Comment faire quand ça se passe mal avec la créatrice de ma robe de mariée ?

A 343 jours de mon mariage, je vis mon premier drame !

Depuis août, je suis en contact avec une jeune créatrice, très réputée dans notre région pour la réalisation de ma robe de mariage. Dès notre premier entretien téléphonique, je lui ai bien demandé si je ne la contactais pas trop tôt, car le jour J est prévu pour septembre 2014.

Elle me rassure, en me disant qu’il vaut mieux s’y prendre très à l’avance, car son agenda se remplit très vite. Un premier rendez vous est pris, et mon coup de cœur se confirme. Nous posons une deuxième date pour découvrir les croquis.

Ce jour-là, après quelques premiers dessins qui ne me provoquent aucune réaction, je la vois ! Ma robe, celle dont je rêve…. Nous y apportons de (très) légères modifications, et voilà, l’aventure commence ! Nous prenons des dates pour la suite des réjouissances, des rencontres environ tous les deux mois jusqu’à l’été 2014, et ma maman donne le chèque d’acompte, encaissé dès le lendemain.

Je repars, mes pieds ne touchant plus le sol et m’élevant un peu plus vers les étoiles, qui m’accompagnent depuis le jour de la demande en mariage. J’ai un vrai béguin pour cette créatrice, sa douceur, sa gentillesse, ses propositions… J’ai hâte de commencer l’aventure avec elle, petite fée à l’origine de la plus belle robe de ma vie, et de vivre nos rencontres qui sonneront comme un décompte vers LE grand jour !

Et aujourd’hui, mes pieds viennent de s’écraser brutalement sur le sol, les étoiles brillent un peu moins et j’en suis toute sonnée….

En milieu de journée, la créatrice m’a laissé un message pour me dire qu’il y avait « quelques petits changements dans les dates de nos rendez-vous ». Je me dis spontanément qu’elle doit certainement privilégier des mariages plus proches dans le temps, et je la rappelle donc, ravie de l’entendre à nouveau, et de parler de nouveau de ma robe.

Après l’échange des politesses d’usage, données de ma voix la plus enjouée, elle m’annonce que son mari vient de trouver un emploi à l’étranger, et qu’elle le rejoindra en… décembre 2013. CQFD. Oui oui, je dis CQFD pour 2013, car si c’était en décembre 2014, il n’y aurait pas de pieds sur terre ! Et puis, j’ai toujours rêvé d’écrire CQFD, et vu mon petit moral, j’ai le droit !

Elle me rassure tout de suite, en me disant que ça ne change rien, qu’on va juste avancer la date de livraison à décembre… Et elle me programme des rendez-vous presque une semaine sur deux jusque-là. Je t’avoue que j’en reste un peu sans voix, et que je donne mes réponses par automatisme car tout se bouscule dans ma tête.

La créatrice me précise qu’on pourra se voir via Skype – que je n’ai jamais utilisé de ma vie – pour toute question, création d’accessoires, et qu’en cas de retouche à un mois du mariage, sa mère pourra s’en occuper. Elle me demande si ça me pose problème. Je bégaie que non, et elle me répond « tant mieux, parce que je ne vois pas pourquoi il y en aurait ».

Je lui explique quand même que je suis énormément très superstitieuse, et qu’avoir ma robe dix mois avant mon mariage, ça me pose problème. Elle me propose alors de la laisser chez sa maman durant tous ces mois…

Après avoir raccroché, j’ai cru pleurer. J’ai appelé ma mère, qui a beaucoup moins bien réagi que moi, car très déçue de ce revirement de situation. Puis j’ai eu mon témoin au bout du fil et le reste de ma Dream Team par texto. Tous me conseillent de refuser ce nouvel accord, qui ne correspond plus du tout aux bases de départ. Et je suis plutôt d’accord avec eux.

Pour moi, avoir ma robe 10 mois avant mon mariage n’a pas de sens. Je me marie dans un an, et je me réjouissais de ponctuer tous ces mois par des essayages, certains peut-être accompagnés de quelques changements, de découvrir ma robe au fil des mois, de convier ma mère, ma belle-mère, mes témoins aux essayages, et surtout de la découvrir à quelques semaines seulement du grand jour.

Je voudrais votre avis… Est-ce moi qui suis trop stressée, trop pointilleuse ? Ou ai-je raison de renoncer à cet accord qui ne me convient plus ? On ne se marie qu’une fois, et j’ai envie de profiter des préparatifs tout au long de l’année.

Je vous remercie…

– Une future mariée bien perdue…

Message on a bottle

Crédits photo (creative commons) : Brett Jordan

Chère mariée perdue – plus pour très longtemps, j’espère – je suis en effet d’accord avec toi.

Pas seulement pour le fait que de posséder sa robe de mariée 10 mois à l’avance soit risqué, en terme de mesures plus qu’en terme de superstition, mais également parce que les propositions de cette prestataire ne sont ni sérieuses, ni rassurantes.

Des retouches par sa maman ? Cela sonne un peu comme du bricolage… Sans compter que c’est elle qui t’a un peu forcé la main pour t’y prendre aussi tôt. L’accord n’a pas été signé avec sa maman, mais avec elle, couturière professionnelle qui s’est engagée à livrer un produit en temps et en heure, confectionné par elle-même.

Voilà un bon compromis qui pourrait satisfaire tout le monde :

  • Récupérer la robe en l’état, avec le croquis
  • La régler au prorata du travail déjà effectué
  • Et trouver une autre couturière, qui terminera le travail.

Si cependant tu ne trouvais aucune autre couturière qui te convienne, il faudra négocier au mieux une compensation tarifaire, car les dernières retouches ne seront pas effectuées par la professionnelle elle-même.

Quoiqu’il en soit, pas de panique. Il te reste 11 mois avant le jour J, c’est plus que suffisant pour trouver une solution !

Et toi ? Tu t’es adressée à une couturière, et tu as rencontré des soucis ? Tu as finalement réussi à trouver une solution ? 

Toi aussi, tu as une question à poser à nos expertes ? Tu peux le faire ici : https://www.mademoiselle-dentelle.fr//poser-une-question/


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



25 commentaires sur “Comment faire quand ça se passe mal avec la créatrice de ma robe de mariée ?”

  • je suis d’accord, cette prestataire n’est pas très sérieuse..
    et puis c’est mieux de rester dans la magie du mariage, cette magie des essayages qu’on attend toutes avec impatience, n’a plus lieu d’être si l’on possède déjà sa robe 1 an avant le jour j. j’espère que la future mariée perdue aura la force de dire non à cette couturière! courage à elle

    • Merci beaucoup Virginie! Tu as tout résumé en parlant de magie! Pour moi la magie des essayages fait partie intégrante du mariage… De surcroît, quand on fait le choix de faire créer sa robe de À à Z… Le but étant aussi d’y apporter, au fur et à mesure des modifications.

  • Le problème avec le créateur, une de mes hantises ! Je n’avais pas vraiment envisagé ça, pour moi les problèmes éventuels étaient davantage liés à une indécision de ma part face à un choix trop large ou à une incompréhension entre les deux parties.

    J’avoue que moi aussi je n’aurais pas du quoi répondre sur le moment. Reprendre la robe en l’état (avec les tissus nécessaires) et la faire terminer par une couturière me semble être la meilleure solution.

    Rien, à voir, je ne suis pas certaine d’avoir compris tout compris. Mademoiselle dentelle a la chance d’accueillir Agathe comme nouvelle chroniqueuse c’est ça ?

    • Agathe a rejoint l’équipe de Mademoiselle Dentelle comme consultante, en quelque sorte 😉 Elle fait partie du pool d’experts constitué pour pouvoir répondre au courrier des lectrices, de plus en plus dense…

    • Merci Melle Médicis!

      Comme je l’explique à Agathe, il n’y avait pas encore de robe, puisque nous nous sommes arrêtées au croquis….
      Le dilemme était surtout de savoir si cela avait un sens de continuer ou non, sachant que nous n’étions plus du tout dans le projet initial.

  • Je comprends tout à fait ton désarroi !
    Cependant, bien que tu aies eu un coup de cœur pour cette créatrice, tu as une idée précise de ta robe.
    De même, tu as encore un peu de temps devant toi.

    J’imagine toutefois qu’elle va avoir un peu de réticence à te donner une robe non finie, avec ses patrons et ses croquis, pour que tu ailles voir quelqu’un d’autre qui risque ensuite de la « copier ».
    Par contre, tu devrais quand même prendre contact avec une couturière, en discuter avec elle, quitte à récupérer ta robe terminée chez ta créatrice, à la donner à cette couturière, et à finaliser les « dernières » retouches avec elle un peu avant le mariage.
    Maintenant que tu as déjà travaillé sur cette robe, c’est dommage de ne pas terminer je trouve !

  • Waou ! Je comprends ton angoisse ! Je suis plutôt d’accord avec tes témoins : sauve qui peu ! Elle n’est pas très sérieuse en tout cas. ça me rappelle ma propre expérience avec ma robe 🙁 Si les choses commencent d’une telle manière, le mieux est de ne pas poursuivre. Moi, je me suis entêtée : résultat à trois mois de mon mariage , plus de robe car la créatrice avait fait une robe qui ne correspondait ABSOLUMENT pas au croquis… J’ai dû reprendre mes recherches complètement paniquée ! En tout cas, je suis de tout coeur avec toi !

    • A mon tour de te dire « Wahou » Elodie!!!! Comment ça s’est terminé pour toi?!?! De mon côté, sachant qu’à l’heure de l’annonce de son départ, seul le croquis de la robe était fait, j’ai tout arrêté.
      Et je suis repartie sur de nouvelles bases avec une autre créatrice.

      • En fait, ça ne s’est pas très bien terminé… J’ai rencontré ma créatrice 10 mois avant mon mariage. Nous nous sommes mis d’accord sur le croquis mais pour l’avant dernier essayage, à trois mois du mariage, j’ai découvert que la robe qu’elle m’a fait ne correspondait pas du tout à ce que j’avais choisi. A presque deux-trois mois avant mon mariage, je n’avais plus de robe car elle a refusé de faire le moindre changement sur la robe et a préférer me rembourser… J’étais complètement paniquée et déboussolée. Mais je me suis mise à la recherche d’une nouvelle robe et j’ai trouvé mon bonheur chez Rosa Clara. Je pense que tu as bien fait de repartir avec une nouvelle créatrice, d’autant plus que tu as le temps et comme cela tu seras plus sereine. En tout cas, je te souhaite pleins de bonnes choses pour ton mariage ! 🙂

        • Re Wahou… Mais tu avais fait combien d’essayages? C’est horrible!
          (Précision: Mon but n’est pas de critiquer les créatrices de robe de mariées, car, j’admire leur travail! La créatrice que j’avais initialement choisi fait vraiment des modèles magnifiques, mais, un contrat reste un contrat, et dans d’autres corps de métiers, de tels changements ne seraient pas tolérés.
          De ce fait, je persiste et signe: j’aurai ma robe avec une nouvelle créatrice.)

          Une petite question me vient: ta robe de mariée ressemblait elle au croquis de la créatrice, ou as-tu pris un modèle complètement différent?

          • Un seul essayage, lorsque j’ai constaté que la robe qui avait été faite ne correspondait pas du tout au croquis. Sinon, la robe que j’ai choisie en boutique correspondait quasiment au croquis que l’on avait fait ensemble mais ne correspondait pas du tout à la robe que la créatrice m’avait créée. Heureusement que j’ai pu trouver mon bonheur ailleurs !

  • Je comprends tout à fait le sentiment de panique de la future mariée, et je comprends qu’elle puisse décider d’arrêter là, mais j’ai l’impression que la moitié du malaise vient d’une forme de maladresse de la part de la couturière dans sa façon d’annoncer son changement de situation et la solution qu’elle propose. (« je ne vois pas pourquoi il y aurait de problèmes », elle le disait peut-être pour rassurer ?).

    Personnellement, je préfèrerais avoir ma robe parfaitement terminée tôt (en gardant de la marge pour les retouches) plutôt que demander à une autre couturière de reprendre le travail en cours de route. Et je me renseignerais sur la maman de la couturière (elle est peut-être celle qui a appris à coudre à sa fille, elle était peut-être couturière elle-même)… Si les références de la maman ne me conviennent pas, j’expliquerai à la couturière que je vois deux autres solutions :
    _ on arrête tout, je ne la paye qu’au prorata, je termine avec une autre couturière de mon choix
    _ on termine la robe rapidement, avec de la marge pour les retouches. Je ferai faire les retouches par la personne de mon choix, je veux donc une diminution du prix pour compenser la valeur des retouches.

    • Chères Koxynelle, Madame Flocon, Madame Pivoine, Miss Freezy, Melle Lagon,

      Je me permets de vous faire une réponse commune car vous avez plus ou moins le même avis.
      Avis que j’entends complètement, car, les jours qui ont suivi ce fameux appel, j’étais un peu comme vous… A me dire, que ce n’était pas si mal, que ma robe serait faite, que finalement, c’était peut-être le principal…. Mais, sincèrement, le cœur n’y était plus…
      Et une future mariée sans cœur, c’est quand même bien triste….
      Je pense que chacune d’entre nous à ses propres envies, et surtout tout un imaginaire autour de son mariage…. Et la future mariée, hyper complexée, et peut-être en mode bridezilla égoïste, que je suis, n’avait pas prévu cela pour sa robe.
      Si j’ai voulu faire créer ma robe, c’est surtout parce que je suis un complexe sur pattes! J’ai beaucoup de mal avec mon image corporelle de la tête aux pieds (ce que j’avais expliqué à la créatrice), de ce fait, la faire réaliser, c’était aussi l’adapter à tout ça…. peut être, évoluer et apprivoiser ce corps dans MA robe, au fil des essayages… peut-être, faire quelques modifications au fil des mois, car m’habituant petit à petit à être une « jolie mariée », et pas juste une « femme en jolie robe de mariée…. »
      Alors, oui je suis d’accord, qu’il vaut mieux avoir sa robe tôt que tard, mais je pense qu’il y a tout de même un juste milieu niveau timing…. Si la livraison de la robe s’était faite 3/4mois avant le mariage, j’aurais accepté… Quand on a défini le contrat, on a aussi défini un planning. Ce planning faisait donc partie intégrante du projet.
      Je suis également totalement d’accord avec le fait qu’avant d’être une créatrice, la professionnelle est une femme. Une femme que j’ai félicité pour ce grand chamboulement, car partir à l’étranger, avec 3 enfants, et après avoir passer une partie de sa vie professionnelle ici, pour moi, ça relève de l’impossible!
      J’ai écrit ce message le soir de « l’annonce », j’étais vraiment sous le coup de l’émotion, et un peu perdue. Les jours qui ont suivi, je me suis posée, j’en ai parlé avec mon entourage, et la décision, bien que difficile, a fini par s’imposer…. J’ai renoncé à un croquis…. Non à ma robe….
      Ma robe, je l’aurai (mon optimisme est revenu!), elle ponctuera les mois me rapprochant de mon mariage, et j’espère sincèrement me trouver belle….

      Merci.

      • Je suis ravie de lire que tu es apaisée par ta décision! C’est bien là le principal!! J’espère que tu trouveras vite ta the robe et que tu nous tiendras au courant!

  • En fait, je ne vois pas vraiment pas ou est le problème (aie, je sens déjà qu’on me déteste;)). Si j’ai bien compris, la couturière sen va mais n’abandonne pas le projet pour autant. Elle propose de terminer la robe plus tôt que prévu. Alors, certes c’est dommage pour les essayages réguliers qui étaient prévus, mais du moment que le travail est terminé et conforme à ce qui a été demandé, tout va bien! La seule chose qui peut éventuellement poser souci, c’est effectivement en cas de prise/perte de poids, puisqu’il faudrait alors réajuster la robe. Pour palier à ce problème, je suis entièrement d’accord avec la 2ème proposition de Melle Lagon.
    Beaucoup de mariées sont stressées de ne pas avoir leur robe à temps. Là,au moins, c’est un problème réglé! De quoi se concentrer sur tous les autres soucis d’organisation du mariage qui ne manqueront pas d’arriver 😉

  • Chère future mariée bien perdue, je rejoins la plupart des commentaires, puisque pour ma part, je choisirais plutôt de réfléchir à l’option de propose la couturière.
    Elle te propose de terminer ta robe à temps (et même en avance!), la robe que vous avez pensé et imaginé ensemble, ce qui est déjà une bonne chose puisqu’elle ne t’abandonne pas !
    Pour ce qui est de faire la retouche par la maman, par contre là je tique un peu… Je serais à ta place plus rassurée de faire faire ces dernières retouches par une professionnelle (à moins que la mère de cette dernière soit elle aussi couturière professionnelle?), quitte à négocier une remise sur le prix total de ta robe, puisque cette partie ne sera pas effectuée par ta couturière ?
    Bref, respire, tout va bien se passer, ta robe sera la plus belle et tu seras magnifique !

  • Hello
    Je rejoins les deux derniers commentaires… La couturière est honnête. Elle a un changement dans sa vie privée, cela peut arriver… Elle aurait pu tomber enceinte, devoir déménager, cela arrive. Il faut aussi comprendre qu’en face de nous on a un être humain et pas qu’une professionnelle. Dans l’autre sens, si une future mariée devait avancer son mariage car son mari partait à l’étranger ou modifier la robe pour cause de grossesse, je suis sûre que tout le monde dirait que c’est normal que la couturière s’adapte.
    Donc là je trouve que sa proposition est correcte, elle finit le travail et livre certes très en avance mais livre la robe. Je suis d’accord ave c ce qui a été dit sur le retouches par sa maman, ça c’est la seule partie que je trouve non pro. Je les ferais aussi faire par une autre couturière.

    Je conçois bien le rêve d’essayer sa robe pendant un an etc, mais si on a eu un coup de coeur pour cette personne et qu’elle a un impondérable (en l’occurence suivre son mari à l’étranger ne me semble pas une « petite excuse ») il faut savoir s’adapter selon moi. Et puis on ne fluctue en général pas de 5 kilos avant son mariage (sauf grossesse) donc si c’est pour s’ajuster sur 2-3 kilos une couturière devrait savoir le faire.

  • Je pense qu’effectivement il vaut mieux avoir sa robe très en avance, que très tard, et je sais de quoi je parle! Je suis passée par une couturière/créatrice également; mais je n’ai pas eu de robe. Enfin si j’ai eu un chiffon reçu le jeudi d’avant mon mariage! Trois essayages sur paris sur 7 mois. Un avant dernier essayage 3 semaines avant, mais la robe était loin d’être finie. Dernier essayage 10 jours avant et là la cata car une horreur! Rien n’allait, je ne rentrais pas dedans (sans prise de poids, au contraire), des tâches, des trous, des poils d’animaux et j’en passe. je me suis retrouvée à chercher une robe sur paris à J-10, toute seule comme une grande. Pas ma THE robe, avec un budget bien différent de ce que je pensais mettre. Je regrette encore mon choix de créatrice.
    Il vaut donc mieux avoir ta robe en décembre non, et ne plus avoir à y penser?
    Par contre je suis d’accord, renseigne-toi sur la maman, et sinon choisi quelqu’un d’autre, en qui tu auras confiance.

  • Merci beaucoup Agathe!

    J’ai suivi ma raison (et un peu mon cœur de future mariée égoïste… Oui oui, peut-être que je dois avouer ce défaut là), et j’ai mis fin à mon projet avec cette jeune femme.
    Je rejoins la majorité des commentaires et ton avis.
    Sachant, qu’elle n’avait absolument pas commencer à faire la robe. Suite au second (et ultime rendez-vous), rien n’avait été travaillé. J’ai donc « juste » abandonner un croquis de robe…

    Ceci étant dit, je te remercie, Agathe, pour tes précieux conseils qui m’ont confortés dans mon choix!
    Si jamais tu étais intéressée pour connaître la suite de mes péripéties, je t’en ferai part avec grand plaisir.

    Très bonne soirée.

  • Alors la ! Avoir sa robe de marie ! La robe dont tu rêves chaque centimètres 10 mois avant ton mariage je trouve sa compntement nul ! Tu as pris la meilleure des décisions a rencontrer une autre créatrice cette fois ci professionnelle qui ne feras pas terminer ta robe par sa voisine et qui concevra en 1’an LA robe de Tes rêves !!!!!

  • ah la la, quelle aventure !! je trouve que tu as pris la bonne décision… c’est celle que j’aurais prise aussi, non pas à cause de la problématique du respect du contrat ou de la superstition (bien que ce soit aussi ma spécialité !) mais surtout parce que comme tu l’as dit plus haut « si le coeur n’y est plus », ça n’en vaut plus trop la peine !

    ce n’est pas la première fois que je lis un commentaire de ce genre. Je sais bien que cela représente un cas malheureux pour 100 mariées qui ont eu la robe de leurs rêves, mais à l’heure où je cherche moi aussi une créatrice pour ma robe, j’avoue que ça me fait parfois flipper.
    Est-ce que ya deux-trois trucs à vérifier ou à faire pour engager une belle relation avec sa créatrice ? d’un point de vue humain mais aussi contractuel ? … 😉

    • Merci de me comprendre!
      Je t’avoue que je reste sûre de moi sur le fait de vouloir travailler avec une créatrice, de vouloir faire créer LA robe que j’ai en tête, mais que ça m’a vraiment refroidie… J’ai trouvé une nouvelle créatrice qui a l’air parfaite, mais il y a toujours un oiseau de mauvais augure pour venir assombrir le tableau.
      Cette nouvelle jeune femme a été beaucoup plus professionnelle dès notre premier Rdv. Rien que dans ses croquis qui sont précis dans les moindres détails, et faitde face et de dos. Dès le premier Rdv elle m’a présenté des tissus, et dès qu’elle me donnait des détails, j’avais l’impression qu’elle lisait dans mes pensées, et qu’elle me comprenait…. Je vais tenter l’aventure…. Tu en es où de tes recherches?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *