Les conflits pendant les préparatifs…

Je te racontai la dernière fois les préparatifs du mariage de mon amie Sonia, dont j’ai été le témoin, et le stress qu’elle s’est infligé pendant cette période jusqu’à notre “réunion de crise” qui a permis de désamorcer la situation. J’ai pensé naïvement que le plus dur était derrière et que la suite allait se passer comme sur des roulettes.

Et bien non… !

Une période propice aux conflits ?

Couple qui se dispute

Crédits photo (creative commons) : Ryan McGuire

Des divergences de vue ont commencer à apparaître avec Thierry, son chéri, au sujet du style de la soirée. Ils essayaient de se convaincre mutuellement avec des arguments imparables que leur vision était la bonne. Plus Sonia faisait du lobbying auprès de l’entourage pour convaincre Thierry, plus celui-ci se cabrait. Elle m’a alors demandé de l’aider à le ramener à la raison (la sienne, bien sûr !). Je leur ai proposé qu’on en parle tous les quatre, avec la “co-témouine”, et j’ai demandé à Sonia de me laisser faire. J’ai commencé par demander à Thierry ce qu’il souhaitait comme soirée, ce qui était important pour lui et ce qu’il voulait éviter. J’ai dû bâillonner Sonia qui était atterrée et qui pensait que j’étais passée à l’ennemi. Je lui ai alors rappelé que j’étais là pour les aider et lui ai demandé de patienter en précisant que je lui poserais les mêmes questions dans quelques instants. J’ai demandé à Sonia de bien écouter ce que Thierry exprimait et de le reformuler comme elle l’avait compris. Elle a dû s’y reprendre à trois fois car il s’est avéré qu’elle n’avait jamais écouté vraiment Thierry, elle croyait juste avoir compris ce qu’il voulait… Ce qui n’est pas la même chose.

Thierry, pour sa part, semblait plutôt satisfait que quelqu’un l’écoute plutôt que de chercher à le convaincre. Je me suis ensuite tournée vers Sonia et je lui ai posé les mêmes questions. Thierry a ensuite été invité à reformuler ce qu’il avait entendu, ce qu’il a réussi à faire facilement. Et tu veux savoir la meilleure ? Ils ont alors réalisé qu’ils voulaient globalement éviter la même chose pour cette soirée et avaient échafaudé des stratégies différentes pour y arriver. Nous sommes donc repartis du point de départ (ce qu’ils voulaient éviter) pour identifier ce qu’ils voulaient vraiment. Puis, nous avons cherché toutes les stratégies possibles pour arriver à l’objectif et les avons évaluées en fonction de leur pertinence. En 45 minutes c’était torché et ils étaient d’accord sur l’organisation de leur soirée à un ou deux petits détails près qu’ils devaient encore discuter.

Ce que j’ai retenu

En cas de divergence de vue avec ton futur mari, prends soin de comprendre ce qu’il souhaite, pourquoi il le souhaite et ce qu’il cherche à préserver ou éviter. Quelles sont les valeurs importantes pour lui, les besoins qu’il cherche à nourrir. Ses oreilles seront ensuite bien plus ouvertes, s’il a été écouté, pour entendre ta vision des choses. Et tu verras que c’est assez magique car les chances sont importantes que vous trouviez finalement une solution satisfaisante pour tous les deux, souvent un mix des deux propositions avec des idées nouvelles qui ont émergé pendant la discussion.

Bon, ça c’était fait et je me disais qu’on allait maintenant pouvoir vraiment profiter de la suite sereinement. Et ben non… !

Ah… ces belles-mères !

Les futurs beaux-parents de Sonia avaient, dès le début, proposé de financer confortablement le mariage; ils en avaient largement les moyens et c’est toujours une bonne nouvelle quand on a envie d’un certain niveau de prestations. Hélas, les beaux-parents de Sonia n’avaient pas exprimé clairement qu’ils avaient quelques attentes en échange de leur générosité.

Au fil des préparatifs ils ont commencé à faire quelques réflexions à leur fils sur la manière dont les choses s’opéraient et qui ne cadraient pas avec la vision qu’ils avaient du mariage. Ils souhaitaient aussi pouvoir inviter un certain nombre d’amis et connaissances de leur club, pas franchement dans la tranche d’âge des autres invités. La tension a commencé à monter et j’avais droit très régulièrement à un compte-rendu sur les dernières “lubies” des beaux-parents par téléphone. La goutte qui a fait déborder le (la ?) vase fut l’annonce que Belle-Maman s’apprêtait à commander à tous les enfants de la famille des tenues dans un coloris qui, selon Sonia, était “à chier” et  jurait avec le thème couleur qu’elle avait retenu. Crise de larmes, menaces d’annulation de mariage, meurtre de la belle-mère… Ce soir là, j’ai tout entendu. Thierry était globalement sur la même ligne que Sonia mais ne savait pas comment gérer l’affaire, souhaitant aussi préserver ses parents qui essayaient juste de bien faire.

Nous nous sommes donc vus tous les trois (ma co-témouine ayant  démissionné à ce moment là des conflits) pour débrouiller cette histoire qui rendait mon amie hystérique. Sonia et Thierry  étaient pris entre deux feux. D’une part ils ne voulaient pas se fâcher avec leur (belle) mère qui était malgré tout gentille et aidante ET ils ne voulaient pas non plus de cette couleur horrible pour leur mariage. Au terme de deux heures de discussion, il fut décidé qu’il iraient tous les deux voir (belle) maman pour lui exposer la situation. Oui, mais pas n’importe comment ! Nous avons donc répété avant avec une méthode en 4 étapes :

1 – En premier lieu, exposer la situation : le choix des couleurs des tenues qui ne correspondent pas au thème couleur retenu de façon objective et sans jugement.

2 – Exprimer le ressenti, en l’occurrence l’inquiétude par rapport au thème couleur retenu.

3 – Exprimer les besoins, en l’occurence le besoin de concertation dans les décisions dans le but qu’il y ait une cohérence et une harmonie dans les différents éléments du mariage.

4 – Puis, faire une proposition claire et factuelle : pouvoir discuter de la commande des vêtements des enfants pour trouver une solution qui convienne à tous.

Pouvoir reconnaître aussi l’intention positive à l’origine de l’action permettrait à Belle-Maman de mieux vivre cette demande.

Le résultat

Belle maman s’est montrée sincèrement désolée car elle n’avait pas conscience de tout ce que son idée  impliquait. Elle voulait juste faire plaisir et participer. Elle est allée chercher son ordinateur pour montrer les tenues qu’elle avait repérées, et ce dans plusieurs coloris. Une des couleurs était dans le thème et après quelques discussions sur les modèles, tailles, formes, le coloris qui plaisait à Sonia a été retenu. Tout le monde était content et soulagé. Quelques mois plus tard, lors du grand jour, Sonia était ravie de voir tous les enfants avec leurs beaux habits et Belle-maman très fière d’avoir contribué à tout cela. Il faut reconnaître que les photos sont magnifiques et les enfants étaient vraiment trognons.

Par la suite Belle-Maman a fait attention de solliciter l’avis des futurs mariés avant toute décision… Sauf le jour où, dans son enthousiasme effréné, elle a acheté des kilomètres de tulle pour les mettre sur les voitures alors que les futurs mariés détestent ça… Thierry s’est alors inspiré de la méthode en quatre étapes pour communiquer avec sa mère sur le sujet et a fini par négocier avec elle que les invités qui le souhaitaient pourrait décorer leur voiture mais que le carrosse des mariés (une superbe voiture de sport) se suffisait à lui-même par sa classe et son élégance.

Ce que j’ai retenu

Là je n’ai rien inventé et je me suis inspirée de mes stages en Communication NonViolente® qui est vraiment, selon moi, une façon d’envisager les relations à soi et au monde très puissante. Je précise que je partage juste mon expérience personnelle de ce que la CNV a amené dans ma vie et si tu souhaites en savoir plus tu peux consulter le site européen qui t’indiquera notamment les stages qui se déroulent près de chez toi. Tu peux aussi lire le livre “Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs)” de Marshall B. Rosenberg.

D’autre part, quand tes parents ou beaux-parents offrent une aide pour ton mariage parce que ça leur semble “aller de soi”, prends un moment pour voir ce qu’implique leur geste. Il y a fort à parier que d’autres choses leur semblent aussi “naturelles” que leur générosité comme par exemple, pouvoir inviter un certain nombre de leurs amis ou choisir le menu de la soirée. Mieux vaut prendre un moment pour éclaircir tout cela avant d’accepter le marché, quitte à négocier certains points, au risque de laisser s’installer des non-dits qui se métamorphoseront bien vite en conflits au fil des préparatifs.

Voilà, tu en sais un peu plus sur les épopées de ma mission de témoin du mariage de mon amie et de la façon dont je l’ai aidée à la hauteur de mes moyens, à traverser différents  conflits durant ses préparatifs.

Et toi, est-ce que tu connais des crises et des conflits pendant tes préparatifs ? Comment gères-tu la situation ? Raconte…



7 commentaires sur “Les conflits pendant les préparatifs…”

  • Tu devrais vraiment écrire un livre, tu as une plume très agréable à lire et tu es vraiment pleine de bon sens et de sagesse, ça fait du bien de te lire ! C’est vrai qu’on peut souvent partir dans des conflits et se braquer contre l’autre juste parce qu’on a une vision préconçue des choses et qu’on n’a pas pris le temps d’écouter l’autre… Ou qu’on n’a pas eu la présence d’esprit d’expliquer ce qui nous chagrinait tant ! Je retiens ta méthode de “désamorçage” des conflits qui est bien utile 😉

    • Merci de tes encouragements…en fait j’adorerais écrire mais je n’ose pas encore et je ne sais pas encore vraiment sur quoi…mais ça viendra !

  • Bravo pour ces médiations très réussies, qui montrent bien l’importance de :
    1) verbaliser: qu’est ce que je veux. Qu’est-ce qui est important pour moi, non négociable ; où puis-je lâcher du lest.
    2) écouter l’autre: exactement pareil !
    3) savoir gérer les bonnes volontés externes: d’abord en les reconnaissant en tant que telles. Puis en trouvant un compromis qui plaise à toutes les parties.
    Vous êtes faite pour une carrière de diplomate !

    • Argh, je suis démasquée….lol ! Oui, girafonne sur le chemin de la girafe accomplie en effet….comme toi j’imagine 😉

  • C’est vrai que les conflits viennent souvent lorsqu’il y a un déficit de communication et surtout d’écoute entre deux partenaires. Il est alors bien pratique d’avoir quelqu’un de neutre pour aider à résoudre les problèmes.

  • J’adore ta plume Mademoiselle Ambrym !
    Toujours pleine de sagesse, d’écoute, de légèreté.
    Tu arrives à nous livrer des dizaines de bons conseils à chaque fois.
    Il faut que j’use et j’abuse de tes bonnes pratiques pour résoudre les situations compliquées et réussir à bien communiquer sans heurter la sensibilité des autres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *