À la recherche du lieu de réception : celui qui n’avait fait qu’une visite

Bien, bien, bien… Nous avons donc les amoureux, nous avons la demande, 6 ans de réflexion et une date (enfin !), il est donc grand temps de se retrousser les manches et de se mettre à la recherche du lieu destiné à accueillir nos familles, nos amis et le joyeux et exubérant bonheur qui va avec.

Nos critères de recherche

Comme il est de coutume de le faire pour éviter que les recherches ne partent dans tous les sens, je te liste les critères que nous avions alors plus ou moins consciemment en tête :

  • Une salle pas trop moche pouvant accueillir au moins 50 personnes assises (précision importante) et un espace pour danser : je dis “pas trop moche” car bien que peu exigeants sur l’esthétique globale du lieu, nous ne serions pas allés jusqu’à louer la très pittoresque salle des fête aux murs moutarde et poutres bordeaux repérée alors sur Internet.
  • Un peu (beaucoup) de verdure à l’extérieur pour le vin d’honneur : car tu te doutes qu’avec ma sévère addiction aux blogs de mariage, j’ai eu largement le temps de me farcir la tête d’images bucoliques type mariées les pieds dans l’herbe en train de jouer au croquet un verre de champagne à la main (si, si, c’est tout à fait faisable, je suis en train de m’entraîner, d’ailleurs).
  • Un lieu pas trop éloigné de notre lieu de cérémonie (15 minutes maxi) : l’idée étant de ne pas faire déplacer trop loin les invités du vin d’honneur.
  • Un hébergement sur place ou à proximité : ma famille venant de région parisienne, nous voulions qu’ils aient la possibilité de ne pas reprendre leur voiture une fois la soirée passée.
  • Un tarif nous permettant de respecter un budget maxi de 3500 € pour la salle et le repas (hors boissons).
  • La possibilité de caser un château gonflable quelque part : et là tu te dis, “mais qu’est-ce que c’est que ce critère à la noix ?”. Et bien figure-toi que quand nous avons commencer à nous projeter dans cette journée, Monsieur Ourson, en bon Papa ours poule, a tout de suite pensé à nos puces et m’a dit “j’aimerais qu’on puisse louer un château gonflable pour que les enfants s’amusent”. Voilà donc le pourquoi du comment.

Sur le critère du prix, j’avais largement eu le temps de faire le tri dans les salles et autres domaines se trouvant à proximité car, au moment douloureux du chiffrage du budget (il y a quelques années, si tu suis toujours), j’avais fait des demande de devis via la célèbre plateforme de recherche de salle. Exit donc les domaines à réserver pour le weekend pour la modique somme de 3000 €. Ne pouvant décemment ne servir que des apéricubes à nos invités, nous nous devions de garder un marge raisonnable pour la nourriture. Idem sur le critère de la distance. Plusieurs châteaux nous proposaient la location de leur orangerie pour des tarifs raisonnables. Mais à plus d’une demi-heure du lieu de cérémonie… Next !

J’avais donc fait une première sélection que je gardait précieusement au chaud histoire de la ressortir fissa au top départ des préparatifs.

Hasard, ou coup de pouce du destin, ce top départ coïncida avec le salon du mariage de notre petite ville de province, et je m’y précipitai donc, seule (M. Ourson étant d’avantage caverne que salons), à la rencontre de tous ces prestataires prêts à répondre aux moindres de mes désirs questionnements. J’y fis alors deux touches intéressantes : un magnifique domaine avec une magnifique salle et un magnifique extérieur, le tout à un tarif raisonnable mais qui avait le fâcheux inconvénient d’imposer son traiteur ; et un restaurant aménagé dans un ancien moulin à eau, pourvu d’une petite salle de réception cosy et un très joli extérieur à des tarifs défiant toute concurrence.

Nous avions donc la première sélection faite via le moteur de recherche il y a une paire d’années + ces deux nouvelles possibilités.

Option° 1 : le domaine qui fait saigner les yeux tellement qu’il est beau

Armée de mon super joli dépliant en papier glacé, je montre à Monsieur ma trouvaille du jour. Il est également séduit. Un rapide calcul et, après location du lieu, il nous resterait un budget de 44 € par personne pour le traiteur. Ça peut être jouable car, par chez nous, on peut avoir un très bon repas, certes simple mais avec des produits frais et locaux, pour ce tarif. Je sors donc le papier reprenant les tarifs du traiteur imposé que j’ai à peine regardé quand la gentille dame me l’avais tendu, n’ayant d’yeux que pour les sublimes poutres apparentes de la salle et le pigeonnier de l’extérieur. Et là (tu me vois venir, hein ?), la belle douche bien glacée. Leur traiteur coûte un bras (et limite l’épaule qui va avec). On prend notre calculette, on pianote à tout va… non, rien à faire ça ne passe pas. En plus, ils prennent un droit de bouchon (qu’ils appellent pudiquement “frais de stockage”). Monsieur me dit de ne plus y penser.

Plus facile à dire qu’à faire. Pendant quelques jours, je me torture l’esprit : “peut-être qu’en rognant sur certains postes ? ou en augmentant un peu notre budget ? en un an de préparatifs, on peut encore économiser…”

Après une digestion difficile, je finis par me rendre compte que finalement, au regard de nos possibilités financières, je ne suis pas prête à lâcher une telle somme pour cette réception. C’est déraisonnable, ça ne nous correspond pas.

Pour nos noces d’or peut-être ? En attendant, next…

Option n°2 : la petite salle des fêtes bien de chez nous

Alors là, niveau tarifs, on est au ta-quet. Rien ne dépasse les 800 €.

Bon, c’est sûr, il ne faut pas oublier de prévoir la location des tables et chaises (souvent comprise) et la location des nappes et serviettes (rarement comprise). Mais cette formule à l’avantage de laisser la liberté du choix du traiteur. Ça tombe bien, j’en ai déjà repéré une tripotée qui proposent des menus très sympas et abordables. Deux gros points noirs néanmoins : souvent perdues dans la cambrousse, ces salles disposent très rarement d’une solution d’hébergement à proximité. Quant aux extérieurs… Disons qu’il faut souvent une bonne dose d’imagination pour visualiser le bucolique.

Pour solutionner le problème de l’hébergement, je prends donc le problème à l’envers et me met en quête d’un gîte de groupe à louer pour le weekend. Bingo ! Je trouve un gîte aménagé dans un corps de ferme, ambiance colonie de vacances avec lits superposés et salle de jeux (on aime !). Il y a une salle des fête à proximité (yes !), elle est récente et plutôt sympa à l’intérieur (yes !) mais il n’y a pas un brin d’herbe pour y poser notre vin d’honneur (no !).

En me baladant sur le site Internet du gîte, je remarque alors qu’il possède également une grange à louer. Il est préciser que cette salle n’est pas louée pour les mariages à cause des nuisances sonores. Mais peut-être pourrait-on la louer juste pour le vin d’honneur (l’extérieur est bucolique à souhait) ? Je téléphone donc à la propriétaire qui m’informe que le gîte serait libre sur nos dates (danse de la joie) mais qu’elle ne souhaite pas nous louer la salle pour un vin d’honneur car les mariages, elle a déjà donné, trop fatiguant, trop de mioches à surveiller, etc., etc. (danse de la loose).

Bon. Pas de panique. Après tout, on nous donnant un peu sur la déco, on arrivera peut-être à le rendre sympa, cet extérieur de salle des fêtes. Nous prévoyions donc une visite de la salle et une visite du gîte.

1344547079_376103966BI

Crédits photo : CamptoCamp

Option n°3 : le restaurant où tout qu’il est compris dedans

Ici, je te présente LA solution de facilité par excellence. Et pour un mariage que nous souhaitions sans prise de tête, là, on ne pouvait pas faire mieux dans le genre.

Revers de la médaille, les menus sont souvent plus figés que ce que proposent les traiteurs. Trois restaurant dans notre budget et pourvus de solutions d’hébergements ont retenu notre attention : deux restos trouvés via le moteur de recherche, et l’hôtel-restaurant découvert lors du salon du mariage. Il ne faut pas se voiler la face, les photos de l’extérieur de ce dernier nous plaisent vraiment beaucoup.

Première visite : et au milieu, coule une rivière

J’appelle donc le restaurant pour prendre rendez-vous pour une visite et tombe sur la gérante (qui est charmante). J’en profite pour nous réserver une table pour le soir, histoire de tester le cuistot.

Nous arrivons sous la pluie… oui, c’est normal en Picardie. C’est l’hiver, pas de fleurs, des arbres nus… Même comme ça, nous sommes sous le charme. Il y a une tonnelle pour le vin d’honneur, la roue du moulin tourne tranquillement sur son axe, entraînée par l’eau d’un bras de la rivière voisine, nous sommes cernés par les pâtures et les champs. Bon, bon, bon, on ne s’emballe pas. Attendons de voir le reste.

Lieu de recption

Crédits photo : Le Moulin des Forges

On discute un peu avec la gérante qui nous informe qu’elle vient de racheter le lieu, et qu’elle prévoie tout un tas de travaux d’ici le printemps (dont la rénovation de l’intégralité des 20 chambres de l’hôtel qui ont effectivement bien vécu). Puis elle nous fait faire le petit tour du propriétaire. Les extérieurs sont juste gnniiii !, tu l’auras compris. La salle est sympa, assez intime mais suffisamment grande tout de même. Il est prévue qu’elle soit rafraîchie également. Nous visitons une des deux chambres déjà rénovée. Petites mais cosy, j’imagine déjà mes invités s’y écrouler après avoir swingué jusqu’au petit matin.

Nous nous installons ensuite dans la salle pour discuter de ses prestations. Bien entendu, comme dans tous les restaurants, pas d’argent à ajouter pour la salle. La déco des tables est également comprise dans le prix du menu. Elle sera installée par l’équipe selon nos souhaits le matin du mariage. La décoration de la salle pourra être faite par nos soins la veille, voire l’avant veille (si il n’y a pas de repas prévu le vendredi soir). Le resto dispose d’une annexe qui peut abriter le vin d’honneur en cas de pluie. Ils disposent également d’une chambre accessible aux personnes à mobilité réduite (pour ma Mamie et ses 91 printemps). La chambre des mariés est quant à elle offerte (huhu !). La gérante peut nous proposer une à deux baby-sitters pour gérer la marmaille ainsi qu’une salle de jeux et un espace dédié pour les accueillir quand la fatigue se fera sentir. Elle peut également prévoir un brunch pour le lendemain. C’est une dépense que nous n’avions pas prévu de faire, mais vu le prix des menus, il faut avouer que c’est tentant.

Reste l’épreuve de la dégustation. Nous nous faisons plaisir avec un menu entrée/plat/dessert (la gérante nous offre le trou normand et le vin), et là nous achevons d’être convaincus. Le repas est excellent. Les plats sont simples mais les produits sont frais et bien travaillés. Tout ce qu’on aime.

Une deuxième visite ?

Sur le chemin du retour, nous tournons en boucle sur les avantages du lieu. Tous nos critères sont réunis, plus d’autres auxquels nous n’avions pas pensé. Enfin presque tous… Problème d’accessibilité pour la livraison du château gonflable (snif !), mais son absence sera compensée par une super salle de jeux.

Je demande à Monsieur s’il souhaite visiter d’autres lieux. La question n’est pas innocente car, personnellement, je n’en ai pas la moindre envie. Pendant toute la visite, je me suis projetée dans le moindre recoin de ce lieu. Pour moi, pas besoin de chercher midi à quatorze heure, c’est celui-là, pis c’est tout. Monsieur Ourson est également de cet avis. Nous l’avons donc notre lieu de réception (Youpi !).

Et toi ? Combien as-tu fais de visites avant de trouver LE lieu ? As-tu aussi eu un coup de cœur ? Raconte-moi !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



10 commentaires sur “À la recherche du lieu de réception : celui qui n’avait fait qu’une visite”

  • Vive le choix avec une seule visite! 🙂 On a fait pareil pour nous pour la salle (un coup de coeur en découvrant l’intérieur parce les extérieurs en hiver c’est jamais très chouette). Et pour le traiteur. Et pour le photographe (mais là on en avait contacté plusieurs). A voir si cela est payant! Le feeling est important pour quelque chose de ce genre je pense.

  • Han moi aussi j’aurais bien aimé en une seule visite! 😀 Et ça a l’air superbe en effet! Avec le bruit de l’eau en bonus, il y a de quoi être comblé!

  • Nous aussi: coup de coeur à la 1ère visite, pour le lieu ET pour la propriétaire! Un amour d’Orangerie tout à fait charmante et un parc juste sublime (verdure, bosquet, grands arbres, orangers, fleurs, fleurs, fleurs…) et un amour de femme, sensible, dynamique, disponible, pleine de ressources… effectivement pourquoi chercher plus loin? Le tout à 15mns de la maison (et de la mairie!)
    Nous sommes tout de même allés visiter une autre salle (château!!) car nous avions déjà fixé le rdv… très bien, mais ça ne valait pas le coup de coeur du 1er lieu, que nous avons donc choisi 🙂

  • Nous avons visité quelqu’un endroits…pour choisir nous aussi l’option restaurant après avoir sérieusement listé avantages et inconvénients ! 😉

  • Han moi, je pourrais faire un catalogue des salles de mon département tellement j’en ai vu! (une bonne partie seule, vu que l’enthousiasme de M Ben s’émoussait)! Quelle chance! Ca a l’air bucolique a souhait! 🙂

  • C’est un plaisir de voir que l’on n’est pas les seuls à avoir fait une seule visite ! Après des tas de coups de téléphone pour éliminer les lieux magnifiques mais hors budget, on s’est décidé pour une salle des fêtes assez simple, mais au bord d’un lac et avec surtout une charmante résidence vacances à quelques minutes à pied pour proposer une solution d’hébergement pas chère à tous (personne n’est à moins de 200km …). Quand je vois les trouvailles magnifiques de certaines, parfois je regrette de n’avoir pas visiter d’autres endroits. Ça me rassure que d’autres ce sont arrêtéz à la 1ere visite aussi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *