Mais où va t-on se marier ? Entre rêves et désaccords…

Ça y est, nous avons annoncé la nouvelle sur tous les toits ! Youpi, nos familles et amis sont ravis pour nous, et nous avons même déjà nos témoins !

C’est maintenant que débute la partie concrète de l’organisation du mariage. Après consultation de plein de sites de robes de mariées d’organisation de mariage, il semble que la première des choses à faire c’est de réserver un lieu. Et pour réserver un lieu, il faut déjà savoir combien on veut inviter de gens à notre mariage. Hum, bonne question !

Après avoir fait notre liste et consulté nos parents pour qu’ils la complètent, nous arrivons à environ 150 personnes. Ah oui quand même ! Glups… d’accord mais, géographiquement, on se marie où ?

Il faut savoir qu’avec M. Phoenix nous habitons la jolie ville de Vincennes. Nos parents sont aussi en Ile de France : les miens dans les Yvelines et les siens dans le Val d’Oise, non loin de l’aéroport de Roissy-CDG. Là tu vas me dire que la région est donc toute trouvée, l’Ile de France est parfaite !

Mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Parce que deux autres endroits nous font quand même rêver. D’un côté, il y a l’Ile de Ré. La famille de mon père y a une maison de vacances, dans laquelle je passe mes vacances depuis ma plus tendre enfance, et que je porte dans mon cœur. De l’autre, il y a l’ancienne ferme que les parents de mon aimé viennent d’acheter, dans l’idée de la rénover pour pouvoir y passer leurs vieux jours. Celle-ci se situe dans le Périgord, à environ 1 heure au sud de Limoges.

L’Ile de ré, pour un mariage aux accents marins

L’Ile de Ré, dans un premier temps, ça m’emballe vraiment, et M. Phoenix aussi. D’autres cousins y ont des maisons de vacances et plusieurs s’y sont mariés lors de jolies cérémonies. Donc, de mon côté, tout le monde pourrait se loger facilement sur place. Un mariage sur cette île que j’aime tant, avec l’air de la mer, ce serait vraiment chouette !

Plage de l'île de Ré avec le phare des baleines

Crédits photo : Photo personnelle

Et puis en discutant avec mes parents, ils soulèvent plusieurs points auxquels je n’avais pas pensé :

  • le prix. L’Ile de Ré, depuis plusieurs années, ça devient une destination un peu tendance, le coût de la vie – et a fortiori de l’organisation d’un événement – devient donc assez élevé. Même si notre budget est assez flexible, j’aimerais quand même éviter de vendre mes organes pour financer mon mariage !
  • la famille. Entendons-nous bien, j’adore ma famille et je prends toujours plaisir à retrouver des cousins, oncles ou tantes. Mais c’est vrai que, ce que je voyais comme un avantage (le fait que beaucoup de cousins aient des logements réthais), peut devenir un point sensible. En effet, pour moi, 150 invités, ce n’est déjà pas mal. Mais en décidant de nous marier à l’Ile de Ré et de n’inviter qu’une partie de la famille, ça aurait peut-être créé des incompréhensions de la part des personnes non conviées, ce à quoi je ne tiens pas et tu me comprendras sûrement !

Bref, suite à ces très justes remarques de la part de mes parents, nous avons rapidement écarté ce lieu pour notre mariage.

Le Périgord, pour un mariage bucolique

Il y a environ un an, les parents de M. Phoenix ont fait l’acquisition de cette ferme, qu’ils mentionnent lorsqu’on s’interroge sur les lieux possibles de notre mariage. Hum, c’est vrai que ça pourrait être très sympa ! Mais ne l’ayant jamais vue, nous avons du mal à nous projeter. Nous décidons donc d’y passer un weekend.

La ferme familiale pour notre mariage ?

Crédits photo : Photo personnelle

Au fond : la grange et, à droite, la maison déjà habitable. Champêtre, n’est-ce pas ?

Ça devient alors plus concret pour nous. En plein milieu de la campagne, il y a une petite maison, où les anciens propriétaires habitaient, ainsi que des « boxes » où vivaient des porcs qui vont être totalement refaits pour pouvoir y habiter. La partie intéressante (pour notre mariage en tout cas !), c’est la grange. Là aussi c’est un peu difficile de se projeter, parce que tout est encore en place, notamment le tracteur, les outillages, les réserves de fourrage pour les animaux et les endroits où étaient les vaches. Mais on peut quand même voir que c’est immense !

La grange, espace idéal pour notre mariage ?

Crédits photo : Photo personnelle

En, en discutant, on essaye de s’imaginer ce que ça donnerait une fois rénové, comment le mur qui sépare la grange en deux pourrait être abattu pour créer un grand espace… Je vais même jusqu’à découper dans du papier de petites tables et à les positionner sur un plan de la grange à l’échelle pour voir si vraiment on pourrait faire tenir confortablement 150 personnes. Au fur et à mesure, je projette de plus en plus notre mariage dans cet endroit. Je l’imagine familial, pas trop guindé, détendu et au contact de la nature… tout ce que j’aimerais en fait ! On va même voir à quoi ressemblent les églises et mairies environnantes, qui nous plaisent bien.

Visite de l'église de Saint-Yrieix

Crédits photo : Photo personnelle

En rentrant, je montre à mes parents toutes les photos que j’ai prises, et je m’étais même amusée à faire un mini reportage vidéo sur l’endroit, en m’improvisant journaliste, pour que mes parents arrivent bien à se représenter les lieux. Et là, c’est la déception. Ils aiment bien le lieu, mais mes parents ont peur que beaucoup de détails soient compliqués à gérer :

  • l’importance des travaux à réaliser pour que tout soit prêt à temps. Sur ce point-là, c’est vrai qu’il y a tout à refaire dans cette grange. Mais il nous reste un an et, selon le père de M. Phoenix, si on s’organise bien, c’est faisable.
  • la difficulté d’organiser le mariage « à distance ». D’accord, il y a 5 heures de route depuis la région parisienne pour aller jusqu’à la ferme, et ça peut être fatigant. Mais pour moi, d’un point de vue budget, les coûts engendrés par les déplacements seront compensés par le fait que nous n’aurons aucune salle à louer. Et puis à l’approche du mariage, nous pourrons y aller une à deux semaines à l’avance pour tout mettre en place !
  • le fait que ça ne soit pas une salle qui nous propose ses services ne leur plaît pas trop. En effet, ce serait à nous (les parents et témoins surtout) de gérer tous les petits couacs qui pourraient survenir le jour même : coupure d’électricité, problème de matériel avec le traiteur… Bon ça, je ne peux pas les contredire. Je peux seulement leur promettre qu’un planning très détaillé sera préparé pour anticiper le maximum de choses…

Et je ne sais pas pourquoi, ma mère stresse à l’idée qu’on se marie là-bas et elle avance donc quelques arguments qui, pour moi, ne sont pas valables du tout, comme par exemple « oui mais traditionnellement, le mariage se fait dans la ville de naissance de la mariée ». Elle essaye à tout prix de me dissuader de nous marier dans cette région. Ses arguments ont le don de m’énerver et, plus elle essaye de me convaincre, plus j’avance des arguments en faveur de la ferme. Oui j’ai un petit côté tête de mule/ado rebelle !

Au bout de quelques jours de ce bras de fer infructueux, M. Phoenix et moi discutons avec ses parents à lui, qui jusque là étaient restés assez neutres sur le sujet (pour eux, si nous étions très emballés par la ferme, ils accéléreraient les travaux, mais si on ne voulait pas, ils ne seraient pas vexés non plus). Ils nous avouent, à ce moment-là, que dans le cas où on choisirait la ferme, ça leur imposerait quand même des contraintes vis à vis des travaux, et forcément plus de stress.

L’abandon

Bon… si même les parents de M. Phoenix ne sont pas pour, je ne sais plus si c’est une très bonne idée. Surtout que ce seraient les premiers concernés par les travaux et embêtements potentiels, et je n’ai pas envie de leur imposer ça.

On discute de ça avec M. Phoenix, et on se dit qu’on va abandonner ce projet de mariage à la ferme. Oui, les lieux étaient pleins de charme et un mariage dans cette ambiance nous aurait beaucoup plu. Mais les obstacles évoqués par nos parents sont réels et s’ils pensent que ça pourrait vraiment compliquer les choses, autant les écouter !

Nous renonçons donc à notre mariage champêtre, un peu déçus. On se dit qu’effectivement, ça sera plus facile d’organiser notre mariage en région parisienne et, ayant commencé les visites de différents lieux franciliens et normands, on a bien vu qu’il existait des lieux avec beaucoup de cachet ici aussi !

Eh oui, tout ça pour ça ! Cette première étape de recherche d’un lieu, même si elle n’a pas abouti sur quelque chose de concret, a finalement bien représenté la suite des préparatifs : imaginer toutes les possibilités qui s’offrent à nous, les soupeser, s’y projeter, ne pas être d’accord… Et, je te rassure, nous avons quand même trouvé un lieu qui nous plaisaient à nous et à nos parents respectifs ! Mais ça… [attention teasing] c’est pour une prochaine chronique !

Et toi, as-tu visité des lieux qui t’ont fait rêver ? As-tu été obligée de redescendre sur terre à cause de détails pratiques ? Raconte-moi !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



2 commentaires sur “Mais où va t-on se marier ? Entre rêves et désaccords…”

  • Je comprend totalement tes envies ! Dans mes rêves les plus fou j’aurais aimé Mr marié dans le riquiqui village de mes grands parents et installé un chapiteau dans le pre à côté de la maison ! J’ai même pas chercher à estimer le budget tellement le boulot me semblait énorme …
    En tout cas la ferme est pleine de possibilités. Dommage !
    Hate de voir ton lieu du coup !

  • Il y a les rêves, et puis la réalité ! Celle qui finalement nous correspond parce qu’elle correspond à nos vies à ce moment. 😉
    Nous, on voulait un lieu qui ait du caractère. Ce qu’on a finalement trouvé, mais pas dans le sens où on l’imaginait au début. (Suspens…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *