Est-ce normal d’avoir des doutes avant le mariage ?

Comment savoir si c'est le bon ?

Crédits photo : Tanveer Badal Photography

« Je suis fraîchement fiancée et depuis quelques temps je suis envahie de doutes. 

Est-ce que c’est vraiment le bon ?

J’ai lu beaucoup de commentaire sur des forums comme quoi c’était normal, mais aurais-tu des conseils qui puissent donner aux fiancées des clés pour se poser moins de questions ou tout simplement les bonnes questions ? »

– Aelle

Merci Aelle pour cette question. C’est effectivement un sujet qu’on a peu traité ici alors que c’est absolument fondamental !

Le problème, c’est que c’est une question super difficile. D’ailleurs, je n’ai pas de réponse.

A vrai dire, à part toi, personne ne peut y savoir si c’est le bon.

Je sais… Je sais que tu voudrais qu’on te rassure, qu’on t’assure que oui, c’est le bon. Que oui, vous allez vous aimer fort toute votre vie. Que oui, vous allez être heureux.

Mais la vie est pleine de risques. Et se marier en est un. C’est une réalité.

Tu l’aimes aujourd’hui, ton fiancé, certes. Mais est-ce que tu l’aimeras encore dans 5 ans ? Dans 10 ? Dans 40 ?

Personne n’en sait rien. Même pas toi.

Dans ces conditions, c’est normal d’avoir les jetons ! On les aurait à moins. Il n’y a donc pas de quoi culpabiliser ou remettre en cause toute cette histoire de mariage juste parce que tu as des doutes.

Surtout que tu sais quoi ? Se marier, ce n’est pas dire « je t’aime et je t’aimerai toujours ».

Non.

C’est se mettre sur son 31 devant toutes les personnes qu’on aime pour affirmer tout haut  : « je t’aime et je choisis de t’aimer toujours ».

Parce que l’amour, c’est un choix.

Si si, je t’assure.

Ce n’est pas les dieux qui décident d’un coup de baguette magique : un coup tu l’aimes, un coup non. Aimer quelqu’un, vraiment l’aimer, ça se décide chaque matin, ça se vit dans les actes insignifiants du quotidien, ça se vérifie avec chaque attention.

Un peu rassurant quand même, non ?

Oui, l’engagement fait peur !

C’est un saut dans l’inconnu.
C’est prendre un risque.
C’est accepter qu’on ne peut pas tout contrôler.

C’est un peu un pari sur l’avenir.

Mais c’est aussi ça qui est beau, non ?

Et toi ? Tu as des doutes ? Tu as réussi à les surmonter ? Comment tu sais que c’est le bon, le tien ? Raconte !

Tu as une question à nous poser ? Tu peux le faire ici : https://www.mademoiselle-dentelle.fr//poser-une-question/


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



24 commentaires sur “Est-ce normal d’avoir des doutes avant le mariage ?”

  • Pour ma part, avoir des doutes avant un tel engagement, non seulement c’est normal mais c’est même plutôt sain ! Maintenant, j’ai envie de dire qu’on n’est pas obligé de se marier pour être heureux. Et que si vraiment les doutes t’envahissent, c’est peut-être simplement qu’il est encore trop tôt… Parfois, prendre son temps n’est pas inutile. J’ai une amie qui est fiancée depuis 10 ans, elle a 2 enfants avec son homme, et ma foi, ils sont très heureux comme ça !

  • J’ai eu moi même beaucoup de doutes… Je pense que c’est un sentiment tout à fait normal! Le mariage est un engagement à vie ! Si on y allait les yeux fermés qui sait ce qu’on aurait pas vu !!
    En effet, certains seront prêt de suite et n’auront aucun doute alors que d’autres préfèreront attendre afin d’être sûrs ! Mais les deux cas n’empêche pas de s’aimer pour autant !!

  • Pour ma part, il a fallut, un gros drame pour que je mesure l’amour que je lui portais. Avant, je lui disais « je t’aime » sans mesurer ce qu’il représentait pour moi. Il y a eu l’accident, le coma interminable, les diagnostics flippants, sur son éventuel retour à la vie. Durant toutes cette affreuse période, je me suis demandée, si je l’aimerai en fauteuil, avec un œil en moins, amnésique. Je disais aux médecins, que j’étais d’accord pour lui filer tout ce dont il aurait besoin, poumon rein, sang, plaquette, tout … Je serais son SAV, son fournisseur de pièces détachées, si tant est que j’étais compatible. Je voulais qu’il vive, qu’il soit juste cohérent mentalement, le reste je m’en moquais. J’aurai accepté, les prothèses, les cicatrices, tant qu’il restait le même à l’intérieur. C’est après cette épreuve, que j’ai réalisé que je pourrais l’épouser sans crainte. Le plus douloureux, était de vivre sans lui…

  • Je pense que c’est normal et que les questions, c’est à deux qu’il faut se les poser. Pour les mariages religieux, il y a une préparation qui en général incite à se poser ces questions. Si vous ne vous mariez pas religieusement, vous pouvez quand même réfléchir à toutes les questions, avec en arrière plan la grande question : « mais pourquoi se marie-t-on ? est-ce que je ne fais pas une erreur ? ». Certains sites ont fait des listes de questions à se poser, seul d’abord puis à deux, par exemple :
    http://www.mariage-civil.org/?page_id=195

    Allez, hauts les coeurs, ça va passer, et j’approuve totalement ce que dit Mademoiselle Dentelle : l’amour, c’est un choix de tous les jours.
    Une petite image pour la route : http://27.media.tumblr.com/tumblr_m12hrpiqKe1qbwrbao1_500.jpg

  • moi je n’ai pas eu de doute (pendant les preparatifs) enfin pas plus que d’habitude je veux dire… nous on est assez conscient que ça peut se terminer demain, on s’est rencontré tard et donc avons déjà eu des histoires « importantes » ! Alors on a décidé de vivre et de se dire que l’autre est l’homme ou la femme de sa vie (pour le coté romantique 😉 ) mais que ça peut s’arrêter…
    Nous sommes très dans le carpe diem chez nous, profitons d’aujourd’hui !
    Courage ça va passer, tu l’aimes sinon tu ne douterais pas…

  • Nous on ne voulais pas se marier pour une fausse raison. J’entends par là que beaucoup dans notre entourage se marie pour avoir un prêt, les impôts… Nous on veut se marier pour s’unir encore plus, montrer au monde entier que nous nous aimons. Mais il est vrai qu’après avoir dit oui a M. Hermine alors que nous étions aux balbutiements de nos préparatifs, je me suis poser plein de questions. Est ce que je fait le bon choix, est ce que ça va être pour la vie, etc… Je pense que ce questionnement est juste et sain.

  • C’est marrant moi je n’ai pas de doutes du tout… C’est normal docteur ? J’en ai eu beaucoup quand on s’est installés ensemble, mais maintenant que ça s’est fait, que je vois comme on s’entend bien, comme on rigole, comme on dépasse les soucis du quotidien, c’est marrant mais je n’ai juste aucun doute. Voir ton fiancé dans la préparation au mariage je trouve aussi que ça efface pas mal de doutes : si on résiste à ça, on est prêt pour la vie !!! Mais j’aime beaucoup ce que tu dis Mlle Dentelle, quand tu dis que se marier ce n’est pas dire « je t’aime et je t’aimerai toujours » mais « se mettre sur son 31 devant toutes les personnes qu’on aime pour affirmer tout haut : « je t’aime et je choisis de t’aimer toujours ».  » Je trouve ça vrai et beau.

  • bah je crois que Melle Dentelle a bien dit les choses: c’est effectivement une histoire de choix et je dirais même plus de liberté voir de libre-arbitre (mon chéri a été mis sur ma route (Dieu ou le destin comme on voudra) et nous nous sommes choisis et avons décidé de faire ce chemin tous les deux!)
    on a des sentiments, on éprouve des émotions (on est transporté) et on ressent du désir (y compris celui d’être heureux)et aprés ça change … et tant mieux! l’amour est qque chose qui grandit, qui évolue, qui mûrit
    mon mari et moi sommes croyants et je dois dire que la préparation au mariage avec l’officiant (catho ou autre)aide bien parfois (il y a même des choses type Alpha couple _qui n’est pas forcément ouvert qu’à des croyants_)
    se poser des questions puis y répondre est rassurant mais le mariage est aussi une aventure (donc un risque à prendre mais quel risque formidable!?)
    c’est vrai qu’on s’engage envers l’autre et devant les autres mais l’important c’est le respect de cet amour et de faire du mieux qu’on peutn non?

  • En ce qui me concerne, je choisis d’épouser mon Mr Hérisson pas jusqu’à ce que la mort nous sépare mais jusqu’à ce que l’absence d’amour nous sépare.
    Aujourd’hui (ou plutot dans 1 mois), je l’aime, je choisis de me marier avec lui et de s’engager pour le moment, mais je ne sais pas si dans 10 ans ce sera toujours le cas. Alors je préfère, si il n’y a plus d’amour entre nous, qu’on se sépare en essayant de limiter la casse et les rancoeurs. Je sais que c’est singulier comme schéma de pensée pour une bride to be mais pour avoir vu mes parents se hair pendant 10 ans avant d’oser se déchirer, je prône une coupure bien nette.

    Ceci dit, aujourd’hui, comme depuis les 7 ans qu’on est ensemble, je me sens en parfaite union avec lui et n’imagine pas mon futur sans lui!

    • Je rejoins ton point de vue. Je ne dis jamais que mon fiancé est « l’homme de ma vie » car je ne sais pas si dans quelques années ou quelques décennies, nous nous aimerons toujours. Je l’espère, évidemment, mais qui sait ce que la vie nous réserve ? Je ne m’engage pas dans le mariage en me disant que nous serons ensemble jusqu’à la fin de nos jours. Je préfère voir cette journée et les préparations comme un projet commun qui nous permet de nous poser des questions saines (quelle foule de décisions, petites ou grandes, à prendre ensemble en ce moment !) et une célébration pour montrer à nos proches que depuis huit ans, nous nous aimons. Et que nous les aimons aussi.

    • Perso, je trouve ta pensée plutôt équilibrée au contraire ! Je serais même plus extrémiste que toi, en soutenant l’idée du mariage « C.D.D. ». C’est à dire un mariage où tous les 2, 3 ans, les époux décident de poursuivre ou non leur route ensemble. Ils se re-choisissent, en quelque sorte ! Au début, l’idée paraît un peu étrange, mais quand on y réfléchit, c’est plutôt pas mal pour continuer à faire des efforts pour l’autre et à ne pas s’encroûter, non ?

  • Merci pour ce témoignage Miss Anne! Je me sens moins seule dans mes doutes, mes questionnements et du coup mes accès de culpabilisation.

    Dieu sait si je l’ai attendu, à en crever de douleur (tout ça lié à mon histoire personnelle) cette si importante étape. Et là, me voilà parfois me demandant: est ce que j’ai raison? Est ce que je l’aime autant? Est-ce qu’après tout ce n’était pas l’union, l’image du couple marié, plus que de le faire avec lui que je voulais ?

    Et bien non, j’en suis sure. Oui oui. C’est lui, pas un autre que je veux à mes cotés jusqu’au bout. Vivre sans lui serait me couper en deux, me trépaner.

    Et ayant tous deux connu un mariage qui s’est soldé par le divorce, nous savons que s’etre trouvés c’est un miracle et qu’il ne faut pas l’abimer. Et avec toutes les énormes tempetes que nous avons connues, etre encore ensemble et s’aimer est un miracle enore plus grand.

    Mais comme je dis chaque jour: un couple, c’est une bataille à livrer chaque jour pour garder la flamme, voire la faire grandir. Séduire, surprendre, reconquérir, provoquer de la fierté chez l’autre. Voilà ce que j’essaie de faire chaque jour et continuerai à faire.

  • perso je me suis posée pas mal de question, et je dois avouer qu’on s’est bcp bcp engueulé pendant la préparation, bien plus que d’habitude (et qu’aujourd’hui). Pour moi, je le sentais pas comme ça au moment, mais c’est normal de se demander si c’est le bon ou non. Les défauts que je supportais tous les jours, ils me sautaient aux yeux et s’insupportaient à max!! mais à chaque engueulade, je me disais que si si, il était supportable et j’avais besoin de lui.

    ce qui m’a le + rassuré, c’est 2-3 jours avant le mariage, quand t’es vraiment dans les gros stress, c’est qu’avec lui que je voulais être ! donc je me suis dit que c’était bien le bon !!

  • Merci pour cet article ! Je me marie dans un mois avec Chéri après 4 ans d’amour et un bébé en route (je suis enceinte de 4 mois). Nous avons traversé pas mal d’épreuves ensemble et ça n’a fait que renforcer notre amour. Malgré tout, j’arrive à avoir des doutes et me poser des questions… Mais, je pense que c’est dû au fait que le jour J approche à grands pas et je me mets la pression par rapport à ça : fini les « mademoiselle », j’aurai une alliance à mon doigt, je serai une « femme mariée »,… tous ces concepts à adopter en même temps, ça fait un peu peur ! C’est un sentiment étrange mêlant l’angoisse à l’excitation, le stress à l’impatience …

  • Je suis heureuse d’être tombée sur cet article. Vraiment. Je me marie dans 3 semaines avec un homme que j’aime et qui, comme moi, n’est pas parfait, mais m’aime énormément et prend soin de moi à sa manière. Nous avons testés les deux extrêmes de la vie commune, vivre ensemble pendant plusieurs mois dans un 9m2 sans avoir besoin plus d’espace ou se sentir étouffé et pour des circonstances imposées de l’extérieur, quelques mois à distance. Et quand je dis distance, c’est un océan qui nous sépare.

    Nous nous retrouvons dans 2 semaines, après 4 mois éprouvant moralement de distance. Le couple se porte bien et nous supportons relativement bien la distance, mais depuis quelques jours, je ressens ces doutes décrits par vous ci-dessus. Ça me rassure car en 2 ans de vie commune, je ne me suis jamais sentie comme ça et pourtant, je suis heureuse de me marier à lui.

    Cela me rend triste, par contre, de ressentir ces doutes. Pourquoi les avoir si, en reculant de quelques jours seulement, je le sais au plus profond de moi-même que je veux faire ma vie avec lui et que j’ai si hâte d’entamer les prochaines étapes auprès de lui?

  • Merci pour cet article. Je suis tombée dessus en faisant une recherche sur les doutes éprouvés avant le mariage. Il est encore loin, notre mariage (juin l’an prochain) et alors qu’hier (sans exagérer, hier le 29 juin) j’étais extatique à l’idée de me marier, aujourd’hui est venue me heurter comme un bulldozer la flopée de pensées qui sont une véritable torture: « est ce que je l’aime toujours ? Est ce que c’est lui ? Est ce que je suis prête ? Est ce que je veux me marier ? Et pourquoi je me retourne la cervelle alors qu’hier encore je défaillais de joie et que je suis transportée depuis deux mois, depuis que nous avons décidé de franchir le pas, après 9 ans de relation et 6 ans de vie commune ? ».

    A l’heure où j’écris, j’ai la boule au ventre et la tête noyée de doutes. Comme Bibi, je suis triste de les ressentir (et en fait si j’essaie d’analyser, la douleur que je ressens, le nœud d’angoisse qui me retourne le bide, c’est la douleur de ressentir le doute, c’est le désespoir à l’idée même que je pourrais ne plus être aussi amoureuse qu’avant). Quand je respire profondément et que je prends un peu de recul, je me rends compte de plusieurs choses: déjà, que je l’aime toujours autant. Ensuite, que je veux le rendre heureux. Enfin, que je suis totalement contradictoire: rien n’a changé entre hier et aujourd’hui…

    Pour l’instant je ne peux pas me défaire de ces doutes et de cette angoisse qui me tiraille. Ma solution c’est de prendre ça à bras le corps et de creuser un peu dans le tas.

  • Super cet article, franchement je me suis posée ces questions et a été mal pendant plusieurs semaines, je ne savais vraiment pas a qui en parler!
    Puis est venu la rencontre avec le prêtre, et mine de rien, cela m’a fait du bien et m’a fait comprendre au final que c’est l’homme le plus précieux, attachant et que j’aimerais pour la vie!
    Merci pour cet article!!

  • Mon homme, mon roc, mon repère dans la nuit et dans la vie, c’est lui, Monsieur Pingouin. Qui d’autre que lui pouvait à la fois devenir père et tenir bon quand le vent d’un cancer (lymphome) a essayé de nous emporter notre petit chou et moi ?
    Mon homme, c’est le bon. Il est râleur mais délicieusement drôle et inventif. Il est attentionné et généreux, et supporte mon caractère de bouseuse au grand coeur.
    Mon homme, c’est le bon, même s’il est le roi des chaussettes en boules dans le panier à linge sale…
    Mon homme, c’est le bon, tout simplement parce que je sais qu’il m’aime et que grâce à lui, je m’aime un tout petit peu plus chaque jour…
    Mon homme, c’est le bon et c’est aussi pour ça que je l’ai demandé en mariage sur mon lit de réa, intubée et déterminée à vivre pour toujours à ces côtés.
    Mon homme, c’est le bon, et maintenant que j’ai gagné la bataille du lymphome, que je suis rentrée à la maison (depuis fin février), que Gabriel va bien du haut de ses presque un an, et que j’ai repris le travail, on va se marier… En octobre de cette année !!!
    Hé ouais, mon homme, c’est LE BON. ?

  • honnetement non je n’ai pas eu de doute sur l’homme que j’aime je sais que c’est lui le bon , j’ai eu plus des doute sur ma coiffure que sur mon couple 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *