Mon mariage entre rêve et réalité : la recherche des prestataires – Partie 1

Si la quête de ma robe a été une aventure épique, qui a fait couler presqu’autant d’encre que de larmes (de déception, mais aussi de bonheur), et si la conception de notre joli jour ou la confection de notre papeterie nous ont demandé beaucoup de réflexion, il est un point qui a été d’une facilité (presque) déconcertante dans nos préparatifs : la recherche de nos prestataires… Enfin, je dis « facilité »… Attention, ça ne veut pas dire que je n’y ai pas consacré une certaine quantité d’heures mais, à part le temps investi, ça n’a finalement pas été aussi compliqué que je ne m’y attendais.

Comme je te l’ai déjà raconté, j’avais fait beaucoup de recherches en amont, avant même la demande et le lancement officiel des préparatifs avec M. Show. Ainsi, au moment de passer à l’action, nous disposions déjà d’une liste de prestataires potentiels. Au fond, il ne restait à M. Show qu’à choisir parmi la sélection que j’avais faite.

Crédits : Creative commons https://flic.kr/p/grQjn9

Crédits photo (creative commons) : University of Exeter

De quoi se régaler les papilles…

Pour le repas, le plus compliqué a été de choisir notre concept général d’organisation du jour J. Si tu n’as pas tout suivi, je te rappelle notre concept : nous avons choisi un mariage de journée, c’est-à-dire une cérémonie le matin, suivie d’un déjeuner de mariage en grand comité, avec une centaine de personnes, suivi d’un après-midi d’animations, et pour finir, une soirée rock’n’roll avec les amis et la famille toute proche.

Pour ne rien te cacher, ce choix a été assez difficile à faire car, mine de rien, la pression du traditionnel vin d’honneur – repas à table est très forte… C’est la formule classique, retenue pour la plupart des mariages, en tous cas en Suisse et dans mon entourage, tout le monde la connaît et se sent à l’aise avec, l’éternel dilemme entre les convives invités uniquement à l’apéro et ceux du souper est bien entré dans les mœurs et plus personne ne se vexe.

Cette formule avait toute sorte d’avantages, mais voilà, elle ne nous ressemblait pas. Bref, nous avons choisi de faire un repas de mariage le midi ! Ceci étant dit, tu n’es pas plus avancée sur le contenu de nos assiettes ni sur le choix du traiteur. On y arrive… Pour moi, il était absolument évident que nous proposerions un buffet à nos invités. Pourquoi cette évidence ?

Pour plusieurs raisons :

  • Hors de question de se prendre la tête pour trouver une entrée, un plat et un dessert qui convienne aux 18 régimes alimentaires différents (sans gluten, vegan, sans graisse, sans porc, sans alcool, allergies diverses variées, et j’en passe…) sans oublier les goûts des mariés.
  • Impossible pour notre budget d’intégrer les frais liés au personnel de service pour 100 personnes.
  • Mais surtout, le buffet a toujours représenté pour moi le luxe absolu : de la variété, du choix, la liberté de chacun de se servir à sa guise… J’ai découvert (et adoré) cette formule dans les hôtels où nous passions nos vacances quand j’étais petite et j’ai découvert grâce à elle un nombre incroyable de goûts et de saveurs que je n’aurais jamais osé commander sur une carte. La vision des plats colorés et fumants est pour moi un ravissement et une source infinie d’inspiration culinaires… Tu l’auras compris, je suis une fan des buffets ! (Et à mes yeux, ça n’a rien à voir avec la file d’attente à la cantine scolaire par laquelle nombre d’adultes semblent avoir été traumatisés).
  • Et puis, je suis partisane des fêtes où il y a du mouvement naturel, et rien de tel qu’un buffet auquel aller se servir (et se resservir, encore et encore… oups je m’égare…) pour créer des discussions, nourrir les échanges et induire une dynamique entre les gens.

Autant dire que pour moi, le choix était fait. Même si je savais que ça impliquait de renoncer à une partie de mon rêve d’élégance et de raffinement. (Oui, même si je suis fan des buffets, je suis quand même consciente que le service à table par de beaux garçons en livrée, ça fait beaucoup plus distingué…) Quand à M. Show, les arguments de la liberté de choix et du mouvement ont suffi à la convaincre ! C’était décidé nous aurions un buffet.

Partant de là, il ne restait plus qu’à trouver LE traiteur qui nous préparerait ce beau buffet parmi ma liste de prestataires potentiels. J’avais repéré un nom en particulier, une petite enseigne régionale, dont les critiques sur différents sites et forums étaient excellentes et dont les tarifs étaient honnêtes. Nous nous sommes rendus sur place pour une prise de contact et dès les premières minutes, nous avions fait notre choix ! L’accueil était très chaleureux tout en étant professionnel, la patronne était à notre écoute mais également de bon conseil lorsque nous nous égarions un peu, c’était exactement ce que nous cherchions. Et nous ne l’avons (presque) pas regretté ! (Promis, je te raconterai le « presque » en temps voulu…)

Au fil des échanges, nous avons affiné notre choix et finalement retenu les délices qui composeraient notre repas de mariage : 8 entrées différentes, 4 salades, 3 plats chaud avec 3 accompagnements et un plateau de fromage. Sans oublier le dessert, dont je te parlerai plus tard… Et voilà, l’affaire était faite !

Et pour les fêtards, alors ?

Oui, nous avions notre merveilleux buffet pour le midi, mais que mangerions-nous le soir ? Pour la soirée, j’avais vraiment très envie d’un food-truck qui servirait des burgers sur la terrasse… Après quelques recherches, j’ai jeté mon dévolu sur une équipe de jeunes de ma région, qui travaillaient uniquement des produits locaux et de saison, qui faisait son propre pain maison… le rêve quoi ! Sans oublier le détail qui tue : leur camion étaient entièrement décoré avec un motif de dinosaures. So rock’n’geek, tout simplement parfait pour M. Show et moi.

J’ai demandé une offre, les tarifs étaient très corrects, la qualité des menus vraiment intéressante, les régimes spéciaux ne semblaient poser aucun problème, bref, tout était parfait ! Jusqu’au jour où le responsable m’a appelé, tout embêté, pour m’annoncer qu’ils avaient été sélectionnés pour le très fermé “Festival de la street-food” de Berne (notre capitale) et qu’ils ne pouvaient pas refuser…

Je comprenais fort bien, mais ça a été une vraie déception, la seule de cette recherche de prestataires. Ils ont toutefois eu la gentillesse de me donner le nom de deux autres food-truck du même acabit et j’ai trouvé mon bonheur. Un peu moins rock’n’roll mais toute de même très bon et finalement tout aussi avantageux, grâce à une solide négociation de la part de ma sœur, responsable dans l’évènementiel, à qui on le fait pas ! Et je peux vous dire que l’intégralité de nos invités ont été conquis par cette idée inhabituelle et un peu folle, mais délicieuse.

Crédit : Creative commons https://flic.kr/p/sv7nVv

Crédits photo (creative commons) : Suzanne Nilsson

De belles photos pour ne jamais oublier…

Soyons clairs dès le départ, le photographe était pour moi un poste incontournable, sur lequel j’étais prête à mettre une budget conséquent. Car, oui, je fais partie des personnes qui considèrent que les photos sont “tout ce qu’il reste” des années plus tard (même si, bien sûr, je sais que l’essentiel est de profiter du jour J et que les plus beaux souvenirs sont ceux qu’on garde dans le coeur…) et, comme pour tout le reste, j’ai rêvé de mes photos de mariage des milliers de fois. J’en ai beaucoup regardé pour me faire une idée des styles qui existent, j’ai visionné celles de mes cousines, copines, voisines des dizaines de fois, j’ai regardé les portfolios de tous les photographes qui ont croisé ma route et bien sûr, je me suis abonnée à plusieurs tableaux Pinterest qui te donnent des idées de poses pour tes photos de mariage. Sans oublier le fait que mes rondeurs m’ont parfois compliqué la vie et que le regard que je pose sur moi n’a pas toujours été aussi bienveillant qu’il l’est aujourd’hui. Bref, les photos du D-day étaient un sujet sensible…

Comme pour le reste, j’avais fait le tour de toutes les offres disponibles sur notre région et aux alentours avant la demande, j’avais directement éliminé certains styles qui ne nous correspondaient pas du tout et j’avais préparé une liste de prestataires potentiels. Puis, quand on a donné le coup d’envoi des préparatifs, M. Show et moi avons beaucoup discuté du budget que nous allions allouer à ce poste. Sur les autres éléments “de base”, c’est-à-dire la salle de réception, nos tenues et le traiteur, nous avions vite trouvé un terrain d’entente : nous avions fixé le niveau de prestations que nous voulions (le moins cher possible pour une qualité raisonnable) et un petit benchmark nous avait permis de déterminer assez facilement la fourchette basse des tarifs pratiqués sur notre région. Tout ça pour dire que les budgets articulés “a priori” correspondaient bien à la réalité.

Pour le photographe, c’était un peu différent. D’une part, ça avait nettement moins d’importance pour M. Show que pour moi, il fallait donc arbitrer et, d’autre part, la réflexion “le moins cher possible pour une qualité raisonnable” me semblait complètement inappropriée dans ce domaine. Pour le traiteur, la salle, la robe, c’étaient un “one shot”, les gens oublieraient vite si le repas n’était pas parfait ou si la salle avait quelques défauts. Par contre, à mes yeux, des photos de qualité “raisonnable” perdaient toute leur valeur, car les éventuels défauts resteraient gravés pour toujours. Posture un peu extrême, je te l’accorde, mais voilà, c’était la mienne durant cette recherche de prestataires. À l’issue de ces discussions, tu t’en doutes, nous avons finalement décidé d’assumer cette posture et de “mettre le prix” sur le photographe.

J’ai donc contacté les noms du haut de ma liste, ceux qui étaient géniaux et très chers, et après deux refus pour cause d’indisponibilité, nous avons pris rendez-vous avec une photographe de talent, installée tout près de chez nous. Elle nous a reçu chez elle autour d’un thé, nous avons bavardé et nous sommes vite aperçus que nous étions tout-à-fait sur la même longueur d’onde. Elle était même tellement sympathique qu’en sortant de chez elle, M. Show m’a dit : “Même si nous ne la choisissons pas comme photographe, nous devrions l’inviter !” Bref, nous avons tous les deux eu un super feeling pour cette personne et une confiance totale en son approche de la photo de mariage et en son talent. Nous n’avons donc pas hésité une seconde et l’avons engagée pour couvrir notre grande journée. Je te montrerai le résultat très vite, quand je viendrai (enfin) te raconter notre fameux jour J !

Et voilà comment nous avons choisi nos premiers prestataires. Je crois qu’on peut dire qu’on a vraiment eu de la chance (et aussi un bon travail préparatoire) : un premier rendez-vous et hop ! Je reviens très vite pour te parler des autres fournisseurs : fleuriste, coiffure, maquillage, voiture d’honneur et animations musicales.

Et toi, tu as trouvé facilement ? Ou tu as galéré pour trouver des prestataires qui te correspondent ? Tu as aussi dû faire des choix dans ton budget pour t’offrir certains “extras” ? Viens me raconter tout ça…



8 commentaires sur “Mon mariage entre rêve et réalité : la recherche des prestataires – Partie 1”

  • Vive la formule buffet! Je suis d’accord avec toi sur tout, c’est convivial, chacun a la liberté de ce qu’il veut manger et de la quantité! Et oui un buffet peut très bien être raffiné et élégant: la qualité des produits, la présentation et le service font tout (voir les buffets sur les bateaux de croisière!) Un buffet c’est pas obligatoirement cheap version “barquette de carottes râpées et assiette de mortadelle”

    • Ah, ça fait plaisir de voir que je ne suis pas toute seule sur la planète buffet! Je suis tout à fait d’accord avec toi, ça n’est pas forcément synonyme de pic-nic ou de kermesse… Et du coup je ne regrette pas du tout notre choix!

  • Comme toi, le photographe était ma priorité (pas pour mon fiancé !). Mais je ne les ai pas encore tous trouvé, je suis bien à la bourre…!

    • La quête du photographe peut s’avérer longue et difficile… C’est tellement “personnel”, comme prestataire, je veux dire par là qu’on doit se sentir vraiment en confiance pour être à l’aise devant l’objectif, et que les goûts et les couleurs ne sont pas toujours partagé en terme de beauté des photos… il faut vraiment trouver quelqu’un dont le style nous correspond… bonne chance pour tes recherches, je suis sûre que tu vas trouver!

  • Je pourrais écrire des choses très similaires ! Pour moi aussi le photographe était un poste principal et nous avons aussi voulu un buffet avec comme toi la pression du repas à table …

    • Je vois qu’on partage certains points de vue! Et puis l’essentiel est de pouvoir faire ce qui nous ressemble, je trouve super qu’il y en ait pour tous les goûts et que chaque fiancée puisse trouver sa formule à elle!

  • C’est fou comme nos recherches et nos idées se ressemblent ! Je souhaitais également un buffet pour le midi car je pense que c’est une bonne solution quand on ne veut rien imposer et ne pas se prendre la tête sur des choix ! Mon mariage est maintenant passé et c’est une idée que les gens ont beaucoup appréciée, c’était bon, convivial, il y avait de tout pour tout le monde, enfin bref, c’était top ! 🙂
    Pour le photographe j’ai la même conception que toi, l’étant moi-même un peu, je voulais vraiment des beaux souvenirs, le budget étant malheureusement rick rack, nous avons fait le choix d’en sélectionner un uniquement le matin pour les préparatifs, la mairie, les photos de groupe (il a mis une super ambiance XD) et les photos de couple. Nous ne les avons pas encore reçues mais je suis sûre qu’il y aura des beaux moments 😀

  • Je suis pour la formule buffet mais j’ai dû argumenter car mon chéri ne voyait pas le repas de mariage autrement qu’un repas servi à table.
    Pour les prestataires, on a eu comme toi aussi beaucoup de chances lors des premieres rencontres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *