Tutoriel DIY : comment réaliser une vidéo en stop-motion

Tu es très tentée de faire un film en stop motion (pour ton save-the-date, ton faire-part, l’entrée des mariés, les remerciements…) mais tu te dis que c’est trop compliqué, trop long, que tu ne sais pas par où commencer, que tu n’as pas le matériel, que tu ne sais pas comment on fait ?

Eh bien aujourd’hui, je vais tenter de désacraliser la chose et te montrer que c’est réalisable avec un peu de bonne volonté et de patience, et que l’effort vaut le coup ! Tu as vu notre faire-part ? Je te le dis : pas besoin d’être une pro pour le faire !

Dans notre film, il faut distinguer deux éléments : ce que j’appelle « les petits papiers » et les parties où nous nous sommes mis en scène. Tu peux très bien te contenter de l’un ou l’autre, comme dans les vidéos qui m’avaient inspirées (citées dans mon billet précédent).

Pour savoir comment réaliser un film avec des « petits papiers », je te renvoie à l’article de Madame Bovary où elle a expliqué comment elle a fait son film. Pour se mettre en scène soi-même, c’est un peu le même principe, mais avec quelques éléments supplémentaires à prendre en compte. Je vais donc plus m’attarder sur cet aspect-là.

Le matériel

En fait, un film en stop motion, ce n’est ni plus ni moins que plein de photos qui se succèdent à un rythme suffisamment rapide pour donner l’impression de mouvement, mais quand même assez lent pour donner l’effet saccadé. Du coup, tu n’as pas besoin de grand chose pour le réaliser !

Il te faut :

illustration tutoriel video

  • Un appareil photo. Pour les « petits papiers », j’ai envie de dire que n’importe quel appareil fera l’affaire.
    Pour te mettre en scène toi-même, en revanche, il vaut mieux un appareil un peu performant. Autrement dit, capable de prendre des photos en rafale (prendre automatiquement plusieurs photos à la suite en n’appuyant qu’une fois sur le bouton), et avec un retardateur (il attend quelques secondes après que tu aies appuyé sur le bouton avant de prendre la photo), si tu n’as personne pour vous aider à prendre les photos.
  • Si ton appareil est compatible, et si tu n’as personne pour t’aider à prendre les photos, une télécommande infra-rouge peut toujours servir.
  • Un trépied. Il te permettra de maintenir ton appareil parfaitement immobile pendant que tu prends les photos. Car la moindre variation de cadrage se verra en vidéo ! (Et accessoirement, cela permet de tenir l’appareil si tu n’as pas d’assistant !)
  • Des accessoires, des costumes, un scénario… Laisse parler ton imagination !
  • Un ordinateur avec un logiciel de montage basique.

Le décor

Tu peux vraiment faire ça où tu veux, c’est ça qui est bon ! Enfin, il faut quand même penser à certains petits détails :

  • Évite les lieux trop passants, pour ne pas avoir des intrus dans tes photos !
  • Attention à l’éclairage, surtout si tu fais ça en extérieur : les nuages masquant tout à coup le soleil, par exemple, peuvent influer sur tes photos et nuire à l’unité du film… Mais ça peut aussi être un effet voulu, par exemple avec le coucher du soleil. (Attention quand même à ne pas avoir des photos trop sombres. Et note que le flash ne se déclenche pas assez vite pour le mode rafale.)

Le plus simple étant évidemment de faire ça chez toi, avec un drap pendu derrière et un éclairage constant !

Prendre les photos

C’est là que ça se complique un peu et que se joue le gros du film. Mais si tu as déjà réfléchi à ce que tu voulais faire, ça devrait bien se passer, no stress !

Quand nous avons fait nos photos, nous n’avions personne pour nous aider. Alors voilà comment on s’y est pris :

Pour la première partie, on a posé l’appareil photo sur son trépied. Avec la télécommande, j’ai pu discrètement déclencher les photos à distance à intervalles réguliers. (Si tu regardes bien, on voit que j’ai la télécommande dans la main !)

Pour le reste, comme on faisait des mouvements rapides, la télécommande ne déclenchait pas assez vite. Alors, on a dû utiliser le mode rafale de l’appareil photo. Mon appareil me permet de le faire en même temps que d’utiliser le retardateur, ce qui est très pratique !

On allait appuyer sur le bouton, on se mettait en position pendant le décompte, puis l’appareil prenait 10 photos d’affilée. Une fois que ça s’arrêtait, il fallait retourner appuyer sur le bouton et se remettre exactement à la même place (en prenant des repères au sol) et dans la même position pour « filmer » la suite… on a répété ce manège une bonne vingtaine de fois, on s’est bien marrés !

Au final, on a fait pas moins de 350 photos en deux heures !

Petite astuce : il ne faut pas hésiter à « sur-jouer » si tu veux que ce soit drôle sur les photos, il faut vraiment en faire des tonnes en vrai pour que ça se remarque… Quoi qu’il en soit, si vous vous éclatez sincèrement, ça ne pourra qu’être bien !

Le montage

Il existe plein de logiciels de montage vidéo gratuits et déjà installés sur nos ordis, par exemple Windows Movie Maker sur PC et iMovie sur Mac. Ils sont très basiques, mais largement suffisants pour faire ce type de travail, et faciles à appréhender. La preuve, je ne m’en étais jamais servie avant de faire cette vidéo ! Et ce simple tutoriel m’a appris tout ce que j’avais besoin de savoir dans iMovie :

Tuto montage stop-motion iMovie

Je ne me suis jamais servi de Windows Movie Maker mais d’après ce tuto ça a l’air assez simple aussi :

Tuto montage stop motion Windows Movie Maker

Après, il m’a suffi d’affiner le tout en jouant sur la durée des images (j’ai mis 0,4 secondes par photo, soit 2,5 images par seconde, contre 25 pour une vidéo « normale »), rajouter des effets et des transitions (j’ai bidouillé et testé plein de trucs différents !), les écrans avec du texte et la musique…

Je dois dire que j’ai eu un bol incroyable : j’ai posé la musique dessus une fois le montage fini et… Ça collait à la perfection ! Aucun besoin de modifier le montage, les images et le son étaient parfaitement en phase !

Mettre en ligne la vidéo et la partager

Une fois réalisé, il fallait partager notre faire-part avec nos proches.

Malheureusement, le fichier est trop lourd à envoyer individuellement par e-mail, donc il fallait le poster sur un site pour que tout le monde puisse y accéder facilement. On s’est donc tournés vers les plateformes de partage de vidéo, dont YouTube, DailyMotion et Vimeo, pour citer les plus connues.

Notre principale inquiétude, n’ayant jamais mis de vidéos sur ces sites, était de savoir si on peut éviter que la terre entière ne tombe dessus. (Eh oui, on est des gens cool, mais hors de question que notre mariage se transforme en flashmob !)

On a découvert qu’il y a 3 degrés de protection pour les vidéos :

  • publique (n’importe qui y a accès)
  • non-répertoriée (seuls ceux qui ont le lien peuvent y accéder)
  • privée (il faut être connecté au compte où la vidéo est postée pour la voir).

Ouf, nous voilà rassurés ! En mettant la vidéo comme « non répertoriée », on allait pouvoir envoyer le lien à tout le monde sans que la terre entière y ait accès (à condition que personne ne diffuse le lien… argh !).

On aimait bien Vimeo car ils ne mettent pas de pub sur ta vidéo, ce que je trouve pénible avec leurs concurrents. Malheureusement, c’est payant si tu veux mettre ta vidéo en « non répertoriée », ce qui ne nous arrangeait pas. Du coup on a choisi au hasard l’un des concurrents, malgré la pub…

mariée photographiant le marié

Crédits photo : Chelsea Nicole Photography

Bilan

En tout, nous avons pris près de 500 photos, dont 350 ont été utilisées pour le film.

Il nous a fallu un peu plus de deux heures pour prendre les photos de nous. Et autant pour les photos des petits papiers. (Il faut les bouger un à un de quelques millimètres à la fois… c’est long !), plus une heure pour les dessiner et les découper.

J’ai dû retoucher une à une les photos des petits papiers, car l’appareil a bougé en cours de prise de vue sans que je m’en aperçoive : on voyait la nappe à fleurs dessous, aaaarghhh ! Cela m’a bien pris une demi journée supplémentaire.

Ensuite, trouver les musiques et faire le montage m’a pris environ une journée.

Donc au total, deux jours de « travail »… Mais vraiment, ça n’en était pas : on a adoré ce moment à deux, dont on reparle souvent le sourire aux lèvres. On a créé quelque chose ensemble dont on ne se serait jamais crus capables, et dont on est super fiers.

Et puis de voir les yeux de nos proches pétiller quand on leur a montré le résultat, ça vaut bien quelques heures de prise de tête à retoucher des photos !

Voilà, j’espère que j’ai réussi à désacraliser la chose et te donner envie de sauter le pas !

Et toi ? L’aventure de la vidéo en stop-motion te tente ? As-tu déjà osé te lancer dans la création d’une vidéo de ce genre ? Est-ce que ça t’a paru compliqué ? Si tu n’as pas encore essayé, crois-tu que tu y arriverais, avec ces explications ? N’hésite pas à partager tes astuces et expériences !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



16 commentaires sur “Tutoriel DIY : comment réaliser une vidéo en stop-motion”

  • Merci Mlle Tout Court pour ces explications hyper claires, ça donne vraiment envie de le faire !
    Honnêtement, si j’avais lu un article comme celui-ci plus tôt, j’aurais certainement tenté l’expérience pour mes faire-parts !
    Il faut ab-so-lu-ment que je trouve une occasion pour le faire (remerciements peut-être ?) et que je réussisse à convaincre mon chéri 😉

    • Merci! bah pourquoi pas le faire pour votre entrée? ou en remerciements, comme tu dis! c’est pas les occasions qui manquent 🙂

  • Mon drame à moi, c’est que la création cinématographique, c’est une véritable passion. Autrement dit : si je dois faire une vidéo montée, il faut que ce soit PARFAIT. Soit c’est parfait (enfin… “suffisamment bien”, puisqu’on n’est jamais complètement satisfait…), soit ça reste brut. Mais pas entre les deux.
    Windows Movie Maker, honnêtement, c’est moisi. ça plante tout le temps. 🙁
    Attention aux transitions également : les tonnes “d’effets rigolos”, c’est chouette pour s’amuser. Mais ça fait très cheap et kitsch pour une “vraie” vidéo. A utiliser avec parcimonie (avec qui ?), voire à bannir totalement. 😉

    Bref, désolée Mlle Tout Court, ça n’aura pas réussi à désacraliser la chose pour moi. Je ne connais que trop bien, et c’est là tout le problème. 😆

    Cela étant, j’ai déjà participé à la création de 2 clips de chansons, en animation et stop-motion, et le look “amateur” donne un certain cachet, à condition que le montage soit bien léché. (C’était des chansons assez énergiques, ce qui permettait de faire aisément passer le côté saccadé, en 8 ou 12 images/secondes, de nos divers personnages de pâte à modeler et compagnie.)

    Donc, derniers conseils :
    – évitez d”utiliser des musiques trop douces et langoureuses. L’effet saccadé des images crée un trop gros contraste entre ce que l’on voit et ce que l’on entend. (Mais attention hein, ça peut être “doux” ET saccadé… Comme dans la 2e partie de la vidéo ici, les poum-poum-toum de la musique se mêlent plutôt bien aux images saccadées, alors que le chant n’est pas énergique.)
    – … à moins, comme Mlle Tout Court, de la jouer “film muet”, avec une musique connue de ce type de film, auquel cas, l’effet est renforcé !
    – ne lésinez pas sur le montage (comptez bien que c’est ÇA qui sera le plus long !)
    – pour la lumière, gare aux néons ! Ils n’ont pas une lumière constante, on s’aperçoit sur les photos de fortes variations de luminosité ! Cela peut contribuer au charmant look “DIY”, mais il est bon de le savoir. 😉

    Voilààààààààààà ! Enjoy ! 😉

    • Oh bah Madame Lutine, moi je ne me suis pas autant cassé la tête! Le résultat est sûrement imparfait, mais franchement on y a pris bcp de plaisir et les réactions ont été très positives, donc au contraire moi je revendique le côté amateur. Pour moi ça n’avait pas d’intérêt si les gens avaient eu l’impression qu’on ne l’avait pas fait nous mêmes… Bref, faut juste savoir quel est le but de ta vidéo!

  • Je vais mettre cet article dans mes favoris vu que faire-part vidéo est un de nos gros projets pour économiser, surprendre et surtout s’amuser ! Merci pour les conseils !

  • Pour une autre vidéo d’inspiration… je partage la nôtre:

    Niveau technique, on a fait un peu différemment. On n’a pas pris de photos, mais on a filmé des ‘scènes’. Ensuite, grâce à son logiciel, l’amoureux a retiré des images aux séquences filmées pour donner le côté saccadé.

    Avant de se lancer dans l’aventure, il faut quand même bien préparer ce qu’on veut faire, le scenario, etc. Le mettre par écrit, histoire de ne rien oublier au montage. Et la musique a aussi une très grande importance, car elle donne vraiment le ton de la vidéo.

    Bonne chance à tous ceux qui se lancent dans l’aventure Save The Date vidéo. Ça vaut tellement le coup ! 🙂

    • Bravo Camille pour cette vidéo, c’est très chouette! pour le coup vous on dirait vraiment que vous aviez juste pris des photos car vous avez mis moins d’images par seconde, c’est marrant!
      Bonne chance pour les préparatifs!

  • Super ce petit tutoriel!! Merci beaucoup je vais le suivre à la lettre Mademoiselle Tout Court!! En attendant encore un grand bravo pour ta vidéo qui est très sympa, pleine de fraicheur et de jolies idées <3

  • C’est en flânant sur Mademoiselle Dentelle que j’ai eut l’idée de faire une faire part vidéo !
    et après quelques recherches, je mes suis dis que pour nous aussi, c’était possible de le faire en stop motion !

    le résultat fait DIY, mais il n’en ait pas moins émouvant (on raconte dedans la demande en mariage médiévale !).
    on l’a fait avec movie maker, et c’est vrai que ça a beugué quelques fois, mais il a l’avantage d’être facilement compréhensible pour un non-initié !

    les retours sur notre faire-part sont très positifs ! les gens trouvent ça original et très bien fait !

    voici le lien si vous souhaitez y glaner quelques idées !
    http://www.youtube.com/watch?v=ZmXpPrUBFDU
    le concept : une partie en manuscrit que j’écris au fur et à mesure qu’on tourne les pages. et une partie en mise en scène de légos !

  • Plutôt original comme réalisation.
    Le seul bémol peut être le temps passé à créer le faire-part.

    Les préparatifs sont déjà assez nombreux et peuvent rapidement devenir stressant. Et compter en plus deux jours pour réaliser cette vidéo, peut en freiner plus d’un. Sans compter la prise en main des différents outils, ce qui peut encore rallonger la manip.

    Je vois que l’article a déjà 3 ans. Depuis cette date, de nombreux outils en ligne ont fait leur apparition. Certains gratuits, d’autres nécessitant un petit investissement. Ils peuvent aussi servir dans ce genre de créations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *