Mon mariage tout en dentelle : la cérémonie laïque (3ème partie)

Et la cérémonie continua :

“Un autre symbole maintenant, another symbol. Celui de la famille.

“On ne parlera, si vous le voulez bien, que de celle très proche formée par leur couple et par leurs enfants…

“Déjà trois… comme ils vont vite… jusqu’où comptent-ils aller ?…cet arbre est-il destiné à faire pousser mille branches ?…leur amour semble en avoir la capacité !


(Photo Rebecca Young)

(Tu vois, là c’est mon expression “n’y-croyez-pas-trop-y-a-pas-moyen-que-j’en-refasse-un-de-si-tôt!”.)

“FilsAîné en tient la place de pièce maîtresse, d’aîné de la famille. FilsAîné la tendresse. FilsAîné dont j’ai toujours été réjoui de voir comme Monsieur Dentelle l’avait adopté comme son fils, dès le début.

“Et puis FilsCadet est arrivé… la tempête, l’ouragan… Il a emporté ses grands-parents, et nous tous dans son vortex, et certains sont encore dans les airs, flottant charmés et ébahis par cette personnalité vivante et brillante. FilsCadet grandit, FilsCadet s’assagit, la tempête est encapsulée, mais la personnalité est toujours vraiment là.”

Non, à part ça, chez les Dentelle, on essaie d’éviter de coller des étiquettes sur les enfants… Oups. Hum. Passons.

“Que sera FilleDentelle ? Ah, il faut s’attendre à tout. Déjà elle a mis fin à deux générations de malédiction cumulées dans la famille de Monsieur Dentelle : que des garçons, que de garçons ! En soi c’est un fait remarquable. Un fait qui justifie un clin d’œil complice à ma petite sœur pour laquelle cette naissance aurait résonné de manière toute particulière..

“De cet univers familial, Mademoiselle et Monsieur Dentelle tirent leur équilibre, leur joie de vivre, leur amour d’être ensemble. Ils perpétuent ainsi ce qui leur a été transmis. Et pour parler de la famille, c’est tout naturellement à M que l’on pense…

“M, will you come read for us?

Et M, pourtant francophone jusqu’au bout des ongles, a répondu présente d’un résonnant “Yes”, ce qui nous a tous beaucoup amusés, et s’est levée pour venir lire le texte de Khalil Gibran que nous avions choisi.


(Photo de Rebecca Young)

Un texte qu’elle m’avait suggéré et qu’en fait, j’adore depuis toujours. Un texte qui à chaque lecture, même après toutes ces années, me donne encore des frissons dans le dos. Un texte empli d’une spiritualité profonde pourtant bien laïque. Un texte si juste et qui résonne si parfaitement avec ma manière d’envisager la parentalité qu’il m’était inconcevable de ne pas l’intégrer dans cette cérémonie si l’on parlait de nos enfants.

“Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ils sont les fils et les filles de l’appel de la Vie à elle-même.
Ils viennent à travers vous mais non de vous.
Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.

“Vous pouvez leur donner votre amour mais non point vos pensées,
Car ils ont leurs propres pensées.
Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes,
Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves.
Vous pouvez vous efforcer d’être comme eux, mais ne tentez pas de les faire comme vous.

“Car la vie ne va pas en arrière, ni ne s’attarde avec hier.

“Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont projetés.
L’Archer voit le but sur le chemin de l’infini, et Il vous tend de Sa puissance pour que Ses flèches puissent voler vite et loin.
Que votre tension par la main de l’Archer soit pour la joie ;
Car de même qu’Il aime la flèche qui vole, Il aime l’arc qui est stable.”

Puis, notre maître de cérémonie reprit la parole pour introduire le moment que j’appréhendais tout de même un peu, nos voeux.

Mais attends ! Avant d’aborder ce moment fatidique, je te propose d’observer un peu ce qui se passait parmi nos invités. Est-ce qu’ils se tortillaient sur leurs bottes de foin en essayant d’éviter les piqures de quelques brins de paille récalcitrants ? Est-ce qu’ils parcouraient tendrement nos jolis livrets de cérémonie ?


(Photo par InvitéDentelleQuOnSaitToujoursPasQuiCEst)

Ah non. Ni l’un ni l’autre… Bon, plutôt une bonne chose concernant la paille*, certes. D’ailleurs, cette paille s’est avérée très douce et on s’est même dit que ça aurait été parfait même sans tissu pour les recouvrir.

Mais où étaient donc passés les livrets de cérémonie que nous avions passé des heures à fabriquer ?

Hum.

A Paris.
Chez nous.
Dans leur boîte.

Oups.

Et les enfants ? Coloriaient-ils passionnément les jolis dessins des petits cahiers de coloriages fabriqués de mes petites mains avec les babysitters que nous avions embauchés pour la circonstance ?

Hum.

Non. Les enfants sont restés avec leurs parents sur les bottes de paille.


(Photo Rebecca Young)

Tous sauf ma petite nièce demoiselle d’honneur qui, au début de la cérémonie, a fait tomber son panier plein de pétales de fleurs juste devant les pieds de sa maman témouïne et qui a ensuite passé l’ensemble de la cérémonie à les ramasser.

Tous les pétales.
Un par un.


(Photo Rebecca Young)

Est-ce que ça m’a dérangé sur le moment ? Pas le moins du monde. Certes, j’ai été bien déçue quand ma wedding planner m’a annoncé avant la cérémonie que les livrets étaient introuvables (BeauFrèreDentelle a même fait les 40 minutes de route jusqu’au lieu de la réception pour vérifier qu’ils n’étaient pas partis là-bas par erreur !). Mais au moment de la cérémonie, je n’y pas pensé une seule fois. Quand à ma nièce et son obsession pétalienne, je ne l’ai même pas remarquée alors qu’elle était 2 pas derrière moi !

A croire que j’avais autre chose à faire…


(Photo de CousineDentelle)


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



13 commentaires sur “Mon mariage tout en dentelle : la cérémonie laïque (3ème partie)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *