Toi et ta robe de mariée : coup de coeur obligatoire ?

C’est un samedi soir. Comme toujours, je m’accorde un moment pour lire mes e-mails… Céline, jeune lectrice de Mademoiselle Dentelle, m’adresse un S.O.S. Elle est en plein doute.

Cette adorable fiancée, pas toujours à l’aise avec la mode, craint surtout une chose. Au fil des témoignages qu’elle a pu lire, elle s’est persuadée que la rencontre d’une future mariée avec sa robe relève du coup de foudre ! Et que sinon ben… ce n’est peut-être pas la bonne. Si ?

Le temps du doute

Céline a fait quelques essayages et a retenu deux modèles qui « lui vont bien ». L’une de ces robes, surtout, lui plaît. Elle se sent féminine, suffisamment « mariée » sans être déguisée. Elle en parle déjà avec tendresse… mais elle n’est pas tombée à la renverse. Au sortir de la cabine d’essayage, elle n’a même pas pleuré d’émotion !

mariée en larmes

Alors, elle s’inquiète. Son cœur ne s’est pas follement emballé : serait-ce un signe que son choix n’est pas le bon ? N’aurait-elle pas dû ressentir une vague de frissons, preuve infaillible qu’elle avait trouvé sa Précieuse.. ? Est-ce normal, de ne pas avoir eu la « révélation » ?

Je m’empresse bien sûr de la rassurer.

Mais ses questions m’interpellent. Internet regorge en effet de témoignages émus de jeunes mariées, tombées en pâmoison devant La robe. Instant magique, où leur rêve prend vie… Émotion garantie, partagée avec les proches. Oui, c’est bien la bonne, celle-ci, et aucune autre ! Nul doute possible : les larmes sont là, les étoiles dans les yeux, toussa.

hystérie robe de mariée

Du coup, au fil des forums, on retrouve d’autres Céline. Qui se demandent anxieusement si elles ne se sont pas trompées, parce qu’elles n’ont pas pleuré.

Alors, le coup de cœur est-il obligatoire ? Peux-tu vraiment être sûre de ton choix si, devant le miroir,  une vague de bonheur ne t’a pas submergée ?

La rencontre magique : un passage obligé ?

Tu te doutes bien de ma réponse. Non, bien sûr, le coup de foudre n’est pas obligatoire ! Est-ce normal ? Bien sûr que oui ! Est-ce un signe que tu t’es trompée de robe ? Certainement pas. Toutes les femmes sont différentes.

Certaines, expressives, se laisseront aller à une émotion intense, et c’est tant mieux. D’autres seront peut-être influencées par la joie de leur maman, de leurs amies, et craqueront par émulation (alors que si ça se trouve, les amies en question pleurent juste de soulagement, au 81ème essayage !).

D’autres encore, plus réservées peut-être, seront simplement contentes de se trouver jolie, dans cette robe. Comme Céline, elles se sentiront elles-mêmes, en mieux. Elles n’auront pas eu le coup de foudre, et alors ? Pour elles, le plus important est peut-être ailleurs.

Comme ces histoires d’amour qui commencent doucement, sans grand brasier, mais qui durent… Rien de spectaculaire, rien de renversant, mais l’essentiel est là.

essayages de robe de mariée

Crédits photo : Realce Photography

Mythe ou réalité ?

Au fond, cette histoire de coup de foudre ne relèverait-elle pas du mythe ? Voire, peut-être, de l’auto-suggestion ? A force de lire des témoignages sur « la grande révélation », les jeunes femmes ne seraient-elles pas conditionnées pour s’évanouir de bonheur lorsqu’elles trouvent La robe ?

Et à qui tout cela profite-t-il ? Peut-être à l’industrie du mariage… Celle qui veut que ce jour-là, tout soit forcément parfait et merveilleux ! Celle qui te vend – très cher ! – ton rêve. Et qui te fait croire que si tu ne portes pas la bonne robe, ton mariage sera nul… Au fait : c’est la même qui te culpabilise parce que tu ne fais pas du 36 !

miroir, mon beau miroir...

Crédits photo : ABC (Once Opon a Time)

Cette quête de la perfection est sans fin.

Après tout, qui peut vraiment dire qu’elle n’aurait pas été encore plus belle dans une autre robe ?… Je veux dire, il en existera toujours une plus jolie, qui t’irait peut-être encore mieux. Et alors ? Grandir, c’est choisir. Un peu comme avec ton homme. Tu l’as choisi, tu vas lui dire oui. Tu aurais peut-être été tout aussi heureuse avec un autre ! Mais c’est lui. Et c’est vraiment bien comme ça.

Alors, jeune Céline, sois heureuse. Ta robe te plaît, elle te va bien, elle est dans ton budget. Elle colle à l’ambiance de ton mariage. Elle te ressemble. Va en paix ! (Amen)

Et toi ? Tu t’es sentie gênée de ne pas avoir pleuré d’émotion quand tu as trouvé ta robe ? Comme Céline, tu as douté de ton choix parce que tu n’avais pas eu le fameux coup de foudre ? Comment as-tu géré cela ? Raconte !



48 commentaires sur “Toi et ta robe de mariée : coup de coeur obligatoire ?”

  • Je partage tout ce que tu dis Anne… pas de larmes pour moi.
    j’avais trouvé une première robe : sans chichis, confortable avec un mini budget… mais en effet aucune sensations et cela m’a interrogé. Et oui, à cause de la lecture des témoignages, je me disais « ça ne va pas, il faut que moi aussi je vive ce moment de grâce… »
    j’ai donc voulu pousser plus loin et j’ai bien fait, j’ai trouvé mieux.
    Sans larmes du tout, juste un immense sourire et le plaisir de me voir mise en valeur, un style qui me correspondait plus.
    Mais cela ne m’a pas éviter des semaines de doutes…
    et même encore ces jours ci.
    Au milieu de toutes les belles robes blanches, je doutais encore la semaine dernière pour mes retouches.
    Mais quand la vendeuse a traversé la boutique avec MA ROBE ROUGE, je peux te dire que j’ai à nouveau eu un immense sourire et je ne voyais plus qu’elle !!

    Alors pas forcément d’émotions ultra fortes, ni de torrents de larmes, mais un immense bonheur de me faire plaisir avec cette robe.

    • Eh oui, Mlle Coquelicot, c’est bien ça l’essentiel en effet ! On passe toutes par des moments de doute, du fait de la pression liée à l’évènement. Que ce soit une motivation, oui, que ça devienne un frein, non ! 🙂 (P.S. : Anne, c’est pas moi ! ;-))

  • Je suis rassurée de voir ce genre d’articles car je ressens la même chose,
    c’est encore plus compliqué je trouve quand on fait faire sa robe par une couturière, car on a toujours envie de la modifier mais à un moment, il faut savoir dire stop ! et puis internet c’est traitre, on voit tellement de jolies robes (qui ne le seraient peut être pas forcément sur nous) qu’on doute tt le temps…
    quand j’ai essayé la robe, pareil, je n’ai pas eu de larmes de joies, ni d’illumination genre « c’est celle là », mais quand je me suis vue, je me suis dis que j’étais bien dedans, à l’aise et qu’elle me correspondait, avec aussi un grand sourire en partant !

  • AHHHHH.

    C’est rigolo, je viens d’écrire la chronique de ma robe et je me retrouve totalement dans la tienne. Je finis même par une conclusion similaire « Plus on cherche on trouve » et pour moi choisir à été un tous….c’était la vendeuse, la boutique et le petit Whoah qu’elle ma tirée…mais pas de larme, pas de pietinement!!!!

    Et c’est pas pour autant que c’est pas MA MIENNE mais en effet je suis passé par qqs semaines de doute en lisant tous les récits derecherches de robes qui dure 100 ans, qui en essaie 90 et qui se mette à « braire » comme des madeleines quand enfin c’est elle!!! Moi rien de tous ça mais il n’empeche que je le sais c’est ELLE!!

    • Bien sûr : la rencontre avec sa robe est toujours un moment à part, même si on le ressent et on l’exprime toutes différemment (et tant mieux !). Le piège, ce serait de tomber dans le doute permanent parce qu’on n’a pas eu la réaction vive décrite par beaucoup de jeunes femmes !

  • Pour ma part, je suis quelqu’un de très émotive, et ma maman aussi, mais non, on n’a pas versé UNE larme, en me voyant dans ma robe. Bon, l’enfilage d ela 1ere robe est toujours un peu émouvant apske bon « ca y est, c’est pour de vrai », mais non. En fait, j’ai passé tout mon essayage à dire « c’est trop… c’est pas assez… là je verrais plus… » et petit à petit, à force de tatonnements, je me suis retrouvée dans le bustier d’une robe, la jupe d’une autre, meme pas aux couleurs assorties car le bustier était blanc et la jupe champagne. Mais oui, en me voyant dans le miroir, je me suis dit « j’aime beaucoup », et je me suis trouvée jolie. Ma maman m’a dit « c’ets vrai, tu es très bien dedans! », mon décolleté était juste comme il faut, le bustier cachait bien mes arrondis disgracieux, et la jupe, juste froufroutante comme il faut, tout en étant bien fluide. Pas trop bling bling mais pas trop sobre. une robe moyenne, quoi!

    mais pour roien au monde je ne regrette aujourd’hui, d’avoir dit « allons y » pour une robe da,s laquelle je ne m’imaginais meme pas rentrer. Mon mari l’a aimé, a accepté de porter du rose le jour J juste pour etre assorti aux fleurs insérées dedans, et on était si bien assortis tous les deux, que c’est le jour du mariage qu’elle est devenue « ma préciesuse ». Et je sais qu’en la erssortant dans 5 ou 10 ans, je serais à nouveau envahie de cette émotion du « oui », parce que c’est elle qui était là ce jour là!!

  • J’aime beaucoup cet article parce qu’il démystifie un peu le côté robe de mariée de rêve. Mais par contre là ou je suis pas trop d’accord, c’est qu’on doit pas forcément se contenter de se trouver « jolie » dans une robe pour la choisir.

    Je n’ai pas pleuré quand je l’ai essayé, je ne me suis pas sentie émue, ou quoi, ma témoin a même essayé de me freiner, du genre : mais t’es sure ? Mais pour moi oui c’était sur, c’était celle là.

    En fait à chaque fois que ce soit pour ma robe de mariée ou pour tout autre vêtement, j’ai un critère d’exigence absolu : si en portant le vêtement, la première chose dont j’ai envie c’est de sortir dans la rue et de courir partout pour montrer ma dernière trouvaille c’est que c’est un bon achat. Et c’est exactement ce que j’ai ressenti en passant la robe : j’étais heureuse et la seule chose dont j’avais envie c’était de quitter cette alcôve, courir dans la rue en disant à tout le monde que j’allais me marier et épouser mon homme là tout de suite. Ce sentiment là, je ne l’ai pas eu avec les autres robes que j’avais essayées, bien que je me trouvais quand même « jolie » dedans.

    Donc oui, c’est pas parce qu’on a pas pleuré qu’on a choisi la mauvaise robe, mais par contre rien n’empêche d’attendre d’être sure que ce soit celle là, et comme signe il n’y a pas que les pleurs, il y a tout un tas d’autres émotions : le sentiment de réconfort, les images qui se bousculent et les envies que cela procure.

    IMHO

    • C’est un excellent critère que tu nous donnes là ! Je me souviens que lorsque j’ai passé ma robe de mariage civil, je me trouvais si bien dedans, que je me baladais dans la boutique sans avoir envie de l’enlever 😀

      • Tu as parfaitement compris, quand j’ai pas envie d’enlever un vêtement c’est que je sais qu’il va me suivre longtemps. Et ma robe j’ai jamais eu envie de l’enlever 🙂

          • J’en rajoute une couche moi aussi sur ce critère là. Je ne me suis pas effondrée en larmes de joie en choisissant ma robe; d’autant que j’ai essayé la toile et pas la robe en elle-même. Mais quand en essayant la toile, je me suis trouvée: belle, mise en valeur, à l’aise, me ressemblant mais en mieux, et surtout que je n’avais pas envie de l’enlever (oui oui, la toile 🙂 !), j’ai su que c’était ma robe.
            J’ai vu plein d’autres jolies robes depuis, et j’aurais surement pu être jolie dans d’autres robes, mais celle-ci combine tout ce qui me convient !

  • Oufff ca me rassure aussi, car je n’ai pas eu de larmes non plus !! (Je ne suis pas hyper émotive mais je suis hyper expressive).
    Je n’ai pas non plus essayé beaucoup de robe une dizaine a tout cassé (et d’ailleurs je n’aime pas passer une journée à essayer non plus), et quand ca ne me plait pas, ca se voit donc le choix n’était pas difficile.
    Enfin elle est commandée et j’ai hâte de faire les premiers essayages à ma taille et j’espère qu’elle me plairait encore car en bonne girouette que je suis c’est une de mes craintes.

    • Alors je peux te rassurer d’emblée : en général, quand on revoit sa robe pour les retouches, on en retombe amoureuse (parfois plus que la 1ère fois !). C’est ce que j’ai vécu et je crois que je ne suis pas la seule ! 🙂

      • Encore une généralisation qui peut faire douter!
        Moi mes essayages retouches ont été décevants (je pense pour une bonne partie à cause de la boutique)…. Autant avant je m’interrogeais un peu sur mon absence de coup de coeur avec tambours et trompettes, mais je faisais l’autruche, autant là ça commence sérieusement à m’angoisser…
        Ma témouine (qui avait une robe juste évidente pour elle, pour preuve j’avais deviné laquelle c’était sans avoir aucun indice et sans avoir vu ses essayages!!) a douté tout le long ou en tous cas jamais eu d’enthousiasme béat et m’a dit un truc très juste: certaines filles rationnalisent tellement qu’elles ne laissent pas de place à l’émotion, et puis on en attend tellement de cette robe et de ce moment, que quelque part on est forcément déçues!

  • Moi quand j’ai essayé ma robe, je ne pensais pas forcément à celle-là en particulier, et en me regardant j’avais trouvé qu’elle m’allait plus que n’importe laquelle que j’avais essayée. Bizarrement je me sentais plus « Moi » à l’intérieur. Le vendeur (un homme) a eu en plus un waaa assez convaincant en me voyant dedans , chose qu’il n’avait pas pour les autres robes essayées. Pourtant il y a toujours quelque chose qui nous dit « et si tu pouvais trouver encore mieux? ». Mais je pense que ce doute s’estompe au fur et à mesure qu’on a essayé différentes robes, qu’on a affiné notre style et aussi notre budget! Et la on dit STOP! on réfléchit! Moi je rêvais d’une robe de couturier, mais c’était juste financièrement impossible, et je ne savais pas vraiment quel style il me fallait. Celle-la était chère mais très abordable. Alors j’ai pensé à mon homme, et j’ai pensé à cette cérémonie qui donne tout son sens au ‘pourquoi je l’achète cette robe’, à ce qui est vraiment important… ça a calmé mes doutes. En regardant les mariages autour de moi, je me rend compte que les robes des autres peuvent et la plupart du temps ne sont pas des robes haute couture, bien au contraire, mais elle définissent tellement bien les femmes qui les portent que finalement elles deviennent parfaites sur elles. Je pense que j’avais trouvé à ce moment-la LA robe qui me définissait complètement et qu’il n’y avait plus de question à se poser. Et puis les invités ne sont pas dans un magasin où ils peuvent comparer ta robe à celle d’à coté! Ils vont juste t’admirer dans UNE robe qui te définit TOI et qui forme UN TOUT juste sublime.

  • Alors moi j’ai toujours rêvé de me voir en robe de mariée. Je suis très émotive. Je pensais pleurer, mais rien. Ni pour les autres robes, ni pour « the one ». Je me sentais comme tu dis, jolie, féminine, à mon avantage. Et j’ai eu un mini coup de coeur pour ma robe (après 6 mois de recherche…). Je désespérais de ne pas avoir « le coup de coeur » si mythique. Je l’ai eu dans le sens où quand j’ai essayé ma robe j’ai su que c’était elle, c’est tout.
    Le jour J je n’ai pas pleuré non plus en passant ma robe, c’est venu après.

    Comme tu dis, l’important est ailleurs… Pour moi c’est le regard que celui que j’aime a posé sur moi qui m’a fait frémir, pas mon regard à moi sur mon reflet.

    J’ai aimé les essayages, c’était sympa, mais pas les grandes eaux! Ca m’a plus émue de choisir les musiques du mariage, là je pleurais d’avance!

    Peut être était car j’étais plus « pragmatique » que je n’aurais pensé l’être: je regardais surtout si j’étais à mon avantage, si j’étais jolie, c’était assez rationnel en fin de compte 🙂

  • Ouf, enfin un article qui me rassure! j’ai chosit ma robe en maximum 3h de temps et je n’est fait que 1 boutique. la nuit suivante aprés avoir payé ma robe. Je me suis dit OOOh non je me suis présipitée, car il n’y avait pas eu d’émotion ni de larme. Juste une joie imense de choisir THE robe, mais je ne savais plus ce qui m’avait rendu hereuse les essayages ou le choix de The robe. J’ai complétement paniqué. Puis je me suis dit de toute façon c’est trop tard. C’est une belle robe qui me vas bien, et dans le budget. Et puis là au 2ème essaye , je suis vraiment tombé amoureuse elle est magnifique! mais toujours pas de larme. Je suis rasureé merci Madame TANGO!

  • De rien les filles, c’est plutôt moi qui vous remercie : comme toujours ici, ce sont vos commentaires qui donnent toute leur valeur aux articles proposés ! Vous êtes d’une grande aide à toutes celles qui lisent, mais qui n’osent pas forcément commenter. 😉

  • pour ma part ca a été compliqué…
    Premiere idée une robe courte avec une pointe de rouge petit budget mlariage organisé en 2 mois…
    Et en faisant les boutiques, le drame, je suis tombée amoureuse d’une robe… Mas le coup de coeur… Toute seule devant mon miroir dans ma robe the robe…
    Et là catastrophe, en terme de délai et de budget impossible, mais je me suis dis merde j’explose le budget, ok je le tente, j’ai appelé tous les pronuptia de Paris, je leur ai ecris, j’ai appelé les pronuptia de province prete a faire du trajet pour avoir cette robe… Mais impossible…

    Puis je me suis raisonnée… Cette robe, ne correspondait pas au budget pas au style initial…
    Donc retourneùement de situation, deception, puis raisonnement et la je me suis remis a la recherche d’une robe dans mes critere courte rouge..; Petit budget… Et a force de tergiversation, et d’arragements ( j’ai pas mal bidouillé ma robe, longueur, ajout de ruban, couleur, enlevements de broderies…) ben j’aio eu ma robe, la seule et l’uniqu, et plus je l’ai arrangée plus elle m’a plus plu elle était mienne… Vu que j’en ai eu pour un mini budget ben j’ai pu m’éclatter avec les accessoires, un merveilleu bibi de so helo : http://www.so-helo.com/mariage/# , des bijoux de chez elle aussi fait sur mesuure… Un echouette chignon..; des chaussures a ma facon…
    Et c’est parti…
    Bref un bonheur…
    Je me suis éclatée et ma robe a été ma robe… Ma précieuse…

    De plus maintenant que le joli jour est passé… Ben j’ai adoré ma robe… elle me ressemblais je me suis investie dedans elle était mienne…
    J’étais vraiment moi même…
    ET même si j’y repense aujourd’hui cette premiere robe etait superbe, mai e m’aurais pas autant plu, je n’aurais pas pu m’y investir autant..; Elle ne ressemblais pas a ce que je voulais montrer… 😉

    Merci madame Tango, de nous dire tout ca ca fait du bien a lire et a entendre..

    • Et juste pour ajouter…
      Cette robe est celle dans laquelle j’ai vecu le plus beau jour de ma vie… Et ca c’est important aussi… C’est aussi a ce moment là qu’elle prend toute sa splendeur… et son histoire…
      Pour ma part j’y suis aussi attachée pour ca pour ce que j’ai vecu dedans… 😉

  • Super article où je pense que la majorité des futures mariées se retrouvent.
    J’ en ai essayé 4 à 5 robes mais la dernière repérée n’était pas dans ma taille. J’ai croisé très fort les doigts et quelques mois plus tard j’ai pu enfin l’essayer en vrai ! et c’est celle là que je vais mettre l’été prochain pour un des jours les plus important de notre vie ( après la demande en mariage). J’ai hate de pouvoir la mettre en tout cas.
    Merci encore pour cet article !!!!

  • Je suis bien d’accord avec ton article, la peur de ne pas trouver THE ONE m’a beaucoup angoissée.

    Je n’ai pas pleurer, ni été émue en me voyant, juste un peu bizarre , c’est le moment où on se rend compte qu’on va vraiment se marier.

    Ma robe est totalement parfaite, je me sens bien dedans, elle semble unique à mes yeux et je pense que c’est un des critères à retenir; la trouver unique. Et surtout se sentir incroyablement belle dedans !!! (drôle d’effet pour nous les femmes qui nous trouvons tjrs pleins de défauts ! )

  • Oui, tout ce battage autour de « The One » m’avait un peu agacée, d’où mon article ! Il n’y a pas qu’une robe, qui serait idéale. Il y a la robe qui nous plaît et qui nous va, et c’est bien comme ça 🙂

  • Je me retrouve totalement dans ton article ! Comme beaucoup ici, j’ai angoissé toute la nuit avant mes premiers essayages : est-ce que je vais trouvé LA robe ? Le style que je veux va-t-il bien m’aller ?

    Et puis, quand j’ai trouvé LA robe, je n’ai pas pleuré. Juste un ENORME sourire qui ne se décrochait pas et des « waaaaah » de mes amis ! Je me sentais belle et princesse ! Mais aucune larme !

  • Merci pour cet article.
    On se marie dans un an et demie. J’ai été faire des essayages pour voir et passer un moment sympa avec ma maman entre ses rdv médicaux pas rigolos de la semaine où je suis descendue voir mes parents.
    Je veux des bretelles ou un tour de cou et du fluide. Pas de volume, pas de traîne. J’essayerais quand même plein de modèles (l’avantage d’être un matin en semaine : j’ai passé une heure toute seule dans la boutique).
    1ère robe : fluide, sans traîne, bustier. Mais la vendeuse me rajoute un tour de cou. La robe me va bien même si en théorie trop grande on dirait qu’elle a été taillée pour moi. Je me trouve jolie mais je veux essayer d’autres modèles. Ma maman est très émue.
    Autres robes peu concluantes mais j’ai passé pas mal de styles.
    1 autre me plait : style ballerine mais même si le cerceau du jupon est petit; c’est très volumineux. Et pas du tout adapté à notre mariage à la campagne. C’est pas vraiment moi.
    Je réessaye la 1ère. Je me sens bien, ma grand mère trouve qu’elle me va très bien, que le tissu est beau, qu’elle est bien finie … (elle a été couturière).
    Mais je doute car j’avais repéré des choses qui me plaisaient dans d’autres marques. On ressort de la boutique.
    Je doute toute l’ après midi, surtout que je ne vais pas souvent dans ma ville natale (et s’ils arrêtaient le modèle ? j’avoue que le discours de la vendeuse disant qu’ils reçoivent tous les 15 jours des fax disant que tel modèle est arrêté est un peu déstabilisant et c’est très commercial). J’appelle ma meilleure amie (merci à elle pour sa patience -clin d’œil perso : je t’adore!), mon chéri. La robe est ce que je souhaite : fluide, je peux rajouter un tour de cou et faire les modifs que je veux comme enlever les 4 strass qui traînent , pas de traîne et elle a un prix raisonnable qui me permet de payer les modifications.
    Je finis par appeler le magasin et reprendre un rdv le lendemain matin.
    Je la réessaye et je n’ai plus de doute : je visualise mieux les modifications (quelques fleurs sur le devant à enlever, comme les strass), je me sens bien et je m’imagine descendant avec elle les marches en pierre à côté de la maison de famille où aura lieu le mariage. Et je la commande (enfin ma maman me l’offre)
    Pas de larmes ou d’émotion renversante mais des choses objectives comme le prix mais aussi la sensation d’être jolie dedans.
    Pour finir mon pavé, tous les modèles avec bretelles déjà intégrées ne m’allaient pas : mal placées, sensation de rigidité des bretelles (elles étaient souvent renforcées) alors que celles rajoutées par la vendeuse sur des bustiers allaient mieux et étaient plus souples. Donc n »hésitez pas à essayer un bustier et à demander tour de cour ou bretelles à rajouter …

  • Personnellement, j’ai su que c’était the One parce qu’en plus de me mettre très en valeur et d’avoir le petit côté folie que je cherchais, quand j’ai continué mes essayages, elle me revenait toujours en tête. J’y comparais inconsciemment toutes les robes suivantes et aucune ne me plaisait autant. Alors je suis retournée l’essayer et je m’y sentais moi-meme en mieux. Donc j’ai signé 🙂

  • Tout à fait d’accord ! Ma robe je l’aime, mais je suis sure que je pourrait etre tout aussi bien dans une autre, sauf que c’est celle là que j’ai choisie…! Et une fois dedans, je n’ai plus eu envie d’en voir d’autres !

  • Amen Madame Tango !
    moi aussi, j’ai été prise de gros doutes une fois ma précieuse choisie… je n’étais pourtant pas du tout partie sur le type de robe que j’ai choisi… c’est ma maman qui m’a poussé à l’essayer… c’était tout à fait moi… mais j’ai préféré en essayer d’autres avant de faire mon choix.
    Après moultes essayages, je n’avais dans ma tête que LA robe proposée par ma maman !
    Pas de larme, pas de boule dans la gorge… alors que la robe n’était pas du tout à ma taille… mais le sentiment de se sentir soi même, pas déguisée et BELLE ! n’est ce pas l’essentiel dans le choix de sa robe?

    le regard de mon mari, et de tous les invités m’ont largement confirmé mon choix… Merci maman ! <3

  • gros coup de foudre pour moi !
    alors que je ne l’avais même pas sélectionné au début….
    la robe parfaite n’existe pas et effectivement on peut toujours trouver plus jolie ,alors je pense que plus on fait d’essayages et plus on a de mal à choisir …

  • Je trouve très juste cette idée selon laquelle grandir, c’est choisir.
    Non, il n’y a pas UNE robe faite pour chaque mariée. Moi, il y en avait au moins deux ou trois autres (avec lesquelles j’ai hésité) qui auraient vraiment pu être ma robe. Et ce qui est dur, c’est non seulement de renoncer à d’autres robes, mais aussi à d’infinies possibilités de tenues avec des accessoires canon qui ne vont pas forcément avec celle qu’on a choisie!

  • Holala la pression de la robe!
    Lors de mes essayges j’ai vu une demoiselle se disputer avec ses copines, témoins et soeurs parce qu’elles avaient émis un doute sur une robe qui pourtant plaisait à la future bride. Ca s’est terminé en larmes et elles ont quittés le salon d’essayage en tirant une tête jusque par terre….

    Pour moi ca n’a pas été une révélation.
    Qui a l’habitude d’être habillée comme ca? D »avoir un tel poids, une telle ampleur sur ses épaules? (je parle des robes longues of course!)
    Alors oui j’ai choisis ma robe avec le sourire mais évidemment elle me correspondait aussi pour son budget. Il y avait de superbe robe à 2000 ou 3000 euros mais je ne pouvais pas me le permettre.

    Avec le recul, 6 mois post D Day je me dis que j’aurai peut-être choisis une autre robe, un autre style mais je ne regrette rien. Ma robe pend toujours dans sa housse, je passe devant 4 X par jour, je ne l’ai toujours pas rangée 🙂

  • C’est génial, tous vos commentaires montrent bien comment chacune vit ces instants précieux selon sa personnalité et ses priorités ! Merci à chacune d’entre vous 😉

  • moi, oui plutot coup de foudre

    des que je l’ai vu dans la catalogue elle m’a tapé dans l’oeil.
    j’ai essayé de me raisonner, car elle était entièrement rouge !

    mais je l’ai essayé qd même, et elle me plaisait toujours autant !
    j’en ai essayé d’autres, complétement ou a moitié blanche, mais ca n’était pas ca, et ca ne m’allait pas au teint (je suis blonde au teint clair).

    alors j’y suis revenue à ma robe toute rouge ! et qui collait bien a mon thème de mariage en fait.
    et tout le monde m’a trouvé très jolie ! meme ma BM qui etait dubitative au debut a été conquise !

  • merci pour ce soulagement! Moi je fais faire la mienne par un couturier avec des détails précis que j’ai glanés sur différentes robes, qui me plaisaient vachement… Mais avec des couleurs pas franchement classiques: jaune moiré rouge comme tissu de « base » et rouge pour les détails… Et au premier essayage, sachant que je n’ai à aucun moment essayé de robes de mariées, on avait juste la base de la robe et on a positionné les détails à ajouter… et ben gros doute… il m’a fallu du temps pour m’habituer à être en « grande » robe moi qui n’en met déjà quasi jamais, puis doute sur la couleur même si j’adore ces couleurs (est-ce que ça ne va pas faire trop? que vont dire les gens?), et comme elle est loin d’être finie, j’ai eu un doute sur le fait qu’à la fin elle sera belle comme je le voulais… Mais elle me ressemble, et finalement, moi qui voulait au départ me marier en saree, sous certains aspects elle s’en rapproche (sans faire exprès)… Et surtout, est-ce que je serai belle dedans…
    Bon, samedi prochain 2 e essayage, on verra bien l’effet que ça va me faire…

  • Merci pour cet article ! Je suis dans le cas de Céline, j’ai trouvé une robe qui me plaît, me va, fait mariée sans faire trop, et qui est dans mon budget. Parfois je me demande si j’ai fait le bon choix… Mais je suis rassurée en lisant ça, et j’espère que quand je verrai la robe commandée à ma taille, je n’aurai plus de doute !

  • Moi non plus, pas de larmes.
    J’avais plutôt la pêche et le sourire jusqu’aux oreilles, oui!
    Une robe qui me va, colle avec mon thème, me ressemble et ne pas (surtout) pas me ruiner. J’ai juste eu beaucoup de mal à la retirer, tellement j’étais bien dedans, et à en voir le visage tout rouge de mon frère et les yeux brillants de ma mère, ça m’a rassurée, mais j’aurais pris cette robe de toute manière, car elle me ressemble. Peu importe l’avis des autres en fait! 🙂

  • Rolala, pitié Madame Tango, aide moi je suis perdue! Sur la dizaine de robes que j’ai essayé, 3 sortent du lot et me vont très bien… Les 3 sont radicalement différentes, les 3 ont quelque chose d’original (l’une est noire et blanche, l’autre à un col tour de cou, et l’autre est de forme sirène avec des bretelles en dentelle)… Sur ces 3 « coups de coeur », l’une ressort plus que les autres, la robe sirène. pour moi… Mais toutes celles qui ont vu les robes en préfèrent une autre… Sur le coup je doute, aurais-je des goûts de chiottes??!! Pas une seule personne n’est d’accord avec moi, toutes prendraient une robe différente! Dois-je les écouter et prendre une robe qui me plaît beaucoup, mais qui n’est pas celle que je préfère? Ou dois-je prendre la robe que je préfère, même si, à priori, ce n’est pas celle là qui me va le mieux???

  • J’aime beaucoup cet article!! Moi je n’ai jamais eu de « coup de coeur » et ça me fait toujours de la peine quand je vois que tant d’autres fillancées ont eu droit à ce beau moment d’émotion.. j’avais juste une série de critères très spécifiques (fluide, des petites manches, un joli décolté, pas de traine, pas de tulle, pas de dentelle ou de perles). Du coup désespérée à 5 mois du mariage ayant déjà épuisé milles et un catalogues et sites internet sans voir un seul modèle dans mes critères, je reçois appel de ma mère qui « avait trouvé la robe parfaite en passant devant une boutique ». Résultat : un rendez-vous obtenu en forcing par ma mère le lendemain, un essayage dans une salle bondée avec une robe de 4 tailles en trop, modèle jaune canari et avec une grosse fleur moche (amovible ensuite). Et un quart d’heure pour faire mon choix!.. Enfin vous imaginez le stress quoi.. Je l’ai prise ‘ »par défaut »; n’ayant jamais rien trouvé d’autre et j’ai attendu angoissée que mon modèle arrive quelques mois plus tard.. Et là lors des premiers essayages il y avait plein plein de choses à retoucher pour que ça m’aille.. A la fin elle m’allait bien, elle était agréable à porter et elle correspondait à tous mes critères. Sans plus. Disons que je ne pense pas avoir été « sublimée ». Ni que cette robe était ma « précieuse ». Mais au risque de choquer.. est-ce que LA robe a tant d’importance finalement…? J’aime à penser que dans n’importe quelle fripe blanche, mon futur mari aurait été tout aussi ému de me voir entrer dans l’église 😉

    • 🙂 ca fait plaisir de lire que je ne suis pas la seule! Tout est question de priorites, et pour moi la robe n’en etait pas une…..Aucune envie de porter une robe a 2000€ (meme si j avais eu le budget pour, j aurais bien eu trop peur de l’abimer, je n aurais pas ose bouge dedans, a quoi ca sert du coup?!), ni aucune envie d’ecumer les magasins de robes de mariee….donc….la premiere qui m’allait (tres) bien, hop!
      Je ne crois ni au Prince Charmant, ni au fait qu’il y a une et une seule personne qui nous est destinee dans la vie….alors, pourquoi n y aurait-il que UNE seule robe, LA PRECIEUSE?!?

  • Voilà que je tombe sur cet articles et ses merveilleux commentaires alors que j’ai signé pour ma robe cette semaine ! Pas de larmes, pas de grosse émotion, une seule boutique, une créatrice à la philosophie sur laquelle j’avais craqué au début de mes recherches, une robe de fin de collection donc une décision rapide à prendre, mais une gérante adorable, une boutique où l’on se sent bien, des robes à tomber (Elsa Gary, surtout ne t’arrête pas !), une robe en particulier qui me ressemble (à l’unanimité de moi, ma sœur, une amie et la gérante), un premier essayage où le coup de cœur papier devient le coup de cœur porté et un second essayage précipité pour cause de rupture de stock imminente !
    Jusqu’à ce second essayage, beaucoup de doutes : ne vais-je pas trop vite, ne dois-je pas essayer d’autres styles, d’autres créateurs, comment être sûre, … ? Sauf que, malgré quelques autres modèles qui me plaisaient sur papier, pas d’envie de les essayer vu que je les trouvais trop « fades » par rapport à mon coup de cœur.
    Une fois la robe à nouveau enfilée lors du second essayage, plus de doute (et le sourire de mon amie, qui a rejoint celui de ma sœur la fois précédente n’a fait que confirmer mon choix), ce sera celle-là ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *