série d’articles ? Ok, bon oui, parce que je connais les répliques des 3 films par cœur mais… pas que… Vois-tu, je travaille auprès de personnes âgées de plus de 85 ans et quand elles me racontent leur mariage, nous sommes trèèèèèèèèèèès loin dans le futur que j’aimerai voir où la robe est prêtée de mariée en mariée, où la nourriture fait maison est apportée par les invités, où la vaisselle est durable, etc.

Une robe de mariée eco responsable, c'est possible ?

Crédits photo (creative commons) : Jeanine M Weintz

Tu es invitée à un mariage où tes invités se demandent quelle tenue porter ? Le marié aussi peut se poser la question… la réponse se trouve, définitivement à mes yeux, dans leur armoire respective ! Si les hommes présents au mariage ne portent absolument jamais de costume, pourquoi en acheter un neuf pour le jour J alors qu’ils sont sûrs de ne jamais le reporter ? Idem pour les femmes qui, de base, ne portent jamais de robes ? Pourquoi ne pas plutôt encourager ton entourage à porter une tenue dans laquelle ils sont à l’aise, pour laquelle ils n’ont pas à dépenser une centaine d’euros et envers laquelle ils n’auront aucun regret ?

Ton entourage a un problème d’achat compulsif en particulier concernant la mode ? C’est peut-être une bonne occasion de lui permettre de s’en rendre compte en lui lançant comme défi d’être élégant sans rien porter de neuf le jour du mariage !

Pour ma part, comme je le disais plus haut, je suis potelée et j’ai été bien plus que ça pendant des dizaines d’années… à mes yeux, les vêtements grandes tailles ne sont jamais adaptés à la morphologie des rondes et coûtent un rein alors trouver une tenue pour les mariages a toujours été un calvaire que je veux éviter à mes invités… Après libre à eux d’engraisser la deuxième industrie la plus polluante du monde mais, au moins, ils sont prévenus de notre avis sur la question, nous avons fait notre part de colibris.

Pour résumer, les alternatives zéro déchet à la tenue des mariés comme des invités :

  • minimiser les besoins et envies aux simples indispensables
  • utiliser ce que j’ai déjà dans l’armoire (le meilleur déchet c’est celui qu’on ne crée pas)
  • emprunter autour de moi à des proches / des collègues ce qu’il me manque
  • acheter d’occasion (en friperie ou sur Internet mais le plus près de moi) ce que je ne trouve pas
  • prévoir de réutiliser ou de revendre le plus possible surtout si j’achète neuf en privilégiant les matières naturelles (lin, coton, laine, soie, etc.) et si possible éco-responsable (label type oeko-tex).

Alors, tu es prête pour abolir l’ère du textile – déchet avec moi ? Le moindre petit geste compte, raconte-moi tes combats, tes progrès et tes regrets en commentaire…



15 commentaires sur “Retour vers le futur… de ta robe de mariée”

  • J’aime et je sur-aime cet article !
    Moi je vais tenter de louer ma robe et à tout ceux qui me disent « mais c’est ton mariage, tu vas regretter et vouloir garder ta robe » ou « la location c’est que des vieilles robes pas belles » je leur réponds : la remettre quand ??? et Graine de Coton 🙂
    Et j’ai même ratissé les doutes de ma maman à qui j’ai donné les couleurs de mon mariage (qui sont assez communes avec celle de ma soeur il y a 2 ans) et qui osais pas remettre sa robe. Elle est belle et c’est l’occasion donc perso je m’en fous !

    • merci pour ton commentaire 🙂
      c’est chouette que l’article sorte aujourd’hui car il correspond aux essayages d’une de mes collègues que j’ai fortement encouragé à aller dans la friperie du coin où, en moins de 2, elle a trouvé son bonheur pour 100€… à côté de ça, pour son mariage, il y aura beaucoup de jetable et autres détails pas écologique du tout mais, comme toi avec ta maman, chaque petit geste me paraît toujours une belle victoire pour la planète ! J’espère que tu trouveras ton bonheur… par chez moi la seule offre de location de robe dans ma taille c’était un peu bâtard niveau écologie car la loueuse se proposait d’acheter une robe neuve à mon goût sur un site chinois puis me la louer et la remettre en location après mon mariage donc j’ai préféré l’achat d’occasion plutôt que la production de neuf.

  • J’adore cet article! C’est vrai que les invités ont souvent la pression de mettre quelque chose de neuf de peur de vexer la mariée ou sa famille, donc autant leur faire passer le message clairement que ce n’est pas nécessaire : tu t’y es pris comment pour le leur communiquer au final?
    Moi je ne suis pas au niveau « zéro déchet » mais je fais attention à ma consommation, notamment de textiles, en partant de principes de bases tels que : recoudre ce qui est réparable, privilégier le matériel de qualité/durable si possible et n’acheter un nouvel habit/accessoire que lorsqu’un autre a officiellement rendu l’âme (et qu’il est à un stade irréparable).

    • je ne sais pas comment répondre à ta question sans spoiler les prochaines chroniques 🙂 je parle très fréquemment avec la majorité de mes invités soit en direct, soit par message écrit donc ils sont au courant… et le reste du temps, de toute façon, je leur casse aussi les oreilles en permanence avec mon mode de vie zéro déchet donc je rabâche encore et encore les pratiques à essayer d’adopter (je finis par être connu comme « le loup blanc » au point que samedi prochain, par exemple, on m’a invité à mener une conférence sur le zéro déchet dans ma médiathèque que j’ai embêté il y a quelques années afin qu’elle se procure les livres cités dans l’article)

  • Bravo pour ta démarche que je trouve remarquable. Que ce soit pour ta robe ou pour les tenues des invités.
    Personnellement, je ne suis pas d’un super exemple. Bien que je fasse plutôt attention au quotidien (ça ne me dérange pas de mettre le prix dans un vêtement mais il faut que je puisse le garder plusieurs années/décennies, je couds et répare, et j’achète un vêtement quand j’ai constaté sa nécessité plusieurs fois), mes efforts pour le mariage sont un peu limités… La robe est typiquement une robe de l’industrie du mariage (mea maxima culpa), et c’est pas mieux pour les chaussures.
    Ce n’est pas évident de faire un mariage éco-responsable. Et tu sembles t’en sortir avec brio.

    • mince, alors il faut vite vite que j’écrive les autres chroniques pour t’aider à faire des choix éco-responsables pour la suite de tes prépas 🙂

      • Ah ah,oui, même si beaucoup de choses ont déjà été faites, ça pourra toujours me donner des idées.
        Mais ne t’inquiète pas, mis à part le textile, on a été plutôt raisonnables sur pas mal de points (d’ailleurs, j’ai acheté moins de textile que toi pour l’instant et ça devrait rester ainsi): du bambou pour la vaisselle jetable de la veille, des tenues faciles à remettre pour les témoins/demoiselles d’honneur, un traiteur « anti-gaspi » qui travaille avec des produits de saisons et régionaux, certains des DIY de déco faits avec du matériel de récupération… et j’ai dit au revoir au lâcher de ballon/lanterne car j’ai beau trouvé ça magnifique, une sirène ne peut pas polluer les océans ! Je suis bien hein ?! rassure-moi, dis-moi que je suis bien ?!

  • Du coup vu que je suis mariée je vais surtout récupérer des conseils pour la vie de tous les jours. Perso j’achète pas des vêtements tous les mois ( je prefere me payer des livres et aller dans des snacks) mais j’avoue aller dans des enseignes un peu (beaucoup) craignos genre primark.
    Pour mes robes, c’est ma mère qui les as faires donc elles sont venus de Nouvelle-Zélande, mais avec ou sans ma mère aurait fait le trajet. Je ne veux pas dire n’importe quoi,mais celle de la mairie est en pane de soie. Sinon comme je trouve ça triste d’avoir ces belles robes sans plus rien en faire apres le mariage je vais teindre celle de la mairie et la reporter lors d’occasions et celle de la mairie me servira pour les différents Halloween, depuis le temps que je voulais une robe de mariée pour faire le fantôme !

  • Alors pour ma part, toute ma tenue était neuve. Et non, je ne le regrette pas ni n’en ai honte… Pas écolo ? Oui sans doute. Mais mon armoire comporte 3/4 de vêtements de seconde main (merci à ma sœur), cousus par moi, tricotés par belle-maman ou qui sont portés depuis 15 ans. Je peux compter sur les doigts d’une main les vêtements neufs que j’ai achetés au cours des 3 dernières années. Donc oui, pour mon mariage j’ai voulu me faire plaisir avec du neuf.

    Je ne reporterai jamais ma robe malheureusement. Pour le reste :
    – mes chaussures neuves, je les aime d’amour et je les remets parfois (pas trop, je ne veux pas les abîmer).
    – mes sous-vêtements sont reportés régulièrement car jolis et confortables.
    – mes bijoux étaient composés d’un collier que j’avais depuis des années sans l’avoir porté et de boucles d’oreilles offertes par mon mari. Je les mets au quotidien, tout comme mon alliance.
    – mon boléro a été tricoté par ma belle-maman, il est magnifique et je le porte pour sortir.

    Le seul accessoire que je n’ai jamais réutilisé est ma barrette de cheveux car il faut une « vraie » occasion pour que ça ne fasse pas too much.

    C’est bien que certaines comme toi aient une conscience écologiste aussi poussée lors du jour J. Mais je crois que ce n’était pas pour moi 😉

    • c’est chouette à toi d’avoir quand même lu l’article et d’avoir témoigné parce qu’il n’est pas question de culpabiliser celles et ceux qui choisiront du neuf mais juste d’informer sur les conséquences et les solutions souvent méconnues

  • Bonjour et merci de cet article très intéressant sur ces éléments auxquels on ne pense pas toujours. Pour moi c’était robe de mariée neuve obligatoirement, pas par conviction, mais parce que je me suis assez vite rendue compte que ma grande taille (1,78m, soit avec talons 1,85m) m’empêchait de trouver mon bonheur en occasion ou 2nde main (comme pour la majorité des pantalons, robes, jupes ou manteaux, qui sont trop courts pour moi…). J’ai quand même bien profité de ma robe, portée 4 fois (Au mariage et pour des séances photos), et je compte bien la reporter pour nos 10 ans de mariage et les dizaines suivantes 😉 Ou la transformer en robe de cocktail !

    • j’ai longtemps porté du 52/54 donc, oui, le neuf est généralement inévitable nous sommes bien d’accord 🙂 mais si tu as la chance de tomber sur quelqu’un qui le même physique et les mêmes goûts, ça fait 2 heureuses lors de la revente ^^

  • Un article superbe et inspirant ! Etant dans la même démarche au quotidien je comprends et adhère à tes arguments ! Personnellement, néophyte encore dans la démarche, j’ai cédé à l’appel du consumérisme et aie acheté une robe neuve (mais fabriquée en Angleterre, on se rassure comme on peut) avec à la base pour but de la reporter par la suite mais le plan à ce niveau a peut être changé mais ça s’est une autre histoire 😉
    Sinon comme toi je ne comprends pas la fièvre acheteuse qu’on peut avoir pour certains accessoires de mariage qui parfois ne servent que deux heures… J’ai renoncé à mon envie de voile car le seul que je voulais était celui de ma maman mais personne ne sait où il a disparu et le critère principal de tous mes accessoires est qu’ils doivent pouvoir resservir (après mon amour pour les festivals médiévaux et steampunk est bien pratique pour pouvoir reporter des choses qu’on ne porterait pas au quotidien 😉 )
    Certains de mes invités se sont offusqués quand je leur ai dit qu’il n’y avait pas de dress code mais je trouve ça tellement ridicule (sans jugement pour celles qui le font hein ^^) d’imposer une tenue que mes invités ne remettront peut être jamais…

    • merci pour tes compliments ! étant médiéviste moi-même, je réfléchis secrètement à transformer ma robe de mariée en robe de « fée des glaces » ou autre possibilité fantaisiste afin qu’elle continue de servir jusqu’à ce que je lui trouve une acheteuse ^^

Leave a Reply to Raphaelle Cancel reply