Le mariage vintage et éco-responsable de Charlotte

Charlotte et son Amoureux, Loïc, se sont rencontrés à Niort, lors de leurs études. Avec son accent du Sud-Ouest et son sens de la fête, il ne passait pas inaperçu. Mais elle était engagée dans une relation à distance compliquée. Ils sont devenus, dans un premier temps, de simple copain. Après sa rupture, ils se sont vite rapprochés, il était le seul à la faire rire. Et malgré les doutes de certains de leur promo, ils ne se sont plus jamais quittés.

Le mariage était une évidence pour eux, une suite logique. Mais ils n’ont pas fait les choses de manière précipitée. Après l’obtention de leurs Masters, ils se sont installés dans les Landes où Loïc a repris l’entreprise familiale. Entre leur travail, la rénovation de leur maison, puis la naissance de leur fille, ils ont pris leur temps… Presque 10 ans en fait. Lors d’un voyage en amoureux à New York, ils ont profité d’un temps splendide pour monter au Top of the Rock. New York à leurs pieds, il l’a prise dans ses bras tout fébrile (elle a même eu peur qu’il ne se sente pas bien…). Puis il s’est reculé, a ouvert son manteau et posé un genou à terre. Un écrin tendu devant lui, il a posé la fameuse question. “OUI !!!”

Je te montre en images cette jolie journée qui a suivie après 3 années de préparatifs (Charlotte te raconte tout ça après !) :

Photos : Agnès Guéant

Toutes mes félicitations ! 
Comme promis, je laisse maintenant la jolie mariée revenir en détails sur cette journée…

Mon mariage en quelques mots

Comme Loïc m’a demandé en mariage en 2015, nous avons eu 3 ans pour préparer notre grand jour. La première année, c’est plutôt un travail de recherches, d’inspiration. Comme nous aimons les choses authentiques et c’est donc naturellement que nous avons choisi une déco vintage avec des couleurs naturelles, plutôt pastel avec beaucoup de feuillage gris. Nous sommes engagés depuis 2016 dans une démarche visant le zéro déchet. C’est donc pour respecter nos convictions que nous avons eu une réflexion pour limiter au maximum nos déchets pour toutes ces festivités (feuilles odorantes à la sortie d’église, uniquement des serviettes en tissu, etc.). On a fait alors un gros travail pour trouver des alternatives écoresponsables sur tous les postes, mais ça en valait la peine !

La deuxième année fut consacrée à la réservation des prestataires. On a commencé par trouver le lieu de réception. C’est par le bouche à oreille que nous avons entendu parler d’une nouvelle salle à proximité de Mont de Marsan et ce fut le coup de foudre malgré qu’elle était encore en travaux quand nous l’avons visité. Après, nous avions déjà des prestataires que nous connaissions déjà depuis longtemps et en qui nous avions complètement confiance, notamment notre fleuriste. Et puis, nous savions ce qu’on voulait et surtout ce qu’on ne voulait pas…

La dernière année fut consacrée essentiellement pour la déco, les tenues, et tous les détails… La beauté du lieu de réception se suffisait comme décoration, on a juste ajouté des éléments dans notre thème vintage tant dans le parc que dans la salle. Comme nous avons récupéré beaucoup d’objets de familles (assiettes de mamie Simone, cadres et caisses de papi Albert, les photos de mariage de nos familles, etc.), et acheté majoritairement dans des brocantes (on a adoré chiné tous ces vases, bougeoirs, clés et casiers d’imprimerie !), nous avons fait pas mal d’économie tout en aillant de beaux objets !

Nous avons opté pour un mariage en plusieurs temps : la cérémonie civile le jeudi en petit comité (le 28/06), la cérémonie religieuse le samedi matin (le 30 juin) pour avoir des festivité toute la journée, le brunch le dimanche, et comme ma grand-mère ne pouvait pas venir dans les Landes (habitant dans la Région Centre Val de Loire), nous avons réalisé une cérémonie laïque le 18/08 avec ma famille.

La journée “officielle” reste celle du samedi 30 juin. Nous voulions un mariage en journée. Le rendez-vous à l’église était à 11 heures. J’avoue que la journée a donc commencé très tôt pour moi avec l’arriver dès 7 heures de la maquilleuse et de notre photographe. Tout devait être hyper “timé” pour moi et mes témoins afin d’être toutes prêtes à l’heure ! Mais nous avions tellement bien relevé le défi, que Loïc m’a appelé pour me demander d’attendre un peu avant de partir car il était dans un bouchon (chose complètement improbable à Mont de Marsan un samedi matin !) ! Il m’a donc fait arrivé avec 30 minutes de retard à l’église. Lui a pu changer de véhicule pour pouvoir arrivé avec ses témoins sur des vélos fleuris.

Après la cérémonie religieuse, nous avons réalisé la photo de groupe sur le parvis de l’église, puis nous avons tous pris la direction du lieu de réception, à une quinzaine de minutes.

Le vin d’honneur a durée jusqu’à 15h30, pendant lequel nous avons fait moins de 10 photos de groupes (car nous voulions limiter au maximum la durée de ce passage obligé et préférions avoir des photos de nos invités “de l’instant”). Nous avions installé une balançoire décorée pour un espace photokiss avec un polaroid. Un bar à fleur était également mis à disposition de nos convives. Pour les enfants, un espace leur était dédié avec nounous, buffet repas, jeux et structure gonflable. Ces derniers ont d’ailleurs parcouru le parc avec des tambourins, des maracas et des ardoises pour annoncer l’ouverture de la salle pour le repas.

On a fait notre entrée dans la salle avec nos témoins sur le rythme de Barry White. Loïc avait préparé un très beau discours qui nous a fait rire et pleurer d’émotions.

Le traiteur nous a proposé un menu sur-mesure avec des produits de qualité et ma sœur, sommelière caviste, nous a accompagné dans les choix des vins. On est des épicuriens, on tenait à se faire plaisir et à le partager avec nos proches. Une vraie réussite !

Après cet interlude, nous avions prévu un moment de détente/jeux pour finir l’après-midi : jeux en bois (fabriqué par Loïc), palets, quilles, Molkky, pétanque et détente sur les chiliennes ou les poufs en toiles de jute. Nous avons profité de ce temps pour s’éclipser afin de faire nos photos de couples. La bambouseraie se prêtait particulièrement bien à cet exercice. On a ensuite décidé d’aller dans la forêt landaise toute proche. C’était très agréable de pouvoir se retrouver (presque) à 2.

Nous avons ouvert le bal vers 21h30/22h et nous avons dansé/rigolé/discuté jusqu’au petit matin grâce à notre DJ. Pour en profiter au maximum, nous avions prévu un buffet de nuit, un bar à mojitos et pour sécuriser au maximum les retours en fin de soirée un taxi était prévu.

Le dimanche, nous avions un brunch d’organisé qui pouvait accueillir dès 11 heures. Tout ce qui nécessitait d’être fait le matin même a été réalisé par notre traiteur (pâte à gaufre, bar à salade, charcuterie, pain), pour le reste, nous avions demandé aux personnes qui nous avait proposé leur aide (famille majoritairement) d’apporter une quiche/un cake/un gâteau confectionné par leur soin. On voulait retrouver une ambiance simple, décontracté, familial.

Le budget du mariage

Difficile d’établir le budget dédiée uniquement au weekend du mariage religieux, mais on l’estime approximativement entre 20000€ et 25000€.

Ce que je referais

Tout, mais particulièrement :

  • le principe de se marier le matin et de profiter ensuite toute la journée et toute la nuit de nos invités,
  • la même déco,
  • tous les petits détails (kit de survie pour nos invités avec crème solaire, anti-moustique, kit couture, pansements, etc., le bar à fleurs,…),
  • le fait de déléguer à nos proches le maximum de choses pour le jour J (un référent par prestataire).

Ce que je ne referais pas

Je ne trouve rien à changer.

Mes prestataires préférés

  • Notre photographe Agnès. Soucieuse de coller à notre personnalité et de faire un travail de qualité, elle a été de très bon conseil et petites attentions, même en terme d’organisation et de soutien le jour J ! Une des vraies belles rencontres du mariage et une nos prestataires coup de cœur.
  • Nous connaissions le fleuriste, Histoire de Fleur par Benoit St Amand, depuis de nombreuses années pour être des clients fidèles. On adore ce qu’il fait et c’est une référence dans notre secteur pour avoir été meilleur ouvrier de France. Notre confiance fut totale et nous n’avons pas été déçus !
  • Son successeur Damien Truault a également participé à embellir notre décoration, à accessoiriser ma coiffure et celles de mes témoins et demoiselles d’honneur. Un must.


1 commentaire sur “Le mariage vintage et éco-responsable de Charlotte”

  • Des mariés du sud-ouest, des chaises en bois, du végétal à gogo et plein de petits détails … je ne peux qu’adhérer à ce mariage ! 😀 <3 La mariée est magnifique dans sa robe fluide, d'où vient-elle ?

    Mais alors… 3 ans de préparatifs ?! Je suis impressionnée par la patience des mariés (nos 20 mois nous ont déjà paru bien long…)

    Tous mes vœux de bonheur, Charlotte et Loïc 🙂

Partager un commentaire...