Témoignage : vis ma vie de vendeuse de robes de mariée

Te souviens-tu de mon coup de gueule du mois de mai dernier ? Alexandra souhaite te faire connaître l’envers du décor… Elle a gentiment accepté de répondre à mes questions, et c’est avec plaisir que je te propose aujourd’hui de découvrir la vraie vie d’une vendeuse de robes de mariée !  

Future mariée 2014, je passe beaucoup de temps à parcourir le blog. Mais voilà, j’avoue qu’il y a une chose qui me dérange. Les vendeuses de robes de mariée passent souvent pour de vrais démons assoiffés d’argent. Tout ça parce que certaines ont eu de mauvaises expériences, il y a une espèce de diabolisation de la profession, qui, du coup, met la pression à la future mariée prête à acheter sa robe… 

J’ai été moi même “vendeuse de rêve” durant 2 ans pour de grandes enseignes du Mariage, et je voudrais te décrire ce qu’est vraiment ce métier, vu de notre côté du rideau.

Salon du mariage Carnet Blanc La Garde

Crédits photo : Salon du Mariage

Travailler chez Big Brother

Tout le monde croit que, parce que nous sommes entourées de merveilleuses robes et de femmes heureuses, nous devrions passer notre journée à chanter des louanges, la bouche en cœur, en jetant des pétales de roses sur leur passage.

Mais la réalité, la voilà : la première chose à savoir, c’est que dans les grosses boutiques, ou les petites boutiques d’énormes groupes, nous sommes hyper surveillées. Souvent, les caméras ne sont pas là pour les vols. Elles retransmettent  en direct les images à notre boss, qui passe sa journée à nous fliquer. Donc, à la moindre cliente qui part sans rien, on doit faire un compte-rendu du pourquoi du comment.

Mme Tango : – Pourquoi n’a-t-on généralement pas le droit de prendre ses essayages en photo ? 

Alexandra : – Avant, on avait plus de liberté sur les photos. Mais maintenant, les créateurs et revendeurs se sont aperçus que beaucoup de clientes faisaient reproduire les modèles pour moins cher. Donc en gros, les photos sont interdites pour l’exclusivité !

La pression du chiffre

Nous avons un “panier d’achat moyen”, un certain chiffre minimum à faire inscrire sur le bon de commande. Sinon là encore, on doit expliquer pourquoi la cliente en a pris pour moins de x euros…

De plus, nos fin de mois se jouent sur nos primes, car nous touchons un certain pourcentage du total de nos ventes du mois. Donc la concurrence entre vendeuses est rude. C’est à celle qui aura le plus de clientes, ou la cliente avec le plus gros budget. Et bien sûr, il y a l’objectif quotidien à réaliser, et l’objectif mensuel par boutique ET par vendeuse.

Mme Tango : – Il n’y a quand même pas que le chiffre… Comment êtes-vous formées au conseil, si vous l’êtes ? 

Alexandra : – Nous étions effectivement formées au conseil. J’ai été formée par ma responsable de magasin à l’embauche, puis nous avions une semaine de formation au siège social. Le conseil débute dès l’entrée de la cliente dans la boutique. L’accueil est très important pour tout ce qui va découler derrière.

Il y a beaucoup de choses à connaitre en très peu de temps, qui vont nous orienter vers les robes à choisir. La date du mariage pour les délais, le budget – oui, c’est important, il est stupide de proposer une robe à 5000€ si la dame ne peut mettre que 800€ – les couleurs et le thème du mariage. On jette aussi un rapide coup d’œil sur sa morphologie, sa couleur de cheveux etc…

Souvent, la fiancée arrive avec une idée très précise en tête. Mais elle est souvent déçue, nous devons donc avoir tout ces points en tête pour lui apporter au plus vite d’autres modèles. Puis quand elle a trouvé une ou “sa” robe, il faut la conseiller sur les accessoires. Nous sommes aussi formées à la coiffure, nous devons au moins savoir faire les basiques (chignons, tresses, queue de cheval). A nous de jouer de nos talents respectifs pour faire de la femme qui est devant nous la plus belle des mariées !

Mme Tango : – Pourquoi certaines clientes, à la morphologie hors-norme, sont-elles mal reçues ? 

Alexandra : – J’ai eu la chance de bosser avec une équipe formidable, avec qui ce genre de chose était totalement bannie. Mais j’ai entendu d’autres vendeuses dire qu’il était difficile d’habiller les clientes “hors norme” (brrr… quel vilain mot).

Pour la cliente en surpoids , le souci est qu’il est difficile de trouver une robe à sa taille pour l’essayage. Il y a très peu de modèles au-delà du 44, beaucoup veulent un modèle qu’il leur est impossible d’essayer. Et, il faut le dire, certaines vendeuses ne veulent pas se prendre la tête. Elles refusent tout simplement l’essayage, au profit d’une cliente “standard” qui elle, achètera probablement la même robe, car elle verra à quoi elle ressemblera le jour de son mariage.

Il m’est arrivé de devoir habiller des femmes en 62/64, et de rester tout l’après midi en essayage avec elles, quitte à les faire revenir plusieurs fois dans la même journée, pour leur laisser le temps de faire le point. Je leur donnais mon nom et mes disponibilités pour qu’elles reviennent ME voir. C’est toujours plus rassurant pour la mariée de se sentir en confiance et de n’avoir qu’un interlocuteur.

Pour les filles trop maigres, j’avoue ne jamais avoir connu de souci particulier, si ce n’est toujours le même problème de taille. Les robes sont trop grandes, il y a certainement trop de retouches à réaliser…

Le stress des clientes

Les clientes… Il y a celle qui va venir alors qu’elle se marie dans 1 mois (voire moins, j’ai déjà connu). Donc, gros stress pour lui trouver une robe ! Celle qui va venir avec toute sa famille, les gosses qui courent partout et ne font que des bêtises : merci les robes pleines de chocolat, c’est du vécu aussi. Il y a aussi la cliente hyper stressée, qui va nous harceler tous les jours pour savoir si sa robe est arrivée. La cliente stressée tout court, mais aussi des clientes hyper, hyper sympa bien sûr !

J’ai aussi vu des filles se plaindre, parce qu’elles se faisaient mal accueillir en toute fin de journée. Je crois que les clientes oublient une chose. C’est que les vendeuses sont aussi, pour la plupart, des mères de familles. Quand une cliente arrive à 18h45, alors que la fermeture est à 19h et qu’il faut compter en moyenne 1h pour un essayage, ben t’as les boules, car tu dois encore aller chercher les gnomes chez la nounou, leur faire prendre leur bain, faire à manger, ranger la maison etc….

Mme Tango : – Les retouches : qui les fait ? 

Alexandra : – Dans la plupart des boutiques, la robe ne bouge pas du magasin. Les retouches se font dans l’arrière-boutique par une retoucheuse, ou une vendeuse-retoucheuse.

Un métier physique !

Une robe de mariée, c’est lourd, parfois même très lourd ! Imagine-toi en train d’en promener à bout de bras, des fois par 3, ou 4, ou 6 en même temps, de 10h à 19h. Imagine-toi, un samedi, dans une boutique tellement bondée que tu te vois obligée de refouler des clientes.

Imagine-toi devoir, ce même samedi, gérer 2 clientes en même temps en salon d’essayage, l’accueil, les renseignements, le téléphone…  Tout en essayant de ne pas louper tes ventes, sinon pas de primes ! Il y a aussi le problème des vols. Un samedi, on s’est fait voler 3 robes et 4 costumes…

A la fin de la journée, tu as juste envie de te jeter du haut d’un pont. Plus sérieusement, le soir, on a mal aux pieds, au dos, aux bras, à la tête, partout et il faut encore qu’on fasse le bilan de la journée avec la boss !

Mme Tango : – Les délais de commande : pourquoi est-ce parfois si long ?

Alexandra : – En moyenne, les délais sont de 6 mois. Quand la robe est faite par une couturière, c’est le délai nécessaire à la création de la robe, parfois plus. Dans une “grosse” boutique, ce n’est pas la création qui prend autant de temps, mais le “brassage” des stocks. Il y a des milliers de clientes, et donc des milliers de commandes à gérer !

Bien sûr, il y a toujours moyen de traiter les cas d’urgence. J’ai déjà eu une cliente qui devait se marier dans 15 jours, donc j’ai passé pas mal de temps pendue au téléphone, pour lui dénicher la robe qu’elle voulait et qui est miraculeusement arrivée en moins d’une semaine. Les retouches ont été faites dans la foulée et elle à pu avoir sa robe à temps. J’ai aussi eu le cas d’un couple, qui était juste venu voir et qui est reparti avec la robe d’essayage, tellement le Monsieur était tombé amoureux du modèle !

A retenir…

Tout ça pour dire que, malgré le fait que l’on vende du rêve, c’est un métier extrêmement difficile. Nous ne sommes que des êtes humains comme les autres.

Mme Tango : – Quels seraient tes meilleurs et tes pires souvenirs de vendeuse de robes de mariée ?

Alexandra : – Mes pires, d’abord. Tous les mariages annulés, les mariées venant en pleurs à la boutique pour annuler la commande… Ça fait déjà beaucoup de peine, mais encore plus quand c’est TA mariée (oui, on s’attache beaucoup à certaines clientes).

Mes meilleurs souvenirs… Surtout un, en fait. Une future mariée qui m’a tellement adorée – elle était juste venue pour un costume pour son époux – qu’elle m’a ramené toute sa famille à habiller pour son mariage ! Je me suis retrouvée à devoir habiller les parents, les frères et sœurs,  les témoins et des amis à eux. J’ai eu droit à un chouette faire-part, rien que pour moi, et à une invitation en tant qu’amie sur Facebook !

Mme Tango : – Tu aurais des conseils de pro, pour améliorer les relations vendeuse-cliente ?

Alexandra : – Déjà, de ne pas oublier que des deux côtés, il y a du stress. Pour la future mariée, celui de ne pas trouver sa robe, et pour la vendeuse, de ne pas être à la hauteur des espérances de la cliente et tout le stress lié au travail.

  • Se respecter mutuellement. La vendeuse n’est pas une esclave, et la cliente n’est pas un bout de viande avec un porte-monnaie !
  • Ecouter nos conseils, mais ne pas oublier que tu es la seule décisionnaire, au final.
  • Et surtout, si possible, demander à n’avoir qu’une seule interlocutrice du premier au dernier essayage. Quelqu’un avec qui le feeling passe bien. C’est important.

Et toi ? Tu comprends mieux l’attitude de certaines vendeuses, à présent ? Tu vas suivre les conseils d’Alexandra ? Tu imaginais leur métier comme ça ? Dis-moi ce que tu en penses…



38 commentaires sur “Témoignage : vis ma vie de vendeuse de robes de mariée”

  • Merci pour cet article, future mariée de mai 2015, et après avoir été le témoin de ma meilleure amie en mai 2013, et avoir avec elle fait ces essayages, je reconnais que j’avais une “mauvaise” opinion des vendeuses en boutiques et appréhendais fortement le temps où je devrais moi aussi “affronter” mes essayages

    Merci !!

  • Je me marie en avril 2014 et j’ai acheté ma robe en septembre dès la première boutique.
    Je suis arrivée méga stressée à Rosa Clara à Paris, après avoir lu des milliers d’articles relatant d’expériences affreuses…. et j’ai été extrêmement bien accueillie, par une vendeuse très agréable et très pro, qui ne m’a pas mis la pression pour essayer vite, qui a cerné mes gouts dès le début et qui m’a très bien conseillé! J’ai eu le coup de coeur (avec la larmichette qui va bien), pour une robe que je n’avais pas séletionné sur catalogue (parce que “ah non ça ne m’ira jaaaaaaaaaamais”)… et je suis repartie avec le sourire…
    J’ai pu revenir les 2 samedis suivants avant l’ouverture du magasin avec mes soeurs et mes témoins pour leur montrer ma précieuse, et ce genre de petit truc ça te fait sentir VIP et pas seulement un numéro de carte bleue sur un bon de commande!!
    Donc un seul conseil, ne part pas avec des à priori sur la boutique, sur la vendeuse ou sur ce qui te va…

  • Merci pour cet article car c’est bien de voir l’autre coté du miroir…
    même si je pense qu’on se doute toutes que c’est pas facile tous les jours pour les vendeuses (quelle que soit la boutique d’ailleurs).
    pour ma part, j’ai eu une très mauvaise expérience avec la boutique ou j’ai acheté ma robe et je ne la recommande donc pas…
    Pour preuven lors de mon dernier essayage, mon bustier n’était pas du tout bien. La couturière et la vendeuse me voyant pas bien car je vous assure que cela faisait moche, m’ont presque “engueulés” en disant qu’elle ne pouvait rien faire de plus et que c’était comme ça.
    J’ai donc du faire reprendre mon bustier par une “vraie” couturière et donc repayer pour avoir un bustier digne de ce nom qui collait à ma peau. Comme quoi, cela étauit faisable mais il fallait trabailelr un peu car effectivement cela a donné beaucoup de boulot a ma couturière. Une autre preuve, c’est que ma couturiere a retrouvé des épingles dans le bustier qui ne lui appartenait pas donc cela veut dire que dans la boutique cela avait ete fait “a l’arrache” !!

    Bref, ma robe était sublime (bon je suis pas objective puisqe c’etait MA robe lol) mais j’ai eu pas mal de souci avec la boutique ou je l’ai acheté malheureusement.

  • Ayant lu beaucoup de choses négatives sur les essayages de robes de mariée, j’avoue que j’étais vraiment paniquée à l’idée de devoir me lancer, d’autant plus que je fais partie de la catégorie grande taille.
    J’ai finalement pris mon courage a deux mains et apres une recherche de magasins proposant des robes à ma taille, j’ai eu une très bonne 1ere expérience dans une boutique de St Jean de Vedas prés de Montpellier, où l’on a su me mettre à l’aise malgré que l’on ne se sente pas spécialement princesse en sous vêtements dans une cabine d essayage, et encore plus quand son image de soi n’est pas au zénith. Je n’ai finalement pas acheter ma robe la bas car ma précieuse était ailleurs mais je conseille souvent cette boutique car grace à cette vendeuse charmante j’ai relativisée la chose et j’ai su etre plus detendu lors d’autres essayages (qui se sont tres bien déroulés par ailleurs, mais c’est une autre histoire car c’était aux USA que j ai trouvé MA robe). Donc le meilleur conseil…S’attendre au pire pour apprécier les conseils d’une super Mireille 🙂

  • Salut,

    Merci pour cet envers du décor!!!

    Je suis en plein dedans, 3 boutiques de faites, 3 vendeuses adorables, dont deux boutiques où l’appareil photo était permis. C’est des revendeurs, et comme toutes les photos des modèles sont sur le net, elles ne voyaient pas l’intéret de les interdire! Et moi ça m’arrange, j’ai pu faire voir à ma témouines qui est loin!
    J’ai vu au moins une robe qui me plait dans chacune, je sais pas comment je vais choisir…..

    A+
    Karine

  • Les filles, je suis ravie que le témoignage d’Alexandra vous ait touchées autant que moi ! Le métier a perdu une bonne vendeuse, à mon avis… 😉

  • J’ai choisi ma robe il y a tt juste une semaine, j’ai fais trois boutiques et j’ai été très bien reçue dans les trois.
    Dans la 1ère boutique, j’ai adoré la vendeuse. J’ai même été déçue pour elle car je n’ai pas choisi ma robe dans cette boutique. Maintenant que je vois la pression qu’ont les vendeuses de robes de mariées, je suis encore + déçue pour elle :-S
    J’ai quand même suivi quelques conseils trouvés sur les blogs mariage pour être bien accueillie : j’ai pris des jours de congé pour venir en semaine, quand il y a moins de monde, j’ai demandé avec combien de personnes je pouvais venir et je me suis limitée au nombre donné (3), j’ai aussi demandé combien de robes je pouvais essayer et je suis arrivée avec une liste de robes sans dépasser le nombre autorisé…ça aide je pense ! (D’ailleurs, au final, j’ai pu essayer bien + de robes que le nombre autorisé au départ)

  • Quand je lis tous les témoignages négatifs je me dis que j’ai eu que de bonnes expériance! J’ai fais 5 boutiques sur Marseille et j’ai toujours été très bien reçu. On a même eu droit à du champagne!!

  • Très bien reçue dans les 2 boutiques faites… J’ai trouvé ma robe au 1er essayage, mais pour le plaisir d’essayer des robes j’ai joué le jeu en allant dans une autre boutique!
    Dans la 1ère, j’ai même pu sortir dans la rue pour voir la couleur de ma robe en “vraie”…
    J’ai pu prendre des photos des robes dans les 2!
    Par contre, ici aussi, j’avais pris rdv, j’y suis allée avec seulement 2 personnes, et j’ai été choquée de constater que tout le monde n’avait pas le même savoir-vivre! Ainsi dans les 2 boutiques faites, il y avait à chaque fois une autre future mariée avec sa troupe! Dans la 1ère elle avait amené 7 personnes, et je me demande bien pourquoi puisqu’aucune des 7 personnes n’a osé lui dire que la robe essayée ne lui allait absolument pas (robe qu’elle a prise!)… Dans la 2me une future mariée qui avait amené ses 3 sœurs, ses 2 témoins et sa maman… Elles se sont toutes installées confortablement sur les fauteuils du petit salon d’essayage, laissant debout mes 2 accompagnants (dont 1 enceinte jusqu’aux yeux et ma Belle mère qui bien que jeune, aurait bien aimé s’asseoir aussi!)…
    Bref, je comprends tout à fait que le manque de savoir vivre de certaines futures mariées fassent de temps en temps péter un plomb aux vendeuses!

  • je ne comprends toujours pas cettehistoire d’interdire les photos! quasiment tous les modèles sont sur le net ! ce qu’on veut c’est une photo de NOUS dans la robe pour se comparer avec d’autres! après évidemment si la cliente veut prendre 300 photos de chaque détail/morceau de tissu… faut pas exagérer, mais c’est pas avec une photo en pied, de loin, qu’une couturière pourra copier un modèle, tout au plus s’en inspirer…

  • Waouh on en apprend des choses sur la face cachée des boutiques de mariage. Ce qui est raconté ne m’étonne pas plus que cela mais je ne me doutais pas que les vendeuses avaient des comptes à rendre auprès de leur supérieur si elles ne font pas le chiffre donner par la hierachie. Néanmoins, j’aimerai bien savoir pourquoi il y a des vendeuses qui peuvent être des vrais pitbulls envers les clientes car bon, ce n’est pas en étant aimable comme une porte de prison qu’elles vont faire du chiffre car bon faire pleurer une future mariée est tout sauf commercial (ceci est mon avis personnel). Le témoignage d’Alexandra est intéressant mais on voit que c’est une vendeuse sympa.

  • En lisant cet article, on se dit que les vendeuses augmenteraient leurs chances de réussir une vente et donc d’atteindre leurs objectifs en étant aimable, et en usant des commentaires avec tact! Heureusement, c’est le cas pour beaucoup.

    En tant que maman de la mariée, j’ai accompagné ma fille 2 fois dans une boutique de robes de mariées, nous avons à chaque fois été très bien accueillies.

    La première fois au débotté, peu avant la fermeture, nous n’avions pas pris rendez-vous, nous avons dit clairement que nous venions juste consulter le catalogue, que nous n’achèterions rien tout de suite parce que le mariage était dans 18 mois… La vendeuse a quand-même déshabillé le mannequin pour faire essayer la robe qui nous plaisait (et d’autres en plus). Bien sûr, elle n’avait plus d’autres clients, mais elle a vraiment été adorable et elle aurait bien pu réaliser sa vente 10 mois plus tard… sauf que fifille a trouvé son bonheur pour moins cher dans un magasin d’usine à Nemours.
    Également accueil impeccable, pourtant nous étions 5 donc potentiellement envahissantes, vendeuse et patronne se sont mis en 4 pour nous, en nous proposant des plus sans surcoût alors que la robe est déjà à un prix réduit (genre coudre une étole dans la chute de tissus de la traine que nous faisions recouper).

    Et pour les photos… vu que la première robe se trouve sur le net, que nous sommes reparties avec un catalogue, rien ne nous aurait empêché de faire refaire une robe du même style ailleurs, même si nous n’avons rien photographié.. Ceux qui refusent les photos mènent un combat d’arrière garde.

  • c’est simple, j’ai acheté ma robe dans la boutique ou les vendeuses étaient hyper sympa déjà avec moi, mais aussi et surtout avec ma témoin, ma petite soeur qui (manque de bol) s’était cassée la jambe une semaine avant. Dans la première boutique, on a du insister pour avoir une chaise (!!!) pour ma soeur…
    Pas de photos (elles sont toutes sur le net) enfin si mais en vite fait quand la vendeuse a tourné le dos… J’étais “obligée” de prendre leur guépière, leurs chaussures horribles, alors que j’avais déjà les miennes (un coup de foudre, ca se commande pas)elle m’a foutu un collier que j’ai vite enlevé parce qu’il grattait…
    bref pas cool du tout.
    La deuxième boutique, extra, du début, jusqu’à maintenant. une entière confiance en elles, disponibles tout le temps, on a débarqué avec toute la team, on était reçue comme des reines. Et la robe, magnifique… si j’avais eu plus de moyens, c’est là que j’aurai pris les costumes de mes trois monstres.
    D’ailleurs je retourne dans cette boutique bientot… en tant que conseillère pour ma témoin qui se marie l’année prochaine.
    Mais j’ai toujorus pris rendez vous, demander le nom des collections qu’elles vendaient, prévenu qu’on était un petit nombre ( 4 filles plus moi). Je pense à leur offrir des dragées quand j’y retournerai pour rendre le jupon (qu’elle me loue! c’est vraiment extra)

  • Moi je n’ai rien à redire sur la vendeuse de ma robe!
    très gentille, accueillante, souriante.
    Franchement, elle ne m’a pas du tout poussé à acheter une robe cher, bien au contraire j’ai essayé des robes à tous les prix. Elle n’a jamais influencé mon choix.
    J’étais partie sans a priori, pour passer un bon moment accompagnée de ma maman, et tout était parfait, avec une super vendeuse que je recommande.

    Mais c’est certain que je plains certaines vendeuses qui doivent avoir à faire à des filles assez compliquées je dirais!

    merci pour cet article! 🙂

  • Bonjour !
    C’est super d’avoir ce point de vue !
    Pour ma part, j’ai essayé des robes dans une grande boutique à bordeaux( je ne sais pas si je peux dire le nom) et Aurélie (je crois ?) la vendeuse a été merveilleuse ! J’avais peur d’avoir des reflexions sur mon physique,budget etc .. mais rien, elle a été bienveillante, très pro et très gentille , ça m’a mise à l’aise (gros stress avec le papa,la maman, la tata et la cousine 😉 ) ! Nous avons craqué toutes les deux ( contre avis général ) pour une robe à 800 euros alors que mon budget était de 1500 donc grosse surprise, aucune vieille technique de vente foireuse ! La vendeuse me conseille de n’acheter aucun bijou car pas mon style ,bref ! j’étais surprise, agréablement.. malheureusement, la robe me plaisait mais sans le petit truc en +. je ne ferai pas affaire avec cette très sympathique vendeuse mais elle m’a faire vivre une super expérience ! Je poursuis la quête de ma robe chez un créateur , j’espère qu’il saura me mettre tout autant à l’aise 😉

      • J’espère que ça va être aussi cool pour toi Magalie ! je suis sur ton blog, je vois que tu es de Bordeaux, jespère que tu as été au Funky Wedding Festival ce week end ??? ! 😉 Bons préparatifs 🙂

        • @Popolino: J’ai trouvé ma robe!!!!!Et devine chez qui? Chez Carrière Mariage comme toi!!!!Quel accueil! La vendeuse était adorable comme tout, génial, au petit soin rien que pour moi. J’ai apprécié sa disponibilité et son honnêteté. Quand ça ne m’allait pas, elle était franche et quand j’ai eu le coup de coeur, elle n’a même pas eu à parler, j’ai juste pleurer…Comme une madeleine…T’avais raison, cette boutique est pour moi la meilleure de bordeaux pourtant j’en ai fait 4!!!!!!;-)

          Non j’ai loupé le Funky wedding festival!Je ne savais même pas qu’il y’en avait un sur bordeaux!Je suis deg!!!!!et toi, tu y es allée? Bisous

          • ooooh ça me fait chaud au coeur de te lire !!!!!! super pour toi! et félicitations ! je poste peu mais je suis contente de l’avoir fait et d’avoir ton retour ! c’était Aurélie la vendeuse (jtrouve qu’elle ressemble à Laura Osswald l’actrice allemande si tu veux voir de qui je parle ) ?

  • Merci pour ce commentaire, qui nous permet de relativiser ! En plus, au delà de tout ça, il ne faut pas oublier que ça arrive à tout le monde d’avoir une journée moisie… je suis certaine que certaines de mes étudiants ont d’abord cru que j’étais méga chieuse car j’étais mal lunée le premier cour… parfois, on est trop blasé pour faire des efforts !
    en tout cas, moi je garde le souvenir d’une super vendeuse, qui en voyant ma meilleure amie sortir de la cabine a juste dit “wouaw, elle vous va vraiment bien”. Et 10 mois plus tard, le jour de son mariage, on n’a pu que bénir cette vendeuse géniale !

  • Merci pour ce témoignage ! Pour ma part je n’ai fait qu’une boutique pour l’instant, pour des raisons de budget (et d’exigences) notamment mais la vendeuse était adorable, m’a bien expliqué qu’il ne fallait pas choisir trop de modèles car le temps d’essayage était limité. Par contre sa patronne était un peu plus… comment dire… expéditive, quitte à la couper en pleine explication à plusieurs moments.
    Je comprends que les ventes conditionnent en grande partie les primes à la fin du mois, mais Messieurs-Dames les propriétaires de boutiques, dites-vous bien qu’une future mariée stressée, si elle hésite entre 2 boutiques, sera TOUJOURS plus encline à revenir chez vous si elle s’est sentie bien accueillie (pour de vrai, pas avec des faux sourires et des compliments mièvres clairement orientés…). Quitte à mettre un chtouille plus cher dans la robe.
    Attention de notre côté à respecter les règles de politesse de base, les vendeuses ne sont pas nos esclaves…

  • mariage en août 2014, j’ai fait 3 boutiques:
    -sur l’accueil: les vendeuses avaient le sourire
    -sur l’écoute: 2 boutiques ont suivi mes envies, la dernière n’avait pas forcément ce qui me correspondait!
    – sur la disponibilité: 1 boutique: 1 vendeuse pour 4 futures donc elle m’est la robe et après … 2è boutique bien mais pas vraiment de conseil et la 3è tout simplement bien: reste avec toi, n’hesite pas à t’indiquer si ton choix est bon ou non, revoit ensemble les modif. Et puis je fais partie des tailles non standard (46) et à ma dernière visite, pour mon choix définitive, la vendeuse me dit avoir commandé une robe à des dimensions supérieurs pour que toutes les futures puissent au moins faire l’essai dans une robe adaptée, et là bah bien contente car en effet ça change tout!

  • La photo m’a fait tilté: c’est celle de la boutique d’Erea Mariage à Hyères… Quelle boutique extraordinaire! Martine, la responsable, vit pour ses marié(e)s! Elle vous conseille, vous aide… Bref une crème!

    C’est dans cette boutique que j’ai trouvé ma précieuse. Mariée de mai 2013, j’ai commencé à m’y mettre en mai 2012. Mais toutes les boutiques m’ont découragée “La robe vous plait? Pas le temps de réfléchir, prenez-la vite, c’est la fin de la collection, on n’en a plus”. Pas méchant, mais super stressant! A la fin de la journée, je n’avais plus envie d’entrer dans la dernière boutique, Eréa. Mais quand on entre, on est dans un cocon. Vous êtes en conditions! Une vendeuse, pour une mariée, souriante, adorable, et qui vous conseille vraiment, selon vos goûts et votre morphologie. Et puis comme une évidence, je trouve MA robe, celle que je porterai pour dire oui à mon homme.
    Tous les essayages ont été supers, et sincèrement, la gentillesse et le professionnalisme de Martine y ont joué pour beaucoup!

  • merci Madame Tango pour ce billet, ça a été un vrai plaisir de répondre à tes questions 🙂
    et merci aussi pour toutes vos réponses et vos retour d’expérience. J’espère pouvoir un jour refaire ce métier, mais cette fois en tant que créatrice 😉

  • Coucou a toutes !
    Je viens de lire attentivement cet article ! Merci de nous faire un peu partager l’envers du décors ! pour ma part 3 boutiques et deux expériences malheureuse avant de trouver LA boutique. la première boutique ou je me suis rendue a été une horreur pour moi. Future mariée de Mai 2014 je suis allée prendre les premières informations en Mai 2013, donc un an avant. Je me retrouve toute joyeuse dans ma bulle de bonheur a pousser la porte de la dite boutique et la PAF explosion de ma bulle aussi sec. Tous les regards des vendeuses fixés sur moi, mais aucune ne m’adresse ne serai-ce qu’un bonjour, je suis restée plantée au milieu du magasin pendant 20 bonne minutes en espérant que quelqu’un m’adresse la parole. Toutes les vendreuses on repris le cours de leur discussion avace d’autres clientes ” maiiiiiis enfiiiiiin madame le costume de votre fils est bleue nuit, vous ne pouvez pas porter du beiiiiiiiiige ….” Quand au bout de ce looong moment de solitude je décide de sortir, miracle, j’ai du faire du bruit et une des vendeuse m’attrape au vol presque sur le trottoir avec un ” je peux peut etre vous etre utile ? ” j’explique le pourquoi de ma visite et on me réponds “ahhhh mais vous avez le temps la c’est pas la peine de venir maintenant vous n’avez qu’à aller sur le site internet pour voir nos modèles mais ne revenez pas avant la fin de l’été. AU REVOIR.” dépitée, l e week-end suivant je vais dans une autre boutique et la c’est tout l’inverse on veux me vendre tout et n’importe quoi sous pretexte que “les collections s’ârretent en fin d’été et tous les modèles ne seront pas reconduits.” Il faut donc se depecher car je dois absolument choisir dans la collection 2013 car celle de 2014 “arrivera bien trop tard pour être dans les délais”. Oui mais voilà; dans la collection 2013 il n’y a plus grand chose, et bien sur, on ne peux pas faire venir d’autres robes car sinon “çà s’appelle une commande et la il faut payer la robe” …
    Je n’imaginais pas çà comme çà, moi qui rêvait depuis toute petite des essayages de ma robe de mariée … je m’apprete a changer de méthode et à délaisser les boutiques quand en passant devant chez BINI LA MARIEE à Toulon, j’entre finalement tirée par ma mère. Et la … révélation, un accueil aimable, on me propose de feuilleter sur place la catalogue; on me conseille sur les collections, les modèles, et je flashe sur un modèle qu’une jeune fille essaye juste a côté, finalement ma précieuse est si belle que plus aucune autres robes ni aucunes mireilles n’existent plus. Je passe commande en mai, elle est arrivée en Octobre, le premier essayage s’est très bien passé, bientot le deux ime et les vendeuses sont supers !!!

  • En lisant cet article je me suis reconnu à travers Alexandra, étant moi même vendeuse en robe de mariée et future mariée d’octobre 2014. Les filles je vous confirme c’est pas toujours facile, mais ce que j’aime dans ce métier c’est la relation privilégiée que nous avons avec nos mariées. Car ce vêtement un peu particulier fait ressortir tellement d’émotions. Et cette année est un peu particulière car pour le coup je comprends mes futures mariées encore mieux.
    Je vis la même chose que vous est ça c’est chouette.
    Bise à toutes

  • Merci pour ce témoignage bien complet il confirme un peu ce que je pensais… Dans mon métier (serveuse de restaurant) les clients aussi ne se rendent pas compte que nous pouvons avoir une vie derrière le travail et que nous sommes la pour les servir mais que nous ne sommes pas leurs esclaves. C’est vrai qu’il est facile avec le stress du mariage et de la recherche de la robe d’oublier que nous avons des êtres humains en face de nous… En revanche moi j’ai une très bonne expérience en boutique (point mariage a portet sur Garonne) j’y ai été pour ma robe et pas de vente forcée sur les accessoires des vendeuse super sympa. J’ai eu droit a 3 personnes par contre la responsable qui est toujours la et supervise les choses de loin et toujours prête a aider une vendeuse pour ma robe et une autre vendeuse pour le costume de monsieur chacune d’entre elles prenaient du temps pour nous malgré qu’elles aient d’autres clientes en attente. Et j’avoue avoir été très agréablement surprise vu les commentaires que j’ai pu voir concernant cet enseigne!

  • Bonjour à toutes, mariées et futures mariées.
    Pour ma part, je suis une mariée de 2010. J’ai beaucoup apprécié l’article sur Alexandra, qui remet d’un coup d’un seul les pendules à l’heure pour tout le monde. Alexandra paraît être la fine touche à avoir sous la main pour cet événement qui reste unique et magique malgré les “blasés”. Fiancée en avril, je me suis mariée en août, pas eu l’ temps d’être en stresse. Première boutique et seule boutique, robe de mariée, ravie. Mais pas grâce à la vendeuse patronne… Pourtant, je me décide c’est elle et pas une autre.
    En bref, cette expérience m’a donner l’envie d’améliorer les choses à mon niveau et donc, j’ai décidé d’ouvrir une boutique de robes de mariées.J’espère que vous m’encouragerez, car c’est pour moi une chance ce projet et aussi parce que cela me tiens à cœur de rendre le jour des essayages aussi beau que le jour J. D’une future “big brother”, qui compte rester elle même.
    Bon courage et bon tout!
    Sab

  • Bonjour,
    Je parcourais le net à la recherche de fiches pour former mes vendeuses et je suis tombé sur ces posts.
    J’avoue que dans pas mal de magasins c’est assez comme cela.
    Pour ma part je suis propriétaire de deux magasins de robes de mariées.
    Avec mes équipes j’ai une politique plutôt consultative ce qui amène une assez bonne ambiance et les clientes le ressentent.
    Il y à des jours ou c’est plus difficile que d’autres mais c’est souvent une question de gestion du planning des rendez vous. C’est surtout une question de formation des équipières.
    La plus part des grandes franchises misent sur la rentabilité et s’imaginent qu’une seule formation suffit à faire une vendeuse de compète !
    Les petites boutiques “familiales” sont généralement tenues par la belle fille ou par les descendantes du créateur de la dite boutique.
    La jeunesse qui à repris la boutique veut bien faire mais les anciennes traditions ont la vie dure surtout quand l’ancienne est derrière.
    Moi-même je suis fils de couturier tailleur.
    J’ai dans mes gènes l’amour du bien porté et je tache de le transmettre à mes équipes.
    Bien entendu il faut payer les salaires et les factures, mais ça chacun le sait.
    Ce qu’elles ne savent pas pour faire des clientes heureuses et détendues je peut leur apprendre et je passe beaucoup de temps à l’écoute de mon personnel.
    Je vais me permettre de donner un conseil au patronnes et au patrons qui lirons ceci : Formez votre personnel et formez vous continuellement. Vous n’avez pas besoin de bonnes volontés vous avez besoin de compétences.
    Et un petit conseil pour les clientes : Donnez vous la peine de prendre rdv car vous serez reçues comme il se doit. Laissez vos amies à la maison pour votre premier essayage car la vendeuse doit trouver la robe qui vous convient et ce n’est pas vos amies qui vont la porter (les conseilleurs ne sont pas les payeurs). Quand vous l’aurez choisie vous pourrez toujours revenir avec votre meilleure amie ou votre maman pour leurs montrer.
    Je vous embrasse toutes.
    Et je précises que les rondes sont aussi bienvenue chez nous !
    Nous avons un point d’honneur à proposer une ligne spécifique.
    Je vous souhaite une belle journée
    et un beau Mariage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *