On s’habille comment, après 45 ans, pour un second mariage ?

Je te racontais dans ma présentation que je m’étais mariée à 25 ans en mode princesse 1.0. Les années ont passé et je m’apprête aujourd’hui, 22 ans après la première fois, à convoler à nouveau (oui, ton calcul est juste, ça fait 47 ans au compteur, ce qui au passage est un formidable espoir pour toutes celles qui n’y croyaient plus après un divorce pénible et diverses expériences peu concluantes).

Pour le choix de ma tenue, je me suis trouvée devant un dilemme : comment s’habille t-on pour son second mariage ?

Pour la petite histoire, j’ai eu la chance d’assister au second mariage de ma grand-mère, veuve à 37 ans et qui s’est remariée à l’âge que j’ai aujourd’hui. À l’époque, un second mariage se célébrait en petit comité, sans extravagance, dans une tenue élégante et classique, surtout pas blanche évidemment.

On s'habille comment, après 45 ans, pour un second mariage ?

Crédits photo (creative commons) : Wikimedia

Bonne nouvelle, nous sommes en 2016…

… et les mentalités ont changé !

Tout est possible, ou presque, mais c’est limite plus difficile. Je me suis donc posée pas mal de questions quand j’ai commencé à réfléchir au type de robe que je souhaitais : est-ce que, « à mon âge », ça ne ferait pas trop long, trop court, trop blanc, trop jeune, trop cheap, trop vieux, etc.

Heureusement, dans ce type de situation, mon allié c’est Chéri, multicartes par excellence : amoureux, amant, frère, meilleure copine, conseiller artistique… il sait tout faire. Nous avons donc monté une cellule de réflexion pour poser le cahier des charges de la tenue et, après une demi-heure d’intenses considérations, voici ce qui est sorti : ma robe de mariage (et non de mariée, nuance de taille) devait être courte mais pas trop, éventuellement mi-longue, sans traîne, ni voile, ni gants, chic et élégante, simple et pas blanche mais faire quand même « mariée », à un prix acceptable – plus par principe que par nécessité – et être un peu sexy (demande expresse de Chéri). Pas si simple ! Si tu ajoutes le fait que je vis sur une île, certes charmante mais un peu isolée des tendances de la weddosphère, ça devient un peu plus compliqué. Évidemment il est toujours possible de commander sur Internet mais, ayant déjà eu quelques déboires, je préfère éviter ce risque.

Comment j’ai trouvé LA robe en moins de 2 heures ?

Je sais que ça peut te paraître fou de trouver sa robe en deux heures chrono mais c’est pourtant vrai, preuve que c’est possible. Et pourtant je suis loin d’être une une reine du shopping et l’impératrice Cristina ne me prendrait pas pour disciple. Je te raconte l’histoire !

Flash-back. Nous sommes en janvier 2015 et c’est le quatrième jour des soldes d’été (ben oui, ici c’est l’été en janvier) et Chéri me dit : « on irait pas voir s’ils soldent aussi les robes de mariées ? ». Toujours très pragmatique, Chéri, d’autant que nous avons bien parlé mariage mais qu’aucune date n’a été évoquée. Une demi-heure plus tard, nous voilà partis en Vespa à l’assaut des trois magasins spécialisés dans la ville. Et, à notre grande surprise, il y a aussi des soldes dans les boutiques de mariage.

Dans la première, une vendeuse sympathique et charmante nous propose d’essayer ce que nous voulons. Comme il n’y a que du long, je me fais plaisir en essayant des modèles près du corps qui me vont plutôt bien et je suis presque tentée. Mais nous nous étions mis d’accord sur du court, donc je ne vais pas changer d’idée dès la première boutique sinon on n’y arrivera jamais. On remercie chaleureusement et on continue.

Dans la seconde boutique, changement d’ambiance. C’est beaucoup plus guindé et il y a 100 robes du même style, longues, évasées, blanches, avec des touches de couleur (bordeaux ou anis), ce qui n’est pas du tout à mon goût. La vendeuse me pousse à essayer mais son côté qui veut me persuader que c’est le nec plus ultra du style me refroidit et nous décidons de passer notre chemin, non sans avoir déclamé les aimables formules d’usage.

Il ne reste qu’une dernière boutique dont on nous a dit qu’elle est fermée en janvier. Un coup de Vespa pour nous y rendre, elle est ouverte et un rapide coup d’œil nous permet de constater qu’on y trouve tous les styles, dont du court. Plusieurs modèles me tapent dans l’œil et je les essaie pour réaliser qu’ils sont très près du corps et qu’à moins de faire un (petit) 36 le résultat n’est pas heureux (au passage je te rassure, même quand tu fais un 38 tout ne te va pas systématiquement ! Et non !).

Chéri fait les fonds de boutique…

Et là je vois Chéri qui fouille au fond du magasin dans un rayon bradé à -50% et qui revient avec 3 robes sous le bras. Les deux premières je les trouve horriblissimes, la troisième a l’air pas mal et correspondrait assez au cahier des charges.

À ce moment-là, j’en ai un peu marre mais comme c’est, a priori, la dernière robe possible. Je décide donc de la passer. Et là, en un quart de seconde, je vois le regard de Chéri qui s’allume et qui, toujours très pragmatique, ressort le papier et évalue mentalement les critères du cahier des charges.

C’est vrai qu’elle est jolie, mi-longue type années 50, ivoire, chic et il est possible d’ôter le plastron et de mettre un ruban noir pour lui donner un côté plus sexy (et accessoirement rappeler la couleur des chaussures que j’aimerais noire). La voici en photo.

Quelle robe pour mon second mariage ?

Crédits photo : Photo personnelle

Quelle robe pour mon second mariage ?

Crédits photo : Photo personnelle

Après 20 minutes de conjectures sur les retouches possibles et l’essai de quelques accessoires gentiment prêtés par la vendeuse, nous sommes emballés. Nous n’osons pas nous fier au prix indiqué sur l’étiquette (l’équivalent de 140 euros), il doit s’agir d’une erreur car la robe est de très belle qualité, d’un beau taffetas épais et très bien finie. La vendeuse vérifie et confirme mais elle ne peut pas nous renseigner sur la marque car la robe n’a plus d’étiquette, raison pour laquelle elle est bradée. Chéri a déjà dégainé sa carte bleue et me dit, princier, qu’à ce prix-là j’ai le droit de changer d’avis dans trois mois.

Pour finir l’histoire, il faut que je te raconte l’épisode des retouches qui vaut son pesant de cacahuètes.

Comme la robe est bradée, les retouches ne sont pas comprises. Nous demandons donc à la vendeuse les coordonnées de sa couturière. Elle nous désigne alors un magasin dans le quartier chinois qui n’est pas précisément le quartier le plus chic de la ville, au contraire même. Comme elle nous garantit qu’elle y fait retoucher toutes ses robes, nous nous y rendons sur le champ. Quand j’ai vu la tête de Chéri au moment où il a garé le Vespa devant la boutique, j’ai failli éclater de rire. Comment te dire… imagine une boutique au fin fond du Vietnam, avec des chemises à fleur, un bazar terrible, plein de poussière partout et une bonne vieille odeur de nems frits qui flotte dans l’air… La couturière est un couturier, il a des ongles trois fois plus long que les miens et il parle à peine français. À cet instant et pour tout te dire, j’ai peur. La seule chose qui m’empêche de faire demi-tour c’est que j’aperçois, dans un coin, de longues housses blanches au logo de la boutique. Elle amène donc bien ses robes ici.

Allez, je te mets une photo :

Quelle robe pour mon second mariage ?

Crédits photo : Photo personnelle

La seule chose qui dénote c’est mon Lancel sur le comptoir !

Qu’aurais-tu fait à ma place ? Et bien moi je suis restée et, quand le maître des lieux m’a dit avec son accent typique « C’est bon, toi revenir deux semaines« , j’ai eu une certaine appréhension à abandonner ma robe sans garantie, comme ça, toute seule, sans bon ou document d’aucune sorte pour me rassurer.

Deux semaines plus tard, au moment d’aller chercher ma robe, nous n’étions pas super rassurés mais, après plusieurs séries d’essayages et de retouches, je peux te dire que mon couturier a fait un boulot extraordinaire et que je comprends pourquoi il a un tel succès. Malgré tout, on s’en souviendra de l’épisode retouches.

Quelle robe pour mon second mariage ?

Crédits photo : Photo personnelle

Quelle robe pour mon second mariage ?

Crédits photo : Photo personnelle

Maintenant il va falloir trouver les accessoires, notamment chaussures et bijoux… Et si, comme moi, tu es un peu shoes-addict sur les bords, je te donne rendez-vous très bientôt sur le sujet.

Et toi, tu prépares aussi un second mariage ? As-tu déjà choisi ta robe ? Selon quels critères ? Raconte-moi !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



22 commentaires sur “On s’habille comment, après 45 ans, pour un second mariage ?”

  • Tu es sublime dans cette robe, je trouve qu’elle est parfaite, sexy sans être ostentatoire, ni longue ni courte et surtout pas mémère… j’adore ! Et j’aime surtout avec des talons hauts comme tes escarpins noirs, j’aime moins avec les autres chaussures (enfin que je me fasse comprendre : j’aime bien la deuxième paire de chaussures mais pas trop avec cette robe !). Vite la suite, moi aussi j’aime quand ça parle de chaussures !

    • Je te rassure, les chaussures beige ne sont pas prévues du tout pour cette robe…je les avais juste au pieds en sortant du boulot avant de repasser à la boutique pour reprendre une mesure…Article spécial chaussures très bientôt.

  • Elle est effectivement très belle ta robe : le laçage dans le dos, la forme sexy sans être vulgaire. Je me suis mariée à 44 ans et je ne m’étais pas posée la question « quel style de robe vu mon âge » mais plutôt « quel style de robe serait chic sans que je me sente déguisée ». Mon chéri et moi avions conclu qu’il me fallait de la couleur et pas de gros volume. Comme tu dis, j’espère que nos mariages donnent de l’espoir à celles « qui n’ont plus vingt ans depuis longtemps » ! Je m’étais résolue à avoir une vie de célibataire quand j’ai rencontré mon chéri.

    • Et bien nous sommes la preuve vivante qu’après un divorce ou des expériences difficiles on peut retrouver l’amour que ce soit dans la quarantaine ou plus. Un couple de mes connaissances s’est rencontré à 72 ans (elle) et 76 (lui)…grande histoire d’amour, mariage et des regards plein d’amour et de tendresse, toujours à se donner la main….trop chouette.

  • Ta robe est vraiment très belle et j’adore les lacets noirs dans le dos.
    On s’est marié en mai 2014 et j’avais 42 ans et mon mari presque 57. pour lui 2ème mariage. On a 2 petits gars qui ont 11 et 7 ans maintenant.
    Ma robe était longue en soie violine lilas avec dentelle et toute droite. C’est la couturière du village qui me l’a faite.
    Je n’arrivais pas à m’imaginer dans les robes mariée classique.
    Mais on a fait une grande fête dans notre ferme. On avait loué un chapiteau de cirque pour accueillir tout le monde.

    • Le coup de la ferme et du chapiteau de ferme…j’achète. Trop bien le concept…Et super d’avoir des mariées quadra dans le lectorat 😉

  • Whaow whaow whaow !! Tu es super sexy dans ta robe, j’adore ce style mi-longue années 50. J’ai hâte de voir ce que tu as choisi comme chaussures car là y a moyen de se faire plaisir niveau accessoires.

  • Tu es sublime dans ta robe, sexy sans être vulgaire, une pointe de classe, et surtout courageuse d’avoir osé laisser ta robe chez ce couturier plutôt atypique….

  • Cette robe te va à râvir ! Tu es sublaïme ma chérie, dixit l’impératrice C.
    Cette histoire de couturier m’a fait rire, je ne sais pas si je suis suffisamment courageuse pour faire confiance dans ce genre de situation, mais tu as eu raison, si son travail est super !
    Et bien évidemment j’adoooore tes chaussures, mais ça c’est évident !

  • Un compliment de plus… Ta robe est superbe et te va tellement bien ! Bon, les chaussures, je veux les mêmes et puis voilà 🙂
    Quelle belle (future !) mariée. J’ai hate de te voir apprêtée le jour J !

  • Je n’avais pas vu tes chroniques avant, et quand j’ai lu mlle Ambrym, j’ai été interpellée: quelqu’un de Vanuatu?, et j’ai lu que tu parlais des 3 magasins de l’île donc j’en ai déduit que tu vivais en NC. Moi aussi 😉 Je viens de me marier, mais je suis rentrée en Frônce pour l’occasion. C’est chouette de pouvoir suivre quelqu’un du pacifique

      • Je suivrai avec plaisir ton aventure! Je vis en brousse sur la côte est et je vais peu à néa mais j’y penserai. Je pense que j’ai acheté ma précieuse dans le magasin un peu chic dont tu parles’ mais moi je voulais une robe de princesse et ce n’est pas simple non plus mais j’ai trouvé

  • Nan, mais Mlle Ambrym, c’est pas possible, tu ne les fait pas tes 47ans, et encore moins avec une aussi jolie robe !!!!! Superbe histoire, comme quoi, le coup de coeur n’arrive pas quand on s’y attend 😉

  • Ta robe est magnifique et ton raisonnement pour le choix est très proche du mien 😉 OUI on peut être une superbe mariée passé 40 ans!! Vivement ton prochain article et bons préparatifs en attendant!!

  • Cette robe vous va à ravir, j’aime les photos de backstage, est ce qu’elles apparaitront dans votre album photo?
    Je dois acheter une robe de ce style mais online car pour mon emploi du temps je ne suis libre que quand les magasins sont fermés…
    Est ce que le site miamastore permet d’acheter tranquillement sans surprises?
    c’est une question ouverte à tous les commentaires.
    je vous en remercie.
    D.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *