Le mariage champêtre de Maeva sur les terres familiales en Nouvelle-Calédonie

Maeva est en couple depuis plus de 5 ans avec Sébastien. Ils aiment tous deux passer du temps en famille, faire des soirées pizza/bière avec leurs copains, glander le dimanche, emmener leur fils à la plage, faire des balades en forêt, jouer aux cartes… Bref, profiter de la vie simplement et surtout bien entourés.

Ils se connaissent depuis l’adolescence, ils avaient des amis communs mais ils n’avaient jamais réellement échangé. Ils sont partis tous les deux faire leurs études en métropole, chacun de leur côté et pourtant à quelques kilomètres l’un de l’autre : elle à Paris, lui à Cergy. Le temps et les hasards de leurs retrouvailles sur la métropole les ont rapprochés jusqu’à ce qu’ils reviennent vivre au même moment sur le Caillou après leurs études. C’est à ce moment-là que, avant même qu’ils aient commencé à sortir ensemble, qu’elle s’est dit qu’il pourrait être l’homme de sa vie…

La suite ? Ils ont adopté deux chiens, acheté un appartement, fait un bébé et finalement il l’a demandée en mariage, un jour comme un autre, avec le flegme qui le caractérise si bien. Elle qui n’avait jamais eu envie de se marier jusqu’à ce qu’elle le rencontre, elle ne rêvait que de ça avec lui. Elle a donc accepté avec joie, prévenu la terre entière et s’est jetée corps et âme dans l’organisation de ce mariage !

Voici les belles images de cette journée…

Toutes photos : Florian Braure

Toutes mes félicitations ! 
Je te laisse maintenant en compagnie de la jolie mariée pour tous les détails de ce mariage ! 

Mon mariage en quelques mots

Nous avions déjà assisté à plusieurs mariages et nous avions retenu “plus c’est long, plus c’est bon”. Nous avons donc décidé d’organiser ce mariage sur trois jours, le vendredi avec la cérémonie à mairie et un cocktail avec tous nos invités (130 personnes), le samedi avec une cérémonie laïque et un dîner et une soirée en plus petit comité (85 personnes quand même !) et le dimanche avec un brunch/pétanque pour les survivants.

Nous voulions un mariage convivial mais nous voulions aussi, pour nous et pour nos invités, que ce moment soit plein de magie et de poésie. Nous avons donc insisté sur la décoration et les lumières, avec beaucoup de fleurs et de bougies et nous avons réfléchi à des animations et des petites attentions qui rythmeraient les trois jours et qui permettraient à nos invités d’être à l’aise et divertis.

Il faut aussi noter que, pour des questions de budget, nous avons organisé ce mariage dans la maison de mes beaux-parents le vendredi soir (en ville) et sur la propriété des grands-parents de mon mari le samedi et le dimanche (à la campagne). Toujours pour des raisons de budget, nous avons organisé le mariage sans wedding-planner (challenge !) et fais énormément de choses nous-mêmes. Nous avons, en vrac et sans être exhaustive :

  • construit un chapiteau de 180 m² avec des bambous, des cordes et des bâches pour la soirée du samedi ainsi qu’une piste de danse en palettes et contreplaqués, des bancs et des meubles divers (dont une fontaine à punch et un bar, œuvres de l’un de nos garçons d’honneurs, qui ont fait sensation lors de la soirée) ;
  • fais toutes les compositions florales (ma belle-mère était fleuriste) : thématique feuillages tropicaux le vendredi soir pour aller avec le joli jardin de mon beau-père et thématique champêtre le samedi avec de l’olivier, de l’eucalyptus et des fleurs dans les tons de rose et de blanc ;
  • dessiné et réalisé la papeterie et les panneaux en tous genres (ma sœur est dans le design) : nous avons majoritairement utilisé Internet pour le save-the-date et les invitations avec un site Internet pour le mariage puis l’imprimante de la maison, des feutres et de l’huile de coude pour le reste ;
  • acheté les alcools et les boissons (on a vu vraiment vraiment large, il nous en reste pour un an !), cuisiné les foies gras (huuum le foie gras de Mamidou) pour l’entrée du samedi, fais une soupe à l’oignon à 3 heures du matin (il faisait 8°C en plein milieu de la nuit, c’était l’hiver en Nouvelle-Calédonie, tout le monde a apprécié), préparé notre punch avec des fruits frais (mangue, fruit de la passion et autres trésors tropicaux) ;

Les préparatifs ont duré longtemps puisque nous nous sommes mariés en août 2018 avec une demande de mars 2017. Il ne faut pas plus longtemps je pense car si vous êtes comme moi, à vous donner à fond dès la première seconde, vous arriverez fatiguées et surtout épuisées psychologiquement par l’organisation. Je ne regrette aucune seconde de cette longue période de préparatifs qui nous a permis de faire des choses que nous n’aurions jamais imaginé être capables de faire mais le contrecoup est ensuite plus difficile à vivre. Nous avons reçu une aide de toute le monde et heureusement car nous n’aurions jamais pu faire tout ça sans nos proches.

Le jour J (le vendredi), j’ai eu un peu de mal à réaliser que je me mariais, tellement préoccupée que j’étais à gérer l’organisation. Je n’étais pas particulièrement stressée mais plutôt concentrée. Heureusement que nous avions prévu de nous (re)marier le lendemain car j’ai vraiment profité de chaque seconde de cette deuxième journée. Elle a tout de même commencé avec deux heures de retard de la personne qui nous louait les tables et les chaises, il faut rester stoïque et se dire que l’important c’est que l’on se marie. C’est d’ailleurs ce qui m’a gardé sur terre tous le long des préparatifs, à chaque contrariété ou contretemps : l’important c’est que je vais épouser l’homme que j’aime. Le reste c’est bien mais ce ne sera que la cerise sur le gâteau.

Le samedi donc, après une bonne matinée d’agitation pour tout installer et préparer, j’ai eu la chance de pouvoir compter sur des amis formidables pour aller me préparer avec toute ma team à l’écart dans la maison d’un copain, voisin des grands parents. La préparation puis les photos avec les filles ont pris un peu de temps je suis donc arrivée en retard pour la partie photos de couples/cortège que nous avions décidé de faire avant la cérémonie afin de ne pas laisser nos invités en plan ensuite. Notre super photographe a assuré et en très peu de temps, bien guidés, nous avons fait de très jolies photos de nous et de notre petite famille. La cérémonie a été un moment magique, hors du temps. Je m’étais préparée à ce que ce soit un moment fort mais je n’avais pas imaginé l’effet que pourrais me faire ce déferlement d’amour et de partage. Comme l’un de nos amis l’a si bien dit lors de son intervention (sur le thème de l’amitié), un mariage réuni plus qu’un homme et une femme, il réunit des familles et des amis. J’ai vraiment eu l’impression que nous avons marié avec nous tous les gens qui nous entourent, il règne depuis notre mariage une douce euphorie qui ne quitte pas nos proches, je suis tellement heureuse d’avoir vécu ça et d’avoir permis à tout le monde de le vivre également.

Après la cérémonie, que nous avions axée sur les valeurs que nous partageons (famille, amitié, partage, etc.), nous avons eu la chance d’avoir une Fantasia, tradition kabyle à cheval, par la famille de mon mari. C’était une surprise pour nous et ça m’a beaucoup touchée de me voir accueillie dans la famille de cette façon.

La soirée est passée très vite. Notre traiteur (Nuances Gourmandes), qui a quand même dû officier sans eau et sans électricité, a particulièrement assuré avec un service impeccable, plein de bonne humeur, des plats divins et toujours une solution pour régler tous les petits couacs qui peuvent arriver. Notre DJ (Illuzion NC) a également assuré en maintenant une ambiance survoltée toute la soirée sur la piste de danse.

Le budget du mariage

En Nouvelle-Calédonie tout est deux fois plus cher qu’en métropole et en plus nous nous sommes mariés à deux heures de Nouméa (la capitale) en pleine cambrousse le samedi donc nous avons eu des surcoûts pour les déplacements et le logement des prestataires. Ca a été compensé par le fait que nous avons fait beaucoup de choses nous-mêmes.

Au total pour deux jours de mariage + un brunch, entre 90 et 130 invités, nous avons dépensé 25 000 € environ :

  • Alliances : 1 300 €
  • Robes et accessoires mariée : 2 600 €
  • Costume et accessoires marié : 500 € (veston sur mesure pour le samedi sinon achats en magasin classique pour le reste)
  • Mise en beauté (barbier pour monsieur, maquillage x 2, coiffure x 2, esthéticienne, SPA, etc.) : 800 €
  • Décoration et fournitures pour les bricolages dont guirlandes lumineuses : 2 000 €
  • Fleurs en vrac (pour le samedi, le vendredi nous avons ramassé dans la nature) : 550 €
  • DJ (musique et lumières du samedi) : 1 800 €
  • Traiteur (cocktail dînatoire de 3 heures le vendredi et repas du samedi) : 8 000 €
  • Alcool et boissons : 5 000 €
  • Nounous (3 filles pour le samedi soir) : 670 €
  • Navette (samedi soir) : 300 €
  • Autres dépenses en vrac (garderie des chiens, chambre d’hôtel pour le samedi et dimanche soir, dégâts collatéraux – merci les cierges magiques) : 600 €

Ce que je referais

  • Ne fixer aucune limite à notre imagination (si ce n’est financière) pour que notre mariage soit exactement celui dont nous (enfin surtout moi) avions rêvé : chaque détail a finalement trouvé sa place dans l’ensemble et ce sont ces détails qui ont fait que nous avons eu un mariage unique.
  • Faire comme nous avions envie : pas de photos posées, une entrée dans la salle sur la BO de Pacific Rim (chéri, tu crois que ta grand mère va supporter ?), pas de dragées mais des confitures maison, etc.
  • Laisser champs libre à nos proches pour la cérémonie laïque : ils nous ont surpris par leur talent (musique, sketch humoristique, jolis discours) et leur imagination.
  • Insister sur l’organisation en amont pour avoir l’esprit libre le jour J (enfin autant que faire se peut) : les deux semaines avant le mariage étaient organisées par jour avec les tâches à réaliser, les heures, les lieux et les personnes en charge afin que tout le monde sache ce qu’il avait à faire. Au final ça n’a pas été du tout respecté le jour J avec le retard des tables et chaises mais on s’en est sortis. J’ai fait peur à tout le monde avec mes tableaux et mes listes mais finalement ils étaient contents de savoir à quoi s’attendre.
  • Se marier sur nos terres : un jardin sans eau et sans électricité, pourquoi pas ? Comme nous étions « chez nous » nous avons pu faire tout ce que l’on voulait. Ça a nécessité beaucoup de préparation et des aménagements assez conséquents mais au moins je n’étais pas en stress de planter un clou ou déplacer un pot de fleur.
  • Miser sur le confort de nos invités : nounous et château gonflable pour les enfants, couvertures et feu de camps pour les frileux, navette pour raccompagner les invités chez eux : le confort pour tout le monde et l’esprit serein pour moi. Je n’avais pas peur d’avoir à gérer un invité qui avait trop froid, trop bu ou un enfant qui ne voulait pas se coucher.
  • Prévoir des baskets sous la robe et de quoi me réchauffer : confort des invités mais aussi le mien ! Pas du tout eu mal aux pieds et finalement pas eu besoin de me réchauffer tant que ça mais au moins c’était prévu !

Ce que je ne referais pas

  • Laisser le traiteur servir le vin à table : cela a pris beaucoup de temps et au final nous avions largement assez pour que les bouteilles soient mises sur la table. Certains invités avaient fini de manger qu’ils étaient seulement servis en vin.
  • Prévoir apéritif/entrée/plat/fromage/dessert : il y avait beaucoup trop même si nos invités sont de gros mangeurs. Nous aurions pu nous contenter de moins. Heureusement au brunch le lendemain nous avons bien rattrapé le coup et presque tout fini.
  • Vouloir tout gérer toute seule : en grande perfectionniste que je suis j’ai préparé/organisé beaucoup de choses en amont du mariage toute seule. J’aurais finalement aimé partager plus ce moment avec mes témoins et ma famille.

Mes prestataires préférés

  • Coiffure : Marie Desgouilles – HearBreak. Bonne ambiance, aux petits soins et super souriante.
  • Maquillage : Cyrielle Macpro. Idem. La main légère et à l’écoute.
  • Traiteur : Raphaël Quilici – Nuances Gourmandes. Dynamique, débrouillard, il n’a pas eu peur de mettre en œuvre toutes nos folies (porte gâteau taillé dans un arbre, présentoir à fromages posé sur des rondins de bois…).
  • DJ : Jean-Michel N’Guyen – Illusion NC. Il a géré la sonorisation de la cérémonie laïque ainsi que les lumières en plus de l’animation de la soirée. L’ambiance était là !
  • Robes : Anne-Cécile Humeau – Les robes de l’atelier. Robe sur mesure pour la cérémonie de la mairie le vendredi et retouches de la robe de mariée (Rembo Styling) achetée en métropole presque un an avant.
  • Photographe : Florian Braure. C’était lui et pas un autre, il a été à la fois discret mais s’est aussi bien intégré parmi les invités, il a su nous mettre à l’aise devant l’objectif.


6 commentaires sur “Le mariage champêtre de Maeva sur les terres familiales en Nouvelle-Calédonie”

  • Superbe mariage! J’adore l’ambiance qui se degage, et le lieu est juste magnifique !!! Pour avoir passé mon adolescence en Calédonie, je suis FAN FAN FAN !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Et les robes des demoiselles d’honneur sont superbes !

  • C’est trop joli toutes ces photos. Que de préparatifs et de constructions. ça rend vraiment trop beau en photo, et vous avez eu l’air d’en avoir bien profité. C’est chouette si tout le monde est toujours dans l’ambiance !

  • J’aime beaucoup l’ambiance et la bonne humeur qui se dégagent des photos 🙂 Une journée sous le signe de la douceur et de l’émotion également… Bref, les ingrédients indispensables d’une magnifique journée – ou plutôt d’un magnifique week-end dans ton cas Maéva !
    Toutes mes félicitations et beaucoup de bonheur à vous deux 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *