Quand une indécise cherche sa robe… seconde étape : les essayages (partie 1)

La dernière fois, je t’ai laissée sur ma décision d’aller faire mes essayages accompagnée de ma maman, après un petit cas de conscience concernant mes accompagnatrices.

Je t’avoue que je craignais un peu de ne pas trouver la robe de mes rêves. D’une part car les standards des boutiques françaises ne correspondent pas forcément à ce que je recherche. Et d’autre part car j’avais la peur irrationnelle que rien ne m’aille.

Pourtant, je suis dans la moyenne des tailles proposées (je fais une taille 40), mais je suis tout de même très loin du physique des mannequins des catalogues de robes de mariées, ne serait-ce que par ma taille (1m58 *et demi* très important le demi !).

Pour que tu comprennes mieux mes complexes, faisons un petit état des lieux niveau silhouette :

Points forts :

  • des jambes relativement fines et musclées
  • une petite poitrine qui tient bien toute seule. (Même si je rêverais d’une poitrine opulente, je sais que mon petit bonnet est plutôt un atout : si la robe le demande, je peux me passer de soutien-gorge !)

Points faibles :

  • un buste court
  • un haut du corps grassouillet (petite bedaine et haut des bras flapis)
  • des poignées d’amour dans le dos, ce qui m’interdit les beaux décolletés plongeants côté verso…

Bref, en exagérant un petit peu, je suis quand même plus proche de la silhouette trapue d’une petite Goronne, que de celle, svelte et élancée, de la princesse Zelda !

goron_dinx_by_knickolaus-d38thnb

Crédits photo : The Knick

C’est donc avec un mélange d’excitation et d’appréhension que je me suis rendue à mon premier essayage.

J’avais choisi Rosa Clara car ma cousine avait choisi sa (belle) robe là-bas, quelques mois plus tôt, et était ravie du service. C’est l’une des boutiques qui comportaient le plus de robes correspondant à mes critères, et j’avais pré-sélectionné plusieurs modèles.

Après un accueil chaleureux, où la vendeuse écoute attentivement mes prérogatives, je lui fais part de mes choix. Elle me suggère néanmoins d’essayer d’autres modèles, même ceux que je n’aime pas a priori. Car, me dit-elle, on peut avoir des surprises. Je ne regrette pas de l’avoir écouté, puisqu’après tout, on a pas l’occasion d’essayer des robes de mariées tous les jours !

Nous entrons ensuite dans une grande cabine privative, à mon grand soulagement, car l’idée de devoir essayer des modèles devant les autres ne me plaît guère ! En plus, la vendeuse est vraiment sympa, attentive et décomplexante.

Ces essayages me confirment illico que les jupons volumineux et rigides (tel le modèle Bilbao que j’essaie pour faire plaisir à la vendeuse) ne sont pas pour moi. Je me sens vraiment engoncée, coincée, privée de ma liberté de mouvement.

Mais je suis surprise de voir que ça ne me va pas si mal que je le pensais. Et que certaines robes subliment vraiment la silhouette, comme par exemple le modèle Bremen, loin de mes goûts, mais qui affine vraiment la taille.

En revanche, je découvre avec surprise que les modèles type vestales, avec des drapés, ainsi que les tailles empire, ne mettent pas vraiment en valeur mon physique, manquant un peu de structure au niveau du haut du corps.

robe Rosa Clará Bremen

Crédits photo : Rosa Clará, modèle Bremen

Très impliquée dans son rôle, ma maman tient un carnet, où je lui ai demandé de noter chaque modèle de robe, et de noter à côté nos commentaires. Je la vois appliquée, très concentrée au-dessus de son carnet. Avant de comprendre au bout de plusieurs robes qu’au lieu de se contenter d’écrire le nom de chaque robe, elle a entrepris de me dessiner dans chaque modèle, qu’elle reproduit de la façon la plus fidèle possible ! Du coup, elle a quelques modèles de retard… Mais je possède en souvenir un magnifique carnet de croquis digne de Karl Lagerfeld.

Vient l’essayage des modèles que j’avais repéré…

Après une légère déception avec le modèle Beth, finalement un peu trop sobre, je suis ravie de mes deux autres présélections, la robe Beatriz et la robe Berméo.

La Beatriz a une coupe simple, mais de jolis détails de dentelle au niveau des hanches. Une fois accessoirisée d’une belle ceinture bijou, elle est magnifique. Ma maman adore, moi aussi… Mais avec un petit doute sur les manches ballons un peu larges : j’ai peur du côté “chemise de nuit de Wendy dans Peter Pan”.

Mais la vendeuse nous assure qu’on peut tout retoucher et qu’elle pourra ajuster les manches.

robe Rosa Clará Beatriz

Crédits photo : Rosa Clará, modèle Beatriz

Quelques instants plus tard, gros craquage pour la robe Berméo, qui a toutes les qualités pour être LA robe.

Tu te souviens, j’avais des doutes sur les matières satinées. Eh bien c’est pourtant le cas de cette robe, et finalement, une fois sur moi, j’adore !

La coupe est près du corps mais joliment ceinturée pour marquer la taille, et le liseré de dentelle en bas de la robe est sublime. Quant au buste recouvert de dentelle, c’est tout à fait ce que j’aime (avec quelques centimètres en moins, buste court oblige) !

J’en oublie même qu’il n’y a pas de manches pour cacher mes bras, et je me surprends à me trouver vraiment sensas’ dedans… Autant te dire que la vendeuse m’a pris pour une vraie dingue avec mon obsession du haut des bras. Je l’ai vu échanger des regards entendus avec ma mère du genre “mon Dieu, ces filles sont dingues avec leurs complexes !”.

robe Rosa Clará Bermeo

Crédits photo : Rosa Clará, modèle Berméo

Au niveau budget, on est dedans. La robe Beatriz demande néanmoins un budget un peu plus important niveau accessoires (car j’ai découvert que les ceintures et voiles peuvent alourdir le budget de façon considérable, j’étais assez effarée des prix des accessoires !).

D’ailleurs, je te parlerai sans doute un peu plus tard de la question du voile, toujours pas tranchée à l’heure où je te parle…

Même si je préfère attendre mes autres essayages, je sors déjà persuadée que ma robe se trouve dans cette boutique. Je passe les jours qui suivent à hésiter et à changer d’avis 50 fois par heure entre Beatriz et Berméo, à aller les contempler sur le site dès que j’ai un moment.

Et toi, as-tu été surprise de voir que plein de robes pouvaient t’aller ? Tes accompagnatrices tenaient-elles un petit “carnet de bord des essayages” ? Raconte-moi !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



14 commentaires sur “Quand une indécise cherche sa robe… seconde étape : les essayages (partie 1)”

  • Nous faisons la même taille! (J’ai remédié au problème avec 12 cm de talons!) Et je vote pour la Borméo!! 🙂

  • Les 2 dernières robes sont juste magnifiques! Je suis légèrement plus petite (1m 57 (officiellement parce qu’en réalité c’est 1m56 mais ça c’est mon petit secret)) que toi et je complexe aussi sur mes bras, mes fesses, mes seins, mes cuisses…. En tout cas je suis bien contente d’avoir lu ton article car je m’y retrouve totalement! J’espère que tu trouveras la robe de tes rêves!

  • Aha pour le 1m58 1/2 ça me fait bien rire, je fais moi-même 1m59 1/2. Si proche du 1m60… mais pas atteint! 🙂

    Moi j’ai choisi une rbe que je n’aurais jamais essayée de moi-même. Et mon mari n’aimait pas trop ce syle dans les magazines, et pourtant il a adoré lorsqu’il l’a vue sur moi.
    Comme quoi, j suis bien d’accord pour dire qu’il faut essayer plusieurs robes avant de se décider. Et écouter les vendeuses!
    J’ai moi-même fait une douzaie de boutiques, donc je te soutiens dans ta longue quête!

  • hahaha tu m’as fait bien rire avec tes complexes… je me suis retrouvée… sauf que je suis un poil plus grande ^^ 1m70… la vendeuse de chez Pronuptia (dont les robes étaient un tout petit peu trop courte) ne me croyais pas… apparement, chez eux, à partir d’une certaine taille (grande taille dans tou les sens du terme) tu paies un supplément… Donc si tu n’as pas de chance et que tu fais 2m12… tu paies un supplément… je trouve ça inadmissible ! que tu fasse 2m12 ou une taille 56, je ne comprends pas qu’on te fasse payer plus cher sous pretexte que tu ne “rentres pas dans la norme”!
    en tout cas, je rejoins les autres brides, je trouve que le plus joli modèle est le Berméo, mais je suis sûre que tu as trouvé bien mieux ^^

  • EXCELLENT CHOIX!!!! D’autant que j’avais fait les mêmes! j’avais craqué sur les deux robes!!!!!! j’adooooooooooooooooooooooore!
    malheureusement, ma tros grosse poitrine et mes hanches trop marquées ont remporté la partie! j’ai dû me résoudre à abandonner ces robes!
    quelque soit ton choix je plussoie!!!!

  • Alors là je trouve vraiment la Borméo magnifique alors que je suis plutôt fan des robes beaucoup plus “princesses” c’est-à-dire assez gonflée en bas

  • Je voulais faire part de mon expérience toute récente sur cette marque.

    J’y suis allée la semaine dernière en semaine. Accueil très froid, on m’a mise dans un coin avec un catalogue. Une vendeuse se fait eng***** par sa chef devant nous. Charmant… Puis au bout de 15 minutes une vendeuse vient me dire ce qui selon elle me va. Manque de bol, je fais de la couture moi même, j’ai essayé des robes de toutes formes (crinolines, paniers 18e, robes droites 1910, bref j’ai essayé toutes les formes au travers de l’histoire ou presque. Je suis en sablier, je sais qu’il faut marquer ma taille. Mais elle me répond: “c’est à moi de décider de ça mademoiselle”.

    Et puis j’avais débroussaillé chez d’autres marques, clairement il me fallait une robe comme ça, j’avais eu le temps de vérifier. (A la fin elles ont plus ou moins reconnu que “ohhh c’est votre forme!”

    Je leur indique que dans mon mail j’avais retenu 5 modèles pour vérifier qu’ils seraient dispos à l’essayage lors du RDV. On m’avait répondu que 3 sur 5 étaient “essayables”. Super! Mais mon mail a du passer à la trappe, mes modèles préférés on leur a marché dessus.

    Ensuite on m’a montré les matières. Les robes étaient sales, (mais genre très sales) trouées pour certaines, une jolie robe en organza n’était pas reconnaissable du tout une fois sortie du dressing tellement elle était frippée. Incroyable. Invendable en l’état, même avec de l’imagination, personne n’aurait pu se projeter dans un sac à patate pareil.

    Ensuite on m’a emmenée dans une cabine où l’on m’a demandé de me déshabiller. Sans aucune intimité. La nana restait là, devant mois. La porte même pas fermée derrière elle. Ok même si elle me voit en petite tenue après, on ne laisse pas les gens se déshabiller comme ça en public. C’est un moment privé. Même pour les cours de dessin de nu on ne laisse pas le modèle se défroquer devant les gens… Ni se rhabiller. Bref. Passons.

    J’essaye quelques modèles sans les sous vêtements qui vont avec. Qu’on me dise: “il faut une cage/jupon normalement avec cette robe”, et qu’on me fasse essayer sans me fait halluciner. Une crinoline sans cage en dessous ça donne… “rien”. Je suis bien placée pour savoir que les sous vêtements façonnent une robe et que sans eux, ça change du tout ou rien.

    J’ai insisté 3/4 fois pour essayer la robe qui avait le plus retenu mon attention. La vendeuse finit par me répondre au bout d’un moment qu’elle ne croit pas l’avoir. (Au début elle évitait la question tout bêtement).

    Finalement en ressortant, elle me marque sur un papier que la robe que j’avais “préférée” c’était celle que j’aimais au départ. (Je crois qu’elle n’a même pas compris ça, elle a marqué le nom sur l’étiquette bêtement sans faire le lien…) Ok donc je lui demande si je peux essayer la robe X, elle me dit qu’elle ne l’a pas en magasin mais en fait je l’avais sur le dos. (Tellement mal mise en valeur que je ne l’avais pas reconnue…).

    Au guichet, je demande quand la robe pouvait être dispo sachant que je me marie le 06 septembre à 700km. Elle me répond oh nous on les recoit en Avril Mai y’a pas de soucis, on la stocke au dessus. Moi: “oui mais les retouches, tout ça.. moi je veux savoir quand je peux l’avoir, j’ai de la route à faire…” Elle: “ah mais pas de soucis en avril/mai c’est chez nous”! Ce manège s’est répété 3 fois, elle n’a pas compris la question. J’ai fini par dire que moi j’en avais rien à cirer de savoir qu’une robe pas à ma taille était stockée chez eux en Avril/ami. Au final elle ‘ma dit que je l’aurais surement 2j avant le mariage. Merci madame pour votre bienveillante coopération!

    Ah et j’ai oublié de dire que ma mère venue avec moi a eu un mal de chien à avoir les prix. La première vendeuse a dit un truc qui ressemblait fortement à : “je ne peux pas vous dire” avant les essayages. J’ai du alors dire que je refusais d’essayer une robe hors budget. Bref. Un cauchemar.

    J’avais beaucoup d’espoir en cette marque vraiment sympa et raffinée sur le catalogue. Je suis peut-être mal tombée? Je me demande encore comment j’ai fait pour rester zen et garder le sourire d’un bout à l’autre. Mon dieu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *