M-13 (août), quels critères pour notre recherche de lieux ? – Partie 1

Bien consciente que la recherche de lieux était parmi les premières choses à faire, je m’y suis attelée dès que nous avons trouvé ma bague. Pour être honnête avec toi, j’avais déjà regardé de mon côté de nombreux lieux, sans être emballée par aucun, mais j’ai attendu que nos plans de mariage en 2017 soient devenus concrets pour m’asseoir avec Monsieur Pragmatique, discuter de ce que nous voulions, définir nos critères, et commencer les prises de contact avec les salles.

Aparté sur les grandes lignes de notre mariage

Au niveau du format, nous savions dès le début vouloir la formule classique vin d’honneur puis souper puis piste de dance jusqu’au bout de la nuit. Il était important pour nous de vraiment festoyer avec nos proches et nos familles (qui sont assez grandes).

Dans notre liste de priorités, le lieu venait juste après (1) l’administratif et la reconnaissance du mariage, (2) la nourriture et les boissons, et (3) l’immortalisation par des photos (et éventuelles vidéos), et avant nos tenues ou encore la décoration florale et non florale.

Nous avons aussi rapidement établi que les couleurs dominantes de notre décoration seraient le bleu (je tenais à ce que la couleur favorite de mon chéri soit bien présente), le violet (couleur proposée par Monsieur Pragmatique car c’est l’une de mes couleurs préférées et que ça s’allie bien au bleu), et surtout le blanc pour casser le côté “camaïeu d’indigo” potentiellement apporté par les deux autres couleurs.

Notre ambiance souhaitée a été définie comme “entre modernité technophile et élégance classique”, ce qui nous a amené à souvent préférer des choix classiques et conservateurs à des options plus tendances, tout en ajoutant quelques excentricités orientées geek et en profitant à fond des avancées technologiques (telles que le RSVP web) et sociétales (comme le fait d’avoir un mariage financé et décidé par les mariés et non leurs familles) de notre temps.

Le nombre de convives

Ma liste initiale d’invités potentiels contenait environ huitante-cinq personnes hors accompagnants, mais mon chéri tenait à partager notre bonheur avec bien plus de monde, et m’a convaincue d’allonger notre liste. Emportée dans son élan et portée par sa motivation, j’ai moi aussi ajouté les membres “moins proches” de ma famille (tant émotionnellement que géographiquement, par exemple les cousines canadiennes de mon papa, avec lesquelles nous avons encore des contacts pluriannuels) que j’aurais plaisir à recevoir à cette occasion unique, et notre liste approximative initiale est rapidement montée à une cent nonantaine de personnes, comptant cette fois les compagnons “anonymes” également, dont trente-cinq avaient une probabilité très faible de faire le déplacement (mais dont la présence nous ravirait s’ils venaient à être des nôtres, telles que les cousines sus-mentionnées).

Comme nous comptions uniquement un petit cinquième de convives qui ne seraient pas invités au repas, cela doublait presque la capacité d’accueil nécessaire pour le lieu où se déroulerait la soirée de notre mariage, par rapport à mes estimations initiales.

Pour finaliser le calcul du nombre de personnes à prévoir, nous nous sommes également dit que seulement un-huitième environ (soyons optimistes) des invités répondraient absents, et avons ainsi établi avoir besoin d’espace pour cent soixante au vin d’honneur et cent trente au souper (une estimation optimiste située entre “190 x 7/8 x 4/5” (sept-huitième de ceux invités au souper dont ceux à très faible probabilité de présence) et “(190-35) x 4/5” (tous ceux invités au souper sauf ceux à très faible probabilité de présence)).

La date

Il allait de soi pour mon chéri que nous nous marierions en été, ou à la rigueur vers la fin du printemps (mais en dehors de la saison du rhume des foins car je n’y suis pas trop à mon avantage). C’était un élément que j’avais considéré dans notre décision de nous marier, tant par rapport au mariage de ma sœur que par rapport à la date du début de nos préparatifs.

Mais la “période estivale”, c’est plutôt assez long, un peu plus d’un quart de l’année, pour être précise !

Les critères pour notre recherche de lieu pour le mariage

Crédits photo (creative commons) : Ulleo

Mon papa nous a rapidement annoncé que les mois de mai et juin 2017 étaient à exclure si nous tenions à sa présence, car il travaillerait énormément pendant et autour des weekends des élections présidentielles puis des législatives… Et il y avait bien sûr le mariage de ma sœur prévu pour début août : nous devions donc soit nous marier juste avant/après, en sachant que cela retarderait le départ en voyage de noces de l’une d’entre nous, soit avec au moins un mois d’écart.

Et à cela, s’ajoutait encore toutes une série de conflits de dates potentiels : mon anniversaire le 1er juillet, suivi de celui de ma tante le 9, puis l’anniversaire d’une de mes sœurs le 25 août, et aussi l’anniversaire de mon apprentie belle-sœur le 1er juin, les anniversaires de mes futurs beaux-parents mi et fin juillet… J’ai rapidement accepté l’idée que nous risquerions de tomber de toute façon sur un weekend adjacent à l’anniversaire de l’un de nos proches, et qu’il serait mieux que nous choisissions la date de notre mariage principalement en fonction des disponibilités des lieux.

J’ai aussi vérifié, sur le site de l’Office fédéral de météorologie et de climatologie (MeteoSuisse), les normes et maxima des précipitations mensuelles et des températures moyennes des 30 dernières années pour me rassurer quant au choix des mois et de la région considérés. On ne pouvait rien faire d’autre, au sujet de la météo du jour J, que de tenter de mettre toutes les chances de notre côté, et c’est donc ce que nous avons essayé de faire. Si tu te maries également en Suisse, je te recommande chaudement de profiter de tout ce que MeteoSuisse a à t’offrir !

Nos critères

En ce qui concernait les lieux de notre mariage à proprement parler, il est rapidement apparu que nos critères non-négociables étaient les suivants :

  • Proximité d’un parking de taille adéquate
  • Au moins une date de libre en entre fin juin et début septembre, idéalement le dernier tiers de juillet, ou autour de la mi-août
  • Localisation en Suisse romande, plus précisément aux alentours de Lausanne (pour la proximité avec les domiciles de la majorité de nos convives), et idéalement situé en Lavaux (parce que c’est notre région de cœur, avec un cadre splendide, partagé entre lac, vignes et montagnes)
  • Absence de prestataire imposé
  • Pas d’ambiance champêtre, forestière, montagnarde ou industrielle (donc exit les fermes ou hangar rénovés) : n’oublions pas que notre ambiance se voulait “entre élégance classique et modernité technophile”
Les critères pour notre recherche de lieu pour le mariage en Suisse

Crédits photo (creative commons) : Thomas William

Pour le repas, il nous fallait également de façon impérative :

  • Capacité d’accueil d’au moins 120 personnes assises (idéalement 130) avec encore de la place pour une piste de danse
  • Autorisation de location au minimum jusqu’à 4 heures du matin
  • Idéalement avec une salle annexe plus au calme pour les enfants et les personnes âgées

Et pour le vin d’honneur, l’absolu minimum incluait :

  • Capacité d’accueil d’au moins 150 personnes debout (idéalement 160), en intérieur (en cas de mauvais temps) comme en extérieur
  • Bel extérieur avec idéalement vue lac

À tout cela, il fallait ajouter à mes envies suivantes, sur lesquelles j’étais prête à concéder au besoin :

  • Un certain cachet esthétique (et idéalement historique), dedans comme dehors, quel que soit le lieu
  • Des couleurs d’origine qui ne jurent pas avec les teintes de notre mariage (qui étaient a priori blanc, bleu et violet)
  • Possibilité de faire le vin d’honneur et le repas dans le même domaine, pour éviter à nos convives de reprendre la voiture entre les deux… tout en distinguant vraiment les deux lieux de réception (car la hantise de Monsieur Pragmatique était de devoir annoncer “Si vous n’avez pas été conviés au repas, c’est le moment de rentrer chez vous. Pour les autres, la salle annexe nous attend.”)
  • Absence de mobilier en plastique

Quand j’ai commencé notre recherche de lieux, cette liste de critères ne nous avait pas l’air trop farfelue, et je pensais naïvement qu’un grand nombre d’options s’offrirait à nous…

Avant de déchanter quand je me suis rendu compte que les lieux avec le plus de cachet étaient soient perdus dans la campagne/arrière-pays, soit qu’ils avaient une capacité d’accueil maximale de 50-70 personnes. Par ailleurs, impossible (par décret municipal) de festoyer au-delà de 2 heures dans les villages de Lavaux qui se trouvent à proximité de Lausanne, et ce même si la salle en question est située au milieu de la forêt ou des vignes ! Notre soirée n’aurait donc pas lieu en Lavaux !

Les critères pour notre recherche de lieu pour le mariage en Suisse

Crédits photo (creative commons) : CalistaZ

Ah, Lavaux, notre beau Lavaux ! Mais pourquoi n’avons-nous pas décidé plutôt de nous marier en pleine campagne de l’arrière-pays, ça nous aurait sûrement simplifié les choses !

Petit aparté sur au autre critère non négligeable, j’ai nommé le budget : à ce moment-là, nous avions convenu que nos ressources financière nous permettait de nous faire grandement plaisir, mais dépenser plusieurs dizaines de milliers de francs suisses pour une seule journée nous faisait plutôt mal au cœur. Nous avions donc établi que le lieu se situait vers le haut de notre liste de priorités, mais bien derrière la nourriture et les boissons. Nous avons donc posé un budget initial de 2050 francs suisses (équivalent environ 1900 euros en août 2016) pour la catégorie “lieux”. Cela incluait la location de la salle du banquet (budgétée à 1600 francs suisses) et du lieu du vin d’honneur (estimé à 450 CHF car seulement pour quelques heures).

Nous nous autorisions à monter à 2800 francs suisses en cas de coup de foudre absolu (cette marge “coup de cœur” était de 600 francs pour le banquet et de 150 pour le vin d’honneur; ce qui faisait un grand maximum de 2600 € en équivalent euros de l’époque pour la catégorie “lieux”).

Comme tu peux le deviner, trouver un lieu de réception pour la soirée peu cher nous permettrait de regarder des lieux plus luxueux pour l’apéritif. Et inversement, un craquage complet sur le lieu du souper n’était possible que s’il offrait aussi un endroit pour le cocktail. De plus, piocher dans la marge “coup de cœur” nous forcerait aussi à réduire éventuellement nos coûts ailleurs, ce que nous tenions à éviter pour notre toute première dépense (promis, je te détaille bientôt nos priorités ainsi que les autres postes du budget).

Prenant en compte tous nos critères, nos options (limitées) de lieux pour le repas se sont donc très rapidement imposées : seules trois salles (dont une qui ne m’a jamais répondu ni rappelée) réunissaient nos critères de taille, de proximité avec Lausanne, et de possibilité de festoyer jusqu’à 4 heures du matin (les 3 incontournables). Toutes avaient un traiteur imposé, aucune ne dégageait de cachet incroyable, et le prix allait du simple au triple. Ne restait qu’à décider ce sur quoi nous ferions une concession !

La prochaine fois, je te détaille les deux lieux que nous avons considérés, et tu découvriras celui que nous avons retenu !

À ton avis, sur quels critères avons-nous cédé ? Aurais-tu pu considérer quasiment doubler, comme moi, ton nombre initial d’invités ?


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



2 commentaires sur “M-13 (août), quels critères pour notre recherche de lieux ? – Partie 1”

  • Quel casse-tête ! J’espère que finalement la salle que vous avez choisi en valait le coup ! Perso je pense que vous avez cédé sur le traiteur imposé, mais seulement après avoir fait un essai et vous être rendu compte que ça en valait le coup. Sinon au niveau des invités je n’aurais pas pu doubler la liste, quand on l’a élaborée j’essayais déjà de la réduire au max. J’ai quand même du faire des concessions et au final on a instauré un vin d’honneur afin de pouvoir invitée certaines personnes. Hâte de voir les salles sélectionnées!

    • Merci pour ton commentaire, Mademoiselle Crapate ! Et aussi pour avoir tenu le coup tout au long de cette chronique assez dense en nombres divers, et somme tout assez sèche car très factuelle.
      La salle que nous acons finalement choisi n’était de loin pas la plus belle de toutes celles que j’ai pu voir, mais elle ne nous a au final fait défaut sur aucun des critères essentiels à nos yeux, et nous a permis d’avoir exactement la soirée de mariage que nous voulions. La suite tout bientôt !
      Au sujet de la liste d’invités, c’est un sujet que Monsieur Pragmatique et moi avons de nouveau abordé quelques semaines après avoir pré-réservé la salle, notre première prise de tête du mariage, et je reviens vous en parler dans pas trop longtemps !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *