Faire-part adoré ou VFFP ? – Partie 1

Le concept du faire-part, tu connais. Le FFP (fu***** faire-part), tu dois commencer à connaître, surtout si tu es lectrice invétérée de Mademoiselle Dentelle. Et bien Monsieur Triton, et ma demoiselle d’honneur Mademoiselle Palmée, ont rebaptisé le nôtre en VFFP (very f****** faire-part). C’est comme des FFP, mais en pire.

Si j’avais écouté les chroniqueuses qui m’ont mise en garde avant, peut-être que je n’en serais pas arrivée là… quoique… si en fait !  J’aurais tout fait pareil… Que veux-tu, quand j’ai une idée en tête, je fonce et j’ai besoin de tester par moi-même de la faisabilité.

Tu l’auras compris : nous avons fait nos faire-part nous-mêmes.

Et tu sais quoi, j’ai trouvé ça fun au départ… le souci, c’est que, nous avons fait 4 types de faire-part différents (là, je crois que je t’ai perdue). Allez, je t’explique tout ça.

Réaliser des prototypes

Octobre, 3 mois après la demande en mariage, une sirène se dit « et si je trouvais un moyen de faire un faire-part moi-même ? » Monsieur Triton n’est pas là pour donner son avis (obligations professionnelles). Tant pis, je lui ferai la surprise…

Je me suis lancée dans une recherche d’idées. Et finalement, beaucoup de choses me plaisaient. Il n’y a qu’à voir mon tableau Pinterest « faire-part et papeterie » qui est vite devenu un fourre-tout. Certains des modèles m’ont d’ailleurs servi d’inspiration pour le save-the-date.

Nos faire-part pocketfold DIY sur le thème marin

Crédits photo : Capture d'écran du Pinterest de Mademoiselle Sirène

Ne sachant pas réellement ce qu’on aurait à mettre dans les faire-part (on n’avait même pas le jour définitif encore), et ne sachant pas ce que mon cher et tendre voulait, je me suis lancée dans deux prototypes.
Un carré, assez simple. Et un pocketfold, un peu BEAUCOUP plus long à réaliser. Dans les deux cas, j’ai imaginé les faire-part avec un carton RSVP, cela me semblait important… et Monsieur Triton a bien aimé cette idée.

Nos faire-part pocketfold DIY sur le thème marin

Crédits photo : Photo personnelle

Après avoir montré ces deux prototypes à Monsieur Triton, à nos mamans et à notre « wedding team » le choix est unanime : le pocketfold l’emporte haut la main.

Je te le montre donc ouvert :

Nos faire-part pocketfold DIY sur le thème marin

Crédits photo : Photo personnelle

Je te détaillerai l’intérieur et le contenu des petits cartons à droite prochainement. Aujourd’hui, je fais un petit focus sur la pochette.

Construire le faire-part

Pour le tutoriel de la pochette (patron, découpe, pliage collage), je te renvoie à la chronique de Madame Chat Potté, qui a opté également pour ce modèle.

Choisir le papier

Toutes les chroniqueuses qui sont passées par-là avant moi te le diront : le choix du papier prend du temps.

Si tu fais faire ton faire-part chez un professionnel, il te proposera plusieurs papiers plus ou moins épais, pour un résultat parfait. Si tu le fais toi-même, tu n’auras pas accès aux mêmes grammages, ni aux mêmes finitions. Et il te faudra surement faire quelques recherches pour trouver ton bonheur.

Au départ, j’avais construit les faire-part dans un papier moyennement épais, d’un bleu dit « marine » mais que je trouvais trop clair (sur la photo, c’est celui du prototype carré), acheté dans la première papeterie de ma ville. Le résultat était parfait de l’avis général, mais pas du mien : manque d’épaisseur, de texture…

Après avoir commandé plusieurs échantillons chez Art du Papier, j’ai découvert la différence entre du papier « skin » et du papier « vélin ». Et bien c’est la révélation : le bleu marine ne rend pas du tout pareil en fonction de la nature du papier. Alors n’hésite pas à commander des échantillons avant de créer ton propre faire-part. Cela te permettra de bien choisir le papier en fonction du résultat que tu souhaites avoir.

C’est ainsi que nous avons trouvé LE papier idéal : du même bleu que les enveloppes du save-the-date, assez épais, agréable au toucher. Un papier qu’on imaginait même reprendre pour les menus, pour les marque-places… toujours cette histoire de « fil conducteur ». (Détail technique si ça t’intéresse : nous avons utilisé du papier vélin 250g/m² marine)

Nos faire-part pocketfold DIY sur le thème marin

Crédits photo : Photo personnelle

L’embossage pas à pas

Je trouvais que la pochette bleu marine manquait d’un petit je-ne-sais-quoi. Mes longues heures de procrastination recherche intensive sur Internet, m’ont fait découvrir l’embossage à chaud. Oh mais quelle merveille que cette technologie ! C’était parfait pour écrire nos prénoms et ajouter un motif doré, de quoi habiller l’extérieur de nos faire-part.

Pour l’embossage, nous avons utilisé :

La technique est ensuite assez simple. Il faut créer ton motif sur le papier (soit avec le tampon encreur, soit en écrivant avec le feutre), saupoudrer de poudre à embosser puis enlever l’excédant de poudre.

Ensuite, tu chauffes le motif avec le pistolet, en le tenant légèrement penché et pas trop proche du papier (sinon il gondole, et c’est pas joli-joli). Et tadam ! Tu obtiens un motif légèrement en relief.

Nos faire-part DIY sur le thème marin

Crédits photo : Photo personnelle

Maintenant que tu sais à quoi ressemble ce VFFP (et imagine qu’on en a fait environ 50 ainsi), je vais pouvoir entrer dans le vif du sujet : pourquoi nous avons fait 4 types de faire-part différents pour nos invités… Je reviens dans quelques jours t’en dire plus.

Et toi, as-tu réalisé tes faire-part toi-même ou as-tu laissé leur confection à un professionnel ? As-tu hésité entre plusieurs modèles ?



6 commentaires sur “Faire-part adoré ou VFFP ? – Partie 1”

  • J’aime beaucoup le rendu des pocketfold et puis on peut mettre plein de trucs dedans. Nous aussi on a créé nos propres faire-part mais niveau format on est resté très standard car on les a fait imprimer chez un imprimeur. Et les pliages et façonnages complexes coûtent très cher.
    Idem, j’aime beaucoup l’embossage doré à chaud mais hors budget pour nous. Je ne savais pas qu’on pouvait le faire maison. J’ai hâte de lire la suite de ces VFFP. J’imagine la dose de travail que ça représente pour 50 pièces (en plus 4 types différents). Je suis sûre que vos invités ont adoré car ton prototype est très joli. Joli bleu.

    • Oh oui, si on les fait faire par un imprimeur, c’est vite hors de prix !!
      L’embossage ne nous a presque rien couté.. Le matériel de base n’est pas si cher que ça. C’est surtout le temps que ça prend qu’il faut prendre en compte.
      Merci pour tes compliments 🙂 Et la suite est prévu trèèèèès prochainement !

    • Merci Madame Lilloise 🙂
      Ca demande surtout de la patience…. et de prendre sur soi à la fin pour ne pas tout jeter par la fenêtre :’D

  • J’aime beaucoup, le résultat est vraiment top ! 🙂 Et tu as pensé au moindre détail, rien que pour ça je te félicite car c’est un sacré boulot…

    • Merci Nala.
      C’est vrai qu’on a essayé de penser à tout… mais tu vas voir que, même ainsi, il y a des petites choses auxquelles nous n’avions pas pensé.

Partager un commentaire...