Le mariage doux et romantique de Camille sur le thème des oiseaux

Notre jolie mariée du jour est originaire de la région toulousaine. Le hasard de la vie a voulu qu’elle obtienne un stage au Luxembourg, à la suite de ses études terminée en Ecosse. Elle est d’abord tombée amoureuse du pays. Elle a alors souhaité rester ici et a obtenu un CDI. Puis, lors d’un marché traditionnel du lundi de Pâques en 2014 (Le Péckvillercher), elle a rencontré un homme. Dont elle est tombée amoureuse aussi !

D’ailleurs, à ce marché traditionnel, on y vend des oiseaux siffleurs en céramique. D’où le thème avec les oiseaux pour leur jour J.

Depuis leur rencontre, ils sont inséparables. Ils sont fusionnels, et partagent les mêmes passions pour le sport et les voyages. Il y a beaucoup de tendresse, de joie et d’amour entre eux. Très vite, cette même année 2014, ils emménagent ensemble. L’année suivante, ils passent à la mairie pour se pacser et décident de se marier. Mais en prenant leur temps pour que Monsieur termine tranquillement sa formation et ses examens.

Ils ont alors gardé ce projet secret pendant plusieurs mois et ont commencé à faire les démarches. Les préparatifs ont été source de stress pour elle. Mais le calme de son Amoureux lui a permis de relativiser… Entre temps aussi, leur projet d’achat immobilier s’est concrétisé et ils sont devenus propriétaires à quelques semaines du jour J (bon courage d’ailleurs à nos deux amoureux qui doivent être au milieu des cartons aujourd’hui même 😉 ) !

Place maintenant aux images de cette belle journée…

Photos : Alexandre Goy

Toutes mes félicitations ! 
Je laisse maintenant la jolie mariée te donner les détails de cette journée…

Mon mariage en quelques mots

Les préparatifs

Nous avons eu un peu plus de 2 ans pour préparer notre grand jour. Nous réfléchissions à ce que nous allions faire. Moi je voulais absolument me marier au Luxembourg mais mon cher et tendre voyait le côté pratique pour ma famille, trop nombreuse et trop d’enfants, il faut que nous le fassions à Toulouse. Et il avait totalement raison !

Nous avons alors fait la mairie ici (le 3 août 2018) car c’est là où nous vivons, et nous avons eu une cérémonie laïque à Toulouse (le 11 août 2018). Étant croyante mais non pratiquante, je n’avais jamais rêvé de me marier à l’église, mon mari non plus. La cérémonie laïque était alors faite pour nous ! Et moi qui suis fan des comédies romantiques anglo-saxonnes, fan du style anglais, j’allais avoir ce que je voulais ! Il a fallu trouver un thème, après quelques semaines de recherches, en discutant on se dit “mais pourquoi ne pas faire un thème sur les oiseaux, vu que nous nous sommes rencontrés au Péckvillercher !”. Nous avions trouvé notre thème, il nous fallait encore trouver la décoration et tout le reste !

Ce qu’il faut savoir aussi c’est que nous avons payé le mariage nous-mêmes, avec nos économies et sans l’aide des parents et à distance. Nous avons fait le choix de nous occuper nous-mêmes de tous les préparatifs. Cela nous a donné une grande liberté dans ce que nous voulions faire ou ne pas faire. Nous nous mettions aucune limite mais restons raisonnables. Nous profitions des occasions où nous descendions voir ma famille pour aller à la rencontre des prestataires, descendre des choses (et avons profiter que mon frère, ma mère et mes sœurs viennent pour la mairie pour leur donner des cartons à descendre. Sinon nous n’aurions pas pu tout descendre !).

En faisant des 1 pierres deux coups, le gâteau et repas étaient déjà déterminés et finalisés un an à l’avance. Le Dj aussi. La coiffeuse-maquilleuse trouvée plus d’un an à l’avance et le test fait plus de 8 mois avant le jour J. Photographe et orangerie réservés la aussi plus de 2 ans à l’avance. Coup de cœur pour tous.

Nous voulions aussi un mariage très restreint. Seulement la famille et amis très proches. Donc, nous étions vraiment libres de choisir ce que nous souhaitions vraiment ! Quel luxe ! De plus mes demoiselles d’honneur vivent loin, une à Paris et une à Ajaccio, donc trop loin pour les faire venir juste pour des origamis ou faire des mouchoirs pour les larmes de joies ! On voulait vraiment tout faire nous-mêmes du début à la fin. Garder quelques surprises sinon ce n’est pas drôle. Mais mes demoiselles d’honneur savaient finalement tout car elles seraient en charge de l’organisation le jour J. ☺

Lors de mes recherches (oui comme mon mari était très occupé entre son travail et sa formation à côté, je faisais les recherches et lui me disait son avis. Il a tout de même fait ses recherches quand il avait le temps !), l’orangerie de Préserville de Marie (Mariage &…) fut un coup de foudre que nous avons trouvé sur Internet et qui s’est confirmé lorsque nous l’avons visité en avril 2016. Mais comment ne pas tomber amoureux du site ! Nous voulions visiter uniquement cet endroit et nous n’en n’avons pas visité d’autres car c’était ici et par ailleurs ! Le cadre est tout simplement idyllique pour un mariage simple mais chic à la fois. Le parc est grand, les repas se feraient sous des chapiteaux, la piste de danse à l’intérieur. La cérémonie sous les arbres à l’ombre ainsi que apéritif. Tout est parfait chez Marie. Marie est la propriétaire des lieux. Elle est top, d’une gentillesse et de très bons conseils. Elle a aussi une liste avec les prestataires avec qui elle travaille souvent. Ce qui nous a permis de gagner du temps et de ne pas nous perdre sur Internet dans les milliers d’informations que nous pouvons trouver !

Grâce à elle, nous avons trouvé nos perles. Des prestataires géniaux ! Ma coiffeuse-maquilleue, Céline Vazquez Muah est un bijou, c’est elle qu’il faut pour être entre de bonnes mains le jour J. Gentille, douce, de bonne humeur, à l’écoute, d’une grande aide, elle a su ce que je voulais, le premier essais était une totale réussite et il n’y en a pas eu d’autre car c’était tout simplement parfait ! Le jour J, un ange. Elle a aussi coiffé mes demoiselles d’honneur et ma belle mère, elles étaient toutes ravies !

Le photographe, fut aussi un coup de foudre. Nous l’avons connu car il a fait des photos de l’anniversaire des 40 ans d’une cousine en 2015. Son travail nous a touché et nous savions que ce serait lui et personne d’autre. Nous l’avons contacté en septembre 2016 et le contact s’est fait de manière fluide. Humainement c’est aussi quelqu’un de vrai et avec qui on peut vraiment discuté sur beaucoup de sujets. La pâtissière nous a fait le gâteau que nous voulions à la perfection. Le DJ est top et le traiteur… sa cuisine est à tomber ! Lorsque nous sommes allés chez lui en juillet 2017 pour goûter ce que nous avions choisi, nous avons bien dégusté car nous savions que le jour J, surtout pour apéritif, nous n’aurions pas la possibilité d’en profiter…et bien c’est ce qu’il s’est passé. Pour le cocktail, nous n’avons pas beaucoup mangé avec toutes les photos qu’il fallait faire. Mais nous nous sommes rattrapés au dîner et au déjeuner du lendemain. Le maître d’hôtel, qui était super, nous avait mis de côté des pièces pour que l’on puisse en manger plus tard. Mais comme il restait plein de reste, le lendemain en faisant le partage (dans des contenants car j’avais prévu le coup) j’ai tout redistribué et j’ai oublié de nous en garder !

Notre mariage, nous le voulions simple mais beau, raffiné, romantique et surtout à notre image ! Le thème des oiseaux choisi, il a fallu chercher pour trouver une belle décoration originale.

Puis j’ai trouvé :

  • Je voulais faire mille origamis qui serviraient pour la décoration de la cérémonie laïque mais aussi pour la décoration des chapiteaux pour le dîner assis. J’avais lu que selon une légende japonaise, cela porterait bonheur aux mariés.
  • Je voulais des nichoirs (qu’on achèterait sur Etsy).
  • Je voulais faire des mouchoirs pour les larmes de joie ou le trop plein d’émotion.
  • Je voulais faire des piques avec des cœurs pour le chemin vers la cérémonie laïque d’engagement en plus des pétales de fleurs.
  • Je voulais des éventails pour les dames. Je voulais trouver une belle robe de demoiselle d’honneur pour les filles pour avoir un mariage à l’anglaise ! Je voulais des trucs qui fassent anglais.

Au final, nous avons acheté les oiseaux en terre cuite en avril 2017, que nous avons offert aux parents, frères et sœurs et témoins. Tout comme les bougeoirs en forme de petites cages à oiseaux. Nous avons acheté des nichoirs dont un que nous avons trouvé lors d’un voyage en Irlande avec une cage qui a été fleurie par la fleuriste, ces nichoirs serviront pour la décoration dans notre nouveau chez nous. Lors d’un séjour à Londres nous avons là aussi acheté le livre d’or. La boîte aux lettres anglaise, nous l’avons trouvé sur un site aux UK qui ne fait que ça. Elle n’est pas donnée mais j’ai pensé qu’après elle serait un élément de décoration dans notre nouveau chez nous et servirait à garder les cartes de vœux reçues pour le mariage mais aussi plus tard pour les cartes d‘anniversaire, de Noël et Nouvel an, etc. Nous avons trouvé un tableau à craie en forme de cage à oiseaux par hasard en faisant des courses… coup de cœur… on l’a embarqué. Des éventails pour les dames, des verres en plastiques commandés sur “Petit mariage entre amis” qui ont fait leur petit effet. J’ai fait les mouchoirs pour les larmes de joies en achetant des mouchoirs, du papier kraft et hop un atelier créatif de plus ! Mais nous avons laissé tomber les piques avec les cœurs, car nous ne trouvions plus l’envie ni l’utilité de les faire.

Pour la première danse, nous ne voulions pas faire d’ouverture car nous ne savons pas danser. J’ai alors proposé à mon cher et tendre de jouer un morceau de guitare. Moi ne sachant pas en jouer, j’ai appris une musique pour ce jour, pour lui. Cela a donné une touche d’originalité, personne ne savait que j’avais appris à en jouer, l’effet de surprise était là ! Nous avons finalement essayé de danser, très mal, mais sur les photos ça ne se voit pas ! ☺

Pour les tenues, mon mari avait eu un coup de foudre pour un costume de chez Father and Son de Metz qu’il avait repéré lors du salon du marriage 2016 à Luxembourg. Fin novembre 2016 il se dit qu’il faut aller à Metz au cas où il n’y aurait plus son costume. Et on a bien fait d’y aller car c’était le dernier à sa taille et la vendeuse n’était pas certaine que le modèle soit reproduit. Alors c’est adjugé, on le prend ainsi que les chaussures et tous les accessoires qui vont avec.

De mon côté, je regardais les modèles sur Internet, j’avais regardé ce que faisaient des magasins ici au Luxembourg. Mes 2 demoiselles d’honneur devaient venir début septembre 2017 pour faire les essayages avec moi. Mais en mars 2017, cela faisait déjà plus de 2 ans que je n’avais pas vu ma meilleure amie dû à plusieurs raisons, on se fixe alors une date… le 17 juin j’arrive à Paris ! Je lui propose d’aller faire des essayages chez Cymbeline Saint-Jacques dans le 5e arrondissement. Je voulais absolument essayer un modèle car en voulant voir dans quel genre de robe mon cher et tendre me verrait, il m’en a montré une qui était dans mes robes favorites. Il m’a dit “C’est celle-là que tu dois porter !” Le modèle Angel. Alors je prends mon téléphone, je prends rendez-vous et stipule bien que c’est à tout prix ce modèle que je dois essayer ce jour-là.

Le 17 juin arrive, nous y allons sans vraiment rien attendre des essayages. Je demande à essayer la robe Angel en premier et là… une fois dedans… c’était LA robe! J’en pleure à chaudes larmes, ma meilleure amie aussi. C’était celle qui était faite pour moi, celle qui me rendait belle et me faire sentir princesse. J’ai demandé à essayer avec un voile… et encore des larmes ! Ma décision était prise, c’était celle-là et pas une autre ! J’essaye tout de même un autre modèle mais alors aucune émotion. La seconde était belle en elle-même mais n’était pas faite pour moi. Je réessaye la première et là…encore des larmes. C’était la robe. Je ne réfléchis pas plus longtemps, je commande la robe. J’y suis retournée en avril 2018 pour aller faire les retouches et le 7 juillet je suis allée récupérer ma robe avec ma meilleure amie pour qu’elle sache comment m’habiller le jour J. Elle a géré l’habillage et le soir pour remonter la traîne. Tu vas peut-être penser que j’aurais dû essayer plus de modèles, ou aller voir dans d’autres magasins. Mais quand tu sais et ressens que c’est CELLE qu’il te faut… on ne réfléchit pas plus longtemps ! Et j’ai bien fait car je suis fière de ma robe, je n’ai eu aucun regret et mon mari l’adore !

Pour les demoiselles d’honneur, nous sommes allées à Londres. J’avais pris un rendez-vous dans une petite boutique “Maids to Measure” et c’est là où nous l’avons trouvé. Je voulais absolument qu’elles aient la même robe et une qui fasse très mariage anglais.

Le sur-ménage

Tout ça c’est bien beau, mais début de cette année, j’ai souffert d’un sur-ménage. Seuls mon mari et mes demoiselles d’honneur sont au courant. À cette période je voyais tout de manière négative. Pourtant, j’étais heureuse, j’avais tout pour être heureuse. J’avais un super fiancé, nous étions super heureux, fières de nos projets, projet d’achat immobilier (à la recherche de notre nouveau chez nous pour pouvoir accueillir une famille), des superbes demoiselles d’honneur (même si 2 sur 4 m’ont abandonné pour des raisons personnelles), un mariage qui s’annonçait être magnifique avec toutes nos idées !

Mais je travaillais beaucoup trop au travail et, à la maison, je gérais tout car mon mari faisait une formation en même temps que son travail comme je l’ai dit plus tôt, donc il a fallu que je gère tout à la maison mais aussi tout le mariage. Non pas qu’il ne voulait pas m’aider mais il était important pour moi et pour lui qu’il consacre son temps pour sa formation et ses examens. Ce qui était trop pour moi à la fin.
De plus je prenais des cours de luxembourgeois mais je me suis mise aussi beaucoup de pression car je souhaitais avoir un bon niveau trop rapidement pour le parler et le comprendre auprès des amis de mon mari mais aussi de nos neveux que nous avons du côté de sa sœur. Tous ces petits éléments, au fur et à mesure que je prenais tout sur moi, et qui s’ajoutaient, a fini par être trop. Je n’avais plus aucun moment pour moi, pour me recentrer un peu sur moi, souffler et faire ce que j’aime.

Je ne voulais plus rien faire. Je ne voulais plus que me marier en petit comité et juste à la mairie. J’en avais assez.

Mon mari m’a aidé à surmonter ce que je vivais. Il m’a aidé en me déchargeant de certaines choses dont la partie traiteur que je ne voulais absolu plus gérer car nous avions quelques problèmes avec son assistante.

Puis comme j’avais laissé le mariage avec ses décorations de côté pendant un moment, j’ai fini par reprendre goût aux préparatifs. Nous avons fini nos origamis. Lors d’un séjour dans une maison de famille dans le sud de la France, nous avons fini d’enfiler nos origamis et les plier pour les mettre dans des cartons que l’un de mes frères garderait pour nous. Nous avons fait plus de 900 origamis (nous en avions finalement trop et n’avons pas tout utilisé), avec nous avons, fait des guirlandes pour l’arche de la cérémonie, il y en avait aussi à l’entrée des chapiteaux et à l’intérieur des chapiteaux et au-dessus des tables nous avons mis des mobiles d’origamis. J’ai cherché sur Internet s’il y avait des personnes comme moi, qui avec la pression, pendant les préparatifs, n’en peuvent plus. Mais non. Je n’ai rien trouvé. Peut-être qu’on se sent coupable de ressentir cela alors que nous avons tout pour être heureuse ? Il faut pouvoir en parler et prendre du recul. Il faut en parler à des personnes proches avec qui tu sauras que tu ne seras pas jugée. C’est ce que j’ai fait. Et je suis reparti de plus belle et nous avons réussi notre pari !

Les jours précédents le mariage

Nous avons fait la route le mercredi 8 août avec notre coffre rempli à bloc où il ne restait qu’un petit espace histoire de pouvoir voir dans le rétroviseur intérieur ! Ma robe, il a fallu mettre un peu de scotch sur la house plastique afin de pouvoir voir quelque chose. Nous avons fait nos 11 heures de route en une seule journée comme nous avons l’habitude de faire. Nous avions réservé le gîte attenant au lieu de réception pour nous et mes demoiselles d’honneur afin d’être sur place pour les préparations et être tranquille pour s’entraîner à la guitare et garder les surprises. Le lendemain, pas de repos, il fallait aller chercher le vin qu’un oncle et une tante gardaient pour nous et la décoration que mon frère gardait.

Nous avons aussi fait les courses le jeudi après-midi, aidés de mon frère et ma meilleure amie qui était demoiselle d’honneur (ou maid of honor), afin d’acheter les bonbons pour le bar à bonbons et les boissons pour la soirée et le lendemain. Le soir, une de mes demoiselles d’honneur, qui était arrivée un peu plus tôt dans la journée, nous a aidé à fabriquer les 35 mobiles d’origamis.

Le vendredi matin, nous sommes allés chez la fleuriste pour y déposer rubans et cages pour les fleurs et l’après-midi les choses sérieuses ont commencé. Il fallait attacher les mobiles sous les chapiteaux au-dessus des tables et mettre les guirlandes d’origami sur l’arche, à l’entrée des chapiteaux, mettre les chaises sous l’arbre pour la cérémonie, confectionner le bar à bonbons. Marie, la propriétaire très discrète faisait du rangement et nettoyait à nouveau les lieux afin que tout soit nickel, mais jetait un œil sur ce que nous faisions pour venir nous donner des conseils dès que nous bloquions sur un point ! De son œil expert et de son expérience, elle nous a guidé pour des choses pour lesquelles nous doutions comme la disposition des chaises pour la cérémonie, la disposition des tables, les choses du genre. Encore merci pour tout Marie !

Le jour J

Nous avions encore fait des choses le jour-même mais l’ambiance était très décontractée !

Mon mari a finalement couru partout pour tout finir et moi à partir de 12h30, je me suis éclipsée dans la chambre de ma meilleure amie dans le gîte pour me faire maquiller et coiffer. À partir de ce moment-là, plus personne n’avait droit de me voir (à l’exception du photographe, de Céline ma coiffeuse-maquilleuse et mes demoiselles d’honneur). Je tenais à ce que tout le monde me découvre lors de mon entrée de la cérémonie au bras de ma mère. Ma mère m’a découverte une fois que j’étais toute prête car là aussi je voulais qu’elle me voit qu’à ce moment. Émotions garanties ! Quand je revois les photos, je vois la fierté et la forte émotion de ma mère quand elle me découvre.

La cérémonie

Nous avons acheté le “Guide pratique pour une cérémonie qui vous ressemble”, de Anne Delacour et Urielle Baubion qui nous a beaucoup servi. J’ai passé beaucoup de temps à tout lire et à trouver d’autres textes sur Internet qui nous parleraient à tous les deux. Nous voulions aussi une cérémonie qui nous ressemble mais qui rendrait aussi hommage à la famille, les amis, comment nous voyons la vie, l’amour.

Nous avons choisi 4 musiques pour l’installation des invités. Mon mari a composé la musique de l’entrée des ses témoins mais aussi la sienne. Moi je suis entrée sur la “Canon B” de Pachelbel, musique que j’ai toujours beaucoup aimé et sur laquelle je rêvais de faire mon entrée. Pendant la cérémonie nous avons choisi des musiques de groupe anglais que nous aimons beaucoup et qui nous ressemblent.

Pour la partie famille, j’ai voulu rendre hommage à ma mère qui a toujours tout fait pour nous, même si ce n’était pas facile tous les jours. C’est grâce à elle ce que je suis aujourd’hui et je tenais à le faire devant nos proches. À la fin de mon texte écrit pour elle, je lui ai offert une réplique de mon bouquet et nous avons diffusé la chanson « Maman » de Christophe Maé. Là forcément, après mes mots, presque tout le monde a versé sa petite larme et pour moi pas facile de parler avec toutes les émotions.

La maîtresse de cérémonie était ma maid of honor (comme on dit aux USA ou au UK ☺). On a aucun secret l’une pour l’autre. On est toujours là l’une pour l’autre même si nous sommes loin. Pas un jour où l’on ne s’écrit pas. Pour moi c’était LA personne qui devait être l’officiante de notre mariage car elle nous connaît très bien.

Elle a été fantastique ! On lui a donné les textes et l’ordre, elle a fait l’introduction et les liaisons qui étaient d’une finesse et d’une beauté ! Elle a contacté toutes les personnes qui devaient lire un texte afin de personnaliser encore plus la cérémonie.

Et nous avons vraiment eu droit à un mariage de rêve. Un mariage de magazine comme j’aime le dire ! Nous sommes très fiers de nous ! Tout le monde en a dit du bien. Rien a redire !

Le budget du mariage

Notre budget initial était de 15 000 euros mais, au final, nous avons atteint la somme de 22 000 euros.

Il y avait environ 50 adultes et 16 enfants (mariage restreint mais ma famille très proche avec oncles/tantes, cousins/cousines est déjà très grande !). Nous n’avons pas dépassé les budgets alloués aux différents prestataires mais nous nous sommes surtout lâchés pour la décoration, la papeterie et les cadeaux.

Pour le voyage de noces, nos invités ont été très généreux et nous ont permis de rembourser les frais que nous avions avancé pour les réservations. Notre voyage a ainsi été totalement couvert.

Ce que je referais

TOUT !

Même nos 1 000 oiseaux en origami !

C’est beaucoup de travail, beaucoup de pression, mais quand se donne la peine de faire des choses soi-même pour son mariage, c’est tellement valorisant et d’une fierté ! Et quand on vu la réaction des invités… nous étions tellement satisfaits ! Quasi tout le monde a voulu récupérer un mobile à la fin !

Et puis, même s’il y a eu des couacs, des choses qui ne se sont pas passées comme je le voulais, quand je regarde le mariage en lui-même, cela efface totalement les mauvais passages. Si nous sommes contents et satisfaits de ce grand jour, alors nous ne devrions pas nous arrêter aux points négatifs.

Ce que je ne referais pas

  • Me prendre la tête pour des petits détails.
  • Acheter autant de boissons pour la soirée et le lendemain car, au final, il nous en restait pour des mois !!!
  • Ne pas vérifier et checker la liste des photos de groupe. J’avais la liste en mémoire mais finalement le fait d’être sur son petit nuage, on a plus trop les idées bien claires ! De ce fait, j’ai cru que nous avions tout, j’ai dit “C’est bon on a toutes les photos pas besoin de vérifier !” mais en fait non ! Il me manque une photo que je tenais vraiment à avoir. Une avec mon frère. Je le regrette tellement aujourd’hui !

Mes prestataires préférés

  • Mariage &… à Préserville. Marie la propriétaire est superbe. Du début jusqu’à la fin, Marie est de bons conseils, d’une grande aide et toujours disponible.
  • Coiffure et maquillage : Céline Vazquez Muah qui est d’une douceur et d’une gentillesse ! Encore mille mercis à elle qui m’a mise en beauté pour mon grand jour et qui fut d’un réconfort. C’est la personne qu’il faut avoir pour sa préparation. Elle sait trouver les mots pour apaiser et parler de tout et de rien pour t’éviter le stress.
  • Photographe : Alexandre Goy, ses photos sont tout simplement magnifiques.
  • Fleuriste : La fille aux fleurs, ses compositions florales étaient sublimes et l’arche pour la cérémonie magnifique ! Les bouquets étaient superbes ! Elle travaille avec des fleurs de saison, selon les arrivages et avec des producteurs locaux.
  • Traiteur : Jean-Luc Bernat, sa cuisine est tout simplement sublime ! C’est un régal pour les papilles. Il a cerné de suite ce que nous attendions et ce que nous aimions. Il n’a pas mis longtemps à proposer un menu en parlant, quelques minutes ont lui ont suffit pour nous sortir des plats. Quand nous sommes revenus quelques mois plus tard pour goûter, qu’est-ce que nous nous sommes régalés ! Le jour J, tout le monde était très enchanté par la nourriture proposée. Il travaille aussi beaucoup avec les produits de saison, avec des producteurs locaux et il privilégie la qualité à la quantité.
  • DJ : Group Idéal avec Romain Laval, un DJ tip-top.
  • Wedding-cake : Paillettes et Sucreries, Gladys a été exceptionnelle ! Notre wedding-cake était exactement ce que nous voulions (moelleux amande avec praline feuilletine et crème à la vanille pour la base et ganache chocolat et crème vanilla pour les 2 étages supérieurs). Merci Glady pour ton écoute et ce délicieux gâteau ! Nous la recommandons et nous retournerons chez elle si une grosse fête d’anniversaire devait être prévue !
  • Vins : Ô Vin d’Occitanie Donneville. Monsieur très disponible et répond très rapidement aux emails. Juste en lui indiquant le menu il a su donner des noms de vins qui ont été très appréciés !
  • Papeterie : Histoire de faire-part à Metz, Stéphanie et Anaïs sont elles aussi superbes et réactives. Pour le faire-part, elles ont travaillé à partir d’un modèle que nous leur avions montré et le résultat était top. Le livret de cérémonie avait donc le dessin du faire-part, ainsi que les étiquettes pour les contenants à dragées. Toutes la papeterie et les dragées ont été appréciés par tous.
  • Robe de mariée : Cymbeline Paris Saint-Jacques
  • Costume du marié : Father and Son à Metz


Laisser un commentaire