Histoire d’un aller et retour au salon du mariage

Aujourd’hui, je te raconte la visite de Mlle et M. Ecologeek au salon du mariage : un voyage inattendu loin de leur verte maison de hobbit.

En annonçant à notre entourage notre projet d’aller sur ce genre de salon, il y a eu deux factions : le Clan des Enthousiastes « tu vas voir, c’est beau et y a plein d’idées » et le Clan des Réalistes « mais qu’est-ce que vous allez faire là-bas, vous quoi !? ». De notre côté, nous ne nous attendions à rien de particulier et, gourmande que je suis, j’espérais pouvoir me régaler de quelques dragées sur les stands appropriés (ce que nous avons fait même si sur les deux vendeurs présents, un seul proposait des dégustations).

Les montagnes bleues… de la contradiction

Oui, je sais, je suis pénible ! Mais quand la plupart des gens voient un magnifique ciel de ballons lumineux, moi, je vois un tas de déchets au fond d’une poubelle noire de 100L et je ne parle pas du reste des articles de décorations jetables qui m’ont vraiment mis mal à l’aise rapidement. Et pourquoi mettre des nappes et serviettes jetables partout alors que, dans l’assemblée, nous trouvons deux loueurs de vaisselle et linge de table sans parler des deux traiteurs très certainement équipés eux aussi de nappes lavables ?

Tu l’auras compris, je n’étais pas du tout dans mon élément ce qui a donné entièrement raison au clan des Réalistes en même pas 5 minutes sur place !

Notre expérience négative au salon du mariage

Crédits photo : Photo personnelle

La désolation… de Mlle Ecologeek

Malgré tout, le décor d’un salon du mariage c’est très joli et ça permet de se mettre directement dans l’ambiance qui se veut plutôt décontractée : les échanges entre les prestataires sont amicaux et les visiteurs sont clairement là pour une sortie en amoureux ou en famille. Le défilé de tenues de mariage et les différents artistes qui se préparent à monter sur scène ne peuvent qu’ajouter un peu de rêve à cette ébullition.

Et puis, là… une nouvelle douche froide quand le présentateur explique au micro qu’il est interdit de photographier ce qui se passe sur scène ! L’information passe sans explication et sans réaction du public. Personnellement, notre intérêt déjà très faible pour le salon du mariage est alors passer dans les négatifs et nous sommes partis.

Notre expérience négative au salon du mariage

Crédits photo : StockSnap

Oui, tu as le droit de nous trouver irrécupérables… ou même sévères car c’est sûrement le cas.

Au quotidien, avec M. Ecologeek et quelques ami(e)s, nous sommes très impliqués dans la réduction des déchets que ce soit à domicile, au travail et dans les associations et manifestations publiques où nous réussissons à faire semer nos graines anti-gaspi. Le salon du mariage se trouve hors de notre zone d’influence, nous ne pourrons pas faire grand chose pour sensibiliser les organisateurs. Mais, peut-être qu’avec mes chroniques, je peux essayer de faire évoluer les consciences des fanas de mariage !

La bataille des… 325 grammes

Il faut bien l’avouer, avec un budget de 4000€ et le choix de n’avoir quasiment aucun prestataire… effectivement, les Ecologeek ne sont pas de bons clients pour un salon du mariage.

Avant d’y aller, nous connaissions déjà les services et les tarifs des exposants présents donc c’était difficile de nous surprendre. Je reste tout de même déçue du peu d’exposants (par exemple il n’y avait qu’un seul bijoutier… la concurrence et le choix reste restreint pour les futurs mariés) et, par extension, du peu d’offres spéciales « salon du mariage » (à part un -20% chez la coiffeuse ou des retouches offertes chez la styliste).

A contrario, nous avons trouvé très chouette l’organisation du salon et le fait qu’il y avait de nombreux bénévoles. Grâce à une telle ambiance, il n’y avait pas de matraquage publicitaire des sponsors (quatre en tout : le fondateur, la ville, une banque locale et une radio).

De retour chez nous, je n’ai pas pu m’empêcher de peser le sac de déchet qu’une jeune bénévole m’a gentiment donné au moment de payer l’entrée. Au total, 325g de papier recyclable (prospectus, flyers, cartes de visite) et quelques grammes de déchet jetable (2 flyers-photos + 1 emballage de gâteaux de la biscuiterie locale).

Notre expérience négative au salon du mariage

Crédits photo : Photo personnelle

Dans la brochure du salon, je note quelques chiffres-clefs intéressants sur le mariage et l’absence de noms de certains exposants dans la liste alors qu’ils étaient bien présents sur les lieux… Parmi la trentaines de prestataires, j’en découvre 5 totalement inconnus (cake designer, wedding planneuse, décoratrice spécialiste du ballon, etc.).

Dans les flyers, je trouve qu’il n’y a aucune information pratique à savoir rien sur la composition des produits vendus et rien sur les tarifs mais ça permet de garder dans le « classeur mariage » la carte de ceux avec qui ont a échangé sur le stand pour ne pas les oublier. Il y en a 4 que j’apporte dans la salle de pause du travail car ils contiennent des bons de réduction qui intéresseront sûrement mes collègues et j’en utilise 4 autres imprimées seulement au recto comme feuille de brouillon (par exemple, pour la liste des courses). Le sachet kraft et le guide de l’office de tourisme restent pratiques donc je les garde. Au final, 30g seulement de papier termine vraiment dans la poubelle de tri sélectif. Avec M. Ecologeek, évidemment, nous avons volontiers mangé les gâteaux toujours prêt pour une aventure gustative !

 

Est-ce que tu as visité des salons du mariage ? Tu as pu faire avancer tes prépas mariage ou tu as plutôt été déçue ?



7 commentaires sur “Histoire d’un aller et retour au salon du mariage”

  • Je vous comprends complètement, nous avons eu un peu le même ressenti en allant au salon du mariage ! Mais finalement, ca reste un bon souvenir, on s’est plutôt bien amusé à flaner et à manger !! Et notre fils de 18 mois a adoré, surtout quand il a réussi à nous échapper pour monter sur la scène en plein défilé et danser devant tout le monde !

  • Quelle épopée pour une future mariée zéro déchet! Je te comprends, je ne m’y étais pas sentie très à mon aise non plus: beaucoup de monde, des prestations souvent hors de prix et une idée du mariage somme toute très classique et rose bonbon… Toujours intéressant à découvrir, cela dit 🙂

  • Et bien, on n’a pas vraiment connu les mêmes salons du mariage. Enfin à un détail prêt : la quantité monstrueuse de prospectus à….jeter ! De quoi me faire sortir de mes gonds également.
    Par contre dans mes souvenirs, peu de nappes papiers même au point restauration, des prestataires très différents et pour (presque) tous les budgets, plusieurs allianciers/bijoutiers allant du créateur au revendeur avec des offres salons plutôt intéressantes. On a pu photographier et filmer le défilé et même le spectacle du magicien…

    On a en plus fait un “petit” salon du mariage, non géré par une grosse boite d’événementiel, qui aurait pu te plaire. Et là, pas de sac plastique/papier mais un beau Tog Bag offert dont on se sert encore 😉

    Monsieur Triton me souffle dans l’oreillette : ton salon du mariage ressemble à un des salons faits (sur les 4), mais je l’avais carrément occulté tellement les autres m’ont ravie, donné des idées et permis de faire de belles rencontres.

  • On a eu exactement le même ressenti ici, surtout au niveau de la quantité de déchets inutiles ! Et vraiment rien qui ressemble à ce qu’on envisage pour le mariage, trop de jetable et de prestations “à la mode” et hors de prix. Et pourtant c’est là qu’on a trouvé nos alliances et notre fleuriste totalement par hasard ^^

  • merci à vous toutes les filles… je me sens bien moins seule en lisant vos commentaires
    je reste tolérante pour ce petit salon du mariage qui reste organisé par des bénévoles et qui a, au moins, le mérite d’exister ! avec le recul, c’est plutôt l’attitude des prestataires qui m’interpelle car je m’attendais à en voir beaucoup plus et à ce qu’ils soient beaucoup plus commerçants car entre aller directement les voir dans leur boutique ou les croiser à leur stand, il n’y a quasiment aucune différence

  • Faisant un mariage sans prestataire ou presque je n’ai pas ressentie l’utilité d’aller dans un salon du mariage. Mais ton aventure ne me fait pas regretter. Est-ce que la liste des prestataires dans ton sac t’a quand même donné des pistes ?

  • Chère Mademoiselle Ecologeek,

    Je tiens tout d’abord à m’excuser de revenir vers vous aussi tardivement. Afin de vous répondre de la manière la plus objective et constructive que possible, un certain recul s’est, de fait, avéré nécessaire.
    En effet, à la stupéfaction succéda, progressivement, au fil de la lecture de votre article, la déception et le découragement. Il me semblait ne pas reconnaître tous les efforts investis par l’ensemble des commerçants et bénévoles, tout au long de cette année qui précéda l’ouverture de notre salon. Derrière cet événement se cache de nombreuses personnes qui ont travaillé d’arrache-pied afin de proposer aux futurs mariés, et plus généralement aux Ornais et à tous visiteurs désireux de passer un agréable moment en famille, une prestation de qualité. Ces intervenants de l’ombre, ainsi que les exposants, ont pris sur leur temps personnel, bien souvent sur leur vie de famille, en parallèle de leur activité professionnelle principale et après de longues journées de travail, pour permettre à ce salon d’exister, à le faire évoluer afin de le rendre plus attractif et plus en accord avec les attentes de nos visiteurs. Pour citer un exemple, photographes, fleuristes, bijoutiers, coiffeurs et mannequin ont pris sur leurs jours de congé pour réaliser les shooting photo à l’origine de nos visuels promotionnels. Le mannequin en question, habitant à plus de soixante-dix kilomètres de Flers, s’est également déplacée à ses propres frais. Après de nombreuses années durant lesquels l’association se trouvait à bout de souffle, nous avons tenté d’insuffler dynamisme et modernité à notre salon. Il est certes possible que, de l’extérieur, ce travail paraisse bien moindre que ce qu’il n’est en réalité.
    Nous prenons évidemment sincèrement en compte les points que vous avez pu remarquer et que vous soulevez de manière très pertinente au sein de votre article. La réduction des déchets et plus généralement les attitudes et initiatives eco-friendly font partie de nos futurs objectifs et de nos priorités. Nous estimons de notre responsabilité de promouvoir des alternatives écologiques au sein d’une prochaine édition du Salon du mariage, ce qui pourrait permettre de sensibiliser les visiteurs, voire à éveiller chez certains une conscience écologique. Nous avons l’espoir de voir se multiplier les mariages plus responsables face aux problématiques environnementales, mais nous sommes également conscients que ces évolutions, bien qu’indispensables, prennent du temps à se généraliser pour être finalement universellement adoptées. Nous serions très intéressés par vos suggestions en la matière  Nous sommes notamment à la recherche de solutions qui permettrais de promouvoir notre salon et nos exposants, tout en réduisant notre consommation de papier. La communication via les réseaux sociaux n’est pas adaptée à tous les publics et tous nos visiteurs ne sont pas égaux face à l’accès aux outils informatiques et à leur utilisation. Par conséquent, outre la radio, force est de constater qu’articles au sein de journaux imprimés, flyers et autres affiches représentent encore aujourd’hui des supports de communication fort appréciés. Par ailleurs, pour revenir sur votre remarque concernant les décors de ballons, il s’agit de l’activité principal de l’un de nos exposants, alors que faire pour concilier consommation écoresponsable tout en conservant nos prestataires ? D’autant plus que vous en regrettez le petit nombre. Pour m’attarder sur ce point, Flers et son agglomération reste de taille relativement réduite. Nous ne disposons pas d’une quantité pléthorique de commerçants, et tous ne peuvent être intéressés par notre initiative. Nous sommes une petite association, qui ne demande qu’à s’agrandir, mais qui, faute de moyen, n’attire pas l’attention de potentiels exposants. D’autant plus que cette aventure qu’est le Salon du mariage et de l’évènementiel demande une implication, comme vous l’aurez compris, extrêmement chronophage et moralement éprouvante. Il est donc tout à fait compréhensible que les commerçants, qui à l’ère du numérique ont déjà bien du mal à concurrencer les achats en ligne et tout simplement à vivre, ne trouve pas le temps pour venir grossir les rangs de nos équipes.
    En outre, bien que nous soyons favorablement ouverts à toutes critiques constructives, il est vrai que nous espérions trouver quelques points positifs qui serait le reflet de notre investissement tout au long de cette année. Professionnels de la coiffure, de la mise en beauté, de la parure et de l’habillement tant féminin que masculin ont redoublé d’inventivité pour proposer un défilé qui se voulait complet et dans l’air du temps, animé par des animations de magie et, depuis cette année, par les prestations d’un chanteur professionnel et de l’école MC danse de Flers. Un autre objectif que le salon a réussi en partie à concrétiser cette année : la valorisation à la fois de commerçants « urbains », installés dans ou à proximité du centre-ville de Flers, mais aussi de petits prestataires, implantés dans des zones rurales peu desservies ou disposant d’une visibilité moindre, et qui gagneraient à être connus (je pense notamment à Belle à la Campagne ou encore Debbie Deana).
    Enfin, la créativité de nos photographes ainsi que de bénévoles dont je tiens à souligner l’implication passionnée et altruiste n’est pas à négligée et trouve une matérialisation dans un visuel qui, nous l’espérons, se fera l’ambassadeur de notre évènement.
    En quelques mots, notre salon avait pour ambition, sans pour autant rentrer dans les clichés « rose bonbon » (comme j’ai pu le lire dans les commentaires) habituellement associés au mariage, de faire rêver les futurs mariés, à les transporter dans leur propre univers, celui qu’ils se construiront au fur et à mesure de leurs préparatifs.
    Nous sommes sincèrement navrés d’avoir contribué à confirmer vos craintes concernant les Salons du mariage en général et nous espérons vous surprendre l’année prochaine avec une démarche plus responsable ! 😉

    Corinne,
    Présidente du Salon du Mariage et de l’Événementiel de Flers

Partager un commentaire...